Géologie de la région du lac de la Marée, sous-provinces d’Opatica et de La Grande, Eeyou Istchee Baie-James, Québec, Canada

Projet visant les feuillets 32O09, 32O16
Daniel Bandyayera, Emmanuel Caron-Côté
BG 2023-03
Publié le  

 

 

 

 

 

 

À la UNE
L’Essentiel

Le levé géologique de la région du lac de La Marée effectué à l’été 2022 couvre le secteur situé à ~220 km au nord de Chibougamau et à 140 km à l’est de Nemaska, au sud de la rivière Eastmain.

Avant nos travaux, la partie nord de la région était assignée à la Sous-province d’Opinaca, et considérée comme étant formée essentiellement de migmatites. Le présent levé révèle que les roches constituent l’extension orientale de la Ceinture du Lac des Montagnes (Sous-province de La Grande), formée à la base d’une séquence de roches volcaniques et volcanoclastiques et, au sommet, d’un ensemble métasédimentaire (wacke à cordiérite-sillimanite-grenat, arénite, quartzite, formation de fer) localement migmatitisé et contenant d’importantes injections de pegmatite blanche à muscovite ± grenat. La séquence volcanique forme une bande orientée E-W qui mesure >30 km de longueur et 500 m à 3 km de largeur. Des intrusions mafiques-ultramafiques (péridotite, pyroxénite et gabbro) kilométriques sont observées au sein des séquences volcaniques et métasédimentaires.

La partie sud est représentée par la Sous-provinces d’Opatica, constituée d’un ensemble de gneiss tonalitique, de tonalite, de granodiorite, de monzodiorite quartzifère, de granodiorite porphyroïde et de granite assignés au Complexe de Théodat.

L’ensemble des roches de la région, excepté les roches intrusives tardives, présentent une déformation diffuse et relativement homogène caractérisée par une foliation pénétrative. Elle est majoritairement orientée E-W à NE-SW avec un fort pendage dans le La Grande, alors qu’elle présente une orientation variable avec un pendage modéré dans l’Opatica.

Méthode de travail

La région a été cartographiée en utilisant la méthode établie pour les levés effectués dans les milieux isolés sans accès routiers. Les travaux de cartographie géologique ont été réalisés du 2 juin au 18 août 2022 par une équipe composée de quatre géologues et de cinq étudiants. La cartographie du secteur à l’étude a permis de produire et de mettre à jour les éléments d’information présentés dans le tableau ci-contre.

 

Laboratoire de terrain

La prise de mesures sur les échantillons de roche en cassure fraîche et en face sciée a été effectuée en continu durant le programme de cartographie. Les différentes mesures recueillies sont la densité, la susceptibilité magnétique et la photographie systématique (tableau ci-contre). Sous la supervision du géologue responsable, des étudiants préalablement formés réalisent la prise de mesures sur la majorité des lithologies principales observées en affleurement et sur certaines lithologies secondaires jugées significatives, comme celles d’origine volcanique ou minéralisées. Les mesures de propriétés physiques ont été acquises selon les protocoles établis par Christian Dupuis (Université Laval), en particulier celles pour la susceptibilité magnétique et la densité.

 

 

 

Données et analyses
ÉlémentNombre
Affleurement décrit (géofiche)675 affleurements
Analyse lithogéochimique totale227 échantillons
Analyse lithogéochimique des métaux d’intérêt économique95 échantillons
Analyse géochronologique6 échantillons
Lame mince standard303
Lame mince polie58
Coloration au cobaltinitrite de sodium70
Fiche stratigraphique8
Fiche structurale6
Fiche de substances minérales métalliques0
Fiche de substances minérales non métalliques5
Pierre architecturale, concassée et industrielle0
Mesure de susceptibilité magnétique317
Mesure de densité409
Photo d’échantillon914

 

 

 

 

Travaux antérieurs

 

 

Le tableau ci-dessous présente une liste des travaux réalisés dans le secteur à l’étude depuis 1972. Il inclut aussi les références citées dans le rapport. Une liste plus exhaustive peut être trouvée dans la base de données documentaire EXAMINE.

