Formation de Willbob
Étiquette stratigraphique : [ppro]wl
Symbole cartographique : ​pPwl
 

Première publication :  
Dernière modification : 

 

 

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
pPwl12 Schiste mylonitique à sulfures
pPwl11 Schiste quartzofeldspathique à grenat
pPwl10 Basalte tholéitique amphibolitisé
pPwl9 Basalte komatiitique; gabbro
pPwl8 Tholéite massive
pPwl7 Tholéite magnésienne
pPwl6 Formation de fer à silicates
pPwl5 Formation de fer à sulfures (traînées de blocs)
pPwl4 Mudstone, mudstone tufacé et mudstone pyriteux
pPwl3 Brèche pyroclastique et tuf
pPwl2 Basalte tholéitique gloméroporphyrique ou porphyrique
pPwl1 Basalte tholéitique massif ou coussiné; peut inclure des roches pyroclastiques mafiques
 
Auteur(s) : Frarey et Duffell, 1964
Âge : Paléoprotérozoïque
Stratotype : Les affleurements significatifs se trouvent au nord et à l’est du lac Willbob
Région type : Région du lac Willbob (feuillet SNRC 23O01)
Province géologique : Province de Churchill
Subdivision géologique : Orogène du Nouveau-Québec (Fosse du Labrador) / Zone lithotectonique de Retty
Lithologie : Basalte, brèche, tuf, mudstone, formation de fer, tholéite, schiste
Catégorie : Lithostratigraphique​
Rang : Formation
Statut : Formel
Usage : Actif

 

 

 

 

Historique

Les roches volcaniques de cette unité étaient initialement incluses dans une unité volcano-sédimentaire non subdivisée appelée « Série de Doublet » par les géologues de la compagnie Labrador Mining and Exploration (1949, dans Frarey et Duffell, 1964), puis groupe de Doublet par Harrison (1952). Frarey et Duffell (1964) ont ensuite formalisé le nom de Groupe de Doublet et introduit le nom de Formation de Willbob pour désigner la séquence de roches volcaniques formant la partie supérieure du Doublet. Le nom de l’unité vient du lac Willbob (feuillet 23O01), où des affleurements typiques sont bien exposés au nord et à l’est de celui-ci (Frarey et Duffell, 1964). Les roches de la Formation de Willbob ont été cartographiées par Fahrig (1952, 1964), Frarey (1952, 1967), Donaldson (1966), Baragar (1967) et Dimroth (1972, 1978). Au SW du lac Deborah (feuillet 23P05), Girard (1989, 1995) a décrit un ensemble lithologique composé de basalte amphibolitisé, de formation de fer et de schiste sulfuré. Ces roches, auparavant assignées au Groupe de Laporte (maintenant Supersuite de Laporte), ont été réassignées à la Formation de Willbob par Girard (1995). Wardle (1979, 1982) a cartographié les roches volcaniques de la Formation de Willbob du côté du Labrador.

Description

La Formation de Willbob représente, en termes de volume, l’unité la plus importante du Groupe de Doublet. Elle se compose principalement d’épanchements de basalte tholéitique massif ou coussiné, de roches pyroclastiques et de basalte gloméroporphyrique ou porphyrique interstratifiés avec des niveaux de tuf, de mudstone, de mudstone tufacé et de mudstone pyriteux. Des niveaux de formation de fer et de schiste quartzofeldspathique à sulfures sont présents localement. La Formation de Willbob comprend également des lentilles de roches gabbroïques à grain moyen à grossier associées aux laves mafiques (Fahrig, 1964; Donaldson, 1966; Baragar, 1967; Frarey, 1967; Dimroth, 1972, 1978). Dimroth (1972, 1978) souligne que les basaltes massifs ou coussinés à grain fin passent graduellement, latéralement ou verticalement, à des gabbros plus grenus et qu’il est généralement impossible de faire la distinction entre les variétés extrusives et intrusives.

D’après Dimroth (1972, 1978), les basaltes de la Formation de Willbob sont lithologiquement semblables aux basaltes des formations de Bacchus (Groupe de Swampy Bay), de Menihek (Groupe de Ferriman) et de Thompson Lake. Ils se distinguent toutefois de ces laves par leur nature essentiellement coussinée (Baragar, 1967; Frarey, 1967; Dimroth, 1972, 1978; Wardle et Bailey, 1981). D’après Dimroth (1972, 1978), les variations de couleur des basaltes de la Formation de Willbob suggèrent de plus grandes variations de composition en comparaison des basaltes de la Formation de Bacchus. Le basalte gloméroporphyrique de Willbob n’est pas reconnu dans les autres formations, excepté localement dans la partie supérieure de la Formation de Menihek (Baragar, 1967; Dimroth, 1972, 1978). Les basaltes de la Formation de Willbob se distinguent également par leur composition géochimique plus variable. Notamment, la teneur en MgO des basaltes varie de 4,8 à 14,3 % et celle en TiO2 de 0,6 à 1,7 % (Rohon, 1989; Girard, 1995; Clark et Wares, 2004). La présence de laves dont la composition correspond à celle d’un basalte komatiitique a été notée par Girard (1995).

