English
 
Formation de Caste
Étiquette stratigraphique : [narc]lc
Symbole cartographique : nAlc

Première publication : 5 juin 2018
Dernière modification : 17 juillet 2018

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
Aucune
 
Auteur :Brett et al., 1976
Âge :Précambrien / Archéen / Néoarchéen
Coupe type : 
Région type :Des unités sédimentaires variées et non différenciées appartenant à cette formation se retrouvent dans les SNRC 32D07, 32D08, 32C05 et 32C04. Les affleurements les plus représentatifs se retrouvent sur les rives du lac La Motte et sur les chemins forestiers du feuillet SNRC 32D08.
Province géologique :Province du Supérieur
Subdivision géologique :Sous-province de l’Abitibi
Lithologie :Roches sédimentaires
Type d’unité :Lithostratigraphique
Rang :Formation
Statut :Formel
Usage :Actif

 

Unité(s) apparentée(s)
  • Groupe de Kewagama
    • Formation de Caste
    • Formation de Mont-Brun
    • Formation de la Rivière Dufresnoy

Historique

Le nom de Groupe du lac Caste a été attribué originalement à ces lithologies par Brett et al. (1976). Il provient d’un petit lac situé sur les lots 42 à 49 des rangs IX et X du canton de Cléricy, feuillet SNRC 32D07. James et Mawdsley (1927), Cooke et al. (1931), Norman (1944), Sharpe (1961) et Dawson (1966) avaient depuis longtemps identifié ces unités sédimentaires et leur vaste extension. Dimroth et al. (1973) et Dimroth et Rocheleau (1979) ont également utilisé cette appellation. Goutier (1997) a par la suite proposé l’appellation de « Formation de Caste », qui fait partie du Groupe de Kewagama.

Description

Formation de Caste (Alc)Formation de Caste (Alc)Des unités sédimentaires comprenant des grès, des mudrocks turbiditiques et graphiteux, des claystones noirs, des conglomérats polygéniques ainsi que des schistes à biotite se présentent sous forme de bandes ou d’enclaves dans les roches intrusives du Batholite de La Corne. Les principaux minéraux identifiés en échantillon mégascopique sont le quartz et la biotite. Les feldspaths sont abondants par endroits. On note dans ces unités, autour des batholites de La Motte et de La Corne, des porphyroblastes de grenat ou de staurotide d’un diamètre atteignant 3 mm dans des bandes où prédomine la biotite.

Le schiste à biotite apparaît généralement comme une roche bien foliée et constituée surtout de quartz équigranulaire à grain fin entourant des grands feuillets de biotite et de plagioclase sodique. Les grains ont une dimension moyenne de 0,3 mm. La muscovite, la chlorite, l’épidote, l’apatite, la séricite, la clinozoisite, le zircon et la pyrite sont les minéraux accessoires (Brett et al., 1976). La chlorite remplace communément la biotite. La granulométrie du schiste à biotite varie de moyenne à fine. En surface altérée, il est généralement gris avec des taches d’oxyde de fer; en surface non altérée, on observe différentes teintes de gris. L’alignement général des feuillets de biotite dans la matrice de quartz et de feldspath matérialise la schistosité. Le rubanement est bien développé localement, les bandes ayant une largeur qui varie de 1 à 10 cm. Certaines bandes contiennent principalement du quartz, accompagné de biotite.

La foliation du schiste a approximativement une direction E-W assez constante, mais elle suit parfois les bordures des batholites de La Motte et La Corne selon une direction N-S. Localement, le schiste peut être intensément plissé et montre des plis d’entraînement bien développés, de minces filonnets de quartz ptygmatitique ainsi que des veines et des amas de quartz. Les veines de quartz sont communément parallèles à la schistosité ou la recoupent avec un angle prononcé. Plusieurs veines sont boudinées et plissées de manière complexe. Un litage d’orientation générale E-W peut être observé à quelques endroits dans le feuillet 32D08. Ce litage présente le même pendage que la schistosité mais est parfois plus abrupt. La stratification et le litage ont communément un pendage variant de 30 à 60 degrés vers le nord. Les sommets semblent généralement faire face au sud-ouest (Brett et al., 1976).

