Formation de Caopatina
Étiquette stratigraphique : [narc]cp
Symbole cartographique : nAcp
 

Première publication :  
Dernière modification :

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
nAcp3 Formation de fer indifférenciée; schiste dérivé de formation de fer à oxydes et de mudstone
nAcp2 Conglomérat polygénique non jointif, wacke feldspathique, siltshale, mudstone
nAcp1 Wacke feldspathique, siltstone et mudstone; schiste à biotite-hornblende ± grenat, paragneiss à biotite ± grenat et amphibolite; conglomérat polygénique; basalte
 
Auteur(s) :
Sharma et al., 1987
Âge :
Néoarchéen
Stratotype :
Aucun
Région type :
Région du lac Caopatina (feuillets SQRC 32G07-200-0201 et 32G07-200-0202)
Province géologique :
Subdivision géologique :
Sous-province de l’Abitibi
Lithologie : Roches sédimentaires clastiques et roches métasédimentaires
Catégorie :
Lithostratigraphique
Rang :
Formation
Statut : Formel
Usage : Actif

 

 

 

 

Historique

Mawdsley et Norman (1938) sont les premiers à décrire des zones de roches sédimentaires riches en feldspath, d’ardoise, de chert rubané, de conglomérat, de roches volcaniques en proportion moindre, de roches pyroclastiques et de petits corps intrusifs dans la région du lac Caopatina (feuillet SQRC 32G07-200-0201), ainsi que de gneiss et schiste grenatifères à biotite ± hornblende et d’amphibolite dans la région du lac Nemenjiche (feuillet 32G08-200-0201). Par la suite, Gilbert (1952, 1959), Grenier (1953), Deland et Grenier (1959) et Hébert (1975) décrivent du paragneiss à biotite, du paragneiss grenatifère à biotite et du paragneiss à hornblende-biotite dans la région à l’est du lac Caopatina (feuillet 32G07-200-0202) jusqu’au lac Rohault (feuillet 32G08). Dans les mêmes années, du côté ouest du lac Caopatina, sont cartographiées des roches sédimentaires dans la région du lac Surprise (Deland, 1954; feuillet 32G07-200-0201), de la rhyolite, des roches pyroclastiques et des roches sédimentaires dans la région du lac Doda (Deland, 1955; feuillet 32G06-200-0202) et une proportion moindre de roches sédimentaires riches en feldspath et d’ardoise porphyroblastique à hornblende-grenat interstratifiées à l’andésite et au basalte de la Formation d’Obatogamau dans la région du lac du Guesclin (Remick, 1957; feuillet 32G11-200-0101).

Hébert (1980) est le premier à associer au Groupe d’Opémisca des roches sédimentaires constituées de conglomérat, de grès, d’argilite tufacée, des roches sédimentaires gneissiques (zone de transition) et du gneiss rubané à biotite ou à hornblende dans la région du lac Nemenjiche (feuillet 32G08-200-0201). Gobeil et Racicot (1982, 1983) assignent également au Groupe d’Opémisca des roches volcanosédimentaires (tuf, roche volcanique, grès, argilite) dans la région du lac Caopatina. Par contre, une grande partie de la superficie tracée par Gobeil et Racicot dans ce secteur correspond en fait au Pluton d’Hazeur (Dion et Simard, 1999). Sharma et al. (1987) introduisent le nom de Formation de Caopatina en référence au lac éponyme et notent la présence de formations de fer litées à magnétite qu’ils incluent dans l’unité. Par la suite, des roches sédimentaires épiclastiques transportées à la faveur de courants de turbidités, du schiste et du paragneiss sont décrites dans les différentes régions mentionnées précédemment par plusieurs auteurs (Tait et Chown, 1987; Hocq, 1990; Lauzière et Chown, 1988; Lauzière et al., 1989a; Lauzière et al., 1989b; Lauzière et al., 1990; Roy et Caderon, 2006a, 2006b) et associées à la Formation de Caopatina (Tait et al., 1990; Midra et al., 1992a, 1992b; Midra et al., 1992c; Simard, 1992; Midra et al., 1993, 1994).

