English
 
BAtholite de La Corne (Alac2)
Batholite de La Corne
Étiquette stratigraphique : [narc]lac
Symbole cartographique : nAlac

Première publication : 5 juin 2018
Dernière modification : 17 juillet 2018

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
nAlac5 Monzodiorite et monzodiorite quartzifère
nAlac4 Hornblendite et amphibolite
nAlac3 Monzonite à hornblende
nAlac2 Monzogranite, monzonite et intrusion felsique à grains fins
nAlac1 Monzonite quartzifère et granodiorite, intrusion felsique à grains fins et pegmatite
 
Auteur :Dawson, 1954, 1966
Âge :Précambrien / Archéen / Néoarchéen
Coupe type : 
Région type :Feuillet SNRC 32C05, partie ouest du feuillet SNRC 32D08 et partie nord du feuillet SNRC 32C04
Province géologique :Province du Supérieur
Subdivision géologique :Sous-province de l’Abitibi
Lithologie :Roches intrusives granitoïdes
Type d’unité :Lithodémique
Rang :Lithodème
Statut :Formel
Usage :Actif

 

Unité(s) apparentée(s)

Historique

Les premiers rapports faisant mention des aspects géologiques de ce batholite sont ceux produits par Bancroft (1912), Cooke et al. (1931) et Tremblay (1950). Ces rapports ont été suivis par plusieurs campagnes de cartographie à l’échelle du canton (voir Imreh, 1984 et 1991), d’études et de nombreux travaux d’exploration (Hawley, 1931; Norman, 1945; Derry, 1949; Rowe, 1953; Siroonian et al., 1959; Masterman, 1979). Les premières études complètes englobant ce batholite, le subdivisant en plusieurs lithologies, sont celles produites par Dawson (1954 et 1966). Par la suite ce sont ajoutés les travaux de Danis (1985), Bourne et Danis (1987), Boily et al. (1989, 1990), Rive et al. (1990), Boily (1992, 1995) et Mulja et al. (1995a et 1995b).

Description

Le Batholite de La Corne est compris dans la vaste Suite plutonique de Preissac-La Corne, qui affleure dans la partie sud de la Sous-province de l’Abitibi, à environ 40 km au NW de la ville de Val-d’Or. Il forme un complexe intrusif syncinématique à postcinématique mis en place à l’Archéen (2681 à 2643 Ma) dans les roches volcaniques des groupes de Malartic et de Kinojévis, ainsi que dans les unités sédimentaires de la Formation de Caste. De façon plus précise, le Batholite de La Corne se compose de deux suites magmatiques distinctes, soit : 1) une suite dioritique à granodioritique métalumineuse précoce (unités nAlac4, nAlac3, nAlac5 et nAlac1), qui contient de nombreux xénolites métasédimentaires et métavolcaniques; et 2) une suite monzogranitique peralumineuse tardive (unité nAlac2), modérément à non folié, sans xénolites, à laquelle est associée une auréole pegmatitique minéralisée en Li, Be, Mo et Ta (figures 1 et 2). Ces pegmatites se retrouvent dans les parties granitiques ainsi que dans les lithologies encaissantes.

Le Batholite de La Corne occupe la partie est de la Suite plutonique de Preissac-La Corne. Il est allongé selon un axe N-S. Une foliation tectonique, soulignée par l’orientation des feuillets de biotite et de muscovite, est évidente en marge du Batholite de La Corne; cette foliation devient cependant moins prononcée en son cœur. L’ensemble du Batholite de La Corne est entouré d’une auréole de pegmatites granitiques lithinifères, principalement développée dans les parties ouest et nord, à l’intérieur de laquelle de nombreux indices minéralisés et prospects ont été reconnus (voir Pilote, 2018; Dawson, 1966; Boily et al., 1989; Boily, 1995). La mine Québec Lithium est située sur le contact nord du Batholite de La Corne et fait partie de cette auréole. Les pegmatites lithinifères renferment également des quantités variables (trace à 2 %) de colombo-tantalite, de molybdénite et de béryl. Brett et al. (1976) ont été les premiers à suggérer que les masses précoces de hornblendite (unité nAlac4) situées uniquement dans la partie ouest du batholite (feuillet 32D08) y soient intégrées. 

