Suite granitique de De Pas
Étiquette stratigraphique : [ppro]dep
Symbole cartographique : pPdep

Première publication: 20 octobre 2016
Dernière modification: 1 août 2018

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
pPdep5 Syénite et monzonite magnétiques
pPdep4 Granite
pPdep3 Granite hétérogène renfermant de nombreuses enclaves
pPdep2 Granodiorite et monzodiorite quartzifère à structure porphyroïde
pPdep2c Granodiorite et monzodiorite quartzifère à structure porphyroïde et à quartz bleuté
pPdep2b Granite et monzonite quartzifère magnétiques à structure porphyroïde
pPdep2a Granodiorite et monzodiorite quartzifère
pPdep1 Diorite quartzifère, diorite, monzodiorite et monzonite
pPdep1b Monzonite et monzodiorite mélanocrate
pPdep1a Diorite quartzifère et diorite homogènes
 
Auteur :Danis, 1991
Âge :Paléoprotérozoïque
Coupe type :Aucune
Région type :Régions du lac Rielle (feuillet SNRC 24A03) et du lac Tudor (feuillet 23P14)
Province géologique :Province de Churchill
Subdivision géologique :Domaine lithotectonique de George
Lithologie :Intrusions potassiques
Type :Lithodémique
Rang :Suite
Statut :Formel
Usage :Actif

 

 

Historique

La Suite granitique de De Pas a été définie par Danis (1991) qui l’a subdivisée en unités informelles en fonction de la lithologie dominante. Cette suite, comme la Suite charnockitique de De Pas, fait partie de la Supersuite de De Pas, une intrusion syntectonique polyphasée qui s’étend sur plus de 440 km selon une direction N-S à NNW-SSE dans le Domaine lithotectonique de George (Charette et al., 2018).

Une compilation régionale réalisée par les géologues du Ministère en 2003 (MRNF, 2010a-c) avait permis de subdiviser la Suite granitique de De Pas, alors nommée « Batholite de De Pas », en six unités informelles (pPdep1 à pPdep6). Hammouche et al. (2011) ont par la suite redéfini plusieurs unités et introduit une septième (pPdep7). Simard et al. (2013) ont introduit une huitième unité (pPdep8) de petites intrusions de syénite et de monzonite. Seules les unités informelles pPdep3, pPdep4, pPdep5, pPdep7 et pPdep8 ont été reconnues lors des travaux de cartographie au 1/250 000 réalisés par le Ministère entre 2011 et 2016. Dans le cadre de la synthèse régionale du sud-est de la Province de Churchill (SEPC; Lafrance et al., 2018), les huit unités informelles connues ont été ramenées à cinq (pPdep1 à pPdep5), comme expliqué dans le tableau ci-dessous.

Unités et sous-unités uniformiséesUnités et sous-unités antérieuresRéférence(s)
pPdep1pPdep3MRNF, 2010b, c; Hammouche et al., 2011; Lafrance et al., 2016
F2dDanis, 1988, 1991; Bourque, 1991
E2aVan der Leeden, 1995
pPdep1aE2bVan der Leeden, 1995
pPdep1b
pPdep2pPdep4MRNF, 2010a-c; Hammouche et al., 2011; Simard et al., 2013; Lafrance et al., 2014, 2015, 2016; Charette et al., 2016
F2cDanis, 1988, 1991; Owen, 1989; Bourque, 1991
pPdep6MRNF, 2010b, c
F2aOwen, 1989; Van der Leeden, 1994
pPdep2a
pPdep2bpPdep4aLafrance et al., 2015, 2016
pPdep7MRNF, 2010b; Hammouche et al., 2011
pPdep2c
pPdep3pPdep5aSimard et al., 2013; Lafrance et al., 2014, 2015, 2016
pPdep2MRNF, 2010b, c
F2eDanis, 1988, 1991; Owen, 1989; Bourque, 1991
pPdep4pPdep5MRNF, 2010a-c; Hammouche et al., 2011; Simard et al., 2013; Lafrance et al., 2014, 2015, 2016; Charette et al., 2016
pPdep1MRNF, 2010b, c
F2fBourque, 1991
pPdep5pPdep8Simard et al., 2013; Lafrance et al., 2016

