English
 
Complexe de la Hutte
Étiquette stratigraphique : [arch]hue
Symbole cartographique : Ahue

Première publication :  
Dernière modification :
Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
Ahue3 Granite folié
Ahue2 Granodiorite à pyroxène et hornblende
Ahue2a Granodiorite à biotite et hornblende
Ahue1 Gneiss tonalitique, localement granitique
Ahue1b Diatexite dérivée de roches de composition tonalitique à dioritique
Ahue1a Métatexite dérivée de roches de composition tonalitique à dioritique
 
 
Auteur :
Bandyayera et Caron-Côté, 2019
Âge :
Archéen
Stratotype :
Aucun
Région type :
Secteur ouest du lac de la Hutte
Province géologique :
Subdivision géologique :
Lithologie :Roches plutoniques et métamorphiques
Type :
Lithodémique
Rang :
Complexe
Statut :Formel
Usage :Actif

 

Historique

Les premières descriptions des roches du Complexe de la Hutte ont été réalisées par Bandyayera et Daoudene (2018a; 2018b) durant les travaux estivaux de 2016 et 2017, dans les régions des lacs Nemiscau et Champion. Elles avaient d’abord été assignées au Complexe de Champion. Le Complexe de la Hutte a été introduit par Bandyayera et Caron-Côté (2019) afin de regrouper les roches gneissiques et tonalitiques cartographiées dans les feuillets 32O11, 32O12 et 32O14, formant un dôme dans la Sous-province de Nemiscau. Ces auteurs ont par la suite réassigné au Complexe de la Hutte toutes les masses plutoniques et gneissiques plus ou moins migmatisées initialement attitrées au Complexe de Champion qui se retrouvaient à l’intérieur de la Sous-province de Nemiscau (feuillets 32N06 à 32N09), en plus de restreindre le Complexe de Champion à la Sous-province de La Grande. 

Le tableau ci-dessous expose les unités du Complexe de Champion qui ont été réassignées au Complexe de la Hutte :

Unités et sous-unités actuellesUnités et sous-unités antérieuresRéférence(s)
Ahue1Achp1 dans la Sous-province de NemiscauBandyayera et Daoudene, 2018a; 2018b
Ahue1aAchp1aBandyayera et Daoudene, 2018a
Ahue1bAchp1b dans la Sous-province de NemiscauBandyayera et Daoudene, 2018a
Ahue2Achp2 dans la Sous-province de NemiscauBandyayera et Daoudene, 2018a; 2018b
Ahue2aAchp4 dans la Sous-province de NemiscauBandyayera et Daoudene, 2018a

Description

Le Complexe de la Hutte regroupe un ensemble de roches plutono-gneissiques généralement de composition tonalitique à granodioritique et, plus localement, dioritique ou granitique. Il est constitué de : gneiss tonalitique et localement granitique (Ahue1); métatexite dérivée de roches de composition tonalitique à dioritique (Ahue1a); diatexite dérivée de roches de composition tonalitique à dioritique (Ahue1b); granodiorite à pyroxène et hornblende (Ahue2); et granodiorite à biotite et hornblende (Ahue2a).

Complexe de la Hutte 1 (Ahue1) : Gneiss tonalitique, localement granitique

Les gneiss tonalitiques sont blancs en surface altérée et grisâtres en cassure fraîche. Ils sont majoritairement de granulométrie moyenne, localement grossière et rarement fine. Ces gneiss sont homogènes dans certains secteurs, alors qu’ils sont hétérogènes par endroits. Plusieurs éléments confèrent un aspect hétérogène aux gneiss : ils montrent des structures hétérogranulaires, variant de grain fin à grossier, contiennent plusieurs enclaves de diorite et sont coupés par des injections de pegmatite sans direction préférentielle. L’unité Ahue1 est faiblement à fortement magnétique et montre des structures foliées, plissées et rubanées. La structure gneissique est marquée essentiellement par l’alternance de rubans millimétriques à centimétriques blanchâtres et grisâtres. Le rubanement est localement accentué par les injections centimétriques de granite rose ou de granodiorite disposées parallèlement aux plans de foliation. Celui-ci devient encore plus prononcé à proximité des zones de déformation. Les rubans tonalitiques à grain fin à moyen sont partiellement à totalement recristallisés. Les minéraux accessoires les plus communs sont la biotite (10 à 15 %), la hornblende (1 à 5 %) et la magnétite (trace à 3 %). La magnétite est en plus grande proportion dans les gneiss situés à l’est du lac du Glas. En lame mince, la biotite apparaît localement chloritisée et contient des inclusions de zircon. Des traces d’apatite, de sphène et d’allanite sont aussi observables. Le gneiss comprend généralement 1 à 20 % d’enclaves décimétriques à métriques ou de bandes décamétriques de diorite magnétique foliée, localement gneissique. Le gneiss granitique affleure principalement au SW du lac de l’Indien, dans la région du lac Champion (feuillet 32N09). La roche est moyennement à grossièrement grenue, hétérogranulaire, fortement foliée à gneissique, rose tant en surface altérée qu’en cassure fraîche.