Les travaux de Bourne et Danis (1987), réalisés quasi exclusivement dans la portion SW du Batholite de La Corne, ont permis de proposer la subdivision de la suite précoce en deux faciès plutoniques distincts. Le premier faciès, appelé « zone interne » (unité nAlac3), montre des compositions variant d’un gabbro bréchique à biotite et hornblende à une monzonite et contient moins de 5 % de quartz modal. Le deuxième faciès, appelé « zone externe », contient plus de 5 % de quartz modal et est constitué d’une diorite quartzifère à biotite et hornblende (nAlac5) qui évolue progressivement vers une granodiorite à biotite et hornblende (nAlac1). La transition entre chaque faciès est relativement abrupte, quoique continue. Ces deux faciès sont inversement zonés, c’est-à-dire que les cœurs sont mafiques tandis que les marges sont plutôt felsiques. Une bande de roches granodioritiques métasomatisées apparaît au contact de la suite externe et des roches sédimentaires encaissantes. Cette bande se caractérise par du plagioclase myrmékitique et du plagioclase à marges albitiques, de même que par des concentrations de quartz et de biotite plus élevées que dans les autres roches plutoniques de la zone externe.

La suite dioritique à granodioritique précoce couvre pratiquement toute la superficie de ce batholite. Elle affleure plus particulièrement le long d’une bande orientée N-S située entre les villages de Vassan et La Corne au contact des roches encaissantes volcano-sédimentaires. Quelques affleurements apparaissent également sur les rives est et ouest du lac Malartic (feuillet 32D08). En général, les masses intrusives dioritiques à granodioritiques sont constituées de petits affleurements à faible relief qui présentent un niveau d’exposition peu prononcé comparativement aux phases monzogranitiques.

Si l’on combine l’ensemble des observations de Tremblay (1950), Brett et al. (1976), Dawson (1966), Bourne et Danis (1987) et Boily (1992), jusqu’à huit (8) lithologies distinctives ont été reconnues à l’intérieur de ce batholite, dont la plupart présentent des contacts graduels. Il s’agit de : 1) hornblendite ou de diorite-gabbro; 2) diorite quartzifère à biotite et à hornblende; 3) monzodiorite quartzifère à hornblende et à biotite; 4) monzodiorite à hornblende et biotite; 5) monzonite à hornblende; 6) monzonite à hornblende et biotite; 7) tonalite à hornblende et à biotite; et 8) granodiorite à biotite et à hornblende.

À des fins de simplification et en accord avec les cartographies récentes (Pilote, 2017; Pilote et Lacoste, 2016; Pilote et al., 2016 et 2017) dans ces secteurs, les huit lithologies mentionnées ci-dessus ont été renommées, regroupées et distribuées à l’intérieur des cinq unités n Alac1 à nAlac5. La suite précoce est représentée par les unités nAlac4 (auparavant hornblendite ou diorite-gabbro), nAlac3 (auparavant monzodiorite à hornblende et biotite), nAlac5 (auparavant diorite quartzifère à biotite et à hornblende; tonalite à hornblende et à biotite) et nAlac1 (auparavant monzodiorite quartzifère à hornblende et à biotite); la suite tardive est représentée par l’unité nAlac2 (auparavant monzonite à hornblende; monzonite à hornblende et biotite; granodiorite à biotite et à hornblende).

Les différentes unités du Batholite de La Corne sont décrites ci-après par ordre chronologique, de la plus ancienne à la plus jeune : nAlac4, nAlac3, nAlac5, nAlac1 et nAlac2.

Batholite de La Corne 4 (nAlac4) : Hornblendite et amphibolite

Ces roches se retrouvent au sud (feuillet 32D08) et au SE (feuillet 32C05) du lac La Motte. Elles se composent essentiellement de hornblende grenue partiellement biotitisée, chloritisée et épidotisée. Cette roche est de couleur noir verdâtre. Les cristaux de hornblende varient de 2 mm à 1 cm de longueur. Le contenu en feldspath varie de 10 à 70 %. Des pyroxènes altérés sont observés localement.

Il est intéressant de noter que pour Dawson (1966), la hornblendite était plutôt interprétée comme des volcanites mafiques métamorphisées. Par contre, pour Brett et al. (1976), cette unité est interprétée comme un faciès précoce du Batholite de La Corne en raison de relations de recoupement sur le terrain entre les différentes phases intrusives, et de la présence de nombreuses enclaves d’amphibolite et de roches sédimentaires dans la hornblendite. Les travaux de Boily (1992) et les nôtres favorisent cette dernière interprétation.