La majorité des basaltes de la Formation de Willbob sont tholéitiques, pauvres en potassium, et ont une composition caractéristique des basaltes de ride océanique (type MORB), transitionnelle aux basaltes intraplaques (Baragar, 1960; Rohon et al., 1988; Rohon, 1989; St. Seymour et al., 1991; Skulski et al., 1993; Girard, 1995; Clark et Wares, 2004). Les basaltes de la Formation de Willbob sont interprétés comme le résultat du rifting de la séquence sédimentaire du deuxième cycle volcano-sédimentaire dans la partie centrale de la Fosse du Labrador (Wardle et Bailey, 1981; Skulski et al., 1993). Les roches de la Formation de Willbob sont généralement métamorphisées au faciès des schistes verts. Elles atteignent le faciès inférieur des amphibolites à l’est des failles du Lac Keato et du Lac Elsie, au SW du lac Deborah (Dimroth et Dressler, 1978; Fraser et al., 1978; Girard, 1995). Dans ce secteur, Girard (1995) fait coïncider arbitrairement la limite entre les deux faciès avec la Faille du Lac Du Chien.

Les roches volcaniques de la Formation de Willbob ne sont généralement pas minéralisées, sauf à proximité des filons-couches mafiques-ultramafiques de la Suite intrusive de Gerido. De nombreuses minéralisations de cuivre, nickel et EGP dont Lac Retty (Lac Bleu), Lac Retty (Lac Pogo), Lac Retty (Centre) et Lac de la Chance, entre autres, sont associées à un filon-couche de péridotite-gabbro injecté au contact entre la Formation de Thompson Lake et celle de Willbob (Clark et Wares, 2004).

Formation de Willbob non subdivisée (pPwl) : basalte tholéitique massif ou coussiné, localement porphyrique, avec brèche de coulée, brèche pyroclastique, tuf, roches sédimentaires à grain fin et roches gabbroïques associées

Cette unité non subdivisée consiste essentiellement en des basaltes tholéitiques massifs ou coussinés, localement porphyriques, associés à des brèches de coulée, des brèches pyroclastiques, des tufs, des roches sédimentaires à grain fin et des roches gabbroïques associées (Frarey, 1967).

Formation de Willbob 1 (pPwl1) : basalte tholéitique massif ou coussiné; peut inclure des roches pyroclastiques mafiques

L’unité pPwl1 consiste en une alternance de coulées massives ou coussinées de basalte tholéitique (Donaldson, 1966; Baragar, 1967; Fahrig, 1964; Frarey, 1967; Dimroth, 1972, 1978; Girard, 1995). Ces coulées ont une épaisseur variant de 2 à ≥20 m. Les coulées de basalte coussiné sont toutefois prédominantes. Le basalte est gris à noir en surface fraiche et gris clair, vert ou chamois en surface altérée. La roche est à grain fin à aphanitique, localement à grain moyen, aphyrique, homogène et non foliée. Les coussins sont jointifs et possèdent une taille variant de <1 m à >2 m. Les plus longs présentent couramment une forme allongée. Les coussins comportent une bordure chloriteuse de 1 à 3 cm d’épaisseur. Ils sont rarement amygdalaires. Leur polarité est habituellement indiquée par un pédoncule bien développé. Des chambres de quartz sont couramment observées dans la partie supérieure des coussins et sont allongées parallèlement à la bordure de ceux-ci. Les cavités et les interstices entre les coussins sont habituellement remplis de quartz, de calcite et de chlorite. Une brèche hyaloclastique est couramment observée à la base ou au sommet des coulées. Celle-ci se compose surtout de fragments de coussins (Dimroth, 1972, 1978). Les coulées massives montrent par endroits des joints columnaires d’un diamètre variant de 10 à 75 cm (Donaldson, 1966). Par endroits, des roches pyroclastiques mafiques (tuf, brèche de coulée, tuf à blocs) sont interstratifiées avec les coulées de basalte (Fahrig, 1964; Donaldson, 1966; Frarey, 1967).

