English
 
Province de Churchill

 

 

Première publication : 14 novembre 2018
Dernière modification : 23 octobre 2020

 

 

Historique

La Province de Churchill a été définie par Stockwell (1961) en tant que province tectonique du Bouclier canadien. Cette définition englobait, entre autres, la partie septentrionale de la péninsule d’Ungava, l’Orogène de l’Ungava et le Sud-est de la Province de Churchill (SEPC), situé dans le NE du Québec et au Labrador, entre les provinces du Supérieur et de Nain. Hoffman (1988, 1990) propose que l’Orogène de l’Ungava corresponde à une extension de l’Orogène trans-hudsonien, alors que l’amalgame de roches archéennes localisées au centre du SEPC aurait une affinité avec la Province de Rae (Hoffman, 1988; 1990).

L’Orogène trans-hudsonien a subséquemment été reconnu comme une large zone continue affectée par une empreinte tectonométamorphique causée par des collisions ayant eu lieu entre 1,83 Ga et 1,80 Ga (Lewry et Collerson, 1990; Corrigan et al., 2009). Les orogènes du Nouveau-Québec et des Torngat y sont ainsi inclus. Le terme « Zone noyau » est introduit par James et al. (1996) pour définir une zone centrale entre ces orogènes; elle est composée d’un amalgame de roches archéennes remobilisées au Paléoprotérozoïque, dont certaines auraient une affinité avec les provinces du Supérieur ou de Rae. Par la suite, St-Onge et al. (1998) ont démontré qu’un segment E-W de l’Orogène trans-hudsonien se prolongeait jusque dans le sud de l’île de Baffin, annulant ainsi toute possibilité de connexion entre la Province de Rae et la Zone noyau. Le terme « Sud-est de la Province de Churchill » (SEPC) semble d’abord avoir été utilisé par James et al. (1996). Il a été repris dans plusieurs publications subséquentes, dont la synthèse régionale de Wardle et al. (2002).

Différents termes ont été utilisés pour désigner le segment de l’Orogène trans-hudsonien situé à l’extrémité nord de la péninsule d’Ungava, soit Orogène de Cape Smith (Hoffman, 1988), Fosse de l’Ungava (Lamothe, 1994), puis Orogène de l’Ungava (St-Onge et al., 1992a; 1992b; Lamothe, 2007).

Description

La Province de Churchill ceinture le Craton du Supérieur. Elle est exposée dans le NE du Québec ainsi que sur l’extrémité septentrionale de la péninsule d’Ungava. 

Le SEPC chevauche la frontière entre le Québec et le Labrador. Il mesure entre 415 et 615 km de longueur sur 250 à 380 km de largeur, selon une orientation générale NNW-SSE. Il est délimité à l’ouest par la Province du Supérieur, à l’est par les provinces de Nain (Craton nord-atlantique et Domaine lithotectonique de Burwell) et de Makkovik, et au sud par la Province de Grenville

L’Orogène de l’Ungava se situe dans le nord de la péninsule d’Ungava. Il s’étend sur près de 300 km, de la baie d’Hudson à l’ouest jusqu’au détroit d’Hudson au nord et à l’est. Au sud, il est limité par la Province du Supérieur.

 
 

Géologie

La partie québécoise de la Province de Churchill fait partie de l’Orogène trans-hudsonien qui regroupe une zone affectée par une empreinte tectonométamorphique continue et causée par des collisions ayant eu lieu entre 1,83 Ga et 1,8 Ga (Lewry et Collerson, 1990; Corrigan et al., 2009). Ces zones de collision ceinturent le Craton du Supérieur et y soudent des cratons de moindres importances, tel le Craton nord-atlantique. Une géométrie asymétrique reconnue par Hoffman (1988) est commune aux différents segments de l’Orogène trans-hudsonien. Elle inclut des ceintures de plis et de chevauchements composées de roches supracrustales faiblement métamorphisées ainsi qu’un arrière-pays de croûte archéenne fortement remobilisée au Paléoprotérozoïque et des arcs magmatiques. Ce schéma général est retrouvé tant dans le SEPC que dans l’Orogène de l’Ungava.

