Membre de Dolomieu
Étiquette stratigraphique : [narc]do
Symbole cartographique : nAdo
 

Première publication :  
Dernière modification :
 
Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
Aucune
 
Auteur(s) : Charbonneau et al., 1991
Âge : Néoarchéen
Stratotype : Charbonneau et al. (1991, page 54) ont proposé un lectostratotype qui expose les cinq membres de la Formation de Haüy dans le secteur situé de part et d’autre de la route 113, à l’ouest de Chapais, entre les lacs Antoine et Gribouille (UTM NAD83 Zone 18N 492144 5518354).
Région type : Partie centrale du feuillet 32G14-200-0102
Province géologique : Province du Supérieur
Subdivision géologique : Sous-province de l’Abitibi
Lithologie : Andésite, arénite lithique, tuf à lapillis
Catégorie : Lithostratigraphique
Rang : Membre
Statut : Formel
Usage : Actif

 

Historique

Dans son interprétation préliminaire de la géologie des quarts NW du canton de Queylus et NE du canton de Haüy, Cimon (1976a) attribue les faciès sédimentaires et volcaniques de ce secteur à la Formation de Blondeau. Il modifie son interprétation peu après, intégrant ces lithologies à une nouvelle unité nommée « Formation de Haüy » qu’il positionne dans la portion supérieure du Groupe d’Opémisca (Cimon, 1976b). Les faciès sédimentaires et volcaniques de la Formation de Haüy ont par la suite été cartographiés dans les synclinaux de Chapais et de Waconichi (Dimroth et al., 1982 et 1985; Picard, 1984 et 1986; Piché, 1985; Daigneault, 1986; Mueller et Dimroth, 1984 et 1987; Mueller et al., 1989; Charbonneau et al., 1991; Mueller, 1991). Les travaux de cartographie détaillés réalisés à l’ouest de Chapais (Picard, 1984 et 1986; Piché, 1985; Charbonneau et al., 1991) ont permis de subdiviser la formation en cinq membres. Charbonneau et al. (1983) avaient initialement considéré la possibilité d’élever ces cinq unités au rang de formation. Toutefois, celles-ci ne sont pas présentes partout en dehors de la localité type et « certaines sont intimement interstratifiées entre elles » (Charbonneau et al., 1991). Les cinq unités reconnues à la localité type demeurent donc des membres inclus dans la Formation de Haüy. Les travaux de Dimroth et al. (1982 et 1985), Mueller et Dimroth (1987) et Mueller et al. (1989) permettent de placer la Formation de Haüy dans un contexte paléogéographique et paléotectonique. À l’échelle de l’Abitibi, l’unité comprise dans le Groupe d’Opémisca correspond au second cycle sédimentaire de l’Abitibi (Mueller et Donaldson, 1992; Daigneault et al., 2004).

Le nom de cette unité provient du lac Dolomieu situé dans le feuillet 32G14, un peu au sud de la route 113.

Description

Le Membre de Dolomieu comprend des andésites potassiques aphanitiques, microporphyriques et amygdalaires interstratifiées avec des lits d’arénite lithique, de tufs à lapillis grossiers et de tufs à blocs. Les coulées d’andésites présentent typiquement la succession de faciès suivants (Franconi, 1983) : a) aphanitiques et fracturées, b) amygdalaires et c) bréchiques.

Selon Piché (1985, page 15), les laves microporphyriques sont « typiquement constituées de 75 % de microlites de plagioclase, de 0,1 à 1 mm de long, de 25 % de matrice de chlorite, quartz, leucoxène, magnétite et parfois de sphène. La roche contient de 1 à 20 % de microphénocristaux tabulaires de plagioclase de dimensions millimétriques. La matrice entre les microlites de plagioclases est interprétée comme l’équivalent métamorphique du verre interstitiel de la lave. Les microlites présentent une texture fluidale dans la majorité des échantillons étudiés; les grands axes des microlites sont alignés parallèlement dans la roche en contournant les microphénocristaux ».

Les laves aphanitiques de Franconi (1983) ou coulées à lobes de Piché (1985) constituent des sections massives de couleur vert grisâtre, très fracturées. D’une épaisseur moyenne de 2 m, ces coulées sont limitées par des zones de lobes de laves mesurant de 20 à 150 cm prenant l’apparence de coussins incomplets délimités par des rubans de chlorite d’environ 1 cm.

Le faciès vésiculaire (Franconi, 1983) ou amygdalaire (Piché, 1985, page 18) forme la base et le sommet des coulées à lobes et « contiennent jusqu’à 20 % d’amygdales sphérique de cinq à dix millimètres de diamètre, concentrées en majorité à moins de 15 centimètres des bordures figées de la base et des sommets des lobes et des parties massives. Le centre de la partie massive des coulées est rarement amygdalaire. La taille des amygdales décroît du centre vers la bordure des lobes ».

