Levé géologique dans la Sous-province d’Opatica au nord-est de Matagami (Région du lac Amisquioumisca)

François Leclerc et Emmanuel Caron-Côté
Publié le  
L’Essentiel

Une nouvelle carte géologique de la région du lac Amisquioumisca (Sous-province d’Opatica) a été produite à l’échelle 1/50 000 à la suite d’un levé réalisé au cours de l’été 2016. La cartographie de ce secteur a permis de mettre au jour quatre intrusions de composition mafique à ultramafique (Suite intrusive de Poncheville) présentant des caractéristiques similaires à l’Intrusion de Rocher, connue pour être l’hôte du gisement du lac Rocher (10,8 % Ni sur 3,2 m, 2,34 % Ni et 1,15 % Cu sur 14,5 m ; Jones et Pitman, 1999). Deux nouveaux indices présentent les caractéristiques des minéralisations à Mo-W associées aux intrusions porphyriques. Nos travaux ont également permis de mieux définir le contexte des minéralisations stratiformes d’origine exhalative encaissées dans les amphibolites, les paragneiss et les formations de fer du Complexe de Rocher.

Méthode de travail

La région a été cartographiée en utilisant la méthode établie pour les levés effectués dans les zones forestières desservies par un réseau de chemins secondaires. Les travaux de cartographie géologique ont été réalisés par une  équipe de cinq géologues et cinq aides-géologues entre le 10 juin et le 24 août 2016.

La cartographie du secteur à l’étude a permis de produire et de mettre à jour les éléments d’information présentés dans le tableau ci-dessous :

Données et analyses
Éléments Nombre Lien
Affleurements décrits (géofiches) 1218 1 218 affleurements
Analyses lithogéochimiques totales 265 265 échantillons
Analyses lithogéochimiques des métaux d’intérêt économique 57 57 échantillons
Analyses géochronologiques 5 5 échantillons
Lames minces standards 174
Lames minces polies 51
Colorations au cobaltinitrite de sodium 121
Fiches du lexique stratigraphique 17
Fiches de gîtes 10 10 indices

Travaux antérieurs

Le tableau ci-dessous présente une liste des travaux réalisés dans le secteur à l’étude depuis 1935. Il inclut aussi les références citées dans le rapport.

Travaux antérieurs dans la région d’étude
Auteur(s) Type de travaux Contribution Lien(s)
Geoffroy et Koulomzine, 1935 Cartographie de la région de la rivière Broadback. Première carte géologique et travaux géophysiques dans la zone d’étude. GM 01326
Gaudet et Ingham, 1961;
Ingham, 1961 et 1962
Levé magnétique au sol et forages. Identification d’un indice de nickel à l’est du lac Rocher par Osisko Lake Mines. GM 11570
GM 11638
GM 12656

Ahmedali et Remick, 1974

Franconi, 1972; 1974

Cartographie de la ceinture de Frotet-Evans par le Ministère. Reconnaissance des minéralisations polymétalliques stratiformes dans les amphibolites, les paragneiss et les formations de fer du Complexe de Rocher.

DP 245

DP 060
DP 265

Franconi, 1971;
Beaumier et Kirouac, 1996
Levés de sédiments de lacs et de ruisseaux par le Ministère. Cartes d’anomalies géochimiques. DP 209
MB 96-23
Benn et al., 1992;
Sawyer et Benn, 1993;
Sawyer, 1998;
Benn, 2006;
Benn et Moyen, 2008
Reconnaissance géologique effectuée le long de coupes routières. Identification du contexte lithotectonique à l’échelle de la Sous-province d’Opatica. Source
Source
Source
Source
Source

Calvert et al., 1995,

Calvert et al., 1999

Levés sismiques. Identification du contexte lithotectonique à l’échelle de la Sous-province d’Opatica. Source
Source
Davis et al., 1995 Datations U-Pb. Identification du contexte lithotectonique à l’échelle de la Sous-province d’Opatica. Source
Gosselin, 1996;
Brisson et al., 1997a, 1997b , 1998a,1998b, 1998c ;
Morin, 1998a, 1998b, 1998c
Cartographie systématique de la ceinture de Frotet-Evans par le Ministère. Finalisation de la cartographie géologique de la région du lac Rocher. ET 96-02
RG 98-05
RG 98-06
RG 98-07
RG 97-14
RG 97-15
RG 97-16
RG 96-10
RG 96-11

Chartre et Schandl, 1997;
Benham, 1999;
Rhéaume, 1999

Jones et Pitman, 1999

Cartographie détaillée, levé magnétique au sol, forages. Découverte du gisement de Ni-Cu du lac Rocher.

GM 55434
GM 59203
GM 56803

GM 57653

Bandyayera et Morin, 1999;
Bandyayera et Sharma, 2001
Étude métallogénique et datations U-Pb. Études détaillées des minéralisations en Ni-Cu de la région du lac Rocher. PRO 99-03
MB 2001-06
Goutier, 2006 Cartographie, compilation géologique. Géologie de la région du lac au Goéland (32F/15). RG 2005-05
Dion et Lefebvre, 1998;
Keating et D’Amours, 2010;
D’Amours et Intissar, 2012
Levés aéromagnétiques. La région est entièrement couverte par des levés aéromagnétiques. DP 96-07
DP 2010-09
DP 2012-01
Daoudene et al., 2014; 2016 Datations 40Ar/39Ar et étude thermochronologique. Comparaison de l’évolution tectonométamorphique des sous-provinces d’Abitibi et d’Opatica. MB 2014-04
MB 2016-01

Perreault et al., 2014

Gagnon, 2015;
D’Amboise et al., 2016

Vérification d’anomalies électromagnétiques par SOQUEM. Découverte de nouveaux indices de minéralisation polymétallique stratiforme associée aux amphibolites et aux paragneiss du Complexe de Rocher.