La Formation de Caopatina est divisée en trois unités informelles dans les travaux de compilation du Ministère (Simard et al., 2004b-d; Roy et al., 2006) en fonction de la prédominance du wacke feldspathique, du siltstone et du mudstone et de leurs équivalents métamorphiques (Acp1), du conglomérat polygénique (Acp2) ou des formations de fer à oxydes (Acp3). À noter que dans la partie orientale de la formation (feuillet 32G08-200-0101), Roy et al. (2006) avaient introduit une nouvelle unité (Acp4) constituée d’amphibolite. Cette dernière unité a été réassignée à la Formation d’Obatogamau dans le cadre de la rédaction de cette fiche stratigraphique. Sharma et al. (1987) avaient observé une interdigitation entre les roches volcaniques mafiques de la Formation d’Obatogamau (Groupe de Roy) et les roches sédimentaires de la Formation de Caopatina. Ils ont déduit que cette dernière était contemporaine. Par ailleurs, dans les cartes de compilation du Ministère, des roches correspondant à l’unité Acp1 de la Formation de Caopatina, situées en périphérie de la bande principale et intercalées aux roches volcaniques de la Formation d’Obatogamau, avaient d’abord été incluses dans l’unité Aon5 de cette dernière (p. ex. l’extrémité NW de la Formation de Caopatina; Simard et al., 2004a). Dans ces cartes, la Formation de Caopatina est associée au Groupe de Roy, tout comme la Formation d’Obatogamau. Cependant, l’âge maximum de sédimentation d’un échantillon provenant de la Formation de Caopatina (<2707,3 ±2,3 Ma; David et al., 2006) est plutôt similaire à celui obtenu pour la Formation de Stella (<2704 ±2 Ma; Leclerc et al., 2012) qui appartient au Groupe d’Opémisca. Ce résultat vient infirmer l’hypothèse de Sharma et al. (1987) et la Formation de Caopatina est intégrée ici au Groupe d’Opémisca (F. Leclerc, communication personnelle, 18 octobre 2021).

Description

La Formation de Caopatina consiste en une séquence de roches majoritairement sédimentaires épiclastiques déposées à la faveur de courants de turbidité (Sharma et al., 1987; Tait et al., 1990; Midra et al., 1992b; Midra et al., 1992c; Midra et al., 1994; Dion et Simard, 1999) et partiellement métamorphisées au faciès des schistes verts ou des amphibolites (Hébert, 1980; Simard, 1992; Roy et Caderon, 2006b). Elle est divisée en trois unités informelles comprenant du wacke feldspathique, du siltstone, du mudstone et leurs équivalents métamorphiques qui incluent du schiste à biotite-hornblende ± grenat, du paragneiss à biotite ± grenat et de l’amphibolite, ainsi que des proportions moindres de conglomérat polygénique et de basalte (unité nAcp1), du conglomérat polygénique non jointif et du wacke feldspathique accompagnés de siltshale et de mudstone (unité nAcp2) et, finalement, des formations de fer indifférenciées et du schiste dérivé de formation de fer à oxydes et de mudstone (unité nAcp3). Les différents faciès des roches sédimentaires de la Formation de Caopatina reflètent un milieu de déposition en eau profonde suite à l’érosion significative des roches volcaniques du plancher océanique et la présence des conglomérats chenalisés suggère un système de cônes sous-marin à fragments grossiers (Mueller et al., 1989; Mueller et Donaldson, 1992; Dubé et Mercier-Langevin, 2020).

La Formation de Caopatina fait partie de la Bande Caopatina-Desmaraisville et contient plusieurs zones minéralisées en or (Dion et Simard, 1999). En effet, les formations de fer à magnétite ou les zones de pyrrhotite-pyrite massive de la formation peuvent constituer des cibles intéressantes pour des minéralisations aurifères associées aux formations de fer (type mine Lupin), particulièrement dans les zones de charnière de pli (Dion et Guha, 1994; Dion et Simard, 1999).

Formation de Caopatina 1 (nAcp1) : Wacke feldspathique, siltstone et mudstone; schiste à biotite-hornblende ± grenat, paragneiss à biotite ± grenat et amphibolite; conglomérat polygénique; basalte