Sud-est de la Province de Churchill

Le SEPC est formé de plusieurs blocs lithotectoniques d’origines différentes qui se sont amalgamés lors de l’Orogène trans-hudsonien. Dans le SEPC, cet événement se décline en deux orogènes transpressifs successifs, soit celui des Torngat, à l’est, et du Nouveau-Québec, à l’ouest (Wardle et al., 2002). La portion centrale entre ces orogènes, définie comme étant la Zone noyau par James et al. (1996), était auparavant grossièrement subdivisée en domaines par différents auteurs, sans qu’aucune synthèse ne couvre systématiquement l’ensemble du SEPC. Suite aux levés géologiques réalisés par le Ministère entre 2009 et 2017, Lafrance et al. (2018) proposent une subdivision du SEPC en six domaines lithotectoniques, qui sont, de l’ouest vers l’est : la Fosse du Labrador, le Rachel-Laporte, le Baleine, le George, le Mistinibi-Raude et le Falcoz. Ces auteurs n’utilisent plus les orogènes comme subdivisions géologiques puisque ceux-ci chevauchent différents domaines lithotectoniques. À quelques différences près, Corrigan et al. (2018) suggèrent des subdivisions similaires.

La Fosse du Labrador est une ceinture volcano-sédimentaire métamorphisée (faciès des schistes verts à faciès des amphibolites) d’âge paléoprotérozoïque (2,17 Ga à 1,87 Ga), plissée et chevauchée sur le Craton du Supérieur lors de l’Orogenèse du Nouveau-Québec. Elle s’étend sur >850 km de longueur, de la Province de Grenville, au sud, jusqu’à la baie d’Ungava, au nord. Le contact avec la Province du Supérieur, à l’ouest, est principalement représenté par la Faille de Maraude. Le contact avec le Domaine lithotectonique de Rachel-Laporte, à l’est, est quant à lui marqué par différentes failles qui se relayent du nord au sud, soient les failles de Pointe Reef, du Lac Hérodier et du Lac Keato.

Le Domaine lithotectonique de Rachel-Laporte se compose de roches volcano-sédimentaires métamorphisées (faciès des amphibolites) d’âge paléoprotérozoïque de la Supersuite de Laporte (<1,84 Ga; Henrique-Pinto et al., 2017), auparavant interprétées comme équivalentes à celles de la Fosse du Labrador (Fahrig, 1965; Poirier et al., 1990; Wardle et al., 2002; Simard et al., 2013). Les travaux de cartographie subséquents indiquent plutôt que les roches métasédimentaires de la Supersuite de Laporte se distinguent de celles de la Fosse du Labrador par une épaisseur apparente plus importante et une composition plus homogène. Les données de géochronologie détritique de Henrique-Pinto et al. (2017) suggèrent aussi que ces deux bassins sédimentaires sont issus de sources et d’environnements tectoniques distincts. Les travaux de cet auteur indiquent que les zircons détritiques des unités du Supergroupe de Kaniapiskau (Fosse du Labrador) ont une signature typique de celles de la Province du Supérieur (maximum de fréquence à ~2,72 Ga). Dans le cas de la Supersuite de Laporte, le maximum de fréquence des zircons détritiques se situe plutôt autour de 1,84 Ga, suggérant que la source principale des sédiments provienne des unités du SEPC. Le Domaine de Rachel-Laporte comprend également des complexes structuraux archéens (blocs imbriqués n’appartenant pas à la Supersuite de Laporte), interprétés comme ayant appartenu à la Province du Supérieur (Wardle et al., 2002), ainsi que des écailles tectoniques exhumées lors du chevauchement du Domaine lithotectonique de Baleine sur ceux de Rachel-Laporte et de la Fosse du Labrador.