GM 69369

GM 69368
GM 69576

Lithostratigraphie

La région d’étude est située dans la partie sud-ouest de la Sous-province d’Opatica, qui désigne un assemblage de roches volcano-plutoniques et gneissiques d’âge mésoarchéen à néoarchéen du sud-est de la Province du Supérieur (Benn et al., 1992; Sawyer et Benn, 1993; Davis et al., 1995; Benn et Moyen, 2008; Percival et al., 2012). Les unités consolidées de la région du lac Amisquioumisca sont divisées en trois ensembles définis en fonction d’une chronologie relative par rapport à la déformation régionale:

  • les unités précinématiques à syncinématiques;
  • les unités tardicinématiques à postcinématiques;
  • les dykes paléoprotérozoïques.

La chronologie relative de mise en place de ces unités est illustrée dans ce schéma stratigraphique qui tient compte des relations de recoupement décrites sur le terrain. Ces observations sont supportées par les données géochronologiques U-Pb de huit échantillons prélevés dans le secteur. Ce schéma constitue une section très idéalisée de la géologie de la région étudiée montrant les relations de recoupement des unités ainsi que leurs positions relatives. La dimension des unités représentées sur le schéma respecte les superficies cartographiées en surface.

Unités précinématiques à syncinématiques

Roches supracrustales

Le Complexe de Rocher (Brisson et al., 1998a), regroupe les plus vieilles roches de la région d’étude. Il est composé de paragneiss (nAroc1) et d’amphibolites (nAroc2) en proportions égales, ainsi que de quelques lentilles d’extension décamétrique de formation de fer (nAroc3) et de petites intrusions de diorite nodulaire (nAroc4).

Roches gneissiques

Le Complexe de Rocher est injecté par les tonalites et les diorites foliées à gneissiques de la Suite de Chensagi (nAcng). Cette dernière unité, reconnue à l’échelle de la Sous-province d’Opatica, correspond aux « gneiss gris » de Sawyer et Benn (1993) et s’avère l’une des plus vieilles et volumineuse de la région.

Le Complexe de la Bétulaie (nAbtu) représente une nouvelle unité composée de gneiss migmatitiques de composition tonalitique et dioritique. Aucune relation de recoupement n’a pu être observée sur le terrain avec les roches foliées à gneissiques de la Suite de Chensagi. Ces deux unités pourraient donc être contemporaines.

Une unité de migmatite à structure nébulitique (M22), cartographiée par Ahmedali et Remick (1974) dans la région du lac Soscumisca, affleure dans la région sud-ouest du secteur d’étude. Nous n’avons pas visité d’affleurement de ces migmatites qui pourraient être contemporaines à celles du Complexe de la Bétulaie.

Roches intrusives

La Suite intrusive de Salamandre (Morin, 1998b) est composée de granodiorite (nAsam1), de tonalite à biotite (nAsam2a), de tonalite à hornblende rubanée (nAsam2c), de diorite et de diorite quartzifère (nAsam2) qui coupent les roches de la Suite de Chensagi et du Complexe de Rocher.

La Suite intrusive de Rocher-Quénonisca (Brisson et al., 1998b) comprend plusieurs intrusions de péridotite (nArok) de 0,5 à 1 km de diamètre ainsi que les intrusions de Whitefish (nAwf) et de Rocher (nAlrc). L’Intrusion de Whitefish, composée de gabbro pourpre (nAwf1), est injectée entre les tonalites de la Suite intrusive de Salamandre et des paragneiss du Complexe de Rocher. L’Intrusion de Rocher (nAlrc) forme une petite intrusion circulaire qui constitue l’unité hôte de la minéralisation de Ni-Cu du lac Rocher. Elle est composée de gabbro pourpre (nAlrc1), de pyroxénite (nAlrc2), de péridotite (nAlrc3) et de péridotite à plagioclase (nAlrc3a). Cette intrusion mafique-ultramafique coupe les gneiss migmatitiques du Complexe de la Bétulaie.

La Suite intrusive de Poncheville (nApcv) représente une nouvelle unité introduite ici pour désigner quatre intrusions foliées composées de pyroxénite, de diorite, de gabbro pourpre et de granitoïde riche en quartz. Ces intrusions sont injectées dans les roches de la Suite de Chensagi et de la Suite intrusive de Salamandre.

Localisé à la bordure entre les sous-provinces d’Abitibi et d’Opatica, le Pluton d’Ouescapis (nAoue; Ahmedali et Remick, 1974) est formé de diorites foliées à gneissiques. Il coupe les gneiss de la Suite de Chensagi et contient des enclaves de cette unité. La partie nord du pluton est encaissée dans l’unité de migmatite à structure nébulitique (M22).

Le Pluton de Nottaway (nAntw) désigne une nouvelle unité de granite à biotite et magnétite. Les granites foliés à gneissiques coupent les gneiss de la Suite de Chensagi, l’unité de migmatite à structure nébulitique (M22), le Pluton d’Ouescapis ainsi que les roches intermédiaires à felsiques de la Suite intrusive de Salamandre.