L’unité nAcp1 est principalement formée de wacke feldspathique accompagné de siltstone et de mudstone (Hébert, 1980; Gobeil et Racicot, 1983; Tait et al., 1990; Midra et al., 1992b; Midra et al., 1992c; Midra et al., 1994). Le wacke feldspathique est blanchâtre à beige en surface altérée et gris pâle à gris-vert pâle en cassure fraiche (Hébert, 1980; Midra et al., 1992b; Midra et al., 1992c; Midra et al., 1994). La roche se compose principalement de cristaux millimétriques de plagioclase (jusqu’à 70 %) anguleux à subarrondis, communément brisés et localement maclés (Tait et al., 1990; Midra et al., 1992a; Midra et al., 1992b; Midra et al., 1994). L’altération du plagioclase en épidote et séricite est variable, mais devient prononcée dans les zones très déformées. Le quartz hypidiomorphe (2 mm) constitue la deuxième fraction en importance (1 à 20 %); il se présente communément en cristaux monocristallins subanguleux à arrondis, indiquant une source volcanique, et plus rarement en fragments polycristallins. La matrice (15 à 65 % de la roche), de granulométrie très fine à fine, est de composition quartzo-feldspathique. Habituellement, les grains de quartz et de feldspath sont suturés, donnant une structure microgranoblastique à la matrice. Dans les roches plus déformées, la matrice est complètement recristallisée et contient une proportion élevée de chlorite (feuillets de 0,1 à 0,4 mm), de carbonate, de muscovite, de séricite, d’épidote et de biotite, les minéraux typiques du métamorphisme au stade des schistes verts. Les micas, en feuillets hypidiomorphes (0,5 à 2 mm), soulignent alors une structure lépidoblastique. Des porphyroblastes de grenat apparaissent dans certaines zones fortement déformées. Le wacke contient également des fragments de roche volcanique, généralement des laves de composition intermédiaire à felsique, et de roches sédimentaires (mudstone principalement).

Le wacke occupe la base des lits granoclassés des séquences de turbidites ou forme des niveaux massifs, localement stratifiés, d’ordre centimétrique à métrique intercalés aux niveaux de siltstone-mudstone, millimétriques à centimétriques (Sharma et al., 1987; Tait et al., 1990; Midra et al., 1992b; Midra et al., 1992c; Midra et al., 1994; Dion et Simard, 1999). Ces roches sédimentaires fines sont caractérisées par du granoclassement normal et des stratifications parallèles; elles ont été déposées par un courant de turbidité sous la forme d’une séquence dans laquelle on reconnaît le plus communément les lits « A » (siltstone et grès fin) et « E » (argileux) de la séquence de Bouma. Les lits « E » sont généralement beaucoup plus minces que les lits « A ». D’autres structures sédimentaires ont également été observées : chenaux d’érosion, lamines convolutées, structures en flammes, structures en balles et coussins, et plis synsédimentaires (Midra et al., 1992b; Midra et al., 1994). Le siltstone (grès fin), gris pâle en cassure fraiche, sontt composés de fragments subanguleux à subarrondis de quartz et de plagioclase non maclé dans une matrice quartzo-feldspathique lépidogranoblastique très fine comprenant de la séricite, de la chlorite et de la clinozoïsite qui définissent la schistosité dans la roche (Tait et al., 1990; Midra et al., 1992c; Midra et al., 1994). Par rapport au wacke feldspathique, la proportion de plagioclase est plus faible et celle du quartz, plus élevée. Les niveaux argileux, foncés à noirâtres, présentent une structure lépidoblastique définie par les cristaux orientés de séricite et de chlorite, ces derniers étant accompagnés par une faible proportion de minéraux opaques (oxydes de fer) (Hébert, 1980; Tait et al., 1990; Midra et al., 1992c; Midra et al., 1994).

Avec l’augmentation du grade métamorphique, le wacke, le siltstone et le mudstone sont transformés en schiste à biotite-hornblende ± grenat, en amphibolite (Midra et al., 1992c; Dion et Simard, 1999) et en paragneiss à biotite ± grenat dans la partie orientale de la formation (Hébert, 1980; Simard, 1992; Roy et Caderon, 2006b; Dion et Simard, 1999). Le paragneiss est granoblastique et son aspect varie en fonction de la granulométrie et de la composition de la roche mère. Il est à grain fin ou moyen et montre communément un aspect massif ou faiblement folié caractérisé par l’alignement des feuillets de biotite rougeâtre (10 à 40 %) (Simard, 1992; Roy et Caderon, 2006b). Les roches métasédimentaires felsiques (issues du wacke ou du siltstone) sont gris clair à gris rosé en cassure fraiche et possèdent une patine gris brunâtre distincte. Les roches métasédimentaires plus mafiques sont plus sombres et contiennent une proportion importante de biotite et de hornblende. Le litage primaire est remplacé par un rubanement métamorphique consistant en bandes gris clair pauvres en biotite et hornblende, de quelques centimètres à près d’un mètre d’épaisseur, et de bandes vert foncé riches en biotite et hornblende dont l’épaisseur est généralement inférieure à 10 cm (Hébert, 1980; Simard, 1992). Le grenat peut être présent sous forme de pœciloblastes arrondis roses dans tous les types de roches métamorphiques, mais il est plus abondant dans les roches métasédimentaires plus mafiques (Hébert, 1980; Simard, 1992; Roy et Caderon, 2006b). Plusieurs autres minéraux entrent localement dans la composition de la roche, notamment la cordiérite, la kyanite, la scapolite, le graphite, la muscovite, les carbonates, l’apatite et le zircon (Roy et Caderon, 2006b).