En lame mince, le basalte se compose typiquement d’un enchevêtrement de cristaux d’actinote, d’albite, de chlorite, de clinozoïsite et de sphène. L’augite est localement observée. Les minéraux accessoires sont le quartz, le leucoxène, la biotite, la calcite, la magnétite et l’ilménite (Fahrig, 1964; Donaldson, 1966; Baragar, 1967; Frarey, 1967).

Formation de Willbob 2 (pPwl2) : basalte tholéitique gloméroporphyrique ou porphyrique

L’unité pPwl2 est constituée de basalte tholéitique gloméroporphyrique ou porphyrique. Dans la région du lac Ahr (feuillet 23O10), ces laves forment trois niveaux variant de ~100 à 500 m d’épaisseur intercalés dans les laves aphyriques de l’unité pPwl1. Les deux coulées inférieures sont principalement massives, tandis que la coulées supérieure est coussinée (Baragar, 1967). Dans le secteur au SW du lac Deborah (feuillet 23P05), l’unité possède une épaisseur de ~500 m. Elle comprend une coulée massive de 60 m d’épaisseur à la base, laquelle est surmontée par des laves coussinées (Girard, 1995). Les laves à grain fin à moyen sont vert foncé à gris verdâtre en surface fraiche, vert clair en patine d’altération. Elles sont caractérisées par une structure gloméroporphyrique résultant de la présence d’agrégats de cristaux de plagioclase altéré formant des plages ou des taches blanc crème. Cette structure donne un aspect tacheté à la roche (Fahrig, 1964; Donaldson, 1966; Frarey, 1967; Baragar, 1967). Les plages sont de forme irrégulière et d’un diamètre variant de 0,2 à 5 cm. Les phénocristaux ou les agrégats de cristaux millimétriques de plagioclase enchevêtrés sont fortement altérés en albite et en épidote (clinozoïsite). Ils constituent généralement <1 % de la roche, mais peuvent atteindre jusqu’à 10 %. Les laves massives montrent localement des joints columnaires. Les roches hyaloclastiques sont peu abondantes. Les coussins sont jointifs et de taille centimétrique à métrique. Le quartz et la calcite remplissent les cavités dans les coussins et les interstices entre ceux-ci. L’imbrication des coussins indique des directions apparentes d’écoulement vers le SE et vers le NW (Girard, 1995).

En fonction de la proportion de glomérocristaux de plagioclase, le basalte de l’unité pPwl2 peut localement ressembler au basalte aphyrique de l’unité pPwl1 (Baragar, 1967; Girard, 1995). D’après Girard (1995), le basalte de l’unité pPwl2 est caractérisé par une teneur de 5 à 6 % MgO, comparativement à plus de 7 % MgO pour le basalte aphyrique. Quelques niveaux de gabbro gloméroporphyrique et de gabbro porphyrique de la Suite intrusive de Gerido (pPgrd3) sont intercalés dans les laves de l’unité pPwl2 dans la région du lac Griffis.

En lame mince, le basalte se compose d’albite, d’augite, d’actinote, d’épidote, de chlorite et d’oxyde de fer (Frarey, 1967; Girard, 1995). L’albite forme des microlites automorphes ou des baguettes, des agrégats et des phénocristaux orientés aléatoirement. Les minéraux accessoires consistent en leucoxène, titanite, ilménite et sulfures de fer (Frarey, 1967). Aucune microstructure primaire n’est préservée dans la matrice (Girard, 1995).

Formation de Willbob 3 (pPwl3) : brèche pyroclastique et tuf

L’unité pPwl3 est constituée essentiellement de brèche pyroclastique et de tuf. Elle forme une bande atteignant 150 m d’épaisseur sur une distance de ~10 km au SE du lac Retty (Frarey, 1967). La roche est composée de fragments atteignant 20 cm de diamètre. Certains fragments sont vésiculaires ou amygdalaires. D’autres affleurements montrent une roche fragmentaire très schisteuse probablement d’origine pyroclastique. Celle-ci est formée de fragments arrondis fortement chloritisés, de 4 mm à 6 cm, dans une matrice composée de chlorite et de biotite. En lame mince, les fragments sont principalement constitués d’actinote et de pyroxène. Le plagioclase est également présent en petites baguettes disséminées. La chlorite est observée autour des fragments, en veinules et en remplacement de la matrice.