Le Domaine lithotectonique de Baleine comprend deux sections (nord et sud), dont la limite se trouve à ~30 km au sud de Kuujjuaq. La section nord se compose essentiellement de gneiss tonalitique archéen (Complexe d’Ungava; 2,9 Ga à 2,7 Ga), de migmatite (Complexe de Qurlutuq) et de granite d’anatexie (Suite d’Aveneau) dérivés de la fusion des gneiss. Elle comprend aussi un complexe intrusif mafique à intermédiaire (Complexe de Kaslac) et des séquences volcano-sédimentaires (suites de Curot et d’Akiasirviup) alternant avec des gneiss dans sa partie ouest. La section sud comprend une vaste couverture supracrustale fortement migmatitisée (suites de False et de Winnie), des unités potassiques archéennes déformées (Suite de Saffray; ~2,7 Ga), mais aussi des gneiss, des migmatites et des granites d’anatexie similaires à ceux observés dans la section nord. Une intrusion potassique métamorphisée (Suite de Champdoré), synchrone à la Supersuite de De Pas (voir Domaine de George ci-dessous), est aussi présente dans la partie sud du domaine. La portion sud du Domaine de Baleine est aussi caractérisée par un patron structural en dômes et bassins (Charette et al., 2016). Le Complexe structural de Diana (Madore et Larbi, 2000) représente l’extrémité NW détachée du Domaine de Baleine. Cette unité est essentiellement formée de tonalite gneissique avec des bandes de paragneiss, d’amphibolite et de roche ultramafique généralement mylonitisés et migmatitisés. À l’instar du reste du Domaine de Baleine, ces roches sont d’âge archéen et protérozoïque et ont été affectées par une déformation ductile intense et un métamorphisme au Paléoprotérozoïque.

Le Domaine lithotectonique de George est dominé par les intrusions paléoprotérozoïque de la Supersuite de De Pas (1,86 Ga à 1,8 Ga), lesquelles se sont mises en place au sein d’unités de gneiss et leurs produits de fusion partielle (complexes de Saint-Sauveur et de Guesnier; 2,7 Ga à 2,6 Ga) et à travers une séquence volcano-sédimentaire métamorphisée néoarchéenne de grande envergure (Complexe de Tunulic; 2,7 Ga à 2,6 Ga). Limité par des zones de cisaillement majeures à l’ouest (du Lac Tudor) et à l’est (de la Rivière George), ce domaine est caractérisé par d’importantes zones de déformation mylonitique. Charette et al. (2018) considèrent que le Domaine de George marque une zone de transition entre les empreintes tectonométamorphiques des orogènes du Nouveau-Québec et des Torngat. Ainsi, ce domaine représenterait un passage discontinu ou graduel entre leurs styles orogéniques contrastés.

Le Domaine lithotectonique de Mistinibi-Raude se démarque par la quasi-absence de lithologies archéennes, les unités les plus vieilles se situant à la limite entre le Néoarchéen et le Paléoprotérozoïque (2,5 Ga à 2,3 Ga), ainsi que  par l’absence de magmatisme à ~1,8 Ga. Il comprend une vaste séquence de paragneiss et de diatexite (Complexe de Mistinibi), des unités de roches métavolcaniques (complexes de Ntshuku et de Zeni), des gneiss (complexes d’Advance et d’Elson) et une séquence métasédimentaire clastique (Groupe de la Hutte Sauvage). Le Domaine de Mistinibi-Raude est aussi caractérisé par la présence de nombreuses intrusions, majoritairement potassiques, dont la composition varie de felsique à mafique. Certaines de ces intrusions ont cristallisé au Paléoprotérozoïque et au Néoarchéen (suites de Pelland, de Nekuashu et de Dumans). Toutefois, la majorité de ces intrusions sont d’âge mésoprotérozoïque et se sont mises en place à la limite entre le SEPC et la Province de Nain (Batholite de Mistastin, suites de Michikamau et de Napeu Kainut). Charette et al. (2019) incluent aussi dans celui-ci le Domaine d’Orma qui représente un secteur situé au sud de la Zone de cisaillement de Zeni, considérant que ces deux secteurs sont caractérisés par l’absence d’âge de cristallisation >2,67 Ga, mais surtout par l’absence d’une empreinte métamorphique associée à l’Orogène trans-hudsonien.