L’unité nAcp1 comprend également quelques lentilles de conglomérat (Gobeil et Racicot, 1983; Midra et al., 1992c). La roche est grise en cassure fraiche et beige rouille en surface altérée dû à l’abondance de carbonates (Midra et al., 1992c). Les fragments (≤80 % de la roche) sont anguleux à subarrondis et leur taille atteint quelques dizaines de centimètres. Ils consistent majoritairement en roches volcaniques intermédiaires à felsiques. Seuls quelques niveaux à fragments de porphyre, d’envergure métrique à décamétrique, sont intercalés avec des niveaux gréseux et silteux. Une surface d’érosion marque communément le contact entre les niveaux conglomératiques et les lits gréseux sous-jacents.

Finalement, quelques niveaux de roche volcanique mafique et de filon-couche gabbroïque se trouvent par endroits intercalés aux roches sédimentaires (Sharma et al., 1987; Mueller et al., 1989; Midra et al., 1992c). Selon ces auteurs, ils présenteraient des similitudes avec les roches volcaniques et filons-couches de la Formation d’Obatogamau et correspondraient aux dernières pulsions du volcanisme pendant la période de sédimentation. Cependant, l’âge maximum de 2707 Ma obtenu dans un conglomérat de l’unité nAcp2 (David et al., 2006, cf. infra) ne supporte pas une telle corrélation entre la Formation de Caopatina et celle d’Obatogamau. Les interdigitations de roche volcanique dans la Formation de Caopatina correspondraient donc à une activité volcanique relativement tardive dans l’histoire de la région, mais qui avait cours au même moment dans d’autres secteurs de la ceinture de l’Abitibi (p. ex. Val-d’Or; M. Guemache, communication personnelle, 18 octobre 2021).

Formation de Caopatina 2 (nAcp2) : Conglomérat polygénique non jointif, wacke feldspathique, siltshale, mudstone

L’unité nAcp2 est constituée de conglomérat polygénique, de wacke feldspathique, de siltshale et de mudstone (Hébert, 1980; Gobeil et Racicot, 1983; Tait et al., 1990; Midra et al., 1994). Dans la partie orientale de la formation (feuillet 32G08), le grade métamorphique est plus élevé; un niveau de métaconglomérat et de métagrès est décrit par Simard (1992). Le wacke est gris pâle en cassure fraiche, blanchâtre en surface altérée, de granulométrie fine à moyenne et présente un structure granoblastique (Hébert, 1980; Tait et al., 1990; Midra et al., 1994). Il est composé de plagioclase, de quartz, de biotite, de chlorite, d’épidote et, en proportion moindre, de grenat (~1 mm de diamètre; Simard, 1992) et de hornblende (Hébert, 1980; Tait et al., 1990). La biotite et la chlorite sont orientées selon la foliation (Tait et al., 1990).

D’aspect généralement massif, le conglomérat présente par endroits un litage grossier marqué par une variation granulométrique ou dans la proportion de certains types de fragments (Midra et al., 1994). Il est principalement composé de fragments plutôt arrondis de porphyre à quartz et à feldspath (QFP), de fragments subarrondis de porphyre intermédiaire et, dans une moindre proportion, de fragments subarrondis de roches volcaniques felsiques à mafiques hypabyssales porphyriques à phénocristaux de plagioclase et de fragments aplatis de basalte pyriteux (Hébert, 1980; Tait et al., 1990; Midra et al., 1994; Dion et Simard, 1999). Des fragments subanguleux de shale noir et quelques fragments arrondis de chert sont également présents (Midra et al., 1994). Les fragments sont généralement de taille centimétrique, mais ils peuvent atteindre près de 2 m de diamètre, principalement les fragments de porphyre felsique (Tait et al., 1990; Simard, 1992; Midra et al., 1994). Ils peuvent être étirés dans le sens de la schistosité régionale (Hébert, 1980, Simard, 1992). La matrice quartzo-feldspathique du conglomérat (5 à 50 % du volume de la roche; Midra et al., 1994) est très similaire au wacke (Hébert, 1980; Tait et al., 1990).

Formation de Caopatina 3 (nAcp3) : Formation de fer indifférenciée; schiste dérivé de formation de fer à oxydes et de mudstone

Les niveaux de formation de fer à oxydes métamorphisés sont principalement présents dans la partie sud de la Formation de Caopatina, au sud des lacs Caopatina et d’Eu (portion sud des feuillets 32G07-200-0201 et 32G07-200-0202) et sont facilement repérables sur les cartes de relevé magnétique et électromagnétique de type Input (Relevés géophysiques Inc., 1982; Sial Géosciences Inc., 1989). Ces niveaux sont en alternance avec des roches métasédimentaires gréseuses caractérisées par la présence de cristaux de magnétite (Midra et al., 1992c). Le contact est marqué par la présence de minces niveaux millimétriques à centimétriques d’amphibolite à grenat, dont l’épaisseur varie en fonction de la puissance du niveau de formation de fer.

