Groupe d’Opémisca
Étiquette stratigraphique : [narc]op
Symbole cartographique : nAop

Première publication :  
Dernière modification :

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
Aucune
Auteur :Norman, 1937
Âge :Néoarchéen
Coupe type :Aucune
Région type :Les meilleures zones d’affleurement du Groupe d’Opémisca sont situées dans la partie ouest du feuillet 32G15-200-0102 (Formation de Stella) et dans la partie centrale du feuillet 32G14-200-0102 (Formation de Haüy).
 
Province géologique :Province du Supérieur
Subdivision géologique :Sous-province de l’Abitibi
Lithologie :Roches sédimentaires et basaltes potassiques
Type d’unité :Lithostratigraphique
Rang :Groupe
Statut :Formel
Usage :Actif

 

 

Historique

Le Groupe d’Opémisca est initialement désigné par Norman (1937, 1941a,b) sous le nom de « Série d’Opémisca ». Rejetant l’idée d’une discordance dans les roches néoarchéennes, Duquette (1970) regroupe toutes les roches sédimentaires de la région dans la Formation de Blondeau. Lors de la cartographie du canton de Queylus, Cimon (1976) réintroduit le concept de la discordance séparant les unités des groupes de Roy et d’Opémisca.

Description

Le Groupe d’Opémisca est composé de conglomérat, d’arénite, de wacke et de mudrock interstratifiés avec des lentilles de roches volcaniques de composition andésitique et trachytique (Picard et Piboule, 1986b). Il comprend, de la base vers le sommet : a) la Formation de Stella; b) la Formation de La Trêve, située à l’ouest de Chapais, qui constitue l’équivalent stratigraphique latéral de la partie plus grossière de la Formation de Stella (Charbonneau et al., 1991); c) la Formation de Daubrée, aussi située à l’ouest de Chapais, qui constitue l’équivalent stratigraphique latéral de la partie plus fine de la Formation de Stella (Charbonneau et al., 1991); d) la Formation de Haüy; e) la Formation de Chebistuan, qui constitue un équivalent stratigraphique des formations de Stella et de Haüy dans le bassin du Synclinal de Waconichi au nord de l’Anticlinal de Chibougamau.

Épaisseur et distribution

Le Groupe d’Opémisca affleure le long des synclinaux de Chapais et de Waconichi (Daigneault et Allard, 1990). L’épaisseur totale estimée du Groupe d’Opémisca dans le Synclinal de Chapais est comprise entre 3 et 4 km (Mueller et Donaldson, 1992). Au nord-ouest de Chapais, les roches du Groupe d’Opémisca apparaissent également dans un bassin structural synclinal coupé par la zone de cisaillement inverse-senestre NE-SW de Lamarck.

Datation

Un échantillon de conglomérat polygénique recueilli à l’est du lac Laura dans le secteur de Chapais (feuillet SNRC 32G10) a permis de déterminer l’âge maximal de sédimentation de la Formation de Stella à <2704 ±2 Ma (Leclerc et al., 2012). Un échantillon de conglomérat polygénique recueilli au sud de Chapais a permis d’évaluer l’âge maximal de sédimentation du Membre de Gribouille de la Formation de Haüy à <2691,7 ±2,9 Ma (David et al., 2007).

Système isotopiqueMinéralÂge maximal de sédimentation (Ma)(+)(-)Référence(s)
U-PbZircon<270422Leclerc et al., 2012
U-PbZircon<2691,72,92,9David et al., 2007

 

Relation(s) stratigraphique(s)