L’unité Ahue1 contient des migmatites (métatexite et diatexite) dérivées de la fusion partielle des gneiss tonalitiques ou dioritiques. Les niveaux de métatexite et de diatexite ont été assignés aux unités Achp1a et Achp1b, respectivement. Ces dernières sont caractérisées par la présence d’orthopyroxène (2 à 5 %) et de clinopyroxène (0 à 5 %), tant dans le néosome que dans le paléosome.

Complexe de la Hutte 1a (Ahue1a) : Métatexite dérivée de roches de composition tonalitique à dioritique

La sous-unité Ahue1a est observée à l’ouest et au sud du lac de l’Échancrure, en bordure du Complexe de Champion. La métatexite foliée à gneissique renferme 20 à 50 % de mobilisat. Elle est dérivée de la fusion partielle d’un ensemble de roches tonalitiques à dioritiques. La tonalite migmatitisée contient jusqu’à 30 % d’enclaves gris verdâtre de diorite foliée et magnétique. Le paléosome est fortement déformé et magnétique. De composition dioritique, est riche en minéraux mafiques (50 % de hornblende, 10 % de biotite) qui forment des schlierens. Le mobilisat est de composition charnockitique, hétérogranulaire et hétérogène. Celui-ci se présente sous la forme d’amas ou de rubans leucocrates subparallèles aux plans de foliation. Par endroits, le mobilisat est également caractérisé par la présence de quartz bleuté et d’orthopyroxène. Des radeaux ou des enclaves de diorite sont régulièrement observés dans la métatexite. Cette dernière montre communément une structure agmatitique caractérisée par la présence de mobilisat granitique qui englobe des fragments subanguleux à bordures franches ou diffuses de diorite.

Complexe de la Hutte 1b (Ahue1b) : Diatexite dérivée de roches de composition tonalitique à dioritique

La sous-unité Ahue1b a été reconnue à l’est du lac Naquiperdu. Elle est constituée de diatexite dérivée de la fusion partielle des unités gneissiques de l’unité Ahue1. Dans cette unité, le paléosome de composition dioritique est nettement plus abondant que celui de composition tonalitique. Le mobilisat constitue de 50 à 90 % de la diatexite et ressemble au mobilisat de la métatexite de l’unité Achp1a. Il est formé de leucosome in situ ou ségrégué, hétérogranulaire et à schlierens de hornblende. Il contient typiquement 10 % de fragments mafiques centimétriques riches en hornblende (5 à 10 %) et en pyroxène (orthopyroxène et clinopyroxène; 5 %). Le mobilisat contient jusqu’à 30 % d’enclaves partiellement assimilées et de restites qui renferment jusqu’à 40 % de hornblende, 10 % de clinopyroxène et un peu de biotite.

Par endroits, des fragments subarrondis de diorite foliée ou des enclaves d’amphibolites rubanées dérivées de diorite flottent dans le mobilisat riche en hornblende, ce qui définit une structure en radeau. La structure agmatitique, très répandue au sein de l’unité Ahue1b, est attribuable à la présence des fragments de diorite rubanée flottant dans le leucosome hétérogranulaire riche en hornblende. La structure nébulitique, également très commune, est caractérisée par la présence de reliques d’enclaves de diorite fondue infiltrées de leucosome diffus, qui sont englobées dans le mobilisat hétérogranulaire.

Complexe de la Hutte 2 (Ahue2) : Granodiorite à pyroxène et hornblende

La granodiorite est fortement magnétique et présente une granulométrie moyenne à grossière. La déformation est modérée à intense. La granodiorite est caractérisée par la présence de fragments ou de porphyroclastes de hornblende (jusqu’à 10 %) étroitement associée à la biotite, ainsi que par l’omniprésence de pyroxène (orthopyroxène et clinopyroxène). Un phénomène de fusion partielle affecte la roche par endroits, où le néosome ressemble à la diatexite de la sous-unité Ahue1b. La migmatite se distingue par la présence de nombreuses enclaves riches en amphibole assimilées par la granodiorite, représentant probablement des restites issues de la fusion partielle d’une diorite ou d’une amphibolite d’origine inconnue. Le mobilisat de composition granodioritique montre des schlierens de hornblende, de biotite et de magnétite alignés selon la foliation. Elle est également caractérisée par l’omniprésence d’orthopyroxène en proportion très variable (de 1 à 5 %).