Formation de Willbob 4 (pPwl4) : mudstone, mudstone tufacé et mudstone pyriteux

L’unité pPwl4 est constituée de mudstone, de mudstone tufacé et de mudstone pyriteux. Ces roches forment des niveaux ou des lentilles intercalés dans les laves de l’unité pPwl1 (Baragar, 1967; Dimroth, 1972, 1978). D’après Baragar (1967), l’épaisseur de la bande la plus large varie de 160 à 230 m; l’épaisseur totale de cette unité ne dépasse pas 500 m. Le mudstone est noir, graphiteux et constitué d’une matrice finement recristallisée formée de quartz, de plagioclase et de mica blanc. Le mudstone tufacé gris verdâtre est composé d’actinote, de chlorite, d’épidote (zoïsite) et de sphène. Par endroits, le mudstone contient suffisamment de pyrite et de pyrrhotite pour former des chapeaux de fer (Baragar, 1967).

Formation de Willbob 5 (pPwl5) : formation de fer à sulfures (traînées de blocs)

L’unité pPwl5 consiste en une formation de fer au faciès des sulfures. Elle se présente sous forme de traînées de blocs ou de niveaux d’épaisseur métrique encaissés dans les basaltes de l’unité pPwl10 (Girard, 1995). Au nord du lac Rond, un niveau de formation de fer au faciès des sulfures peut être suivi sur >500 m. L’unité pPwl5 est associée à des niveaux métriques de formation de fer au faciès des silicates (pPwl6) et de schiste à grenat (pPwl11). Les blocs de formation de fer montrent une déformation intense qui contraste avec celle observée dans les laves du secteur. D’après Girard (1995), ces traînées de blocs ainsi que les nombreux chapeaux de fer indiquent la présence de niveaux de formation de fer aux faciès des sulfures. Ces niveaux seraient associés à des zones de basaltes schisteux, localement minéralisés. La formation de fer au faciès des sulfures montre une altération rouille répandue. Elle se compose de 25 à 75 % de pyrrhotite disséminée ou semi-massive en rubans dans un schiste graphiteux. Des proportions mineures de pyrite et de quartz sont également présentes.

En lame mince, la pyrrhotite se présente en amas granoblastiques, en rubans millimétriques ou en grains subautomorphes disséminés dans une matrice graphiteuse. La pyrite forme des veinules ou des porphyroblastes centimétriques, localement bréchifiés, dans une matrice formée de pyrrhotite et de graphite microcristallin. Les cristaux de pyrite sont arrondis, automorphes ou à structure microcristalline. La pentlandite, la sphalérite, la chalcopyrite et la magnétite en traces constituent des grains isolés et des inclusions dans la pyrite ou sont associées à la pyrrhotite. Du quartz granoblastique (0 à 30 %) et de la muscovite idioblastique (0 à 10 %) se présentent sous forme de fragments ou de matériel interstitiel entre les sulfures et définissent une structure durchbewegung. Le quartz et la muscovite sont recouverts de graphite microcristallin, lequel leur donne une coloration noire quasiment opaque. Les minéraux accessoires sont le carbonate, l’épidote, la chlorite magnésienne, la titanite et le zircon. Les fractures sont remplies d’hématite et de goethite (Girard, 1995).

Formation de Willbob 6 (pPwl6) : formation de fer à silicates

L’unité pPwl6 consiste en une formation de fer à silicates. Elle forme un niveau de quelques mètres d’épaisseur au NW du lac Rond (feuillet 23P05) (Girard, 1995). La roche est rubanée et formée d’une matrice de quartz (30 à 60 %) à grain très fin, de grunérite, de pennine (chlorite), de muscovite et de graphite disséminés. Des porphyroblastes de biotite de quelques millimètres de diamètre sont dispersés dans la roche. Le grenat, lequel représente jusqu’à 30 % du mode, forme des porphyroblastes de 3 à 5 mm irrégulièrement distribués. En lame mince, la grunérite est prismatique à aciculaire et disséminée dans la matrice ou en amas de cristaux automorphes. Le grenat est altéré en pennine. Les minéraux opaques consistent en pyrrhotite disséminée et en pyrite sous forme de cubes millimétriques. Des ombres de pression bordent les divers porphyroblastes de grenat, de biotite et de pyrite (Girard, 1995).

Formation de Willbob 7 (pPwl7) : tholéite magnésienne

L’unité pPwl7 est localisée à l’est du lac Retty où elle forme une bande NW-SE s’étendant vers le SE sur ~28 km. Elle est constituée de laves massives à coussinées interstratifiées avec des roches hyaloclastiques. Ces laves sont vert pâle à grisâtres, généralement aphyriques à localement microporphyriques. Elles contiennent des microphénocristaux de clinopyroxène et de plagioclase. Les laves sont altérées en actinote, chlorite, zoïsite et albite, et renferment de la pyrite disséminée. Les coussins, de forme arrondie, sont jointifs avec une proportion mineure de matériel hyaloclastique interstitiel. Ils présentent une fracturation radiale et concentrique bien développée. Des cavités remplies de quartz sont couramment observées. Les coussins montrent un pédoncule asymétrique suggérant une composante d’écoulement vers le NW. Les roches hyaloclastiques forment des niveaux d’une épaisseur variant de 1 à 10 m. Elles contiennent des fragments de coussins (Girard, 1995).