 

Travaux antérieurs dans la région d’étude
Auteur(s)Type de travauxContribution
Bourne, 1972Reconnaissance géologiquePremiers travaux d’inventaire géologique de la région du lac Mesgouez

Richard et Bédard, 2018

Travaux statutairesExploration minière dans les feuillets SNRC 32O16 et adjacents
D’Amours, 2011Levé géophysiqueLevé magnétique aéroporté de la partie sud-est de la Sous-province de Nemiscau et de la partie nord de la Sous-province d’Opinaca

Stratigraphie

 

Cette partie présente succinctement les différentes unités cartographiées dans la région du lac de la Marée dans un cadre stratigraphique et temporel. La description lithologique des unités peut être consultée à partir de leur fiche stratigraphique respective via l’hyperlien associé à leur nom. La légende ici-bas regroupe les unités lithostratigraphiques, lithodémiques et lithologiques trouvées dans la région du lac de la Marée.

La région du lac de la Marée se trouve au contact de deux sous-provinces archéennes de la Province du Supérieur, soit le La Grande au nord et l’Opatica au sud (Card et Ciesielski, 1986; Sawyer et Benn, 1993; Hocq et al., 1994; Benn, 2006; Percival et al., 2012). Le contact entre ces deux entités est marqué par la Zone de cisaillement de Poste Albanel (ZCalb), orientée NE dans le secteur du lac des Montagnes et E-W dans la région du lac de la Marée.
 
SOUS-PROVINCE D’OPATICA

La Sous-province d’Opatica constitue un ensemble de roches volcano-plutoniques et gneissiques d’âge mésoarchéen à néoarchéen (Benn et al., 1992; Sawyer et Benn, 1993; Davis et al., 1995; Benn et Moyen, 2008; Percival et al., 2012). Dans la région cartographiée, l’Opatica est formé du Complexe de Théodat, ce dernier étant lui-même composé de cinq unités. Les gneiss tonalitiques (Athe1) occupent un peu plus de la moitié du Complexe de Théodat et représentent un socle mésoarchéen mis en place entre 2830 et 2820 Ma (Davis et al., 1994; Davis et al., 1995; Bandyayera et Daoudene, 2017, David, 2020a). Les granodiorites et les tonalites foliées (Athe2) forment près d’un quart de la superficie du Complexe de Théodat. Les unités de granodiorite porphyroïde, de granite, de monzodiorite, de monzodiorite quartzifère et de granodiorite localement porphyroïdes (Athe3), datées à 2693,3 Ma (David, 2020b), coupent les tonalites et les granodiorites des unités précédentes. Les ressemblances pétrographiques et géochimiques de ces intrusions, de même que leur âge, permettent de les classer dans la catégorie des intrusions tarditectoniques à structure porphyroïde de type sanukitoïde, reconnues dans les Sous-provinces de La Grande et d’Opatica (Augland et al., 2016). Les intrusions les plus jeunes du complexe sont formées de granite (Athe4) et de pegmatite granitique généralement roses et magnétiques (Athe5).

Des unités de roches migmatitiques observées localement au sein du Complexe de Théodat ont été assignées à la Suite migmatitique de Le Vilin, laquelle a été cartographiée à l’ouest du secteur à l’étude (feuillet 32O10).

SOUS-PROVINCE DE LA GRANDE

Les résultats de nos travaux montrent que la moitié nord du feuillet 32O16 constitue l’extension orientale de la Ceinture du Lac des Montagnes (CLM), interprétée comme faisant partie de la Sous-province de La Grande en raison des similitudes stratigraphiques et métamorphiques avec les roches de la CRVMBE (Bandyayera et al., 2022; Bandyayera et Caron-Côté, 2022). Dans cette région, on trouve essentiellement les extensions du Complexe de la Hutte, du Groupe du Lac des Montagnes, de la Formation de Voirdye, de la Suite mafique-ultramafique de Nasacauso et de la Suite de Senay.