 

 

Description

La Suite granitique de De Pas, constituée principalement de différentes phases intrusives potassiques à biotite ± hornblende, représente l’unité principale de la Supersuite de De Pas. Elle est de composition intermédiaire à felsique et présente localement une structure porphyroïde. Elle est divisée en cinq unités: 1) une unité de diorite quartzifère, de diorite, de monzodiorite et de monzonite (pPdep1); 2) une unité de granodiorite et de monzodiorite quartzifère à structure porphyroïde (pPdep2); 3) une unité de granite hétérogène renfermant de nombreuses enclaves (pPdep3); 4) une unité de granite à biotite (pPdep4); et 5) une unité de syénite et de monzonite (pPdep5).

Les roches de l’unité pPdep2 sont injectées à divers degrés par les différentes phases de l’unité pPdep4 sous la forme de rubans subconcordants et de dykes de largeur centimétrique à métrique. L’unité pPdep4 comprend aussi des enclaves décimétriques à métriques de granodiorite à structure porphyroïde de l’unité pPdep2.

Les roches de la Suite granitique de De Pas sont communément affectées par la Zone de cisaillement de la Rivière George (ZCrge), ce qui entraîne le développement d’une foliation mylonitique, de porphyroclastes de feldspath potassique et de rubans de quartz, accompagnés d’altérations plus ou moins intenses en hématite, épidote et chlorite en placages et en veinules.

 

Suite granitique de De Pas 1 (pPdep1) : Diorite quartzifère, diorite, monzodiorite et monzonite

Suite granitique de De Pas 1a (pPdep1a) : Diorite quartzifère et diorite homogènes

La sous-unité pPdep1a représente une phase intrusive qui varie d’une composition de diorite quartzifère à diorite et qui est caractérisée par un faible contenu en phénocristaux (<5 %). Elle est régulièrement observée en affleurements en association avec la granodiorite et la monzodiorite quartzifère à structure porphyroïde de l’unité pPdep2. Le contact entre ces différentes lithologies peut être net mais il est généralement graduel et correspond à la disparition progressive des phénocristaux de feldspath potassique. À d’autres endroit, des xénolithes subarrondis de diorite renfermant quelques phénocristaux de microline (pPdep1a) sont aussi observés dans les roches à structure porphyroïde de l’unité pPdep2 (incluant les sous-unités pPdep2b et pPdep2c). Dans certains cas, la diorite quartzifère forme la phase dominante et constitue une unité qui a pu être représentée sur la carte (pPdep1a).

pPdep3Les roches de la sous-unité pPdep1a sont homogènes, moyennement à finement grenues, équigranulaires, de couleur grise et massives à faiblement foliées. Elle contiennent de 15 à 25 % de biotite brune et de hornblende verte, ainsi qu’une bonne quantité de minéraux accessoires, notamment le sphène, l’allanite, l’apatite, le zircon et les minéraux opaques. Dans certains secteurs, la roche montre une altération modérée avec la formation de chlorite et d’épidote.

La diorite quartzifère est localement fortement injectée d’un matériel felsique à intermédiaire leucocrate, ce qui donne à la roche un aspect hétérogène et localement bréchique. Le matériel leucocrate est en contact net avec la diorite quartzifère qui forme par endroits des enclaves angulaires à subarrondies. Localement, ces injections produisent un rubanement parallèle à la fabrique régionale. Danis (1988, 1991) propose que les zones bréchiques se sont formées par la fracturation de la diorite quartzifère résultant d’une poussée de magma légèrement plus felsique.

Suite granitique de De Pas 1b (pPdep1b) : Monzonite et monzodiorite mélanocrates

Quelques petites lentilles de monzonite et de monzodiorite mélanocrates associées à la diorite quartzifère ont été regroupées dans la sous-unité pPdep1b. Le contact entre ces deux lithologies n’a pas été observé lors des campagnes de cartographie au 1/250 000 réalisées depuis l’été 2011 par le Ministère. Cependant, van der Leeden (1995) décrit cette sous-unité comme des niveaux métriques à décamétriques en contact transitionnel et graduel dans la diorite quartzifère. Ces roches, gris foncé à noires et de granulométrie fine, comprennent des agrégats mafiques arrondis composés de biotite et de hornblende avec localement des cœurs de clinopyroxène pouvant atteindre 1,5 cm. Le feldspath potassique est, par endroits, concentré en rubans centimétriques. De nombreux minéraux accessoires sont observés en lames minces, dont les principaux sont l’épidote et le sphène.