Le Domaine lithotectonique de Falcoz représente la marge orientale du SEPC divisée en deux parties (ouest et est) et séparée par la Zone de cisaillement de Blumath, qui marque le passage du faciès métamorphique des amphibolites supérieur à celui des granulites. La partie ouest est dominée par des gneiss variablement migmatitisés (complexes de Kangiqsualujjuaq et de Fougeraye) et des intrusions potassiques (Suite de Siimitalik), majoritairement d’âge mésoarchéen (3,0 Ga à 2,7 Ga). Elle comprend aussi une séquence de roches volcano-sédimentaires métamorphisées d’âge paléoprotérozoïque (Groupe de Lake Harbour) injectée par des dykes et des filons-couches mafiques à ultramafiques (Suite de Nuvulialuk). La partie est du Domaine de Falcoz est dominée par des orthogneiss granulitiques archéens (Complexe de Sukaliuk; 2,9 Ga à 2,7 Ga) et des roches intrusives à hypersthène paléoprotérozoïques (Suite d’Inuluttalik; ~1,8 Ga). Plus à l’est encore, ce domaine comprend aussi des roches intrusives interprétées comme étant la racine d’un arc magmatique mis en place à la marge est du SEPC à ~1877 Ma (Bertrand et al., 1993). Ces roches sont regroupées à l’intérieur du Complexe de Lomier, qui comprend des roches supracrustales (Groupe de Koroc River), des intrusions charnockitiques (Suite intrusive de Courdon) et des gneiss interprétés comme étant dérivés de la déformation et de l’alternance du Koroc River et du Courdon.

L’ensemble des domaines lithotectoniques du SEPC sont coupés par des dykes mafiques subophitiques d’âge mésoprotérozoïque (~1,3 Ga) qui ont été regroupés en essaims dont la direction varie, les principaux étant l’Essaim de Falcoz (NNW-SSE), les Dykes de Slippery (E-W) et les Dykes de Harp (NE-SW). 

Orogène de l’Ungava

L’Orogène de l’Ungava est divisé en quatre domaines lithotectoniques, qui sont, du nord au sud : le Narsajuaq, le Kovik, le Nord et le Sud. Les domaines de Narsajuaq et de Kovik forment le cœur de l’Orogène de l’Ungava. Ils sont composés de roches archéennes remobilisées et d’intrusions paléoprotérozoïques. Les domaines Sud et Nord forment une ceinture volcano-sédimentaire déposée sur le Craton du Supérieur.

Le Domaine lithotectonique de Narsajuaq représente la portion la plus intensément métamorphisée et déformée de l’Orogène de l’Ungava. Il est principalement composé de roches intrusives foliées à gneissiques, intermédiaires à felsiques, dont les complexes de Tasialuk Allipaaq et de Sainte-Hélène (~2790 Ma) et les suites de Sanningajualuk et de Nallujuaq (~2560 Ma). Le Domaine de Narsajuaq est caractérisé par la présence d’unités stratigraphiques à orthopyroxène couvrant de grandes superficies et témoignant du métamorphisme au faciès des granulites. Les principales sont les complexes de Pingasualuit (~2770 Ma à 2610 Ma) et d’Estre ainsi que les suites de Navvaataaq (~2550 Ma), de Fargues et de Siurartuuq. Ces unités s’alternent les unes aux autres sur des épaisseurs hectométriques à kilométriques, formant un rubanement d’orientation E-W caractéristique du Narsajuaq. Les roches métasédimentaires du Complexe d’Erik Cove sont également intercalées au sein des unités ignées et gneissiques.

