Formation de Stella
Étiquette stratigraphique : [narc]st
Symbole cartographique : nAst
 

Première publication :  
Dernière modification :

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
nAst2 Mudrock
nAst1 Conglomérat polygénique
 
Auteur(s) : Caty, 1975
Âge : Néoarchéen
Stratotype : Aucun
Région type : Affleurements représentatifs aux abords des chemins forestiers à l’arrière du moulin à scie Barrette (intersection de la route 113 et de la route forestière R1009, au SW du feuillet 32G15-200-0102)
Province géologique : Province du Supérieur
Subdivision géologique : Sous-province de l’Abitibi
Lithologie : Roches sédimentaires
Catégorie : Lithostratigraphique
Rang : Formation
Statut : Formel
Usage : Actif

 

Historique

La Formation de Stella a été instaurée par Caty (1975) lors de la cartographie de la demie-ouest du canton de Richardson. Les roches sédimentaires de ce secteur sont rapidement réattribuées à la Formation de Chebistuan (Caty, 1977), mais l’usage de la Formation de Stella est maintenu pour désigner la partie inférieure du Groupe d’Opémisca dans le Synclinal de Chapais (Cimon, 1976; Dimroth et al., 1985; Mueller et Dimroth, 1987) et sur le flanc sud du Synclinal de Waconichi, au nord du lac Hook (Morin, 1990). 

Le nom provient du lac Stella localisé dans le feuillet 32G09.

Description

La Formation de Stella est composée de conglomérat polygénique, de grès et de mudrock. Elle se distingue de la Formation de Haüy par l’absence de lentilles de basalte et d’andésite à structure trachytique ainsi que de tufs à lapillis et à blocs moyens à grossiers de même composition. Le conglomérat polygénique se présente sous la forme de lentilles dont l’épaisseur varie généralement de 0,1 à 2 m, mais qui peut atteindre localement jusqu’à 15 m (Mueller et Dimroth, 1987). Ces lentilles constituent des séquences à granoclassement normal et inverse, reconnues sur une épaisseur de 100 à 200 m (Dimroth et al., 1985). La matrice du conglomérat composée de grès feldspathique chloriteux est localement transformée en schiste à séricite-chlorite. Les clastes arrondis sont formés de roches volcaniques mafiques localement amygdalaires, de laves intermédiaires à phénocristaux de plagioclase, de laves felsiques, d’intrusion porphyrique à phénocristaux de quartz et de plagioclase, de tonalite, de trondjhémite, de tuf à lapillis, de chert et de conglomérat à matrice de grès. Ces clastes ont un diamètre moyen de 10 cm et peuvent atteindre jusqu’à 30 à 40 cm. Des lentilles de mudrocks et de grès d’environ 10 à 30 m d’épaisseur sont interstratifiées au travers des séquences de conglomérats granoclassées. La composition du grès varie en fonction de la nature des conglomérats; les arénites lithiques feldspathiques riches en quartz (> 20%) et les arkoses lithiques sont associées avec les conglomérats à cailloux de trondhjémite alors que les arkoses pauvres en quartz (< 5%) et les arkoses lithiques sont associées aux conglomérats à cailloux de tonalite (Dimroth et al., 1985). Les structures sédimentaires (grès à laminations obliques surmontés par les mudrocks dans la zone d’estran) suggèrent un milieu sédimentaire littoral à marin de faible profondeur. (Dimroth et al., 1985; Mueller et Dimroth, 1987). Les faciès sont typiques de cônes alluviaux et de réseaux tressés qui alternent avec des cordons littoraux et sublittoraux (Dimroth et al. (1985).

 

 

Formation de Stella 1(nAst1) : Conglomérat polygénique

Cette unité cartographiée dans les secteurs du lac Laura (feuillet 32G15-200-0102), du lac Progress (feuillets 32G14-200-0102 et 32G15-200-0101) et du lac Hook (feuillet 32G15-200-0201) désigne des lentilles de conglomérat polygénique suffisamment épaisses pour être distinguées de lentilles de mudrocks et de grès (Morin, 1990 et 1994). 

 

Formation de Stella 2 (nAst2) : Mudrock

Cette unité désigne des lentilles de mudrock cartographiées dans le secteur du lac Laura (feuillet 32G15-200-0102). L’unité de mudrock consiste en une alternance de lits millimétriques (2 à 3 mm) de clayslate gris sombre et de siltstone beige. La présence de grains de pyrite finement disséminés donne une couleur rouille à la surface de l’affleurement. Le contenu en graphite explique la présence de nombreuse anomalies électromagnétiques de type INPUT (Morin, 1994). L’unité est caractérisée par des lits normalement granoclassés et des laminations obliques et entrecroisées.

 

Épaisseur et distribution

La Formation de Stella affleure dans le Synclinal de Chapais et le Synclinal de Waconichi (Daigneault et Allard, 1990). Son épaisseur est estimée entre 1000 et 2000 m (Dimroth et al., 1985). Dans la région de Chapais, elle est évaluée à 1400 m (Morin, 1994).

Datation

Un échantillon de conglomérat polygénique recueilli à l’est du lac Laura, dans le secteur de Chapais (feuillet 32G10), a permis de déterminer un âge maximal de sédimentation de 2704 ±2 Ma (Leclerc et al., 2012). 