Épaisseur et distribution

La Formation de Caopatina représente une séquence de roches sédimentaires et métasédimentaires de 1 à 2 km d’épaisseur qui forme un bassin allongé situé au coeur d’un grand synclinal régional (le Synclinal de Druillettes) délimité par des failles longitudinales E-W (Sharma et al., 1987; Dion et Guha, 1988, 1989a, 1989b, 1994; Pilote et al., 1996; Dion et Simard, 1999). Elle s’étend sur >80 km, du feuillet 32G08, à l’est, au feuillet 32G11, à l’ouest, où elle diminue fortement en épaisseur et forme des segments discontinus. Les niveaux de formation de fer (unité nAcp3) varient en épaisseur de 2 à 40 cm avec un espacement décimétrique à métrique (Midra et al., 1992c).

 

Datation

La datation U-Pb sur zircon d’un conglomérat polygénique contenant des fragments arrondis de tonalite, de grès et de roches volcaniques mafiques et felsiques de l’unité nAcp2 (échantillon SGNO-2004-01) a donné un âge maximal de sédimentation de 2707,3 ±2,3 Ma (David et al., 2006).

Relations stratigraphiques

La Formation de Caopatina repose sur les roches volcaniques de la Formation d’Obatogamau (2726,2 ±1,6 Ma; Boucher et al., 2020) qui, sur la carte, l’entoure presque entièrement. Dans sa partie orientale, elle est également en contact avec le Pluton de Némenjiche, l’extrémité NE du Pluton d’Hébert (2695,3 ±1 Ma; David et al., 2009) ainsi qu’avec de la granodiorite et de la tonalite gneissiques non assignées à une unité spécifique. L’âge maximal de sédimentation de la Formation de Caopatina (<2707,3 ±2,3 Ma) est comparable à celui de la Formation de Stella (<2704 ±2 Ma; Leclerc et al., 2012).

Paléontologie

Pas de fossiles rapportés.

Références

Publications accessibles dans SIGÉOM Examine

DAVID, J., DION, C., GOUTIER, J., ROY, P., BANDYAYERA, D., LEGAULT, M., RHEAUME, P., 2006. Datations U-Pb effectuées dans la Sous-province de l’Abitibi à la suite des travaux de 2004-2005. MRNF, GEOTOP UQAM-MCGILL; RP 2006-04, 22 pages.

DAVID, J., DION, C., GOUTIER, J., ROY, P., BANDYAYERA, D., LEGAULT, M., RHEAUME, P., 2006. U-PB AGE DATING CARRIED OUT IN THE ABITIBI SUBPROVINCE, 2004-2005 PROJECTS. MRNF, GEOTOP UQAM-MCGILL; RP 2006-04(A), 1 page.

 

DAVID, J., DAVIS, D. W., BANDYAYERA, D., PILOTE, P., DION, C., 2009. Datations U-Pb effectuées dans les sous-provinces de l’Abitibi et de La Grande en 2006-2007. GEOTOP UQAM-MCGILL, UNIVERSITE DE TORONTO, MRNF; RP 2009-02, 17 pages.

DAVID, J., DAVIS, D. W., BANDYAYERA, D., PILOTE, P., DION, C., 2009. U-PB AGE DATING IN THE ABITIBI AND LA GRANDE SUBPROVINCES IN 2006-2007. MRNF; RP 2009-02(A), 1 page.

DELAND, A. N., 1954. RAPPORT PRELIMINAIRE SUR LA REGION DU LAC SURPRISE, COMTE D’ABITIBI-EST. MRN; RP 292, 16 pages, 1 plan.

DELAND, A. N., 1954. PRELIMINARY REPORT ON SURPRISE LAKE AREA, ABITIBI-EAST COUNTY. MRN; RP 292(A), 12 pages, 1 plan.

DELAND, A. N., 1955. RAPPORT PRELIMINAIRE SUR LA REGION DE GRADIS – MACHAULT, COMTE D’ABITIBI-EST. MRN; RP 312, 13 pages, 1 plan.

DELAND, A. N., 1955. PRELIMINARY REPORT ON GRADIS – MACHAULT AREA, ABITIBI-EAST COUNTY. MRN; RP 312(A), 10 pages, 1 plan.