Le Domaine lithotectonique de Kovik est formé d’un ensemble dominé par des roches intrusives foliées à gneissiques d’âge archéen à paléoprotérozoïque et de bandes de roches métasédimentaires. Les roches intrusives sont majoritairement tonalitiques à granitiques et couramment migmatitisées. Les roches du Domaine de Kovik sont principalement regroupées au sein du Complexe de Kovik., mais elles seront progressivement subdivisées en des unités distinctes au fur et à mesure de la progression de la cartographie. Contrairement au Domaine de Narsajuaq, l’orthopyroxène est peu présent au sein du Domaine de Kovik, suggérant que le métamorphisme n’y a généralement pas atteint le faciès des granulites Les principales nouvelles unités déjà identifiées comprennent les gneiss du Complexe de Nanuk, la granodiorite de la Suite d’Arvik, les paragneiss migmatitisés de la Suite de Crony et les roches intrusives mafiques à intermédiaires de la Suite de Gastrin.

Le Domaine Nord est un ensemble lithotectonique complexe qui chevauche le Domaine Sud et le Domaine de Kovik, et qui est lui-même chevauché par le Domaine de Narsajuaq. Il est composé majoritairement de trois groupes (Watts, Spartan et Parent) et de la Suite de Cape Smith. La relation entre les groupes n’est pas clairement définie. Le Groupe de Watts est principalement constitué d’un complexe igné lité mafique à ultramafique associé à une expression extrusive; par conséquent, certains auteurs l’interprètent comme une ophiolite (St-Onge et al., 1988) datée à ~2 Ga. Le Groupe de Spartan est composé de roches sédimentaires alors que le Groupe de Parent est une unité volcanique d’arc. La Suite de Cape Smith comprend un cortège d’intrusions dont la mise en place s’échelonne de 1890 Ma à 1836 Ma. Une partie de ces intrusions est interprétée comme étant la source du volcanisme du Groupe de Parent.

Le Domaine Sud, aussi connu comme la Ceinture de Cape Smith, est l’ensemble lithotectonique le plus méridional. Il repose en discordance sur la Province du Supérieur et se compose d’ensembles lithologiques traduisant l’ouverture d’un rift continental à ~2038 Ma (Hegner et Bevier, 1991), puis la transition à un rift océanique actif entre 1883 Ma et 1870 Ma (Bleeker et Kamo, 2018). Le Groupe de Povungnituk est un ensemble volcanosédimentaire associé au développement d’un rift continental. Le Groupe de Chukotat est composé de basalte de type MORB issu d’une ouverture océanique.

Évolution géologique

L’édification de l’Orogène trans-hudsonien est le principal évènement géologique ayant façonné la Province de Churchill. Cet orogène figure parmi les plus étendus de l’ère paléoprotérozoïque. Dès 1973, Dewey et Burke ont appliqué la tectonique des plaques à la Province de Churchill et proposé que celle-ci représenterait un analogue au Plateau tibétain qui compose l’arrière-pays de l’Orogène Himalayen. Les études structurales, métamorphiques et géochronologiques des zones de collisions révèlent les relations entre les différents cratons et microcontinents qui composent la Province de Churchill.

Les phases de collision précoces se situent en position distale par rapport au Craton du Supérieur. Dans l’Orogène de l’Ungava, cette phase précoce correspond à l’amalgamation du Bloc de Sugluk (Domaine lithotectonique de Narsajuaq) avec le microcontinent Méta-Incognita, qui se trouve sur l’île de Baffin, à ~1865 Ma (Corrigan et al., 2009). Dans le SEPC, l’initiation de la collision continentale avec la Province de Nain est datée entre 1,89 Ga et 1,81 Ga dans les roches métasédimentaires du Complexe de Tasiuyak qui se sont imbriquées entre le Craton archéen nord-atlantique et le Domaine de Falcoz (Godet et al., en préparation). Le microcontinent Méta-Incognita est possiblement relié au Domaine de Falcoz (Corrigan et al., 2018). De sorte que les phases précoces de collision continentale impliqueraient toutes deux le microcontinent Meta-Incognita et seraient 15 à 20 Ma plus anciennes dans le SEPC que dans l’Orogène de l’Ungava.