Batholite de La Corne 3 (nAlac3) : Monzonite à hornblende

Cette unité se retrouve à l’est du lac La Motte et occupe le cœur du quart SE du feuillet 32C05. Cette lithologieElle est essentiellement constituée de proportions variables de feldspath et de hornblende chloritisée (40 à 70 %) et légèrement épidotisée. Cette roche est de granulométrie moyenne et communément foliée. Le contact entre la monzonite à hornblende et la hornblendite est généralement progressif. La monzonite à hornblende se présente en affleurement continu ou sous la forme de dykes coupant la hornblendite ainsi que les volcanites mafiques avoisinantes. Dans ce dernier cas, de larges amas de cristaux d’actinote soulignent les bordures des unités volcaniques. La présence d’enclaves volcaniques et sédimentaires métamorphisées est commune dans ces roches (Brett et al., 1976). En général, la susceptibilité magnétique de cette lithologie est légèrement plus élevée comparativement aux lithologies intrusives adjacentes.

Batholite de La Corne 5 (nAlac5) : Monzodiorite et monzodiorite quartzifère

Cette unité se retrouve dans le quart SE du feuillet 32C05. Elle correspond essentiellement à la phase intrusive externe de Danis (1985) et de Bourne et Danis (1987). Il s’agit d’une unité de monzodiorite et de monzodiorite quartzifère généralement foliée, contenant de 5 à 10 % de hornblende et de biotite. La susceptibilité magnétique de cette roche est communément moindre que celle de l’unité Alac2 (monzonite à hornblende). Cette unité montre une granulométrie moyenne, mais généralement moindre que celle de la monzonite à hornblende. Les contacts sont graduels entre les unités Alac3 et Alac5. Par contre, les relations de recoupement indiquent que l’unité Alac5 est légèrement plus tardive (Danis, 1985).

Batholite de La Corne 1 (nAlac1) : Monzonite quartzifère et granodiorite, intrusion felsique à grain fin et pegmatite

Cette unité représente le faciès communément observé dans la moitié nord de ce batholite ainsi qu’à son extrémité sud. Il s’agit de monzonite quartzifère à biotite (5 à 15 %) et, avec moins de 10 % de hornblende. Cette roche est faiblement foliée à massive par endroits. Les enclaves dioritiques riches en hornblende et foliées sont communes (Tremblay, 1950). La minéralisation de la mine Québec Lithium est encaissée dans ce faciès, dans la partie NE du Batholite de La Corne, tout comme la « Mine Molybdénite » dans le coin SE.

Batholite de La Corne 2 (nAlac2) : Monzogranite, monzonite et intrusion felsique à grain fin

Cette unité représente la phase tardive du Batholite de La Corne. Elle se compose d’un monzogranite à muscovite ± biotite, avec du grenat localement. Cette phase est communément appelée « monzogranite à deux micas » dans plusieurs études. Rive et al. (1990) nomme cette unité particulière « intrusion de Chaptes ». Ces roches montrent une couleur blanchâtre à rosâtre, sont généralement homogènes et de granulométrie variant de fine à très grossière. Ces roches sont communément peralumineuses (figure 1). Une caractéristique importante de cette unité consiste en la présence de nombreuses intrusions de pegmatite granitique minéralisées en Be, Li, Ta et Mo, logées dans les fractures et joints qui l’affectent, ou encore dans diverses lithologies immédiatement adjacentes. La proportion de matériel pegmatitique est très variable et atteint jusqu’à 80 % de la superficie de certains affleurements.

Épaisseur et distribution

Le Batholite de La Corne fait environ 15 km en direction E-W par 22 km en direction N-S. Il couvre en partie les feuillets 32C05, 32D08 et 32C04. Il souligne le contact entre les groupes de Malartic et de Kinojévis. Ce batholite est associé régionalement à une forte anomalie magnétique négative qui coupe le grain structural régional. L’unité nAlac1 (monzonite quartzifère et granodiorite) est la plus volumineuse et occupe la moitié nord de ce batholite. Les unités nAlac3 (monzonite à hornblende) et nAlac5 (monzodiorite et monzodiorite quartzifère) se retrouvent principalement dans la moitié sud et présentent un agencement concentrique. Les unités présentant les plus fortes susceptibilités magnétiques s’avèrent être la hornblendite (nAlac1) et la monzonite à hornblende (nAlac3).