La norme des laves de l’unité pPwl7 indique qu’il s’agit de tholéites (basaltes à clinopyroxène, orthopyroxène et plagioclase normatifs avec <5 % d’olivine ou de quartz normatifs) ainsi que de tholéites à olivine (basaltes à clinopyroxène, orthopyroxène, plagioclase et olivine normatifs). Ces laves sont caractérisées par une teneur élevée en magnésium (10 à 15 % MgO), indiquant une composition de tholéite magnésienne ou à olivine (Girard, 1995). Des structures reliques de microspinifex ont été notées par Girard (1995). Celles-ci sont constituées de cristaux de clinopyroxène dans une matrice formée de matériel dévitrifié.

Formation de Willbob 8 (pPwl8) : tholéite massive

L’unité pPwl8 est constituée d’une coulée ou d’une succession de coulées de tholéite massive, totalisant 150 m d’épaisseur apparente et continue latéralement sur >3 km (Girard, 1995). Ces laves sont sus-jacentes à la tholéite magnésienne de l’unité pPwl7. Elles sont aphyriques et montrent une microstructure granulaire à ophitique. Girard (1995) a noté plusieurs cycles de décroissance dans la taille des grains. Chaque cycle fait ~30 m d’épaisseur. Les premiers 20 m à la base montrent une granulométrie généralement supérieure à 1 mm et se caractérisent par une structure massive, homogène et peu fracturée. Dans les 10 m de la partie supérieure de chaque cycle, la granulométrie diminue jusqu’à devenir aphanitique. La roche présente des joints columnaires de 10 cm à 2 m de diamètre. Les joints sont orientés perpendiculairement à la surface de la coulée. Des colonnes à croissance radiale sont également observées. Par endroits, de rares lentilles métriques de roches hyaloclastiques et de coussinets sont notées. On reconnaît des reliques de coussins soudés au sommet de la coulée. D’après Girard (1995), cette unité pourrait représenter soit une séquence de coulées massives individuelles superposées, soit une seule coulée formée de plusieurs injections de magma.

Formation de Willbob 9 (pPwl9) : basalte komatiitique; gabbro

L’unité pPwl9 a été reconnue au SW du lac Sixte (feuillet 23P05). Elle est constituée d’une coulée massive de basalte komatiitique de 50 m d’épaisseur, montrant une différenciation magmatique de la base vers le sommet (Girard, 1995). D’après Girard (1995), cette unité peut être confondue avec les filons-couches ultramafiques (Suite intrusive de Gerido) cartographiés sur >15 km vers le NW (Frarey, 1967) et sur 10 km vers le SE (Fahrig, 1964). Il suggère également la possibilité qu’il s’agisse de coulées distinctes situées au même niveau stratigraphique. L’unité pPwl9 est directement sus-jacente aux tholéites magnésiennes de l’unité pPwl7 et constitue un niveau repère continu facilement reconnaissable (Girard, 1995).

À la base, la coulée présente une bordure figée de quelques millimètres constituée de matériel dévitrifié, suivie de matériel aphanitique sur quelques centimètres. La lave et le verre sont composés de ~15 % de phénocristaux squelettiques altérés suggérant des cristaux d’olivine. La composition de la bordure figée correspond à un basalte komatiitique (13 à 17 % MgO).

Vers le haut, au-dessus de la bordure figée, l’unité forme une séquence différenciée de roches gabbroïques brunes à vert foncé en patine d’altération, à grain moyen à grossier, massives, homogènes et à structure de cumulat. La séquence différenciée est constituée de gabbro à olivine (8 à 20 m d’épaisseur) passant progressivement (~10 m) à une mélagabbronorite (normative), laquelle fait place graduellement (<1 m) à un gabbro à olivine et orthopyroxène (normatif) (≤5 m d’épaisseur). Ce dernier passe graduellement à un gabbro granulaire évoluant vers un gabbro à structure ophitique (épaisseur inconnue). Pour une desciption détaillée, voir Girard (1995, p. 16).