Le faciès bréchique (Franconi, 1983; Piché, 1985, pages 19-22) regroupe les « coulées d’en moyenne deux mètres d’épaisseur, avec des brèches basales et sommitales d’environ trente centimètres d’épaisseur. La partie massive du centre de ces coulées ressemble aux zones massives des coulées à lobes intercalées sauf que les amygdales composent moins de 1 % de la roche et présentent des morphologies irrégulières, d’aspect écrasé, très différente des amygdales sub-sphériques des coulées à lobe. […] Les brèches sommitales et basales de ces coulées sont constituées de 90 % de fragments anguleux de lave cristalline, de 0,2 à 10 cm. Un ciment siliceux microcristallin granoblastique remplit les vides entre les fragments. Ce ciment ressemble au matériel de remplissage des amygdales des parties massives de ces coulées. Le contact entre les parties bréchiques et les parties massives est net mais pas nécessairement droit ».

Les tufs à lapillis et à blocs forment des niveaux d’une épaisseur de 0,5 à 10 m et d’une longueur allant jusqu’à 1 km. Les fragments mesurent de 1 à 15 cm et sont de composition homogène. La matrice de chlorite-séricite constitue en général jusqu’à 10 % de la roche (Piché, 1985).

Les affleurements visités par Leclerc et Daoudene (en préparation) n’ont pas permis d’établir de polarité dans le Membre de Dolomieu, mais Charbonneau (1981) a observé des roches volcanoclastiques granoclassées confirmant une polarité stratigraphique vers le nord.

Épaisseur et distribution

Le Membre de Dolomieu s’étend latéralement sur 13 km avec une épaisseur maximale de 1 km sur le flanc nord du Synclinal de Chapais. L’épaisseur réelle ne peut être définie avec certitude, puisque le sommet de l’unité correspond à un hiatus dans la sédimentation ou une discordance d’érosion, impliquant la présence de roches plus jeunes aujourd’hui érodées. Des grauwackes et des brèches sédimentaires remplissant des paléofissures ont été identifiés près du lac des Deux Orignaux (Otis, 1980, 1983), confirmant le dépôt à tout le moins local des roches paléoprotérozoïques de la Formation de Chibougamau en discordance sur celles de la Formation de Haüy.

Datation

Aucune.

Relation(s) stratigraphique(s)

Les basaltes du Membre de Dolomieu repose en contact concordant net sur les roches volcanoclastiques de la partie sommitale du Membre de Pantoufle (Charbonneau et al., 1991). La partie sommitale de l’unité correspond à une discordance d’érosion, laquelle représente une discontinuité majeure qui a permis le développement de la Zone de cisaillement de Kapunapotagen (Daigneault et Allard, 1990).

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Publications accessibles dans SIGÉOM Examine

CHARBONNEAU, J M., PICARD, C., DUPUIS-HEBERT, L. 1991. SYNTHESE GEOLOGIQUE DE LA REGION DE CHAPAIS-BRANSSAT (ABITIBI). MRN. MM 88-01, 202 pages et 13 plans.

CIMON, J. 1976. CANTONS DE QUEYLUS (NO) ET HAUY (NE). MRN. RP 613, 54 pages et 1 plan.

CIMON, J. 1976. GEOLOGIE DU CANTON DE QUEYLUS (NE), ABITIBI-EST. MRN. DPV 439, 38 pages et 1 plan.

DAIGNEAULT, R. 1986. GEOLOGIE DE LA PARTIE NORD-EST DU CANTON DE DOLLIER – REGION DE CHIBOUGAMAU. MRN. DV 85-19, 1 plan.

DAIGNEAULT, R., ALLARD, G O. 1990. LE COMPLEXE DU LAC DORE ET SON ENVIRONNEMENT GEOLOGIQUE – REGION DE CHIBOUGAMAU – SOUS-PROVINCE DE L’ABITIBI. IREM-MERI. MM 89-03, 290 pages.

LECLERC, F., DAOUDENE, Y. En préparation. Levé géologique dans la Sous-province de l’Abitibi à l’ouest de Chapais, Territoire Eeyou Istchee Baie James (région du lac des Deux Orignaux). MERN.

M E R. 1983. RAPPORT D’ETAPE DES TRAVAUX EN COURS A LA DIVISION DU PRECAMBRIEN. ET 82-01, 269 pages et 2 plans.

OTIS, M. 1980. DEMIE NORD DU CANTON DE DAUBREE. MRN. DP 924, 1 plan.