Système isotopique Minéral Âge de maximum de sédimentation (Ma) (+) (-) Référence(s)
U-Pb Zircon  < 2704 2 2 Leclerc et al., 2012

Relation(s) stratigraphique(s)

Les roches sédimentaires de la Formation de Stella correspondent au deuxième cycle volcano-sédimentaire reconnu à l’échelle de la Sous-province de l’Abitibi (Mueller et al., 1989; Mueller et Donaldson, 1992; Daigneault et al., 2004). Elles reposent en discordance sur le Pluton de Chibougamau et les roches volcaniques du Groupe de Roy. Cette discordance permet d’expliquer notamment l’opposition des polarités stratigraphiques observée dans les roches des groupes de Roy et d’Opémisca de part et d’autre de la Zone de cisaillement de Kapunapotagen, ainsi que l’absence de la portion supérieure du Groupe de Roy dans le secteur SW du feuillet 32G15-200-0102 (Daigneault et Allard, 1990; Leclerc et Houle, 2013). À l’ouest de Chapais (feuillets 32G15-200-0101 et 32G14-200-0102), le contact entre les conglomérats polygéniques à la base des formations de Stella et de Haüy et les turbidites au sommet de la Formation de Daubrée semble concordant (Simoneau, 1986). Toutefois, les turbidites sont typiques d’un dépôt en milieu sous-marin alors que les conglomérats caractérisent les dépôts en milieu fluviatiles. Ce changement important des conditions de sédimentation suggère un hiatus dans le dépôt des roches. Le sommet de l’unité est caractérisé par un contact concordant et transitionnel avec les roches de la Formation de Haüy (Dimroth et al., 1982 et 1985; Mueller et Dimroth, 1987; Daigneault et Allard, 1990; Charbonneau et al., 1991).

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Publications accessibles dans SIGÉOM Examine

LECLERC, F., HOULE, P. 2013. Géologie de la région du lac Simon (32G15-200-0102). MRN; RP 2013-02, 24 pages, 1 plan.

MORIN, R. 1990. Géologie des cantons de Cuvier, de Barlow et d’Opémisca (partie est) – Projet Lévy, phase II. MRN; MB 90-35, 21 pages, 3 plans.

 

Autres publications

DAIGNEAULT, R., MUELLER, W.U., CHOWN, E.H. 2004. Abitibi greenstone belt plate tectonics: the diachronous history of arc development, accretion and collision. In The Precambrian Earth: Tempos and Events (Eriksson, P.G., Altermann, W., Nelson, D.R., Mueller, W.U. and Catuneanu, O., editors). Elsevier; Developments in Precambrian Geology; Volume 12, pages 88-103. https://www.elsevier.com/books/the-precambrian-earth/eriksson/978-0-444-51506-3

DIMROTH, E., MUELLER, W., ARCHER, P., GOBEIL, A., ALLARD, G.O.1982. Evidence for extensive Archean shallow marine sedimentation in the Chibougamau area, Quebec. Geological Survey of Canada; Current Research Part A, Paper 82-1A, pages 29-36. doi.org/10.4095/119587

DIMROTH, E., ROCHELEAU, M., MUELLER, W., ARCHER, P., BRISSON, H., FORTIN, G., JUTRAS, M., LEFEBVRE, C., PICHÉ, M., PILOTE, P., SIMONEAU, P. 1985. Paleogeographic and paleotectonic response to magmatic processes: a case history from the Archean sequence in the Chibougamau area, Quebec. Geologische Rundschau; volume 74, pages 11-32. doi.org/10.1007/BF01764567

LECLERC, F., HARRIS, L.B., BÉDARD, J.H., VAN BREEMEN, O., GOULET , N., 2012. Structural and stratigraphic controls on magmatic, volcanogenic and syn-tectonic mineralization in the Chapais-Chibougamau mining camp, northeastern Abitibi, Canada. Economic Geology; volume 107, pages 963-989. doi.org/10.2113/econgeo.107.5.963

MUELLER, W., DIMROTH, E. 1987. A terrestrial-shallow marine transition in the Archean Opemisca Group east of Chapais, Quebec. Precambrian Research; volume 37, pages 29-55. doi.org/10.1016/0301-9268(87)90038-6

MUELLER, W., DONALDSON, J.A. 1992. Development of sedimentary basins in the Archean Abitibi belt, Canada: an overview. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 29, pages 2249-2265. doi.org/10.1139/e92-177

MUELLER, W., CHOWN, E.H., SHARMA, K.N.M., TAIT, L., ROCHELEAU, M. 1989. Paleogeographic and paleotectonic evolution of a basement-controlled Archean supracrustal sequence, Chibougamau-Caopatina, Quebec. Journal of Geology; volume 97, pages 399-420. doi.org/10.1086/629319

SIMONEAU, P. 1986. Pétrologie, sédimentologie et analyse des faciès de la Formation de Daubrée, Chapais, Québec. Université du Québec à Chicoutimi; mémoire de maîtrise, 486 pages, 1 plan. dx.doi.org/10.1522/1426742

Citation suggérée

Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN). Formation de Stella. Lexique stratigraphique du Québec. http://gq.mines.gouv.qc.ca/lexique-stratigraphique/province-du-superieur/formation-de-stella [cité le jour mois année].

Collaborateurs

Première publication

François Leclerc, géo., Ph. D. françois.leclerc@mern.gouv.qc.ca (rédaction)

Mehdi A. Guemache, géo., Ph. D. (coordination); James Moorhead, géo., M. Sc. (lecture critique); Claude Dion, ing., M. Sc. (révision linguistique); Yan Carette (montage HTML).

 
12 avril 2021