 

Suite granitique de De Pas 2 (pPdep2) : Granodiorite et monzodiorite quartzifère à structure porphyroïde

pPdep4L’unité pPdep2 regroupe divers faciès généralement caractérisés par une signature magnétique positive. Elle se compose en grande partie de granodiorite et de monzodiorite quartzifère, mais on y trouve aussi du monzogranite, du syénogranite et de la syénite quartzifère. Le microcline rose pâle à blanchâtre se présente en phénocristaux automorphes de 1 à 6 cm (localement jusqu’à 10 cm), mais il est également présent dans la matrice grossièrement à moyennement grenue. Les phénocristaux, qui forment entre 5 et 25 % de la roche, sont localement alignés, mais montrent généralement une orientation aléatoire. La roche est gris moyen rosé en cassure fraîche avec une patine d’altération blanc rosé. Elle est massive à faiblement foliée, sauf dans les zones de déformation mylonitiques associées aux grandes zones de cisaillement NW-SE à N-S. En affleurements, on observe aussi la présence de monzodiorite finement grenue renfermant environ 5 % de phénocristaux de microcline de 3 à 7 mm. Cette monzonite se trouve en contacts plus ou moins graduels ou irréguliers, associés à des bordures de réaction, ou encore en enclaves dans la roche à structure porphyroïde. Ces observations semblent indiquer une mise en place plus ou moins contemporaine de ces deux lithologies.

Les minéraux ferromagnésiens (15 à 25 %), qui consistent en biotite brune à verte accompagnée régulièrement de hornblende verte, forment des amas millimétriques à centimétriques auxquels sont associés une quantité notable de minéraux accessoires (2 à 5 %), dont le sphène, l’allanite entourée d’épidote, la magnétite et l’apatite. Le clinopyroxène (<5 %) a aussi été observé localement, ainsi que la muscovite, les carbonates et le zircon, lequel se trouve couramment en inclusion à l’intérieur de la biotite. Les roches sont variablement altérées; on observe une chloritisation de la biotite et la formation de séricite, de muscovite, d’épidote, de carbonate et de fines inclusions ou lamelles d’hématite dans le feldspath. Les phénocristaux contiennent des inclusions arrondies de quartz, de plagioclase et de biotite. Au microscope, la roche montre des structures ignées bien préservées avec un peu de recristallisation et de nombreuses myrmékites en bordure des phénocristaux. Les grains de quartz forment une mosaïque de cristaux montrant une extinction roulante prononcée.

Suite granitique de De Pas 2a (pPdep2a) : Granodiorite et monzodiorite quartzifère

Certains secteurs de granodiorite et de monzodiorite quartzifère ne contiennent pas de phénocristaux de feldspath potassique et ont été distingués du faciès à structure porphyroïde lorsqu’ils étaient de dimension suffisante. Les zones regroupées dans cette sous-unité montrent généralement des contacts diffus avec les roches porphyroïdes et semblent être cogénétiques avec celles-ci. La sous-unité pPdep2a se compose principalement de granodiorite et de monzogranite à grain moyen, massifs à foliés. Le feldspath potassique est réparti de façon hétérogène et forme localement des cristaux plus grossiers (0,5 à 1 cm).