Des données pétrochronologiques détaillées existent pour le SEPC et mettent en relief la désynchronisation des évènements à l’est par rapport à ceux de l’ouest. Ainsi, la portion centrale du SEPC enregistre une série d’évènements clés entre 1840 Ma et 1810 Ma. Une période d’activité magmatique est marquée par la mise en place de la Supersuite de De Pas (1860 Ma à 1805 Ma). Simultanément, le paroxysme métamorphique est atteint dans le Domaine de Falcoz à~1839 Ma (Charette, 2016). La formation de grenat à ~1836 Ma dans de Domaine de Baleine est interprété comme l’âge de la collision entre ce dernier et le Domaine de George (Godet et al., 2020). Les âges de mise en place d’injections syntectoniques obtenues dans la Zone de cisaillement de la Rivière George contraignent l’activité du cisaillement à une période antérieure à 1812 Ma (Dunphy et Skulski, 1996; Vanier, 2019). Cette zone de cisaillement est conjuguée avec celle de Moonbase qui, ensemble, forment un réseau de cisaillements ductiles accommodant un raccourcissement approximativement orthogonal qui caractérise ce stade tectonique au centre du SEPC (Vanier, 2019).

L’évènement de collision majeur dans la portion occidentale du SEPC correspond à l’Orogène du Nouveau-Québec, au cours duquel les domaines de Baleine, de Rachel-Laporte et de la Fosse du Labrador se sont amalgamés au Craton du Supérieur. Cette collision s’est produite entre 1,82 Ga et 1,77 Ga (Machado et al., 1989). Une récente datation de grenat indique un enfouissement en croûte moyenne à 1804 ±8 Ma des roches métasédimentaires du Domaine de Rachel-Laporte (Godet et al., 2020).

Les données pétrochronologiques sont encore trop fragmentaires dans l’Orogène de l’Ungava pour permettre une comparaison avec le SEPC. Toutefois, la formation d’éclogites dans le Domaine de Kovik entre 1831 et 1820 Ma (Weller et St-Onge, 2017) suggère que la phase continentale de la collision a été légèrement tardive par rapport à ce qui est rapporté dans le centre du SEPC.