Unités tardicinématiques à postcinématiques

Roches intrusives

L’Intrusion de Frédéric (nAfrd) est une nouvelle unité correspondant à l’unité informelle «Aopa3» définie dans la région du lac au Goéland par Goutier (2006). Dans la région d’étude, elle est composée principalement de diorite et de diorite quartzifère et comprend également une certaine proportion de tonalite. Cette intrusion coupe les gneiss de la Suite de Chensagi.

Le Pluton de la Pinède Grise (nApg) désigne une nouvelle unité composée de granite et de proportions mineures de monzonite et de monzodiorite. Elle coupe les gneiss de la Suite de Chensagi.

Le Massif de Nipukatasi (nAnip; Brisson et al., 1998b) est une intrusion de granite associée à des quantités moindres de monzonite et de monzonite quartzifère. Le massif coupe les roches foliées à gneissiques du Complexe de Rocher, de la Suite de Chensagi et du Complexe de la Bétulaie.

La Suite d’Amisquioumisca représente une nouvelle unité incluant une intrusion plus importante composée de syénite, de monzonite et de monzonite quartzifère (nAamq1) ainsi que deux intrusions de taille plus modeste formées de roches de composition intermédiaire (nAamq2). L’intrusion principale coupe les roches de la Suite de Chensagi, du Complexe de la Bétulaie, ainsi que les roches massives du Massif de Nipukatasi et du Pluton de la Pinède Grise. Les deux intrusions de composition intermédiaire coupent les roches de la Suite de Chensagi et viennent aussi s’injecter dans l’intrusion principale. Il s’agit donc des intrusions néoarchéennes les plus tardives du secteur à l’étude.

Dykes paléoprotérozoïques

La région d’étude est traversée par trois essaims de dykes d’âge paléoprotérozoïque.

Les Dykes de Senneterre regroupent des diabases NE-SW qui coupent les gneiss de la Suite de Chensagi et les granites du Pluton de Nottaway.

Les Dykes de Biscotasing sont des filons de gabbros à microstructure subophitique orientés ENE-WSW. Ils coupent les Dykes de Senneterre au sud du lac Rocher.

Les Dykes du lac Esprit sont des diabases d’orientation NW-SE qui coupent à la fois les dykes de Senneterre et de Biscotasing.

Géologie structurale

La région du lac Amisquioumisca est caractérisée par trois événements de déformation ductile néoarchéenne nommés D1, D2 et D3.

Phase de déformation (D1)

La première phase de déformation D1, perceptible à l’échelle de l’affleurement, correspond à une foliation ou à une gneissosité pénétratives (S1) associées à des plis P1 ouverts à isoclinaux orientés NW-SE à N-S. Ces éléments structuraux sont particulièrement visibles dans les unités les plus anciennes du Complexe de Rocher, de la Suite de Chensagi, du Complexe de la Bétulaie et de la Suite intrusive de Salamandre. Ils sont visibles dans les zones de charnière des plis serrés à isoclinaux P2, mais sont complètement transposées dans les flancs des plis (Affleurements 16-FG-5274, 16-EC-2108 et 16-EC-2115). Aucun pli régional ni aucune faille ou zone de cisaillement associés à la déformation D1 n’ont été identifiés.

 

Phase de déformation (D2)

L’épisode de déformation régionale principale D2 se manifeste par une foliation à fort pendage S2 de plan axial aux plis isoclinaux régionaux P2 d’orientation E-W à ENE-WSW (carte du champ magnétique).

Plis régionaux P2

La région à l’étude est affectée par trois plis P2 d’amplitude kilométrique (carte du champ magnétique). Ces plis isoclinaux à double plongée présentent des plans axiaux subverticaux orientés grossièrement E-W, mais qui s’infléchissent localement en raison des mouvements en coulissage caractérisant les zones de cisaillement majeures NW-SE de Nottaway et Lucky Strike. L’anticlinal P2 situé dans la partie nord de la zone d’étude montre ainsi une orientation ENE-WSW compatible avec une rotation anti-horaire du secteur compris entre ces deux zones de cisaillement. La forme sigmoïdale des deux autres axes de plis de la partie sud de la zone d’étude révèle des crochons de failles compatibles avec le mouvement dextre le long de la Zone de cisaillement de Nottaway.

À l’échelle de l’affleurement, la foliation S2 à fort pendage est axiale aux plis isoclinaux P2 et contient une linéation à plongement modéré à subvertical (Stéréogramme A; carte du champ magnétique). Au sud-ouest du lac Amisquioumisca, les amphibolites du Complexe de Rocher (Affleurement 16-FG-5274) sont caractérisées par un rubanement S1 affecté par des plis serrés à isoclinaux P2 plongeant faiblement à modérément vers l’est (26°?N082°). Ces plis P2 sont associés à une schistosité S2 de plan axial E-W subverticale (N099°/89°). Au sud-ouest du lac Chensagi, les gneiss tonalitiques à dioritiques de la Suite de Chensagi présentent un rubanement gneissique S1 matérialisé par l’alternance de bandes leucocrates quartzofeldpathiques grossièrement grenues et de bandes mélanocrates foliées de composition dioritique. Ces bandes sont plissées isoclinalement (P2), puis transposées dans la schistosité régionale S2 ENE – WSW (Affleurement 16-EC-2108).