Le Complexe de la Hutte est formé de gneiss tonalitique (nAhue1; 2952,2 ±3,8 Ma, David, 2020b; 2790,4 ±5,4 Ma, David, 2020a) et de tonalite foliée (nAhue2) qui apparaissent sous forme de dômes gneissiques, créant ainsi des fenêtres structurales au sein des roches de la CLM.

Le Groupe du Lac des Montagnes, séparé de l’Opatica par la Zone de cisaillement du Poste Albanel, forme une bande d’épaisseur kilométrique qui s’étend sur >30 km de longueur dans la zone de contact entre le La Grande et l’Opatica, ou est localement interlité avec la séquence métasédimentaire de la Formation de Voirdye. Cette unité est composée de basalte amphibolitisé (nAmo1), de roches volcaniques intermédiaires (nAmo2), de roches volcanoclastiques felsiques et intermédiaires (nAmo3), de formation de fer (nAmo4) et d’amphibolite dérivée de basalte komatiitique (nAmo5). Cet ensemble est coupé par des filons-couches de péridotite et de pyroxénite (nAnas1) assignés à la Suite mafique-ultramafique de Nasacauso, et qu’on trouve aussi au sein de la Formation de Voirdye.

La Formation de Voirdye regroupe un ensemble de paragneiss à biotite-grenat-cordiérite ± sillimanite dérivé de wacke ± arénite (nAvrd2) localement migmatitisé, de quartzite (nAvrd3) et de formation de fer à oxydes ou à silicates (nAvrd4) qui reposent sur la séquence volcanique du Groupe du Lac des Montagnes ou sur le socle tonalitique du Complexe de la Hutte. Le degré de migmatitisation de ces roches sédimentaires augmente généralement du sud vers le nord, et peut atteindre localement le niveau des diatexites et des métatexites.

Toutes les roches volcano-sédimentaires de la Ceinture du Lac des Montagnes sont coupées par des intrusions de pegmatite granitique blanche à biotite ± grenat ± muscovite ± tourmaline appartenant à la Suite de Senay.

 

Lithogéochimie

À venir.

Géologie structurale

 

La région d’étude comporte quatre domaines structuraux et deux zones de cisaillement montrant des critères structuraux, métamorphiques, lithologiques et géophysiques distincts. La carte structurale ci-dessous illustre la répartition des différents domaines.

Dans la région d’étude, la Sous-province d’Opatica est représentée, d’ouest en est, par les domaines structuraux de Goulde (DSgld), de Cawachagamite (DScwg) et de Michaux (DSmch). La Sous-province de La Grande est, quant à elle, représentée par le Domaine structural de La Sicotière (DSsic), qui coïncide avec la Ceinture du Lac des Montagnes. Les structures planaires et les linéaments magnétiques au sein du DSsic sont majoritairement orientés E-W à ENE-WSW. Au sein de l’Opatica, ces caractéristiques structurales et magnétiques montrent des orientations plus variables, avec une composante N-S qu’on ne trouve pas au sein du Domaine de La Sicotière.

La Zone de cisaillement de Poste Albanel (ZCalb) constitue la limite entre les sous-provinces d’Opatica et de La Grande. La Zone de cisaillement de la Marée (ZCmar) montre un tracé subparallèle à celui de ZCalb et se trouve à ~2 km plus au nord. Les deux zones de cisaillement sont caractérisées par des fabriques structurales similaires. Les roches déformées présentent des fabriques en LS avec une linéation d’étirement montrant un plongement modéré généralement vers le WSW. Des structures CS et des bandes de cisaillement (« shearbands ») à cinématique apparente dextre sont localement observées, particulièrement au sein de Zone de cisaillement de la Marée.

 

 

Métamorphisme

À venir.

 

Géologie économique

La région du lac de la Marée présente des zones favorables pour six types de minéralisation :

  • minéralisation de sulfures massifs de métaux usuels associée aux roches volcaniques du Groupe du Lac des Montagnes;
  • minéralisation magmatique de nickel-cuivre (± cobalt ± éléments du groupe du platine) associée aux roches intrusives de la Suite mafique-ultramafique de Nasacauso;
  • minéralisation de lithium associée aux pegmatites granitiques de la Suite de Senay;
  • minéralisation de veines aurifères de type orogénique;
  • minéralisation aurifère stratiforme dans les formations de fer du Groupe du Lac des Montagnes et de la Formation de Voirdye;
  • minéralisation de type sulfures exhalatifs encaissées dans les roches sédimentaires de la Formation de Voirdye.