Datation

Les datations obtenues jusqu’à maintenant démontrent un important écart temporel entre la mise en place des suites magmatiques précoces et tardives. Ainsi, les dates obtenues pour la mise en place de la suite précoce varient entre 2695 +65/-25 Ma (Steiger et Wassenburg, 1969), 2675 ±24 Ma (Feng et Kerrich, 1991; site LC-23) et 2681 ±2 Ma (David, communication personnelle, 2017). En ce qui concerne la mise en place de la suite intrusive tardive, Feng et Kerrich (1991) ont obtenu un âge de 2643 ±4 Ma (site LC-30) sur zircon unique.

Système isotopiqueMinéralÂge de cristallisation (Ma)(+)(-)SiteRéférence(s)
U-PbZircon26956525 Steiger et Wassenburg, 1969
U-PbZircon26752424LC-23Feng et Kerrich, 1991
U-PbZircon26812214-NP-1573David, communication personnelle, 2017

Relation(s) stratigraphique(s)

Le Batholite La Corne se compose de deux suites magmatiques distinctes, soit : 1) une suite dioritique à granodioritique métalumineuse précoce, qui contient de nombreux xénolites métasédimentaires et métavolcaniques, 2) une suite monzogranitique peralumineuse, tardive, modérément à non foliée, sans xénolites, à laquelle est associée une auréole pegmatitique minéralisée en Li, Be, Mo et Ta. Les datations récentes par méthode U-Pb sur zircon unique (Feng et Kerrich, 1991) et sur zircons conventionnels (David, communication personnelle, 2017) permettent d’affirmer que la suite monzogranitique a été mise en place 30 à 40 Ma après la suite dioritique-granodioritique précoce. Ce large écart de temps remet en question les liens magmatiques qui peuvent exister entre ces phases précoces et tardives, et met plutôt en relief l’importance du télescopage de deux volumineuses suites magmatiques dans une même région. La position occupée par le Batholite de La Corne rehausse d’autre part le contact faillé entre les groupes de Malartic et de Kinojévis.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
PILOTE, P.Géologie de la région de Barraute ouest, Sous-province d’Abitibi, région de l’Abitibi-Témiscamingue, Québec, Canada. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.2018Bulletin géologiQUE
BANCROFT, J.A..Rapport sur la géologie et les richesses minières de la région des lacs Kewagama et Keekeek. Dans : Rapport sur les opérations minières dans la province de Québec durant l’année 1911. Ministère de la Colonisation, des Mines et des Pêcheries du Québec; OM 1911, pages 175-229.
 
1912OM 1911
BOILY, M.Exploration des métaux de haute technologie (Li, Be, Ta) dans les systèmes peralumineux de la région de Preissac – La Corne. Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; ET 91-09, 24 pages.
 
1992ET 91-09
BOILY, M.Pétrogenèse du batholite de Preissac-La Corne : implications pour la métallogénie des gisements de métaux rares. Ministère des Ressources naturelles, Québec; ET 93-05, 69 pages.1995ET 93-05
BOILY, M. – WILLIAMS-JONES, A.E. – MULJA, T. – PILOTE, P.Rare element granitic pegmatites in the Abitibi greenstone belt: a case study of the Preissac-La Corne batholith. In La ceinture polymétallique du nord-ouest québécois. Éditeurs: M. Rive, P. Verpaelst, Y. Gagnon, J.M. Lulin, G. Riverin et A. Simard. Institut canadien des mines et de la métallurgie, Volume Spécial 43, pages 299-312.
 
1990
BOILY, M. – PILOTE, P. – RALLON, H.Métallogénie des métaux de haute technologie en Abitibi-Témiscamingue. Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; MB 89-29, 118 pages.
 