Zone de cisaillement de Chensagi

Dans le coin sud-ouest de la région, l’intensification de la schistosité S2 définit une zone de cisaillement à mouvement inverse-dextre et à pendage vers le SE que nous désignons comme la Zone de cisaillement de Chensagi (carte du champ magnétique). Les fabriques asymétriques qu’on y observe (fabriques S-C et bandes de cisaillement C’) sont également attribuées à l’événement D2. Aucune minéralisation connue n’est associée à cette zone de cisaillement.

 

Phase de déformation (D3)

La phase de déformation D3 se traduit par un clivage espacé S3 de plan axial aux plis P3 régionaux d’orientation NW-SE dans les diorites et les tonalites fortement foliées de la Suite de Chensagi, du Complexe de la Bétulaie et de la Suite intrusive de Salamandre).

Plis régionaux P3

La région étudiée recèle quatre grands plis régionaux P3 à traces axiales orientées NW-SE. Ces plis sont ouverts avec des plans axiaux subverticaux et des axes de plis plongeant faiblement vers le SE. Le dôme du lac Rocher dans la partie est de la région d’étude (carte du champ magnétique) résulte de l’interaction des antiformes P2 et P3 régionaux et de la mise en place d’une intrusion dioritique de la Suite de Salamandre dans les métavolcanites du Complexe de Rocher. À l’échelle de l’affleurement, les diorites de la Suite intrusive de Salamandre montrent une schistosité S2 crénulée par un clivage S3 NW-SE. Au nord du lac Amisquioumisca, les schémas d’interférence de plis de type 1 et de type 2 (Ramsay, 1967) entre les plis P2 à trace axiale ENE-WSW et des plis P3 à trace axiale NW-SE observés dans les gneiss migmatitiques du Complexe de la Bétulaie semblent indiquer que l’épisode de migmatisation est contemporain de la phase de déformation D3.

 

Zone de cisaillement de Nottaway

La phase de déformation D3 est aussi associée aux failles et aux zones de cisaillement de direction NW à fort pendage désignées comme la Zone de cisaillement de Nottaway (Stéréogramme B ; carte du champ magnétique), une structure majeure qui traverse l’ensemble de la Sous-province d’Opatica et se prolonge vers le SE dans la Sous-province de l’Abitibi. Dans la région d’étude, les linéaments qui bordent l’anomalie magnétique positive qui caractérise le granite du Pluton de Nottaway permettent d’apprécier la largeur du Couloir de déformation de Nottaway qui atteint une dizaine de kilomètres de largeur. À proximité des zones de cisaillement, une fabrique mylonitique montre des indicateurs cinématiques (ombres oméga et S-C-C’) témoignant d’un mouvement oblique-dextre (Affleurement 16-KG-4125 et Affleurement 16-JV-3106). Les linéations à très faible plongement confirment le mouvement essentiellement en décrochement le long de ce couloir de déformation (Stéréogramme C; carte du champ magnétique). À l’échelle régionale, la carte du champ magnétique total résiduel montre le développement de crochons de failles compatibles avec le mouvement oblique dextre reconnu sur le terrain. Ces structures témoignent de l’entraînement et de la transposition des fabriques antérieures D1 et D2. Malgré sa dimension imposante, aucune minéralisation n’a été identifiée jusqu’à maintenant au sein de la Zone de cisaillement de Nottaway.

 

Métamorphisme

Dans la région étudiée, les gneiss de composition tonalitique et dioritique de la Suite de Chensagi (nAcng), du Complexe de la Bétulaie (nAbtu) et de l’unité à structure nébulitique (M22) montrent des évidences de fusion partielle indiquant que les roches ont atteint au moins le faciès supérieur des amphibolites. Pour les autres unités, sauf les dykes protérozoïques, les minéraux observés en lames minces sont plutôt compatibles avec le faciès inférieur des amphibolites.

Géologie économique

La région du lac Amisquioumisca présente des zones favorables pour trois types de minéralisation :

  • Minéralisations magmatiques de nickel-cuivre (±cobalt ± éléments du groupe du platine) associées aux intrusions mafiques à ultramafiques;
  • Minéralisations stratiformes d’origine exhalative;
  • Minéralisations de molybdène-tungstène associées aux intrusions porphyriques.

Le tableau des indices ci-dessous présente les résultats d’analyses pour les dix indices connus dans le secteur, incluant deux nouveaux indices découverts dans le cadre de nos travaux et huit indices connus.