Le tableau des analyses lithogéochimiques des métaux d’intérêt économique donne la localisation, la description et les résultats d’analyse pour 95 échantillons choisis dans le but d’évaluer le potentiel économique de la région.

 

 

Zones minéralisées dans la région du lac de la Marée


Nouvelles
NomTeneursCommentaires
Minéralisation de type indéterminé
Jiji32,6 ppm Ag et 161 ppb Au Située dans le feuillet 32O15, à 100 m à l’ouest du périmètre du projet de La Marée.
Formation de fer de type Algoma
Roy-Chareton39,8 % Fe2O3 (T) (G) 
 
Connues
NomTeneursCommentaires

Aucune minéralisation connue n’a été répertoriée avant les travaux de l’été 2022.

 

Minéralisations connues de la région d’étude

 

Aucune minéralisation connue n’a été répertoriée avant les travaux de l’été 2022.

 

Minéralisations méconnues et découvertes lors des présents travaux

Nouvelle zone minéralisée en Ag ± Au générée par la remobilisation d’une possible minéralisation de type sulfures massifs volcanogènes

Nos travaux ont amené à la découverte de la zone minéralisée de Jiji. Elle consiste en un réseau de veinules millimétriques de magnétite et de chlorite coupant une pegmatite granitique qui s’est injectée dans une roche volcanique felsique. L’échantillon 2022083519 a titré la valeur indicielle de 32,6 ppm Ag et significative de 161 ppm Au. Cette minéralisation serait le produit de la remobilisation d’une possible minéralisation de type sulfures massifs volcanogène associée au Groupe du Lac des Montagnes.

 

Minéralisation de sulfures massifs de métaux usuels associée aux roches volcaniques du Groupe du Lac des Montagnes

Le Groupe du Lac des Montagnes comprend plusieurs minéralisations de type sulfures massifs polymétalliques (Cu-Zn ± Au) associées aux roches volcaniques. La zone minéralisée d’O’Connor représente la minéralisation de ce type la plus importante de la région (feuillet 32O15). Elle consiste en une lentille de sulfures massifs (pyrite, pyrrhotite et sphalérite) orientée à 255° et mesurant près de 30 m de longueur et de 1 m à 5 m d’épaisseur encaissée dans des roches volcaniques felsiques (nAmo3). L’échantillon choisi W178015 a donné une teneur de 6,86 % Zn et un échantillon de rainure a titré 4,85 % Zn sur 1,18 m (Richard et Bédard, 2018). Dans le secteur d’étude, plusieurs évidences témoignent d’activités hydrothermales et exhalatives au sein des roches du Groupe du Lac des Montagnes. Des niveaux de formation de fer à oxydes, à silicates et localement à sulfures sont présents. Certaines de ces formations de fer rapportent des teneurs significatives en zinc (de 200 à 600 ppm Zn) et en MnO (2 %). Les formations de fer de type Algoma sont reconnues pour se trouver stratigraphiquement au-dessus de lentilles de sulfures massifs volcanogènes ou pour correspondre à leur équivalent latéral (Jébrak et Marcoux, 2008). Également, des niveaux d’exhalite se trouvent couramment interlités avec le basalte amphibolitisé. Ces niveaux sont riches en silice et localement en fer, contiennent de 5 à 10 % de pyrite et sont généralement d’épaisseur décimétrique à métrique. Les roches volcaniques felsiques montrent une altération en séricite forte à modérée. Le basalte amphibolitisé comprend localement un assemblage à amphibole, grenat, cordiérite, magnétite et biotite suggérant une altération hydrothermale suivie d’un métamorphisme prograde. D’autres niveaux de basalte non amphibolitisé sont caractérisés par des altérations en carbonate et épidote avec des veinules de calcite et de pyrite. Les zones favorables de Darveau désignent les niveaux de roches volcaniques du Groupe du Lac des Montagnes démontrant des évidences d’altération hydrothermale (séricite, carbonate et épidote) et d’activité exhalative (formation de fer et exhalite siliceuse avec pyrite). Cette zone favorable s’étend selon un axe E-W sur une distance de 40 km.