Suite granitique de De Pas 2b (pPdep2b) : Granite et monzonite quartzifère magnétiques à structure porphyroïde

Dans les régions du lac Henrietta et du lac Brisson (Lafrance et al., 2015, 2016), les roches intrusives potassiques à structure porphyroïde qui forment des intrusions elliptiques orientées N-S à NW-SE associées à de très fortes anomalies aéromagnétiques positives ont été regroupées dans cette sous-unité. La sous-unité pPdep2b se trouve le long de la ZCrge. Dans ces secteurs, la roche se distingue par son aspect moucheté rose foncé et noir causé par la présence de 25 à 50 % de cristaux idiomorphes de microcline de 0,3 à 3 cm de longueur (localement jusqu’à 5 cm) presque jointifs. Entre les grains de microcline, la matrice est finement recristallisée, particulièrement en bordure des phénocristaux. Les minéraux ferromagnésiens, essentiellement de la biotite, sont un peu moins abondants (8 à 20 %) que dans l’unité pPdep2 et forment des amas auxquels sont associés les mêmes minéraux accessoires qu’observés ailleurs dans cette unité. Deux intrusions de 2 à 3 km sur 7 à 8 km à la limite est de la Supersuite de De Pas dans la région du lac Bonaventure (Hammouche et al., 2011) sont aussi assignées à ce faciès fortement magnétique. Dans ce secteur, la sous-unité pPdep2b se compose de roches intrusives à structure porphyroïde de composition principalement intermédiaire (monzonite et monzonite quartzifère) et inclut, en plus faible proportion, du granite et de la granodiorite.

Suite granitique de De Pas 2c (pPdep2c) : Granodiorite et monzodiorite quartzifère à structure porphyroïde et à quartz bleuté

À l’extrême ouest de la Supersuite de De Pas, dans la région du lac Henrietta, une portion de la Suite granitique de De Pas caractérisée par une signature magnétique négative est désignée comme la sous-unité pPdep2c. Cette sous-unité regroupe de la granodiorite et de la monzodiorite quartzifère qui se distinguent par la présence de quartz bleuté, responsable de la teinte plus foncée de la roche, et par l’habitus particulier du feldspath potassique qui se présente exclusivement sous la forme de phénocristaux idiomorphes de 0,5 à 13 cm de longueur (moyenne autour de 2 à 5 cm). Les phénocristaux ne sont pas distribués de manière uniforme et un litage magmatique a été observé sur plusieurs affleurements. Ce litage s’exprime par une alternance de niveaux décimétriques constitués essentiellement de phénocristaux de microcline (>75 %) surmontés de niveaux devenant de moins en moins riches jusqu’à en être pratiquement dépourvus. Une foliation magmatique est marquée par l’alignement des phénocristaux. Des microstructures rapakiviques ont aussi été observées localement dans la sous-unité pPdep2c. Au microscope, la roche montre un début de recristallisation, particulièrement au pourtour des phénocristaux de microcline.

 

Suite granitique de De Pas 3 (pPdep3) : Granite hétérogène renferment de nombreuses enclaves

pPdep5aL’unité pPdep3 correspond à des secteurs très hétérogènes où les roches intrusives potassiques renferment près de 50 % d’enclaves variées, surtout de gneiss, de migmatite et de diorite. Ces roches intrusives gris rosé à rose clair sont hétérogènes, à grain moyen à grossier et varient d’une composition granitique à granodioritique, localement tonalitique. La forte assimilation des enclaves par les granites donne à la roche une structure marbrée ou est à l’origine d’un rubanement irrégulier et ondulant localement marqué par des lamines discontinues de minéraux mafiques. Dans les secteurs plus homogènes, les roches intrusives potassiques de l’unité pPdep3 sont leucocrates et renferment entre 5 et 10 % de minéraux mafiques. Le contact entre cette sous-unité et les gneiss du Complexe de Saint-Sauveur (ApPgss) se fait de façon graduelle, les gneiss montrant de moins en moins d’injections en s’éloignant de la Supersuite de De Pas.