Le contact à la base des roches sédimentaires du Groupe d’Opémisca est le plus souvent caractérisé par une discordance angulaire avec les roches volcaniques sous-jacentes du Groupe de Roy (Cimon, 1976; Caty, 1978; Simoneau, 1986). Toutefois, les roches sédimentaires de la Formation de Bordeleau dans le Synclinal de Waconichi constituent localement une unité de transition entre les deux groupes (Caty, 1979; Dimroth et al., 1983). La partie sommitale du Groupe d’Opémisca est coupée par la zone de cisaillement de Kapunapotagen (pendage abrupt, mouvement inverse du sud vers le nord) au niveau de la trace axiale du Synclinal de Chapais, ce qui a pour effet de mettre en opposition les roches du Groupe de Roy, à polarité vers le nord, et les roches du Groupe d’Opémisca, à polarité vers le sud. Cette relation structurale (Charbonneau et al., 1991, figure 34) est également reconnue dans le secteur de Chapais (Morin, 1994; Leclerc et al., 2010), ainsi que dans le secteur de Chibougamau jusqu’au Front de Grenville (Daigneault et Allard, 1990, figure 160).

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

 

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
CATY, J.L.Canton de Richardson (comté d’Abitibi-Est) – Rapport intérimaire. Ministère des Richesses naturelles, Québec; DP 606, 37 pages, 1 plan.1978DP 606
CATY, J.L.Demie-ouest du canton de Bignell. Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; DPV 678, 22 pages, 1 plan.1979DPV 678
CHARBONNEAU, J.-M. – PICARD, C. – DUPUIS-HÉBERT, L.Synthèse géologique de la région de Chapais-Branssat (Abitibi). Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; MM 88-01, 200 pages, 13 plans.1991MM 88-01
CIMON, J.Géologie du canton de Queylus (NE), Abitibi-Est. Ministère des Richesses naturelles du Québec; DPV 439, 38 pages, 1 plan.1976DPV 439
DAIGNEAULT, R. – ALLARD, G.O.Le Complexe du Lac Doré et son environnement géologique. Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; MM89-03, 375 pages.1990MM 89-03
DAVID, J.  – DAVIS, D.W.  – DION, C.  – GOUTIER, J. – LEGAULT, M. – ROY, P.Datations U-Pb effectuées dans la Sous-province de l’Abitibi en 2005-2006. Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, Québec; RP 2007-01, 17 pages. Géologie du canton de Queylus (NE), Abitibi-Est. Ministère des Richesses naturelles du Québec; DPV 439, 38 pages, 1 plan.2007RP 2007-01
DIMROTH, E. – MUELLER, W.  – ROCHELEAU, M. – ARCHER, P. – JUTRAS, M. – PICHÉ, M. – SIMONEAU, P. – CARIGNAN, J.  – CHOWN, E.H. – GUHA, J. – GOULET, N. – ALLARD, G.O. – FRANCONI, A. – GOBEIL, A.Stratigraphie et évolution du bassin de transition entre les groupes de Roy et d’Opémisca, région de Chibougamau-Chapais. Dans : Stratigraphie des ensembles volcano-sédimentaires archéens de l’Abitibi : état des connaissances. Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; DV 83-11, pages 21-33.1983DV 83-11
LECLERC, F. – HARRIS, L.B. – BÉDARD, J.H. – VAN BREEMEN, O. – GOULET, N.Structural and stratigraphic controls on magmatic, volcanogenic and syn-tectonic mineralization in the Chapais-Chibougamau mining camp, northeastern Abitibi, Canada. Economic Geology; volume 107, pages 963-989.2012Source
MUELLER, W. – DONALDSON, J.A.Development of sedimentary basins in the Archean Abitibi belt, Canada: an overview. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 29, pages 2249-2265.1992Source
NORMAN, G.W.H.East half Opemiska map area, Quebec. Commission géologique du Canada; Études 37-11, 27 pages, 1 plan.1937Source
NORMAN, G.W.H.Opemiska, West Half, Abitibi Territory, Québec. Commission géologique du Canada; carte 602A, échelle 1/63 360.1941aSource
NORMAN, G.W.H.Opemiska, East Half, Abitibi Territory . Commission géologique du Canada; carte 401A, échelle 1/63 360.1941bSource
SIMONEAU, P.Pétrologie, sédimentologie et analyse des faciès de la Formation de Daubrée, Chapais, Québec. Université du Québec à Chicoutimi; mémoire de maîtrise, 486 pages, 1 plan.1986Source

 

 

27 mars 2018