Références

Auteur(s) Titre Année de publication Hyperlien (EXAMINE ou Autre)
BERTRAND, J.M. – RODDICK, J.C. – VAN KRANENDONK, M.J. – ERMANOVICS, I. U–Pb geochronology of deformation and metamorphism across a central transect of the Early Proterozoic Torngat Orogen, North River map area, Labrador. Canadian Journal of Earth Sciences; 1993, volume 30, no 7, pages 14701489. 1993 Source
BLEEKER, W. KAMO, S.L. Extent, origin, and deposit-scale controls of the 1883 Ma Circum-Superior large igneous province, northern Manitoba, Ontario, Quebec, Nunavut and Labrador. In Targeted Geoscience Initiative: 2017 report of activities, volume 2. (ed.). Edited by N. Rogers. Geological Survey of Canada, Open File 8373, pages 5–14. 2018 Source
CHARETTE, B. Long-lived Anatexis in the Exhumed Middle Crust from the Torngat Orogen and Eastern Core Zone: Constraints from Geochronology, Petrochronology, and Phase Equilibria Modeling. Master Thesis, University of Waterloo, 418 pages. 2016 Source
CHARETTE, B. – LAFRANCE, I. – MATHIEU, G. Géologie de la région du lac Jeannin (SNRC 24B). Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec. 2016 Rapport géologique électronique
CHARETTE, B. – LAFRANCE, I. – VANIER, M.-A. Domaine lithotectonique de George, Sud-est de la Province de Churchill, Nunavik, Québec, Canada : synthèse de la géologie. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec. 2018 BG 2018-11
CHARETTE, B. – LAFRANCE, I. – GODET, A. – VANIER, M.-A. Domaine lithotectonique de Mistinibi-Raude, sud-est de la Province de Churchill, Nunavik, Québec, Canada : synthèse de la géologie. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.  2019 BG 2019-07
CORRIGAN, D. PEHRSSON, S. WODICKA, N. DE KEMP, E. The Palaeoproterozoic Trans-Hudson Orogen: a prototype of modern accretionary processes 2009 Source
CORRIGAN, D. WODICKA, N. MCFARLANE, C. LAFRANCE, I. VAN ROOYEN, D. BANDYAYERA, D. BILODEAU, C. Lithotectonic Framework of the Core Zone, Southeastern Churchill Province, Canada. Geosci. Canada 45, 1–24. 2018 Source
DUNPHY, J.M. SKULSKI, T. Petrological zonation across the De Pas Batholith: a tilted section through a continental arc? In Eastern Canadian Shield Onshore–Offshore (ECSOOT) Transect Meeting 1996 (Wardle R.J. and Hall, J., editors). The University of British Columbia, Lithoprobe Secretariat; Report 57, pages 44-58. 1996  
FAHRIG, W.F. Lac Hérodier, Québec. Commission géologique du Canada, carte 1146A (carte annotée). 1965  Source
GODET, A. – GUILMETTE, C. – LABROUSSE, L. – SMIT, M.A. – DAVIS, D.W. – RAIMONDO, T. – VANIER, M.-A. – CHARETTE, B. – LAFRANCE, I. Contrasting P-T-t paths reveal a metamorphic discontinuity in the New Quebec Orogen: Insights into Paleoproterozoic orogenic processes. Precambrian Research; volume 342, page 105675. 2020 Source
GODET, A. – GUILMETTE, C. – LABROUSSE, L. – DAVIS, D.W. – SMIT, M.A. – CUTTS, J.A. VANIER, M.-A.  The metamorphic record of crustal assembly in the Paleoproterozoic Southeastern Churchill Province, Trans-Hudson orogen, Canada. En préparation
HEGNER, E. BEVIER, M.L. Nd and Pb isotopic constraints on the origin of the Purtuniq ophiolite and Early Proterozoic Cape Smith Belt, nothern Quebec, Canada. Chemical Geology, 91: 357–371. 1991 Source
HENRIQUE-PINTO, R. – GUILMETTE, C. – BILODEAU, C. – McNICOLL, V. Evidence for transition from a continental forearc to a collisional pro-foreland basin in the eastern Trans-Hudson Orogen: Detrital zircon provenance analysis in the Labrador Trough, Canada. Precambrian Research; volume 296, pages 181194. 2017 Source
HOCQ, M. VERPAELST, P. CLARK, T. LAMOTHE, D. BRISEBOIS, D. BRUN, J. MARTINEAU, G. GEOLOGIE DU QUEBEC. MRN. MM 94-01, 172 pages. 1994 MM 94-01
HOFFMAN, P.F. Subdivision of the Churchill Province and extent of the Trans-Hudson Orogen. In: The Early Proterozoic Trans-Hudson Orogen of North America: Lithotectonic Correlations and Evolution (J.F. Lewry and M.R. Stauffer, editors). Geological Association of Canada; Special Paper 37, pages 1539. 1990
HOFFMAN, P.F. United Plates of America, the birth of a Craton: Early Proterozoic assembly and growth of ProtoLaurentia. Annual Reviews of Earth and Planetary Sciences; volume 16, pages 543603. 1988 Source