 

Suite granitique de De Pas 4 (pPdep4) : Granite

pPdep5L’unité pPdep4 comprend plusieurs phases intrusives potassiques homogènes s’injectant les unes dans les autres, ce qui donne parfois un aspect hétérogène aux affleurements. On observe trois phases intrusives principales, mais aucune n’est cartographiable à l’échelle de nos travaux : 1) une phase de composition monzogranitique renfermant entre 8 et 15 % de minéraux ferromagnésiens; 2) une phase granitique avec 5 à 10  % de biotite; et 3) une phase de granite leucocrate comportant moins de 5 % de minéraux ferromagnésiens. Le monzogranite et le granite à biotite sont à granulométrie moyenne et présentent une structure massive à légèrement foliée. La biotite brune à verdâtre est le principal minéral mafique, mais on observe aussi de la hornblende verte en faible quantité, particulièrement dans le monzogranite. Ces deux phases se distinguent principalement par leur couleur : gris moyen rarement rosé dans le cas du monzogranite et rose pâle à gris rosé (plus clair que le monzogranite) pour le granite à biotite. Dans les deux cas, les lames minces révèlent une structure ignée relativement bien préservée associée à une recristallisation modérée à forte en bordure des grains. On observe aussi des microstructures myrmékitiques et antiperthitiques, ainsi qu’une extinction roulante du quartz. Le feldspath montre un début d’altération avec la formation de séricite, d’épidote et de carbonate. Les minéraux accessoires, surtout l’épidote et l’allanite, sont abondants (1 à 4 %) et souvent accolés aux petits amas de minéraux ferromagnésiens dispersés dans la roche. Ils comprennent aussi du sphène, de l’apatite, des minéraux opaques, du zircon en inclusions dans la biotite et, plus localement, de la fluorine.

Le leucogranite rose est toujours massif, moyennement grenu à pegmatitique et s’injecte sous la forme de rubans et de dykes centimétriques à décimétriques dans les autres phases granitiques de l’unité pPdep4. Pour le moment, la majorité des roches granitiques observées à l’intérieur de l’enveloppe de la Supersuite de De Pas ont été assignées à l’unité pPdep4. Toutefois, il est probable que certaines de ces roches, particulièrement le leucogranite, représentent une unité beaucoup plus tardive similaire à la Suite de Dancelou (pPdac).

 

Suite granitique de De Pas 5 (pPdep5) : Syénite et monzonite magnétiques

pPdep8L’unité pPdep5 comprend neuf intrusions hectométriques à kilométriques de syénite et de monzonite situées dans la partie occidentale de la Suite granitique de De Pas. La roche est magnétique, homogène, grenue, foliée à massive et de couleur rose foncé ou mouchetée noir et rose. Elle renferme entre 15 et 25 % de biotite et de clinopyroxène, ce dernier minéral étant variablement remplacé par la hornblende. Au microscope, on observe un début de recristallisation en bordure des grains, de nombreuses structures myrmékitiques et perthitiques dans le feldspath et, plus localement, des minéraux ferromagnésiens avec des structures squelettiques. Les minéraux accessoires, principalement les minéraux opaques, l’apatite, le sphène, l’épidote, l’allanite et le zircon, sont abondants et souvent accolés aux minéraux ferromagnésiens.

 

Épaisseur et distribution

La Suite granitique de De Pas est présente sur toute la longueur de la Supersuite de De Pas, soit sur une extension d’environ 440 km dans un axe N-S à NNW-SSE. Elle a été reconnue dans les régions du lac Recouet (Danis, 1988), du lac Leif (Owen, 1989), du lac Raude (Danis, 1991), du lac Mina (Bourque, 1991), du lac de la Hutte Sauvage (van der Leeden, 1994), du lac Mistinibi (van der Leeden, 1995), du lac Bonaventure (Hammouche et al., 2011), de Kuujjuaq et de la baie d’Ungava (Simard et al., 2013), du lac Saffray (Lafrance et al., 2014), du lac Henrietta (Lafrance et al., 2015), du lac Brisson (Lafrance et al., 2016) et du lac Jeannin (Charette et al., 2016). Dans le secteur sud de la Supersuite de De Pas, dans les régions du lac Advance (feuillet 23P07; Danis, 1991) et du lac Bonaventure (feuillet 23P02; Hammouche et al., 2011), la Suite granitique de De Pas a une extension plus restreinte qu’au nord et s’étend sur moins de 10 km entre la ZCrge, à l’est, et la Suite charnockitique de De Pas, à l’ouest. Les unités de la Supersuite de De Pas sont majoritairement à l’intérieur du Domaine lithotectonique de George. Toutefois, elles ont aussi été observées à l’intérieur du Domaine lithotectonique de Baleine, situé juste à l’ouest. Les roches des unités pPdep2 et pPdep4 sont les lithologies dominantes, couvrant respectivement 4432 km2 et 3160 km2. Les unités et sous-unités pPdep1a (138 km2), pPdep1b (1 km2), pPdep2a (873 km2), pPdep2b (928 km2), pPdep2c (902 km2), pPdep3 (1182 km2) et pPdep5 (40 km2) occupent des superficies plus restreintes. 