DELAND, A. N., GRENIER, P. E., 1959. REGION D’HAZEUR – DRUILLETTES, DISTRICT ELECTORAL D’ABITIBI-EST. MRN; RG 087, 98 pages, 3 plans.

DELAND, A. N., GRENIER, P. E., 1959. HAZEUR – DRUILLETTES AREA, ABITIBI-EAST DISTRICT. MRN; RG 087(A), 84 pages, 3 plans.

DION, C., GUHA, J., 1988. ETUDE METALLOGENIQUE DE LA BANDE CAOPATINA-QUEVILLON: GITOLOGIE DE LA MINE JOE MANN – REGION DE CHIBOUGAMAU. MRN; MB 88-29, 92 pages.

DION, C., GUHA, J., 1989a. ETUDE METALLOGENIQUE DE LA BANDE CAOPATINA-DESMARAISVILLE (SECTEUR JOE MANN) – LES INDICES AURIFERES, PHASE II -. UQAC; MB 89-62, 95 pages.

DION, C., GUHA, J., 1989b. ETUDE METALLOGENIQUE DE LA BANDE CAOPATINA-QUEVILLON REGION DE CHIBOUGAMAU (SECTEUR DE JOE MANN) – LES INDICES AURIFERES -. MRN; MB 89-17, 36 pages.

DION, C., GUHA, J., 1994. MINERALISATION AURIFERE DU SECTEUR ORIENTAL DE LA BANDE CAOPATINA-DESMARAISVILLE. MRN; ET 91-10, 156 pages.

DION, C., SIMARD, M., 1999. COMPILATION ET SYNTESE GEOLOGIQUE ET METALOGENIQUE DU SEGMENT DE CAOPATINA, REGION DE CHIBOUGAMAU. MRN; MB 99-33, 343 pages.

GILBERT, J. E., 1952. PRELIMINARY REPORT ON ROHAULT AREA, ABITIBI-EAST AND ROBERVAL COUNTIES. MRN; RP 267(A), 11 pages, 1 plan.

GILBERT, J. E., 1952. RAPPORT PRELIMINAIRE SUR LA REGION DE ROHAULT, COMTES D’ABITIBI-EST ET DE ROBERVAL. MRN; RP 267, 14 pages, 1 plan.

GILBERT, J. E., 1959. REGION DE ROHAULT, DISTRICTS ELECTORAUX D’ABITIBI-EST ET DE ROBERVAL. MRN; RG 086, 40 pages, 1 plan.

GILBERT, J. E., 1959. ROHAULT AREA, ABITBI-EAST AND ROBERVAL ELECTORAL DISTRICTS. MRN; RG 086(A), 38 pages, 1 plan.

GOBEIL, A., RACICOT, D., 1982. REGION DES LACS CAOPATINA ET DES VENTS, DISTRICT DE CHIBOUGAMAU. MRN; DP-82-18, 1 plan.

GOBEIL, A., RACICOT, D., 1983. CARTE LITHOSTRATIGRAPHIQUE DE LA REGION DE CHIBOUGAMAU. MRN; MM 83-02, 21 pages, 2 plans.

GRENIER, P. E., 1953. PRELIMINARY REPORT ON GAMACHE AREA, ABITIBI-EAST COUNTY. MRN; RP 284(A), 11 pages, 1 plan.

GRENIER, P. E., 1953. RAPPORT PRELIMINAIRE SUR LA REGION DE GAMACHE, COMTE D’ABITIBI-EST. MRN; RP 284, 16 pages, 1 plan.

HEBERT, C., 1975. RAPPORT PRELIMINAIRE: QUART NORD-OUEST DU CANTON DE ROHAULT (COMTES D’ABITIBI-EST ET DE ROBERVAL). MRN; DP 330, 13 pages, 1 plan.

HEBERT, C., 1980. GEOLOGIE DU QUART SUD-OUEST DU CANTON DE LA DAUVERSIERE ET DU QUART NORD-OUEST DU CANTON DE ROHAULT, DISTRICT DE CHIBOUGAMAU, QUEBEC. MRN; DPV 723, 55 pages, 1 plan.

HOCQ, M., 1990. CARTE LITHOTECTONIQUE DES SOUS-PROVINCES DE L’ABITIBI ET DU PONTIAC. MRN; DV 89-04, 4 plans.

LAUZIERE, K., CHOWN, E. H., 1988. GEOLOGIE DU SECTEUR DU LAC REMICK – PROJET CAOPATINA. MRN; DP-88-12, 2 plans.