Indices minéralisés dans la région du lac Amisquioumisca
Nom
Teneurs
Nouveaux
Minéralisations de molybdène-tungstène associées aux intrusions porphyriques
0,21 % Mo (E)
0,90 % W, 3,1 ppm Ag, 212 ppm Cu, 3,71 % S (E); 473 ppm W, 339 ppm Cu, 3,4 ppm Ag, 6,7 % S (E); 237 ppm Mo (E)
Connus
Minéralisations magmatiques de nickel-cuivre (± cobalt ± éléments du groupe du platine) associées aux intrusions mafiques à ultramafiques
297 000 t @ 1,60 % Ni et 0,60 % Cu (ressources historiques)
0,6 % Ni, 0,22 % Cu, 397 ppb Pt et 465 ppb Pd sur 1,2 m (F); 0,71 % Ni, 0,73 % Cu, 1 ppm Pt et 1 ppm Pd sur 0,6 m (F)
2 % Ni sur 0,9 m (F); 0,46 % Ni et 0,2 % Cu sur 1,5 m (F)
Minéralisations stratiforme d’origine exhalative
1,17 % Zn (E); 0,75 % Zn sur 1,0 m (R); 0,17 % Zn et 600 ppm Cu (E)
5,87 % Zn et 0,11 % Cu (E); 4,43 % Zn sur 0,5 m (R); 1,73 % Zn, 350 ppm Cu, 180 ppm Ni (E)
1,12 % Cu sur 6 m (R); 2,15 % Cu (E); 1,26 % Cu, 60,3 ppm Ag et 0,38 % Mo (E); 1,96 ppm Au (E)
12,1 ppm Ag (E)
9,7 ppm Ag, 1,1 % Zn et 0,44 % Pb sur 0,55 m (F); 5,8 ppm Ag et 0,62 % Zn sur 0,7 m (F)

(E) : Échantillon choisi; (R) : rainure; (F) : forage

Le tableau des analyses lithogéochimiques des métaux d’intérêt économique donne la localisation, la description et les résultats d’analyse pour 57 échantillons choisis dans le but d’évaluer le potentiel économique de la région.

 

Les minéralisations à Ni-Cu-ÉGP associées aux intrusions de composition ultramafiques au nord-est de Matagami

Des zones favorables pour la recherche de minéralisations à nickel-cuivre (± cobalt ± éléments du groupe du platine) sont connues au nord du lac Amisquioumisca (localisation sur la carte interactive). Le gisement du lac Rocher ainsi que les zones favorables Huskies et Wildcats  sont encaissés dans trois petites intrusions de composition essentiellement ultramafique (péridotite, pyroxénite et une proportion moindre de gabbro). Ces intrusions de 0,5 à 1 km de diamètre correspondent sur la carte du champ magnétique à des anomalies magnétiques positives circulaires espacées d’environ 10 km le long d’un alignement E-W (Dion et Lefebvre, 1998; Keating et d’Amours, 2010; D’Amours et Intissar, 2012). Le meilleur exemple est le gisement du lac Rocher caractérisé par une minéralisation disséminée, semi-massive et massive de pyrrhotite, pentlandite et chalcopyrite. Les meilleures valeurs (10,8 % Ni et 0,6 ppm Pt sur 3,2 m) ont été obtenues dans une zone de sulfures massifs localisée à la base de l’Intrusion de Rocher (Suite intrusive de Rocher-Quénonisca; Jones et Pitman, 1999). L’unité encaissante de cette intrusion, composée des gneiss tonalitiques de la Suite de Chensagi et d’enclaves métriques de paragneiss du Complexe de Rocher, a pu jouer un rôle important dans la saturation des sulfures (Bandyayera et Sharma, 2001). Selon Bandyayera et Morin (1999), les évidences microstructurales semblent indiquer que la mise en place de la minéralisation résulte du phénomène de ségrégation des sulfures et de la cristallisation fractionnée d’un liquide monosulfuré.

NOUVELLES ZONES FAVORABLES À EXPLORER POUR LES MINÉRALISATIONS DE NI-CU-EGP AU NORD-EST DE MATAGAMI

La cartographie du secteur à l’étude nous a permis de définir de nouvelles zones favorables pour la recherche de minéralisations à nickel-cuivre (± cobalt ± éléments du groupe du platine) (localisation sur la carte interactive). Ces secteurs caractérisés par de fortes anomalies magnétiques positives comprennent quatre intrusions différenciées (pyroxénite, gabbronorite, gabbro pourpre, diorite, granitoïde riche en quartz), que nous avons assignées à la Suite intrusive de Poncheville. Ces intrusions s’alignent selon un axe NE-SW depuis le sud du lac Rocher jusqu’au sud du lac Poncheville et coupent les gneiss dioritiques à tonalitiques de la Suite de Chensagi. Tout comme les intrusions de la Suite intrusive de Rocher-Quénonisca situées à l’ouest du lac Rocher, le gabbro pourpre constitue le faciès dominant du Poncheville. La comparaison de la géochimie des éléments majeurs des roches du Poncheville et du Rocher-Quénonisca semble démontrer une évolution par cristallisation fractionnée d’un magma similaire de composition tholéiitique. Considérant que la minéralisation magmatique Ni-Cu (± Co± EGP) du gisement du lac Rocher est située dans la pyroxénite inférieure et à la base de l’unité gabbroïque médiane de l’Intrusion de Rocher (Bandyayera et Sharma, 2001), les pyroxénites et les mélagabbros du Poncheville constituent des zones favorables à investiguer pour ce type de minéralisation.