 

 

Minéralisation magmatique de nickel-cuivre (± cobalt ± éléments du groupe du platine) associée aux roches intrusives de la Suite mafique-ultramafique de Nasacauso

Dans le secteur d’étude, la Ceinture du Lac des Montagnes montre un potentiel pour les minéralisations de Ni-Cu-EGP ± Cr (zone favorable de Nasacauso) associées aux roches intrusives de la Suite mafique-ultramafique de Nasacauso (nAnas). Ces unités coïncident avec des anomalies magnétiques positives d’étendue latérale kilométrique. Les intrusions de Nasacauso regroupent des lithologies similaires à celles de la Suite mafique-ultramafique de Caumont (nAcmn) localisée plus au SW, dans la Ceinture du Lac des Montagnes (feuillets 32O11, 32O12 et 32O14), et qui hébergent plusieurs types de minéralisations. Les intrusions de la Suite de Caumont sont l’hôte d’une minéralisation de sulfures massifs d’origine magmatique composés de pentlandite, de chalcopyrite et de pyrrhotite (gîte Nisk-1 et zone minéralisée du Lac Valiquette) ainsi que d’une minéralisation chromifère (zone minéralisée du Lac des Montagnes-Sud).

 

Minéralisation de lithium associée aux pegmatites granitiques de la Suite de Senay

BG 2023-03 – Lac de la MaréeLa présence de gîtes lithinifères à spodumène dans la région du lac des Montagnes est connue depuis les travaux de cartographie du Ministère en 1962 (Valiquette, 1963). Les zones minéralisées en lithium connues dans la région (zones favorables du Spodumène; Bandyayera et Caron-Côté, 2019) sont encaissées dans des dykes de pegmatite granitique blanche (granite de type S) à spodumène, tourmaline, grenat, apatite et muscovite, généralement injectés dans les basaltes amphibolitisés du Groupe du Lac des Montagnes. Du béryl et de la pétalite sont observés par endroits. Le spodumène, en cristaux de 1 à 10 cm de longueur (jusqu’à 55 cm par endroits), est disséminé dans la pegmatite en concentrations variant de 2 % à 15 %, localement jusqu’à 40 %. Le gisement de Whabouchi, qui se trouve à ~60 km au SW du secteur d’étude (feuillet 32O12), représente l’exemple type des dépôts lithinifères de la région. Les ressources mesurées de ce gisement sont de 17 734 Mt à une teneur moyenne de 1,60 % Li2O, et les ressources indiquées sont de 20 532 Mt à une teneur moyenne de 1,33 % Li2O (Maguran et al., 2019). Bien qu’aucune teneur indicielle en lithium n’ait été répertoriée dans le secteur du lac de la Marée, les pegmatites de la Suite de Senay, localement riches en tourmaline, grenat et muscovite, sont relativement abondantes. De futurs travaux d’exploration pourraient conduire à la découverte de nouvelles zones minéralisées. Les zones favorables de Senay ciblent les intrusions ayant attiré notre attention durant les travaux de l’été 2022 en raison de leur minéralogie (abondance de tourmaline, grenat et muscovite) et de leurs structures magmatiques (rubanement primaire, zonation de différentes phases).