LAUZIERE, K., CHOWN, E. H., MUELLER, W., TAIT, L., 1989a. GEOLOGIE DU SECTEUR DES LACS DES VENTS, SURPRISE ET CAOPATINA – RAPPORT INTERIMAIRE. UQAC; MB 89-40, 101 pages, 3 plans.

LAUZIERE, K., CHOWN, E. H., SHARMA, K. N. M., 1989b. GEOLOGIE DE LA REGION DU LAC REMICK – PROJET CAOPATINA – RAPPORT INTERIMAIRE. UQAC; MB 89-60, 93 pages, 3 plans.

LAUZIERE, K., CHOWN, E. H., TAIT, L., 1990. GEOLOGIE DE LA PARTIE EST DU SECTEUR DE CAOPATINA. MRN; DP-90-04, 4 plans.

MIDRA, R., CHOWN, E. H., TAIT, L., 1992a. GEOLOGIE DE LA REGION DU LAC DICKSON (BANDE CAOPATINA-DESMARAISVILLE). MRN; ET 90-01, 1 plan.

MIDRA, R., CHOWN, E. H., TAIT, L., 1992b. GEOLOGIE DE LA REGION DU LAC DICKSON (BANDE CAOPATINA-DESMARAISVILLE). MRN; MB 91-30, 65 pages.

MIDRA, R., LAUZIERE, K., CHOWN, E. H., MUELLER, W., 1992c. GEOLOGIE DU SECTEUR DU LAC SURPRISE, BANDE CAOPATINA – DESMARAISVILLE (SOUS-PROVINCE DE L’ABITIBI). MRN; MB 92-16, 124 pages, 4 plans.

MIDRA, R., LAUZIERE, K., CHOWN, E. H., TAIT, L., 1993. GEOLOGIE DU SECTEUR DU LAC DODA BANDE CAOPATINA-DESMARAISVILLE (SOUS-PROVINCE DE L’ABITIBI). MRN; ET 91-05, 4 plans.

MIDRA, R., LAUZIERE, K., CHOWN, E. H., TAIT, L., 1994. GEOLOGIE DU SECTEUR DU LAC DODA (FEUILLET 32G/06) BANDE CAOPATINA-DESMARAISVILLE (SOUS-PROVINCE DE L’ABITIBI. MRN; MB 93-12, 88 pages.

PILOTE, P., DION, C., MORIN, R., 1996. GEOLOGIE ET EVOLUTION METALLOGENIQUE DE LA REGION DE CHIBOUGAMAU : DES GITES DE TYPE CU-AU-MO PORPHYRIQUES AUX GISEMENT FILONIENS MESOTHERMAUX AURIFERES. MRN; MB 96-14, 178 pages.

RELEVES GEOPHYSIQUES INC, 1982. LEVE EM AERIEN PAR INPUT MK VI – REGION DU LAC DODA. DP 927, 42 plans.

REMICK, J. H., 1957. PRELIMINARY REPORT ON GUERCHEVILLE – LAPPARENT AREA, ABITIBI-EAST ELECTORAL DISTRICT. MRN; RP 343(A), 12 pages, 1 plan.

REMICK, J. H., 1957. RAPPORT PRELIMINAIRE SUR LA REGION DE GUERCHEVILLE – LAPPARENT, DISTRICT ELECTORAL D’ABITIBI-EST. MRN; RP 343, 15 pages, 1 plan.

ROY, P., CADÉRON, S., 2006a. Géologie de la région des lacs Rohault et Bouteroue (32G08-200-0101). In : MRNF, 2010. Carte(s) géologique(s) du Sigéom – feuillet 32G. CG SIGEOM32G, 61 plans.

ROY, P., CADERON, S., 2006b. GEOLOGIE DE LA REGION DES LACS ROHAULT ET BOUTEROUE (32G08-200-0101 ET 32G08-200-0102). MRNF; RP 2006-02, 14 pages, 2 plans.

ROY, P., CADERON, S., 2006b. GEOLOGY OF THE LAC ROHAULT AND LAC BOUTEROUE AREA (32G08-200-0101 AND 32G08-200-0102). MRNF; RP 2006-02(A), 1 page.

ROY, P., SIMARD, M., MORIN, R., 2006. Compilation géoscientifique – Géologie 1/20 000, 32G08-200-0201 – LAC ROHAULT. In : MRNF, 2010. Carte(s) géologique(s) du Sigéom – feuillet 32G. CG SIGEOM32G, 61 plans.

SIAL GEOSCIENCES INC, 1989. TRAITEMENT DES DONNEES GEOPHYSIQUES (AEROMAGNETIQUES) – LAC SURPRISE. DV 89-08, 1 page, 2 plans.