Datation

Plusieurs datations indiquent que la mise en place de la principale unité de la Suite granitique de De Pas (pPdep2) s’est probablement déroulée en plusieurs épisodes étalés sur une période de près de 50 Ma (1862 à 1813 Ma). L’unité pPdep4, considérée comme étant la plus tardive de la Supersuite de De Pas, a donné des âges entre 1817 et 1805 Ma, confirmant sa mise en place vers la fin de l’épisode magmatique.

 

Système isotopiqueMinéralSubdivision informelleÂge de cristallisation (Ma)(+)(-)Âge d’héritage (Ma)

(+)
 

(-)Âge de métamorphisme (Ma)(+)(-)Référence(s)
U-PbZirconpPdep21813,43,13,1      Jean David, comm. pers. (14LP2008)
U-PbZirconpPdep2a1861,74,74,7      Jean David, comm. pers. (14IL3158)
U-PbZirconpPdep2182066      Davis et al., 2017 (13MP083)
U-PbZirconpPdep2b184066   180466David Corrigan, comm. pers.; ECH du MERN: 13SS7043-A
U-PbZirconpPdep2c18431515   177377Corrigan et al., 2018; ECH du MERN: 13SB4053-A
U-PbZirconpPdep41817552600     Corrigan et al., 2018; ECH du MERN: 13LP2108-A

U-Pb

ZirconpPdep4180522      Isnard et al., 1998
U-PbZirconpPdep21823552670     James et al., 1996
U-PbZirconpPdep4181033      James et Dunning, 2000
U-PbZirconpPdep2a182522      Dunphy et Skulski, 1996
U-PbZirconpPdep1a1840 (préliminaire)        Dunphy et Skulski, 1996

 

Relations stratigraphiques

Les roches de la Suite granitique de De Pas coupent les gneiss du Complexe de Saint-Sauveur (ApPgss). Elles contiennent aussi plusieurs enclaves de ces gneiss, ainsi que de migmatites du Complexe de Guesnier (nApPges), de diorite, de gabbro et de roches volcano-sédimentaires du Complexe de Tunulic (nAtun). Les relations de terrain indiquent que le contact avec la Suite charnockitique de De Pas est transitionnel.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publication

Hyperlien (EXAMINE ou

Autre)

MRNFCARTE(S) GÉOLOGIQUE(S) DU SIGEOM – feuillet 23I. CG SIGEOM23I, 8 plans.2010aCG SIGEOM23I
MRNFCARTE(S) GÉOLOGIQUE(S) DU SIGEOM – feuillet 23P. CG SIGEOM23P, 16 plans.

2010b

CG SIGEOM23P
MRNFCARTE(S) GÉOLOGIQUE(S) DU SIGEOM – feuillet 24A. CG SIGEOM24A, 1 plan.2010cCG SIGEOM24A
BOURQUE, Y.Géologie de la région du lac Mina (Territoire-du-Nouveau-Québec). Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; ET 88-08, 48 pages, 4 plans.1991ET 88-08
CHARETTE, B. – LAFRANCE, I. – MATHIEU, G.Géologie de la région du lac Jeannin (SNRC 24B). Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.2016

Rapport géologique électronique

CHARETTE, B. – LAFRANCE, I. – VANIER, M.A.Domaine de George, sud-est de la Province de Churchill, Nunavik, Québec, Canada : synthèse de la géologie. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec. BG 2018-11.2018BG 2018-11
CORRIGAN, D. – WODICKA, N. – McFARLANE, C. – LAFRANCE, I. – VAN ROOYEN, D. – BANDYAYERA, D. – BILODEAU, C.Lithotectonic framework of the Core Zone, Southeastern Churchill Province Geoscience Canada; volume 45, pages 1-24.2018
 