OTIS, M. 1983. GEOLOGIE DE LA DEMIE NORD DU CANTON DE DAUBREE. MRN. ET 83-06, 66 pages et 1 plan.

PICARD, C. 1986. PETROGRAPHIE ET GEOCHIMIE DES ROCHES VOLCANIQUES ARCHEENNES A L’OUEST DE CHAPAIS (SILLON DE MATAGAMI – CHIBOUGAMAU). MRN. MM 85-01, 108 pages et 2 plans.

Autres publications

DAIGNEAULT, R., MUELLER, W.U., CHOWN, E.H. 2004. Abitibi greenstone belt plate tectonics: the diachronous history of arc development, accretion and collision. In The Precambrian Earth: Tempos and Events (Eriksson, P.G., Altermann, W., Nelson, D.R., Mueller, W.U. and Catuneanu, O., editors). Elsevier; Developments in Precambrian Geology 12, pages 88-103.  

DIMROTH, E., MUELLER, W., ARCHER, P., GOBEIL, A., ALLARD, G.O. 1982. Evidence for extensive Archean shallow marine sedimentation in the Chibougamau area, Quebec. Geological Survey of Canada; Current Research Part A, Paper 82-1A, pages 29-36. https://doi.org/10.4095/119587

DIMROTH, E., ROCHELEAU, M., MUELLER, W., ARCHER, P., BRISSON, H., FORTIN, G., JUTRAS, M., LEFEBVRE, C., PICHÉ, M., PILOTE, P., SIMONEAU, P. 1985. Paleogeographic and paleotectonic response to magmatic processes: a case history from the Archean sequence in the Chibougamau area, Quebec. Geologische Rundschau; volume 74, pages 11-32. https://doi.org/10.1007/BF01764567

MUELLER, W. 1991. Volcanism and related slope to shallow-marine volcaniclastic sedimentation: an Archean example near Chibougamau, Quebec, Canada. Precambrian Research; volume 49, pages 1-22. https://doi.org/10.1016/0301-9268(91)90053-D

MUELLER, W., DIMROTH, E. 1984. Part B – Sedimentary features of the Stella and Haüy formations, Levy and Haüy Township, Chapais Syncline. In Fieldtrip No 12 –Sedimentary features and stratigraphy of the volcano sedimentary rocks of the Chapais Syncline (Chibougamau – Stratigraphy and Mineralization. An Archean belt with a difference) (Guha, J., Gobeil, A., Chown, E.H., editors). Canadian Institute of Mining and Metallurgy; Symposium held atUniversité du Québec à Chicoutimi, guidebook, pages 211-231.

MUELLER, W., DIMROTH, E. 1987.  A terrestrial-shallow marine transition in the Archean Opemisca Group east of Chapais, Quebec. Precambrian Research; volume 37, pages 29-55. https://doi.org/10.1016/0301-9268(87)90038-6

MUELLER, W., DONALDSON, J.A. 1992. Development of sedimentary basins in the Archean Abitibi belt, Canada: an overview. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 29, pages 2249-2265. https://doi.org/10.1139/e92-177

MUELLER, W., CHOWN, E.H., SHARMA, K.N.M., TAIT, L., ROCHELEAU, M. 1989. Paleogeographic and paleotectonic evolution of a basement-controlled Archean supracrustal sequence, Chibougamau-Caopatina, Quebec. Journal of Geology; volume 97, pages 399-420. https://www.journals.uchicago.edu/doi/10.1086/629319

PICARD, C. 1984. Évolution génétique et géodynamique du sillon de roches vertes archéennes de Matagami-Chibougamau dans la partie occidentale du synclinal de Chapais (Abitibi-Est, Québec). Université Claude Bernard; thèse de doctorat, 233 pages.

PICHÉ, M. 1985. La Formation de Haüy à L’ouest de Chapais; volcanisme sub-aérien en milieu fluviatile. Université du Québec à Chiboutimi; mémoire de maîtrise, 188 pages. https://constellation.uqac.ca/1525/

Citation suggérée

Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN). Membre de Dolomieu. Lexique stratigraphique du Québec. https://gq.mines.gouv.qc.ca/lexique-stratigraphique/province-du-superieur/membre-de-dolomieu [cité le jour mois année].

Collaborateurs

Première publication

François Leclerc, géo., Ph. D. francois.leclerc@mern.gouv.qc.ca (rédaction)

Mehdi A. Guemache, géo., Ph. D. (coordination); James Moorhead, géo., M. Sc. (lecture critique); Claude Dion, géo., M. Sc. (révision linguistique); André Tremblay (montage HTML). 

 
22 décembre 2020