 

 

Minéralisation de veines aurifères de type orogénique

Dans la région d’étude, la Zone de cisaillement de la Marée nouvellement cartographiée est favorable à la présence de veines aurifères de type orogénique (zone favorable de la Marée). Certains secteurs à proximité de cette zone de cisaillement contiennent des veines de quartz-tourmaline d’épaisseur centimétrique à métrique. Des valeurs anomales en arsenic ont aussi été obtenues dans une veine de tourmaline (affleurement 22-EC-2057). La combinaison d’une zone de déformation régionale, de la présence de veine de quartz-tourmaline et de teneurs anomales en arsenic nous suggère que le secteur est favorable pour les minéralisations aurifères associées aux veines de type orogénique. Le meilleur exemple de minéralisation aurifère de ce type dans la Ceinture du Lac des Montagnes est la zone minéralisée du Lac de la Chlorite (zones favorables de la Chlorite; Bandyayera et Caron-Côté, 2019). Cette dernière se trouve dans le segment orienté NE-SW de la ceinture (feuillet 32O14), à ~70 km dans une direction WNW de la région d’étude. La minéralisation est disséminée dans des veines de quartz-tourmaline-arsénopyrite et dans les volcanites mafiques encaissant les veines.

 

Minéralisation aurifère stratiforme dans les formations de fer du Groupe du Lac des Montagnes et de la Formation de Voirdye

Les zones favorables du Glas mettent en évidence le potentiel aurifère associé aux formations de fer de type Algoma de la Formation de Voirdye (nAvrd4) et du Groupe du Lac des Montagnes (nAmo4). Ces unités se présentent sous la forme de niveaux décimétriques à métriques couramment plissés et cisaillés qui sont généralement interstratifiés avec du wacke ou des roches volcaniques mafiques à felsiques. On observe généralement les faciès à oxydes (magnétite), à oxydes et silicates (magnétite et grenat) et, en moindre proportion, à silicates (amphiboles). Les meilleures teneurs provenant de deux échantillons de formation de fer (affleurement 21-CS-4061, analyses 2021079828 et 2021079829, feuillet 32O15) sont les suivantes : 355 ppb Au, 2,03 % As, 765 ppm Zn, 288 ppm Co, 0,56 % Mn et 209 ppm W. Bien qu’aucune zone minéralisée n’ait été découverte au sein de ces formations de fer, elles peuvent présenter un potentiel aurifère similaire à celui de la Formation d’Auclair, hôte de la zone minéralisée de Golden Butterfly, qui présente un ensemble lithologique similaire. Cette dernière se trouve à ~60 km au NW des formations de fer décrites ici (feuillet 32O14).

 

Minéralisation de type sulfures exhalatifs encaissées dans les roches sédimentaires de la Formation de Voirdye

La Formation de Voirdye comprend des minéralisations de type sulfures exhalatifs (Cu-Zn) dans les roches sédimentaires (Sedex). La zone minéralisée de Bourrier est un exemple de ce type de minéralisation dans la Ceinture du Lac des Montagnes (feuillet SNRC 32O14). Elle montre des teneurs allant jusqu’à 1,16 % Zn contenues dans un horizon de sulfures massifs, interlité et associé à un quartzite et une formation de fer (Richard et al., 2012). Dans notre secteur d’étude, des unités de formation de fer, des arénites et paragneiss, montrent localement des valeurs significatives d’environ 1000 ppm en Zn et en Cu (analyses 2022083543 et 2022083536 respectivement). Ces valeurs en Cu et en Zn combinées à l’activité exhalative, soulignée par la présence de formation de fer, suggèrent que la Formation de Voirdye peut contenir des minéralisations de type Sedex. Les zones favorables de Gardes mettent en évidence ce potentiel minéral dans la région d’étude.

 

Problématiques à aborder dans le cadre de futurs travaux

À venir.

 

Collaborateurs
 
AuteursDaniel Bandyayera, géo., Ph. D. daniel.bandyayera@mern.gouv.qc.ca
Emmanuel Caron-Côté, géo., M. Sc. emmanuel.caron-cote@mern.gouv.qc.ca
GéochimieOlivier Lamarche, géo., M. Sc.
GéophysiqueJulie Vallières, géo., B. Sc.
Évaluation de potentielOlivier Lamarche, géo., M. Sc.
LogistiqueMarie Dussault
GéomatiqueKarine Allard
Conformité du gabarit et du contenuFrançois Leclerc, géo., Ph. D.
Accompagnement
/mentorat et lecture critique
Claude Dion, géo., M. Sc.
OrganismeDirection générale de Géologie Québec, Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Gouvernement du Québec