 

Zone favorable pour les minéralisations stratiformes d’origine exhalative au nord-est de Matagami

Les amphibolites, les paragneiss et les formations de fer du Complexe de Rocher constituent des zones favorables pour la recherche  de minéralisations stratiformes d’origine exhalative composées de pyrrhotine et de pyrite accompagnées de traces de chalcopyrite et de sphalérite (localisation sur la carte interactive). La minéralisation disséminée ou en lentilles semi-massives à massives est transposée dans la foliation S1, et remobilisée dans les charnières de plis P2 fermés à serrés (Affleurement 16-FG-5274). Lors de la cartographie du lac Rocher, Franconi (1974) a noté que cette minéralisation était localisée préférentiellement au contact des basaltes amphibolitisés avec les roches volcanoclastiques de composition mafique à intermédiaire ou les paragneiss. Les indices Chensagi-Grille A et Julian-Ouest appartiennent à ce type de minéralisation. Le contraste rhéologique entre les enclaves composées d’amphibolites et de paragneiss (Complexe de Rocher) et l’encaissant formé de roches intrusives foliées à gneissiques (Suite de Chensagi, Complexe de la Bétulaie, Pluton de Nottaway) ou de roches intrusives massives (Massif de Nipukatasi) a favorisé le développement d’un réseau de fractures et de failles. Ces structures communément injectées d’intrusions felsiques syncinématiques ont permis la remobilisation de la minéralisation stratiforme disséminée (Affleurement 16-FL-1017). Les indices JFO, Julian et Nottaway-Bloc Ouest présentent une minéralisation remobilisée mise en place dans ce contexte. Dans le cas de l’indice JFO, les échantillons recueillis dans les zones de failles présentent par endroits des valeurs aurifères (Perreault et al., 2014).

 

Nouvel indice de molybdène-tungstène au nord-est de Matagami

Le Pluton de la Pinède Grise, hôte du nouvel indice Lac Moquachea, constitue une zone favorable pour la recherche de minéralisations à molybdène-tungstène associées aux intrusions porphyriques (localisation sur la carte interactive). L’analyse d’échantillons de cet indice par diffraction des rayons X a permis de confirmer une minéralisation de tungstène composée de scheelite (cristaux de 80 à 100 µm) et d’une quantité moindre de wolframite (cristaux de 10 à 50 µm). L’affleurement montre également une minéralisation en argent sous la forme de veines ou veinules de sulfures disséminés à semi-massifs coupant un granite (Affleurement 16-EC-2229). De la molybdénite disséminée a été reconnue à proximité sur un affleurement exposant un faciès monzonitique. Les roches hôtes de l’indice sont massives, ce qui semble indiquer un âge tardi- à postcinématique. Les analyses géochimiques du granite et de la monzonite indiquent que l’intrusion est peralumineuse. Ces caractéristiques rappellent le modèle des gîtes filoniens à tungstène développés dans les granites anorogéniques peralumineux (Jébrak et Marcoux, 2008). Le Pluton de la Pinède Grise constitue donc une unité favorable à la mise en place de  minéralisations de molybdène-tungstène. La scheelite, la wolframite et la molybdénite disséminées spatialement associées à des veines de quartz correspond à la minéralisation de type 1a du gisement de Bergslagen en Suède qui constitue la plus grande ressource de W et Mo des pays scandinaves (Hellingwerf et Baker, 1985; Sundblad et al., 1993). Le granite de l’indice Lac Moquachea montre également des rubans de biotite altérés en hématite qui pourraient correspondre à la minéralisation de type 3 du gîte de Bergslagen (schistes à biotite et magnétite avec veines de quartz-hématite et quartz-pyrite).

Collaborateurs

Ce Bulletin GéologiQUE est le fruit de la collaboration de nombreuses personnes qui ont activement pris part aux différentes étapes de la réalisation du projet.

Production du Bulletin géologiQUE
Auteurs François Leclerc, géologue, Ph.D. francois.leclerc@mern.gouv.qc.ca
Emmanuel Caron-Côté, géologue-stagiaire, M.Sc. emmanuel.caron-cote@mern.gouv.qc.ca
Organisme Direction générale de Géologie Québec, Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Gouvernement du Québec
Collaboration – Travaux de terrain
Cartographie

Karl Gibbs, géologue-stagiaire; Francis Guay, géologue-stagiaire et Julie Vallières, géologue

Aides-géologues: Thomas Debruyne, Maxym-Karl Hamel-Hébert, Julie Perreault, Karim Simard et Ronnie Sinclair Junior Trapper

Cuisinier Daniel Crépeau
Homme de camp Alexandre Leduc
Logistique Marie-France Beaulieu, géologue-stagiaire, B.Sc.
Montage du camp Stéphane Carignan, superviseur du MERN et l’équipe de la compagnie CIVILCO
Transport Compagnie Wendake Hélicoptère Inc.: Richard Brunet, pilote, Éric Lacasse, mécanicien et Steve Bellefeuille, mécanicien
Collaboration – Bulletin géologiQUE
Consultation et discussion

Daniel Bandyayera, géologue, Ph.D. 

Jean Goutier, géologue, M.Sc.

Coordination Marie-Andrée Vézina, géologue
Édition Claude Dion, ing., M.Sc.
Évaluation de potentiel Hanafi Hammouche, géologue, M.Sc.
Géochimie Fabien Solgadi, géologue, Ph.D.
Géomatique Karine Allard, Kathleen O’Brien et Julie Sauvageau
Géophysique Siham Benhamed, géologue-stagiaire, M.Sc.
Rachid Intissar, géologue, M.Sc.
Gestion Web Caroline Thorn
Lecture critique James Moorhead, géologue, M.Sc.
Patrice Roy, géologue, M.Sc.