En lame mince, le gabbro à olivine montre une structure de cumulat définie généralement par les cristaux (1 à 3 mm) d’olivine, de clinopyroxène et d’orthopyroxène. La minéralogie primaire est communément altérée en amphibole fibreuse très pâle (trémolite-actinote), sans orientation préférentielle. L’amphibole remplace les grains d’olivine ou de pyroxène du cumulat, alors que la phase intercumulus altérée est formée d’amphibole, de talc, de ripidolite et de zoïsite. Les minéraux opaques xénomorphes sont partiellement remplacés par la titanite et le leucoxène. La mélanogabbronorite se compose d’un cumulat formé de grains (1 à 3 mm) d’orthopyroxène et de clinopyroxène avec de rares cristaux plus grossiers (3 à 5 mm) d’orthopyroxène parsemant le cumulat. Le gabbro à olivine et orthopyroxène (normatif) montre un cumulat granulaire de clinopyroxène à grain moyen (1 à 2 mm) et une phase intercumulus constituée d’un minéral opaque, partiellement altéré en titanite. La minéralogie primaire est communément altérée en amphibole fibreuse très pâle (trémolite-actinote) avec des proportions mineures de zoïsite et de carbonate. Le gabbro granulaire, à grain moyen (1 mm), se compose de baguettes de plagioclase enchevêtrées comportant des grains de pyroxène. La roche est également altérée en actinote et zoïsite. Le gabbro à structure ophitique est similaire au gabbro granulaire. Il se distingue par des baguettes de plagioclase bien développées et mieux préservées avec des grains de clinopyroxène interstitiels au plagioclase. Vers le sommet de l’unité, la granulométrie diminue progressivement pour atteindre ≤1 mm.

Près du sommet de la coulée, la lave est gris verdâtre, à grain fin et à patine d’altération chamois. Elle présente une fracturation en colonnes dont le diamètre diminue de 60 à 10 cm sur quelques mètres, témoignant d’un refroidissement rapide. Le sommet de la coulée est constitué de brèches hyaloclastiques (6 m d’épaisseur) parsemées de fragments de coussins. La composition d’un des fragments est semblable à celle des laves magnésiennes de l’unité pPwl7 ainsi qu’à la bordure figée à la base de la coulée.

Formation de Willbob 10 (pPwl10) : basalte tholéitique amphibolitisé

L’unité pPwl10 est constituée de basalte tholéitique amphibolitisé. Ces roches sont en continuité cartographique avec les basaltes de l’unité pPwl1 (Girard, 1995). Le basalte amphibolitisé est vert, à grain fin, homogène et légèrement à fortement folié. Des coussins jointifs, des mégacoussins et de rares roches hyaloclastiques sont localement préservés. Toutes les microstructures primaires ont été oblitérées par la déformation ou le métamorphisme. En lame mince, le métabasalte se caractérise par une microstructure nématoblastique, localement blasto-ophitique. La roche est constituée de ~70 % de cristaux aciculaires à trapus d’amphibole vert pâle à vert foncé ou bleuté dans une matrice fine de cristaux de plagioclase (30 %). Le plagioclase est communément limpide et non altéré. Des reliques de structure gloméroporphyrique sont localement préservées. Les minéraux accessoires sont le sphène, la biotite, l’épidote, le carbonate et les minéraux opaques. L’intensité de la coloration verte, la taille des cristaux d’amphibole, la limpidité du plagioclase et la granulométrie augmentent vers le NE, simultanément avec la disparition de l’épidote. D’après Girard (1995), ce changement de paragenèse métamorphique est concordant avec la disparition des structures primaires et l’augmentation de l’intensité de la foliation vers le NE. La composition du métabasalte de l’unité pPwl10 suggère un environnement océanique (Girard, 1995).

Formation de Willbob 11 (pPwl11) : schiste quartzofeldspathique à grenat

L’unité pPwl11 est localisée au nord du lac Kozela, ~3 km au SW du lac Deborah (feuillet 23P05). L’unité forme un niveau métrique de schiste quartzofeldspathique à biotite avec des traces de grenat, de tourmaline et de zoïsite (Girard, 1995).

Formation de Willbob 12 (pPwl12) : schiste mylonitique à sulfures

L’unité pPwl12 est localisée au lac Kozela, ~4 km au SW du lac Deborah (feuillet 23P05). Il s’agit d’un niveau métrique de schiste mylonitique à sulfures contenant 10 à 20 % de pyrite et de pyrrhotite (Girard, 1995).

Épaisseur et distribution

La Formation de Willbob appartient à la Zone lithotectonique allochtone de Retty, telle que définie par Clark et Wares (2004). Elle constitue l’unité stratigraphique la plus orientale de la partie centrale de la Fosse du Labrador. La séquence volcanique de la Formation de Willbob forme une bande NW-SE qui s’étend entre la latitude 56° N et le lac André (feuillet 23I12) au Labrador, soit une distance de ~170 km. D’après Dimroth (1972, 1978), l’épaisseur totale de la formation ne peut être déterminée, étant donné sa position sommitale. L’épaisseur de la Formation de Willbob a été estimée à 5000 m (Baragar, 1967; Frarey, 1967; Rohon, 1989). À la latitude 56° N, l’épaisseur connue de la formation dépasse 900 m (Dimroth, 1972, 1978).