Remerciements :

Ce Bulletin GéologiQUE est le fruit de la collaboration de nombreuses personnes qui ont activement pris part aux différentes étapes de la réalisation du projet. Nous tenons à remercier les étudiants en géologie Jérémie Darveau, Rosalie Geoffrion, Marie-Ève Roy, Andréanne Leclerc, Lancelot Méderick de Morel et Hugo Chareton. Nous aimerions souligner l’excellent travail des cuisiniers Micheline Gagné et Rémi Otis et des hommes de camp Jean Gosselin et François Panachewan. Le montage et le démontage du camp ont été réalisés par l’équipe de la compagnie Construction JBL, sous la supervision de Dany Trudel du Ministère. Le transport sur le terrain a été assuré par la compagnie Héli-inter. Les pilotes d’hélicoptères Stéphan Gilbert, Catherine Vanier, Richard Villeneuve et Jérémie Troillet ainsi que les mécaniciens Alexandre Gagné et Alexandre Leclerc ont accompli leur travail avec efficacité et professionnalisme. Nous tenons à remercier le géologue Claude Dion de la Direction du soutien administratif, logistique et matériel de nous avoir prêté main-forte sur le terrain et d’avoir partagé son expertise fort appréciée. Nous remercions grandement le stagiaire en géologie Corentin Gardes pour sa participation aux travaux de terrain et à la gestion du laboratoire de terrain.

Références

Publications du gouvernement du Québec

AUGLAND, L.E., DAVID, J., PILOTE, P., LECLERC, F., GOUTIER, J., HAMMOUCHE, H., LAFRANCE, I., TALLA TAKAM, F., DESCHÊNES, P.-L., GUEMACHE, M.A., 2016. Datations U-Pb dans les provinces de Churchill et du Supérieur effectuées au GEOTOP en 2012-2013. MERN, GEOTOP; RP 2015-01, 43 pages.

BANDYAYERA, D., CARON-CÔTÉ, E. 2022. Géologie de la région du lac Le Vilin, sous-provinces de La Grande et d’Opatica, Eeyou Istchee Baie-James, Québec, Canada. MERN; BG 2022-03, 1 plan.

BANDYAYERA, D., CARON-CÔTÉ, E., PEDREIRA PÉREZ, R., CÔTÉ-ROBERGE, M., CHARTIER-MONTREUIL, W. 2022. Synthèse géologique de la Sous-province de Nemiscau. Eeyou Istchee Baie-James, Québec, Canada. MERN; BG 2021-03, 1 plan.

BANDYAYERA, D., CARON-CÔTÉ, E., 2019. Géologie de la région du lac des Montagnes, sous-provinces de La Grande, de Nemiscau et d’Opatica, Eeyou Istchee Baie-James, Québec, Canada. MERN; BG 2019-03, 1 plan.

BANDYAYERA, D., DAOUDENE, Y., 2017. Géologie de la région du lac Rodayer (SNRC 32K13-32K14-32N03 et 32N04-SE). MERN; RG 2017-01, 60 pages, 2 plans.

BOURNE, J.H., 1972. Geology of the Mesgouez lake area, Abitibi, Mistassini and New Quebec territories. MRN; DP 110, 14 pages, 1 plan.

D’AMOURS, I., 2011. Levé magnétique aéroporté de la partie sud-est de la Sous-province de Nemiscau et de la partie nord de la Sous-province d’Opinaca, Baie-James, Québec. MRNF; DP 2011-02, 8 pages, 92 plans.

DAVID, J., 2020a. Datations U-Pb dans les provinces du Supérieur et de Churchill effectuées au GEOTOP en 2018-2019. MERN, GEOTOP; MB 2020-01, 30 pages.

DAVID, J., 2020b. Datations U-Pb dans les provinces du Supérieur et de Churchill effectuées au GEOTOP en 2017-2018. MERN, GEOTOP; MB 2020-05, 29 pages.

JEBRAK, M., MARCOUX, E., 2008. Géologie des ressources minérales. MRNF; MM 2008-01, 672 pages.