Références

Auteur(s) Titre Année de publication Hyperlien (EXAMINE ou Autre)
AHMEDALI, T. – REMICK, J.H. Geology of the Soscumisca Lake area, Abitibi territory. Ministère des Richesses naturelles, Québec; DP 245, 18 pages. 1974 DP 245
BANDYAYERA, D. – MORIN, R. L’indice du lac Rocher (découverte de Nuinsco Resources Ltd) et le potentiel en nickel-cuivre de la région de Frotet-Evans. Ministère des Ressource naturelles, Québec; PRO-99-03, 13 pages. 1999 PRO 99-03
BANDYAYERA, D. – SHARMA, K.N.M. Minéralisations en Ni-Cu±ÉGP dans la bande volcano-sédimentaire de Frotet-Evans (SNRC 32K). Ministère des Ressources naturelles, Québec; MB 2001-06, 74 pages. 2001 MB 2001-06
BEAUMIER, M. – KIROUAC, F. Série des cartes géochimiques couleur. Échantillonnage des sédiments de lac. Région du lac Evans (SNRC 32K). Ministère des Ressources naturelles, Québec; MB 96-23, 33 pages. 1996 MB 96-23
BENHAM, W.R. Final exploration report, Wildcats property. Queenston Mining, rapport statutaire déposé au Ministère de l’énergie et des Ressources naturelles, Québec; GM 59203, 21 pages, 1 plan.
 
1999 GM 59203
BENN, K Tectonic delamination of the lower crust during late Archean collision of the Abitibi-Opatica and Pontiac terranes, Superior Province, Canada. In: Benn, K., Condie, K.C., Mareschal, J.C. (editors), Archean Geodynamics and Environments. American geophysical Union; Geophysical Monograph 164, pages 267-282. 2006 Source
BENN, K. – SAWYER, E.W. – BOUCHEZ, J.L. Orogen parallel and transverse shearing in the Opatica belt, Quebec : implications for the structure of the Abitibi Subprovince. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 29, pages 2429-2444. 1992 Source
BENN, K. – MOYEN, J.F. The late Archean Abitibi-Opatica terrane, Superior Province: a modified oceanic plateau. In: Condie, K.C., Pease, V. (editors), When did plate tectonic begin on planet Earth Geological Society of America; Special Paper 440, pages 173-197. 2008 Source
BRISSON, H. – GOSSELIN, C. – BEAUMIER, M. – DION, D.-J. – GAULIN, R. – LEFEBVRE, D Géologie de la région du lac Assinica (32J/11). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG96-11, 28 pages. 1997a RG 96-11
BRISSON, H. – GOSSELIN, C. – BEAUMIER, M. – DION, D.-J. – GAULIN, R. – LEFEBVRE, D. Géologie de la région du ruisseau Lucky Strike (32J/12). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG96-10, 21 pages. 1997b RG 96-10
BRISSON, H. – GOSSELIN, C. – FALLARA, F. – GAULIN, R. – DION, D.-J. Géologie de la région du lac Rocher (32K/09). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG98-05, 22 pages. 1998a RG 98-05
BRISSON, H. – GOSSELIN, C. – FALLARA, F. – GAULIN, R. – DION, D.-J. Géologie de la région du lac Evans (32K/15). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG98-06, 22 pages. 1998b RG 98-06
BRISSON, H. – GOSSELIN, C. – FALLARA, F. – GAULIN, R. – DION, D.-J. Géologie de la région du lac Théodat (32K/16). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG98-07, 24 pages. 1998c RG 98-07
CALVERT, A.J. – SAWYER, E.W. – DAVIS, W.J. – LUDDEN, J.N. Archaean subduction inferred from seismic images of a mantle suture in the Superior Province. Nature; volume 375, pages 670-674. 1995 Source
CALVERT, A.J. – LUDDEN, J.N. Archean continental assembly in the southeastern Superior Province of Canada. Tectonics; volume 18, pages 412-429. 1999 Source
CHARTRE, E. – SCHANDL, E.S. Programme d’exploration minière, projet lac Rocher. TSL Assayers Laboratories, rapport statutaire déposé au Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; GM 55434, 28 pages, 3 plans. 1997 GM 55434
D’AMBOISE, P. – GAGNON, J.F. – ROCHEFORT, G. Rapport d’exploration 2014-2015, projet Chensagi (1389). Soquem, rapport statutaire déposé au Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; GM 69576, 767 pages, 15 plans. 2016 GM 69576
D’AMOURS, I. – INTISSAR, R. Levé magnétique aéroporté dans le secteur du lac Evans, Baie-James. Ministère des Ressources naturelles, Québec; DP 2012-01, 8 pages, 66 plans. 2012 DP 2012-01
DAOUDENE, Y. – TREMBLAY, A. – RUFFET, G. – LECLERC, F. Étude structurale et métamorphique de la bordure nord-est de la Ceinture de roches vertes de l’Abitibi, Québec, Canada : Apport de la thermochronologie 40Ar/39Ar et implications tectoniques. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; MB 2014-04, 57 pages. 2014 MB 2014-04
DAOUDENE, Y. – LECLERC, F. – TREMBLAY, A. Une histoire tectonométamorphique commune et de longue durée pour les sous-provinces d’Abitibi et d’Opatica, Province du Supérieur, Québec, Canada. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; MB 2016-01, 43 pages. 2016 MB 2016-01
DAVIS, W.J. – MACHADO, N. – GARIÉPY, C. – SAWYER, E.W. – BENN, K. U-Pb geochronology of the Opatica tonalite-gneiss belt and its relationship to the Abitibi greenstone belt, Superior Province, Quebec. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 32, pages 113-127. 1995 Source
DION, D.J. – LEFEBVRE, D.L. Données numériques (profils) des levés géophysiques aéroportés du Québec – SNRC 32K. Ministère des Ressources naturelles, Québec; DP 96-07. 1998 DP 96-07
FRANCONI, A. Géochimie des sédiments de ruisseaux : région du lac Rocher. Ministère des Richesses naturelles, Québec; DP-265, 141 pages. 1971 DP 209
FRANCONI, A. Géologie de la région du lac Rocher, territoire d’Abitibi. Ministère des Richesses naturelles, Québec; DP-060, 13 pages, 2 plans. 1972 DP 060
FRANCONI, A. Géologie de la moitié ouest de la bande volcano-sédimentaire de Frotet-Evans, territoire d’Abitibi, rapport intérimaire. Ministère des Richesses naturelles, Québec; DP-265, 141 pages. 1974 DP 265
GAGNON, J.-F. Rapport d’exploration été 2015, Propriété Chablis (1388). Ministère des Ressources naturelles, Québec; GM 69368, 225 pages. 2015 GM 69368
GAUDET, A. – INGHAM, W.N. Detail magnetometer survey over Keniapiscau Lake Nickel. Osisko Lake Mine, rapport statutaire déposé au Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; GM 11570, 1 plan. 1961 GM 11570
GEOFFROY, P.R. – KOULOMZINE, T. Rapport sur l’étude géologique et la prospection géophysique du territoire de la rivière Broadback. Compagnie franco-canadienne, rapport statutaire déposé au Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; GM 01326, 71 pages, 3 plans. 1935 GM 01326
GOSSELIN, C. Synthèse géologique de la région de Frotet-Troïlus. Ministère des Ressources naturelles, Québec; ET96-02, 22 pages. 1996 ET 96-02
GOUTIER, J. Géologie de la région du lac au Goéland. Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, Québec; RG 2005-05, 39 pages. 2006 RG 2005-05
HELLINGWERF, R.H. – BAKER, J.H. Wall-rock alteration and tungsten and molybdenum mineralizations associated with older granites in western Bergslagen, Sweden. Economic Geology; volume 80, pages 479-487. 1985 Source
INGHAM, W.N. 1 plan of magnetic survey with DDH location. Osisko Lake Mines, rapport statutaire déposé au Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; GM 11638-a, 1 plan.
 