L’assimilation partielle des roches sédimentaires par les masses batholitiques est communément observée. De tels exemples d’assimilation partielle, manifestée par une migmatisation, ont été observés dans le feuillet 32D08 et dans la partie nord du feuillet 32C04. Le schiste à biotite se présente alors sous la forme d’enclaves allongées à grain fin constituées de biotite, de quartz et de feldspath en phénocristaux .

Il ne semble pas y avoir de changement notable en ce qui concerne le degré de métamorphisme des schistes à proximité des batholites. Ce degré varie d’amphibolites à schistes verts supérieurs en s’éloignant des batholites. Considérant le fait qu’aucune partie de ces unités sédimentaires n’est éloignée de plus de 1600 m du contact des batholites, on peut supposer qu’elles ont toutes subi à peu près le même degré de métamorphisme (Brett et al., 1976). Les schistes à biotite en enclaves sont semblables aux schistes que l’on retrouve à l’extérieur des batholites. Il y a absence d’une zone de trempe bien définie entre le monzogranite à biotite du massif de La Motte et cette formation, si ce n’est la présence à plusieurs endroits de la staurotide et du grenat dans ces schistes.

 

Épaisseur et distribution

Les unités de grès, de mudrocks turbiditiques et graphiteux, de claystone noir et de conglomérats polygéniques font en moyenne de 20 à 30 cm d’épaisseur. Elles se retrouvent dans les feuillets 32D07, 32D08, 32C05 et 32C04.

Datation

Feng et Kerrich (1991) ont obtenu un âge minimum U-Pb sur zircons de 2691 ±2 Ma sur un site localisé dans le feuillet 32D08. David (communication personnelle) a obtenu un âge de 2695 ±2 Ma, également dans le feuillet 32D08.

Système isotopiqueMinéralÂge (Ma)(+)(-)Référence(s)
U-PbZircon269122Feng et Kerrich, 1991
U-PbZircon269522David, communication personnelle

 

Relation(s) stratigraphique(s)

Cette formation constitue un bassin sédimentaire bordé par les failles Manneville Nord, au nord, et Manneville Sud, au sud. L’ensemble des batholites de La Motte et de La Corne prend place à l’intérieur de cette formation. Les unités volcaniques qui bordent cette formation du côté nord (Groupe de Kinojévis, âge de 2716 à 2719 Ma) et du côté sud (Groupe de Malartic, âge de 2714 à 2706 Ma) sont de 15 à 25 Ma plus vieilles que les roches sédimentaires, ce qui démontre bien l’importance structurale régionale des failles en bordure.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
BRETT, P.R. – JONES, R.E. – LEUNER, W.R. – LATULIPPE, M.Canton de La Motte. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; RG 160, 153 pages.1976RG 160
COOKE, H.C. – JAMES, H.F. – MAWDSLEY, J.B.Géologie et gîtes minéraux de la région de Rouyn-Harricanaw, Québec. Commission géologique du Canada, mémoire 166, 333 pages (1 carte). 1931Source
DAWSON, K.R.A comprehensive study of the Preissac-La Corne Batholith, Abitibi County, Quebec. Commission géologique du Canada, Bulletin 142, 76 pages (3 cartes).1966Source
GOUTIER, J.Géologie de la région de Destor (SNRC 32D/07-200-0201). Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; RG 96-13, 37 pages.1997RG 96-13
IMREH, L.Sillon de La Motte-Vassan et son avant-pays méridional: synthèse volcanologique, lithostratigraphique et gîtologique. Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; MM 82-04, 72 pages.1984MM 82-04
JAMES, W.F. – MAWDSLEY, J.B.Régions de La Motte et de Fournière, comté d’Abitibi, Québec. Commission géologique du Canada; Rapport Sommaire 1925, Partie C.1927Source
NORMAN, G.W.H.La Motte map-area, Abitibi County, Quebec. Geological Survey of Canada; Paper 44-9, 13 pages.1944Source
5 juin 2018