Datation

Un âge paléoprotérozoïque de 1885 ±67 Ma a été obtenu pour les basaltes de cette unité (Rohon et al., 1993).

Unité Échantillon Système isotopique Matériel Âge de cristallisation (Ma) (+) (-) Référence(s)
pPwl1 Basalte Fm. de Willbob Pb-Pb Roche totale 1885 67 67 Rohon et al., 1993

 

Relations stratigraphiques

La Formation de Willbob forme la partie supérieure du Groupe de Doublet. Il s’agit de l’unité stratigraphique sommitale de la séquence volcano-sédimentaire du segment central de la Fosse du Labrador (Dimroth, 1972, 1978). La Formation de Willbob recouvre en concordance la Formation de Thompson Lake (Baragar, 1967; Frarey, 1967). Baragar (1967) souligne toutefois que le contact est communément obscurci par des filons-couches ou qu’il n’est pas visible en raison d’un manque d’affleurements. Le sommet de l’unité n’a pas été défini (Frarey, 1967; Dimroth, 1972, 1978). Les roches basaltiques de la Formation de Willbob sont chevauchées, à l’est, par les roches métasédimentaires de la Supersuite de Laporte. Les basaltes de la Formation de Willbob ont été corrélés avec ceux de la Formation d’Hellancourt (1874 ±3 Ma; Rohon et al., 1993; Machado et al., 1997) et avec la partie supérieure de la Formation de Menihek (Findlay et al., 1995). Plusieurs filons-couches mafiques à ultramafiques (Suite intrusive de Gerido) se sont injectés dans les laves de la Formation de Willbob.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Publications accessibles dans SIGÉOM Examine

CLARK, T., WARES, R., 2004. SYNTHESE LITHOTECTONIQUE ET METALLOGENIQUE DE L’OROGENE DU NOUVEAU-QUEBEC (FOSSE DU LABRADOR). MRNFP; MM 2004-01, 182 pages, 1 plan.

DIMROTH, E., 1972. STRATIGRAPHY OF PART OF THE CENTRAL LABRADOR TROUGH. MRN; DP 154, 304 pages, 6 plans.

DIMROTH, E., 1978. Région de la fosse du Labrador entre les latitudes 54° 30′ et 56° 30′. MRN; RG 193, 417 pages, 16 plans.

GIRARD, R., 1989. GEOLOGIE DE LA REGION DU LAC DEBORAH – NOUVEAU-QUEBEC -. MRN; MB 89-37, 39 pages, 3 plans.

GIRARD, R., 1995. GEOLOGIE DE LA REGION DU LAC DEBORAH, TERRITOIRE-DU-NOUVEAU-QUEBEC. MRN; MB 95-20, 186 pages, 3 plans.

 

Autres publications

BARAGAR, W.R.A. 1960. Petrology of basaltic rocks in part of the Labrador Trough. Bulletin of the Geological Society of America; volume 71, pages 1589-1644. https://doi.org/10.1130/0016-7606(1960)71[1589:POBRIP]2.0.CO;2

BARAGAR, W.R.A. 1967. Wakuach Lake map-area, Quebec-Labrador (23O). Geological Survey of Canada; Memoir 344, 174 pages. http://doi.org/10.4095/123960

DIMROTH, E., DRESSLER, B. 1978. Metamorphism of the Labrador Trough. In Metamorphism in the Canadian Shield (Fraser, J.A. and Heywood, W.W., editors). Geological Survey of Canada; Paper 78-10, pages 215-236. http://doi.org/10.4095/104534

DONALDSON, J.A. Marion Lake map-area, Quebec-Newfoundland (23I/13). Geological Survey of Canada; Memoir 338, 85 pages. http://doi.org/10.4095/123900

FAHRIG, W.F. 1952. Griffis Lake, territory of New Quebec, Quebec. Geological Survey of Canada; Paper 51-23, 1 page. http://doi.org/10.4095/108372

FAHRIG, W.F. 1964. Géologie, Griffis Lake, Nouveau-Québec. Commission géologique du Canada; Carte 1121A. http://doi.org/10.4095/107788

FINDLAY, J.M., PARRISH, R.R., BIRKETT, T., WATANABE, D.H. U-Pb ages from the Nimish Formation and Montagnais glomeroporphyritic gabbro of the central New Québec Orogen, Canada. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 32, pages 1208-1220. http://doi.org/10.1139/e95-099