SHARMA, K. N. M., GOBEIL, A., MUELLER, W., 1987. STRATIGRAPHIE DE LA REGION DU LAC CAOPATINA. MRN; MB 87-16, 16 pages.

SIMARD, M., 1992. GEOLOGIE DE LA REGION DU LAC ROHAULT (CHIBOUGAMAU). MRN; MB 92-23, 46 pages, 1 plan.

SIMARD, M., MORIN, R., OUELLET, M.-C., 2004a. Compilation géologique 1/20 000, 32G11-200-0101 – LAC RACHEL. In : MRNF, 2010. Carte(s) géologique(s) du Sigéom – feuillet 32G. CG SIGEOM32G, 61 plans.

SIMARD, M., MORIN, R., OUELLET, M.-C., 2004b. Compilation géoscientifique – Géologie 1/20 000, 32G06-200-0202 – LAC DODA. In : MRNF, 2010. Carte(s) géologique(s) du Sigéom – feuillet 32G. CG SIGEOM32G, 61 plans.

SIMARD, M., MORIN, R., OUELLET, M.-C., 2004c. Compilation géoscientifique – Géologie 1/20 000, 32G07-200-0201 – LAC CAOPATINA. In : MRNF, 2010. Carte(s) géologique(s) du Sigéom – feuillet 32G. CG SIGEOM32G, 61 plans.

SIMARD, M., MORIN, R., OUELLET, M.-C., 2004d. Compilation géoscientifique – Géologie 1/20 000, 32G07-200-0202 – LAC CAOPATINA. In : MRNF, 2010. Carte(s) géologique(s) du Sigéom – feuillet 32G. CG SIGEOM32G, 61 plans.

TAIT, L., CHOWN, E. H., 1987. GEOLOGIE DE LA REGION DE DU GUESCLIN – DISTRICT DE CHIBOUGAMAU. MRN; DP-87-12, 5 plans.

TAIT, L., SHARMA, K. N. M., CHOWN, E. H., BARRETTE, J. P., 1990. GEOLOGIE DE LA REGION DE DU GUESCLIN – RAPPORT INTERIMAIRE -. UQAC; MB 90-01, 67 pages, 3 plans.

 

Autres publications

BOUCHER, A., MATHIEU, L., HAMILTON, M.A.,  BEDEAUX, P., DAIGNEAULT, R.2020. Petrogenesis and economic potential of the Obatogamau Formation, Chibougamau area, Abitibi greenstone belt. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 58, pages 519-541. https://doi.org/10.1139/cjes-2020-0032

 

DUBÉ, B., MERCIER-LANGEVIN, P., 2020. Gold Deposits of the Archean Abitibi Greenstone Belt, Canada. SEG Special Publications; volume 23, pages 669-708. https://doi.org/10.5382/SP.23.32

 

LECLERC, F., HARRIS, L.B., BÉDARD, J.H., VAN BREEMEN, O., GOULET, N., 1992. Structural and Stratigraphic Controls on Magmatic, Volcanogenic, and Shear Zone-Hosted Mineralization in the Chapais-Chibougamau Mining Camp, Northeastern Abitibi, Canada(1,2). Economic Geology; volume 107, pages 963-989. https://doi.org/10.2113/econgeo.107.5.963

 

MAWDSLEY, J.B., NORMAN, G.W.H., 1938. Chibougamau Sheet, East Half, Abitibi Territory, Quebec. Commission géologique du Canada; Carte série « A » 397A, 1 feuille. https://doi.org/10.4095/108006

 

MUELLER, W., CHOWN, E.H., SHARMA, K.N.M., TAIT, L., ROCHELEAU, M., 1989. Palegeographic and paleotectonic evolution of a basement controlled archean supracrustal sequence, Chibougamau, Québec. Journal of Geology; volume 97, pages 399-420. https://doi.org/10.1086/629319

 

MUELLER, W., DONALDSON, J.A., 1992. Development of sedimentary basins in the Archean Abitibi belt, Canada: an overview. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 29, pages 2249-2265. https://doi.org/10.1139/e92-177

 

Citation suggérée

Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN). Formation de Caopatina. Lexique stratigraphique du Québec. https://gq.mines.gouv.qc.ca/lexique-stratigraphique/province-du-superieur/formation-de-caopatina [cité le jour mois année].

Collaborateurs

Première publication

Céline Dupuis, géo., Ph. D. celine.dupuis@mern.gouv.qc.ca (rédaction)

Mehdi A. Guemache, géo., Ph. D. (coordination); Charles St-Hilaire, géo. stag., M. Sc. (lecture critique et révision linguistique).

 
22 mars 2022