Complexe de la Hutte 2a (Ahue2a) : Granodiorite à biotite et hornblende

Cette unité se compose de granodiorite à grain moyen, homogène, faiblement à fortement foliée. Les analyses pétrographiques et géochimiques montrent que, localement, l’unité Ahue2a est formée de tonalite. Cependant, à l’œil nu, ces deux roches sont très semblables. La roche est gris clair, localement rosâtre en surface altérée. Elle contient généralement 10 % de biotite, 2 à 10 % de hornblende et 1 à 2 % de magnétite. Les roches plus foliées sont également plus riches en minéraux mafiques (hornblende et biotite) avec des concentrations pouvant atteindre 20 %. L’unité Ahue2a renferme jusqu’à 10 % d’enclaves centimétriques à métriques d’amphibolite et de diorite quartzifère, lesquelles contiennent jusqu’à 50 % de hornblende.

 

Complexe de la Hutte 3 (Ahue3) : Granite folié

Le granite présente une granulométrie moyenne à grossière, localement pegmatitique. Il est légèrement à moyennement magnétique. Sa couleur est rose moyen clair en cassure fraîche et rose blanchâtre en surface altérée. La roche présente une structure foliée à localement gneissique. Elle est homogène et contient de 3 à 10 % de biotite et de 1 à 3 % de magnétite.

 

Épaisseur et distribution

La majorité des dômes du Complexe de la Hutte ont une longueur de 3 à 12 km et une largeur de 0,5 à 5 km. Ils se retrouvent principalement dans les feuillets 32N06 à 32N09, 32O12 et 32O14. Ils sont allongés dans l’axe E-W lorsqu’associés au Complexe de Rupert (feuillets 32N06, 32N07 et 32N08), et dans l’axe NE-SW lorsqu’associés à la Ceinture du Lac des Montagnes (feuillets 32N09, 32O12 et 32O14).

Datation

Un échantillon appartenant à l’unité Ahue1 prélevé sur l’affleurement 17-DT-5144 a donné un âge de 2833 ±11 Ma. Cet âge appuie l’interprétation selon laquelle l’unité gneissique du Complexe de la Hutte 1 correspond à un socle mésoarchéen sur lequel se sont déposées des unités de roche supracrustale, telles que le Groupe du lac des Montagnes, la Formation de Voirdye et le Complexe de Rupert.

UnitéSystème isotopiqueMinéralÂge de cristallisation (Ma)(+)(-)Référence(s)
Ahue1U-PbZircon28331111David, 2018

Relation(s) stratigraphique(s)

Bien qu’aucun affleurement n’ait permis d’observer le contact entre le Complexe de la Hutte et les roches supracrustales, l’âge de l’unité (David, 2018) et l’empilement des unités volcano-sédimentaires semblent indiquer que le Complexe de la Hutte forme le socle sur lequel se sont déposés le Groupe du Lac des Montagnes, le Complexe de Rupert et la Formation de Voirdye. De plus, la foliation subhorizontale observée dans le Complexe de la Hutte appuie l’interprétation selon laquelle il s’agit de dômes exposés dans des fenêtres au cœur d’anticlinaux. Le Complexe de la Hutte est coupé par des dykes de diabase protérozoïques appartenant aux essaims de Mistassini et, plus localement, de Senneterre.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Publications accessibles dans Sigéom Examine

BANDYAYERA, D., CARON-COTE, E. 2019. Géologie de la région du lac des Montagnes, sous-provinces de La Grande, de Nemiscau et d’Opatica, Eeyou Istchee Baie-James, Québec, Canada. MERN. BG 2019-03.

BANDYAYERA, D., DAOUDENE, Y. 2018a. Géologie de la région du lac Nemiscau, secteur ouest de la rivière Rupert (SNRC 32N06, 32N07 et 32N11). MERN. RG 2018-03.

BANDYAYERA, D., DAOUDENE, Y. 2018b. Géologie de la région du lac Champion, sous-provinces de La Grande et de Nemiscau, à l’est de Waskaganish, Eeyou Istchee Baie-James, Québec, Canada. MERN. BG 2018-06, 2 plans.

DAVID, J. 2018. Datations U-Pb dans les provinces de Grenville et du Supérieur effectuées au GEOTOP en 2016-2017. MERN. MB 2018-17, 22 pages. 

 

14 juin 2019