FRAREY, M.J. 1952. Preliminary map Willbob Lake, Quebec and Newfoundland. Geological Survey of Canada; Paper 52-16, 10 pages. http://doi.org/10.4095/124122

FRAREY, M.J. 1967. Willbob Lake and Thompson Lake map-areas, Quebec and Newfoundland (23 O/1 and 23 O/8). Geological Survey of Canada; Memoir 348, 73 pages. http://doi.org/10.4095/123896

FRAREY, M.J., DUFFELL, S. 1964. Revised stratigraphic nomenclature for the central part of the Labrador Trough. Geological Survey of Canada; Paper 64-25, 13 pages. http://doi.org/10.4095/123909

FRASER, J.A., HEYWOOD, W.W., MAZURSKI, M.A. 1978. Carte métamorphique du Bouclier Canadien. Commission géologique du Canada; Carte 1475A. http://doi.org/10.4095/133909

HARRISON, J.M. 1952. The Quebec-Labrador iron belt, Quebec and Newfoundland. Geological Survey of Canada; Paper 52-20, 21 pages. http://doi.org/10.4095/123923

MACHADO, N., CLARK, T., DAVID, J., GOULET, N. 1997. U-Pb ages for magmatism and deformation in the New Quebec Orogen. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 34, pages 716-723. http://doi.org/10.1139/e17-058

ROHON, M.-L. 1989. Magmatisme protérozoïque et indices de Cu-Ni sulfurés (+ EGP) dans la Fosse du Labrador (Québec, Canada) entre les lacs Retty et Low. Université Pierre et Marie Curie, Paris VI; thèse de doctorat, 333 pages, 3 annexes. http://www.theses.fr/1989PA066428

ROHON, M.-L., BESSON, M., CLARK, T., JORON, J.L., OHNENSTETTER, D., ROGER, G., TREUIL, M., VIDAL, P. 1988. Indices de Cu-Ni sulfurés liés au magmatisme mafique et ultramafique protérozoïque dans la Fosse du Labrador (Québec; Canada). In Gisements métallifères dans leur contexte géologique (Johan, Z. et Ohnenstetter, D., éditeurs). Documents du B.R.GM.; numéro 158, pages 247-284.

ROHON, M.-L., VIALETTE, Y., CLARK, T., ROGER, G., OHNENSTETTER, D., VIDAL, P. 1993. Aphebian mafic-ultramafic magmatism in the Labrador Trough (New Quebec): its age and the nature of its mantle source. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 30, pages 1582-1593. http://doi.org/10.1139/e93-136

SKULSKI, T., WARES, R.P., SMITH, A.D. 1993. Early Proterozoic (1.88-1.87) tholeiitic magmatism in the New Québec Orogen. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 30, pages 1505-1520. http://doi.org/10.1139/e93-129

ST. SEYMOUR, K., KIDDIE, A., WARES, R. 1991. Basalts and gabbros of the Labrador Trough: remnants of a Proterozoic failed ocean? Neues Jahrbuch fuer Mineralogie, Monatshefte; Hefte 6, pages 271-280.

WARDLE, R.J. 1979. Geology of the eastern margin of the Labrador Trough. Department of Mines and Energy, Government of Newfoundland and Labrador; Report 78-9, 22 pages. http://gis.geosurv.gov.nl.ca/geofilePDFS/WBox040/LAB_0415.pdf

WARDLE, R.J. 1982. Geology of the south-central Labrador Trough. Government of Newfoundland and Labrador, Department of Mines and Energy, Mineral Development Division, Map 82-005. http://gis.geosurv.gov.nl.ca/geofilePDFS/ReceivedBatch58/LAB_0603.pdf

WARDLE, R.J., BAILEY, D.G. 1981. Early Proterozoic sequences in Labrador. In Proterozoic basins of Canada (Campbell, F.H.A., editor). Geological Survey of Canada; Paper 81-10, pages 331-359. http://doi.org/10.4095/124192

 

Citation suggérée

Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN). Formation de Willbob. Lexique stratigraphique du Québec. https://gq.mines.gouv.qc.ca/lexique-stratigraphique/province-de-churchill/formation-de-willbob [cité le jour mois année].

 

Collaborateurs

Première publication

Charles St-Hilaire, géo. stag., M. Sc. charles.st-hilaire@mern.gouv.qc.ca; Thomas Clark, géo., Ph. D. (rédaction)

Mehdi A. Guemache, géo., Ph. D. (coordination); Claude Dion, ing., M. Sc. (lecture critique); Simon Auclair, géo., M. Sc. (révision linguistique); Ricardo Escobar Moran (montage HTML).

 
21 avril 2021