HOCQ, M., VERPAELST, P., CLARK, T., LAMOTHE, D., BRISEBOIS, D., BRUN, J., MARTINEAU, G., 1994. Géologie du Québec. MRN; MM 94-01, 172 pages.

RICHARD, L.-P., BÉDARD, F., 2018. 2017 and 2018 prospection campaigns, Shire project. EXPLORATION MIDLAND INC, rapport statutaire soumis au gouvernement du Québec; GM 71356, 199 pages.

RICHARD, L.-P., LEVESQUE MICHAUD, M., LALANCETTE, J., 2012. CAMPAGNE DE DECAPAGE 2010, CAMPAGNE DE RAINURAGE 2010, CAMPAGNE DE FORAGE ET D’ECHANTILLONNAGE 2011, PROPRIETE BOURIER. RESSOURCES MONARQUES INC, rapport statutaire soumis au gouvernement du Québec; GM 66465, 401 pages, 5 plans.

 

Autres publications

BENN, K., SAWYER, E.W., BOUCHEZ, J.-L., 1992. Orogen parallel and transverse shearing in the Opatica belt, Quebec: implications for the structure of the Abitibi Subprovince. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 29, pages 2429-2444. doi.org/10.1139/e92-191

BENN, K., 2006. Tectonic delamination of the lower crust during late Archean collision of the Abitibi-Opatica and Pontiac terranes, Superior Province, Canada. In: Archean Geodynamics and Environments (Benn, K., Condie, K.C., Mareschal, J.C., editors). American Geophysical Union; Geophysical Monograph 164, pages 267-282. doi.org/10.1029/164GM17

BENN, K., MOYEN, J.-F., 2008. The late Archean Abitibi-Opatica terrane, Superior Province: a modified oceanic plateau. In: When did plate tectonic begin on planet Earth (Condie, K.C., Pease, V., editors). Geological Society of America; Special Paper 440, pages 173-197. doi.org/10.1130/2008.2440(09)

CARD, K.D., CIESIELSKI, A., 1986. Subdivisions of the Superior Province of the Canadian Shield. Geoscience Canada; volume 13, pages 5-13. Source

DAVIS, W.J., MACHADO, N., GARIÉPY, C., SAWYER, E.W., BENN, K., 1995. U-Pb geochronology of the Opatica tonalite-gneiss belt and its relationship to the Abitibi greenstone belt, Superior Province, Quebec. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 32, pages 113-127. doi.org/10.1139/e95-010

DAVIS, W.J., GARIÉPY, C., SAWYER, E.W., 1994. Pre-2.8 Ga crust in the Opatica gneiss belt: A potential source of detrital zircons in the Abitibi and Pontiac subprovinces, Superior Province, Canada. Geology; volume 22, pages 1111-1114. doi.org/10.1130/0091-7613(1994)022<1111:PGCITO>2.3.CO;2

MAGURAN, D., DUPÉRÉ, M., GAGNON, R. ANSON, J., BOYD, A., GRAVEL, A.-F., CASSOF, J., PENGEL, E., GIRARD, P., TREMBLAY, D., 2019. NI 43-101 Technical Report. Report on the Estimate to Complete for the Whabouchi Lithium Mine and Shawinigan Electrochemical Plant. Nemaska Project., page 520

PERCIVAL, J.A., SKULSKI, T., SANBORN-BARRIE, M., STOTT, G.M., LECLAIR, A.D., CORKERY, M.T., BOILY, M., 2012. Geology and tectonic evolution of the Superior province, Canada. Chapter 6. In: Tectonic styles in Canada: The Lithoprobe perspective (Percival, J.A. Cook, F.A., Clowes, R.M., editors). Geological Association of Canada; Special Paper 49, pages 321-378.

SAWYER, E.W., BENN, K., 1993. Structure of the high-grade Opatica Belt and the adjacent low-grade Abitibi Subprovince, Canada: an Archean mountain front. Journal of Structural Geology; volume 15, pages 1443-1458. doi.org/10.1016/0191-8141(93)90005-U

 

 
 
 

 

 

22 novembre 2022