1989MB 89-29
BOURNE, J. – DANIS, D.A proposed model for the formation of reversely zoned plutons based on a study of the La Corne Complex, Superior Province, Quebec. Canadian Journal of the Earth Sciences; volume 24, pages 2506-2520.1987Source
BRETT, P.R. – JONES, R.E. – LATULIPPE, M. – LEUNER, W.R.Canton de La Motte. Ministère des Richesses Naturelles, Québec; RG 160, 164 pages, 1 carte.1976RG 160
COOKE, H.C. – JAMES, W.F. – MAWDSLEY, J.B.Géologie et gisements minéraux de la région de Rouyn-Harricanaw, Québec. Commission géologique du Canada, Mémoire 166, 333 pages (1 carte).1933Source
DANIS, D.Pétrologie et géochimie du batholite de La Corne, Québec. Université du Québec à Montréal; mémoire de maîtrise non publié, 81 pages.1985
DAWSON, R.K.Structural features of the Preissac-La Corne Batholith, Abitibi County, Quebec. Geological Survey of Canada; Paper 53-4.1954Source
DAWSON, R.K.A comprehensive study of the Preissac-La Corne batholith, Abitibi county, Québec. Geological Survey of Canada; Bulletin 142, 76 pages.1966Source
DERRY, D.R.Lithium-bearing pegmatites in northern Quebec. Economic Geology; 45, pages 95-103.1949Source
FENG, R. – KERRICH, R.Single zircon age constraints on the tectonic juxtaposition of the Archean Abitibi greenstone belt and Pontiac Subprovince, Québec, Canada. Geochimica et Cosmochimica Acta; volume 55, pages 3437-3441.1991Source
HAWLEY, J.E.Gisement de molybdénite du canton de La Corne, comté d’Abitibi. Rapport Annuel du Service des Mines de Québec pour l’année 1930, Partie C. Service des Mines de Québec; RASM 1930-C2, pages 107-137.1931RASM 1930-C2
IMREH, L.Sillon de La Motte-Vassan et son avant-pays méridional: synthèse volcanologique, lithostratigraphique et gîtologique. Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; MM 82-04, 72 pages.1984MM 82-04
IMREH, L.Cartes préliminaires au 1:15 840 de l’Abitibi-Est méridional, coupure 32C05 W. Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; MB 90-39, 18 pages, 2 cartes annotées (échelle 1/15 840).1991MB 90-39
MULJA, T. – WILLIAMS-JONES, A.E. – WOOD, S.A. – BOILY, M.The rare-element-enriched monzogranite-pegmatite-quartz vein systems in the Preissac-La Corne batholith, Québec. I Geology and mineralogy. Canadian Mineralogist; volume 33, pages 793-816.1995aSource
MULJA, T. – WILLIAMS-JONES, A.E. – WOOD, S.A. – BOILY, M.The rare-element-enriched monzogranite-pegmatite-quartz vein systems in the Preissac-La Corne batholith, Québec. II Geochemistry and petrogenesis. Canadian Mineralogist; volume 33, pages 817-834.1995bSource
NORMAN, G.W.H.Molybdenite deposits and pegmatites in the Preissac-La Corne area, Abitibi county, Quebec. Economic Geology; 40, pages 1-17.1945Source
PILOTE, P.Compilation géologique, Géologie de la région de Barraute-Ouest. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; CG-2017-05.2017CG-2017-05
PILOTE, P. – LACOSTE, P.Compilation géologique, lac De Montigny. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; CG-2016-13.2016CG-2016-13
PILOTE, P. – LACOSTE, P. – BEDEAUX, P.Compilations géoscientifiques, géologie – Val-Senneville. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; CG-2016-14.2016CG-2016-14
PILOTE, P. – LACOSTE, P. – BEDEAUX, P.Compilations géoscientifiques, géologie – lac Fiedmont. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; CG-2016-15.2017CG-2016-15
RIVE, M. – PINTSON, H. – LUDDEN, J.N.Characteristics of late Archean plutonic rocks from the Abitibi and Pontiac Subprovinces, Superior Province, Canada. In: the Northwestern Quebec Polymetallic Belt. (Éditeurs: M. Rive, P. Verpaelst, J. Gagnon, J.-M. Lulin, G. Riverin et A. Simard). Canadian Institute of Mining and metallurgy; Special Volume 43, pages 65-76.1990
ROWE, R. B.Pegmatitic beryllium and lithium deposits: Preissac-La Corne Region, Abitibi County, Quebec. Geol. Surv. Canada, Paper 53-3.1953Source
SIROONIAN, H.A. – SHAW, D.M. – JONES, R.E.Lithium geochemistry and the Source of the spodumene pegmatites of the Preissac-La Corne region of western Quebec. Canadian Mineralogist; 6, pages 320-338.1959Source
STEIGER, R.H. – WASSERBURG, G.J.Comparative U-Pb-Th systematics in 2,7 x 109 years plutons of different geologic histories. Geochimica et Cosmochimica Acta; 44, pages 1213-1232.1969Source
TREMBLAY, L.P.Fiedmont map area, Abitibi county, Quebec. Geological Survey of Canada; Memoir 253, 133 pages.1950Source

 

 

5 juin 2018