Source
DANIS, D.Géologie de la région du lac Recouet (Territoire-du-Nouveau-Québec). Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; ET 86-11, 60 pages, 4 plans.1988ET 86-11
DANIS, D.Géologie de la région du lac Raude (Territoire-du-Nouveau-Québec). Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; ET 88-10, 72 pages, 5 plans.1991ET 88-10
DAVIS, D. – LAFRANCE, I. – GOUTIER, J. – TALLA TAKAM, F. – BANDYAYERA, D. – GIGON, J.Datations U-Pb dans les provinces de Churchill et du Supérieur effectuées au JSGL en 2013-2014. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.2017RP 2017-01
DUNPHY, J.M. – SKULSKI, T.Petrological zonation across the De Pas Batholith: a tilted section through a continental arc? In: Eastern Canadian Shield Onshore–Offshore (ECSOOT) Transect Meeting 1996 (Wardle R.J. and Hall, J., editors). The University of British Columbia, Lithoprobe Secretariat; Report 57, pages 44-58.1996
GIRARD, R.Géologie de la région de la rivière Déat (Rapport final). Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; MB 90-15, 154 pages, 2 plans.1990MB 90-15
HAMMOUCHE, H. – LEGOUIX, C. – GOUTIER, J. – DION, C. – PETRELLA, L.

Géologie de la région du lac Bonaventure. Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, Québec; RG 2011-03, 37 pages, 1 plan.

2011RG 2011-03
JAMES, D.T. – DUNNING, G.R.U-Pb geochronological constraints for Paleoproterozoic evolution of the Core Zone, southeastern Churchill Province, northeastern Laurentia. Precambrian Research; volume 103, pages 31-54.2000Source
JAMES, D.T. – CONNELLY, J.N. – WASTENEYS, H.A. – KILFOIL, G.J.Paleoproterozoic lithotectonic divisions of the southeastern Churchill Province, western Labrador. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 33, pages 216-230.1996Source
ISNARD, H. – PARENT, M. – BARDOUX, M. – DAVID, J. – GARIÉPY, C. – STEVENSON, R.K.U-Pb, Sm–Nd and Pb–Pb isotope geochemistry of the high-grade gneiss assemblages along the southern shore of Ungava Bay. In : Wardle R.J., Hall, J. (Eds.), Eastern Canadian Shield Onshore–Offshore (ECSOOT), Transect Meeting, 1998. The University of British Columbia, Lithoprobe Secretariat, Report 68, pp. 67-77.1998
LAFRANCE, I. – CHARETTE, B. – VANIER, M.-A.Sud-est de la Province de Churchill, Nunavik, Québec, Canada : synthèse de la géologie. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.2018Bulletin géologiQUE
LAFRANCE, I. – BANDYAYERA, D. – CHARETTE, B. – BILODEAU, C. – DAVID. J.Géologie de la région du lac Brisson (SNRC 24A). Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; RG 2015-05, 61 pages.2016RG 2015-05
LAFRANCE, I. – BANDYAYERA, D. – BILODEAU, C.Géologie de la région du lac Henrietta (SNRC 24H). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2015-01, 62 pages.2015RG 2015-01
LAFRANCE, I. – SIMARD, M. – BANDYAYERA, D.Géologie de la région du lac Saffray (SNRC 24G-24F). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2014-02, 49 pages.2014RG 2014-02
SIMARD, M. – LAFRANCE, I. – HAMMOUCHE, H. – LEGOUIX, C.Géologie de la région de Kuujjuaq et de la Baie d’Ungava (SNRC 24J et 24K). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2013-04, 60 pages.2013RG 2013-04
VAN DER LEEDEN, J.Géologie de la région du lac de la Hutte Sauvage (Territoire-du-Nouveau-Québec). Ministère des Ressources naturelles, Québec; MB 94-32, 108 pages, 2 plans.1994MB 94-32
VAN DER LEEDEN, J.Géologie de la région du lac Mistinibi (Territoire-du-Nouveau-Québec). Ministère des Ressources naturelles, Québec; MB 95-45, 112 pages, 3 plans.1995MB 95-45

 

 

8 décembre 2017