JAMES, D.T. – CONNELLY, J.N. – WASTENEYS, H.A. – KILFOIL, G.J. Paleoproterozoic lithotectonic divisions of the southeastern Churchill Province, western Labrador. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 33, pages 216230. 1996 Source
LAFRANCE, I. – CHARETTE, B. – VANIER, M.-A. Sud-est de la Province de Churchill, Nunavik, Québec, Canada : synthèse de la géologie. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec. 2018 BG préliminaire
LAMOTHE, D. Lexique stratigraphique de l’Orogène de l’Ungava. Ministère des ressources naturelles et de la faune; 66 pages. 2007 DV 2007-03
HOCQ, M. VERPAELST, P. CLARK, T. LAMOTHE, D. BRISEBOIS, D. BRUN, J. MARTINEAU, G. GEOLOGIE DU QUEBEC. MRN. MM 94-01, 172 pages 1994 MM 94-01
LEWRY, J.F. – COLLERSON, K.D. The Trans-Hudson Orogen: extent, subdivision, and problems. Geological Association of Canada Special Paper. 37, pages 1–14. 1990
MACHADO, N. – PERREAULT, S. – HYNES, A. Timing of the continental collision in the northern Labrador Trough, Québec : Evidence from U-Pb geochronology. Geological Association of Canada and Mineralogical Association of Canada Joint Annual Meeting; Program and Abstracts, volume 13, page 76.  1988
MADORE, L. LARBI, Y. Géologie de la région de la rivière Arnaud (SNRC 25D) et des régions littorales adjacentes (SRNC 25C, 25E et 25F). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2000-05, 37 pages. 2000 RG 2000-05
POIRIER, G.G. – PERREAULT, S. – HYNES, A. Nature of the eastern boundary of the Labrador Trough near Kuujjuaq, Quebec, In The Early Proterozois Trans-Hudson Orogen of North America: Lithotectonic correlations and evolution (J.F. Lewry and M.R. Stauffer, editors). Geological Association of Canada; Special Paper 37, pages 397–412. 1990
SIMARD, M. – LAFRANCE, I. – HAMMOUCHE, H. – LEGOUIX, C. Géologie de la région de Kuujjuaq et de la baie d’Ungava (SNRC 24J, 24K). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2013-04, 62 pages, 1 plan. 2013 RG 2013-04
STOCKWELL, C.H. Structural provinces, orogenies, and time classification of rocks of the Canadian Precambrian Shield, In Lowden, J.A., ed., Age Determination by the Geological Survey of Canada. Geological Survey of Canada; Paper 61-17, pages 108–118. 1961 Source
ST-ONGE, M. R. LUCAS, S.B. Terrane accretion in the internal zone of the Ungava orogen, northern Quebec. Part 1: Structural and metamorphic history. Canadian Jornal of Earth Sciences; volume 29, pages 746–764. 1992a Source
ST-ONGE, M.R. LUCAS, S.B. Terrane accretion in the internal zone of the Ungava orogen, nothern Quebec. Part 2: Structural and metamorphic history. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 29, pages 765–782. 1992b Source
ST-ONGE, M.R. LUCAS, S.B. SCOTT, D.J. BEGIN, N.J. HELMSTAEDT, H. CARMICHAEL, D.M. Thin-skinned imbrication and subsequent thick-skinned folding of rift-fill, transitional-crust, and ophiolite suites in the 1.9 Ga Cape Smith Belt, northern Quebec. Geological Survey of Canada, Paper no. 88-1C, pages 118. 1988 Source
ST-ONGE, M.R. – SCOTT, D.J. – WODICKA, N. – LUCAS, S.B. Crustal architecture of the Trans-Hudson Orogen in northern Quebec and southern Baffin Island: plate margin configuration between 2.04 – 1.76 Ga. In Eastern Canadian Shield Onshore-Offshore Transect (ECSOOT), Report of the 1998 Transect Meeting (R.J. Wardle and J. Hall, editors). The University of British Columbia, Lithoprobe Secretariat; Report 68, pages 151166. 1998
VANIER, M.-A. Caractérisation des zones de cisaillement du sud-est de la Province de Churchill, Québec : un cas d’écoulement latéral en croûte-moyenne. Mémoire de Maîtrise Université Laval. 92 pages 2019 Source
WARDLE, R.J. – JAMES, D.T. – SCOTT, D.J. – HALL, J. The southeastern Churchill Province: synthesis of a Paleoproterozoic transpressional orogen. Canadian Journal of Earth Science; volume 39, pages 639663. 2002 Source
WELLER, O.M. ST-ONGE, M.R. Record of modern-style plate tectonics in the Palaeoproterozoic Trans-Hudson orogen: Nature Geoscience, volume 10, no. 4, page 305. 2017 Source
 

 

 

30 novembre 2015