1961 GM 11638-A
INGHAM, W.N. 15 diamond drill hole logs with assays. Osisko Lake Mines, rapport statutaire déposé au Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; GM 12656, 16 pages, 1 plan. 1962 GM 12656
JÉBRAK, M. – MARCOUX, E. Géologie des ressources minérales. Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, Québec; MM 2008-01, 683 pages. 2008 MM 2008-01
JONES, P. – PITMAN, P. Programme de sondage 1999, propriété lac Rocher. Nuinsco Resources, rapport statutaire déposé au Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; GM 57653, 548 pages. 1999 GM 57653
KEATING, P. – D’AMOURS, I. Réédition des données numériques en format Géosoft (profils) des levés aéroportés de l’Abitibi, au Québec. Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, Québec; DP 2010-09, 6 pages. 2010 DP 2010-09
MORIN, R. Géologie de la région du lac Salamandre. Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG97-14, 16 pages, 1 plan. 1998a RG 97-14
MORIN, R. Géologie de la région du lac Ouagama. Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG97-15, 18 pages, 1 plan. 1998b RG 97-15
MORIN, R. Géologie de la région de la Chute aux Iroquois. Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG97-16, 15 pages, 1 plan.
 
1998c RG 97-16
PERCIVAL, J.A. – SKULSKI, T. – SANBORN-BARRIE, M. – STOTT, G.M. – LECLAIR, A.D. – CORKERY, M.T. – BOILY, M. Geology and tectonic evolution of the Superior province, Canada. Chapter 6 In: Tectonic styles in Canada: The Lithoprobe perspective (Percival, J.A., Cook, F.A., Clowes, R.M., editors). Geological Association of Canada; Special Paper 49, pages 321-378. 2012 Source
PERREAULT, S. – D’AMBOISE, P. – ROCHEFORT, G. – BOIVIN, M. Rapport d’exploration été 2014, propriété Chablis (1388). Soquem, rapport statutaire déposé au Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; GM 69369,369 pages, 4 plans. 2014 GM 69369
RAMSAY, J.G. Folding and fracturing of rocks. McGraw-Hill, New York, 568 pages. 1967 Source
RHÉAUME, P. International Kirkland Minerals Inc. & Bushman Resources ltd. Joint Venture Huskies Property Report on the 1999 Exploration Program Townships 1116 & 1216, Québec NTS 32K/09. Anglaumaque Exploration, rapport statutaire déposé au Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; GM 56803, 45 pages. 1999 GM 56803
SAWYER, E.W. – BENN, K. Structure of the high-grade Opatica Belt and the adjacent low-grade Abitibi Subprovince, Canada: an Archean mountain front. Journal of Structural Geology; volume 15, pages 1443-1458. 1993 Source
SAWYER, E.W. Formation and evolution of granite magmas during crustal reworking: the significance of diatexites. Journal of petrology; volume 39, pages 1147-1167. 1998 Source
SUNDBLAD, K. – AHL, M. – SCHÖBERG, H. Age and geochemistry of granites associated with Mo mineralizations in western Bergslagen, Sweden. Precambrian Research; volume 64, pages 319-335. 1993 Source
19 septembre 2017