English
 
Complexe de Boulder
Étiquette stratigraphique : [arch]blr
Symbole cartographique : Ablr
 

Première publication :  
Dernière modification : 

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
Ablr2 Amphibolite
Ablr1 Gneiss tonalitique
 
Auteur : Gélinas, 1965
Âge : Archéen
Stratotype : Le lac Boulder, situé environ 45 km à l’ouest de Kuujjuaq, représente la localité type
Région type : Région de Kuujjuaq (feuillet SNRC 24K)
Province géologique : Province de Churchill
Subdivision géologique : Domaine lithotectonique de Rachel-Laporte
Lithologie : Gneiss tonalitique
Type : Lithodémique
Rang : Complexe
Statut : Formel
Usage : Actif

 

Unité(s) apparentée(s)

Aucune

 

 

Historique

Gélinas (1965) a décrit les gneiss du secteur du lac Boulder en leur attribuant un nom informel de « complexe du lac Boulder ». Simard et al. (2013) ont nommé l’unité Complexe de Boulder de façon formelle.

Description

Le Complexe de Boulder est constitué de roches archéennes circonscrites à l’intérieur d’une nappe de charriage qui proviendrait du socle archéen. Ces roches se seraient mises en place dans les roches volcano-sédimentaires paléoprotérozoïques du Domaine lithotectonique de Rachel-Laporte durant l’orogénèse du Nouveau-Québec (1840 à 1775 Ma). Le complexe comprend deux unités : une unité de gneiss tonalitique (Ablr1) et une unité d’amphibolite (Ablr2).

Complexe de Boulder 1 (Ablr1) : Gneiss tonalitique

L’unité Ablr1 du Complexe de Boulder s’apparente à l’unité ApPung3 du Complexe d’Ungava. Elle est constituée de gneiss tonalitique gris renfermant 15 à 40 % de rubans de granite rose de largeur millimétrique à centimétrique et, plus localement, 10 à 20 % de rubans blanchâtres. Le gneiss est localement migmatitisé à des degrés variables. Il est à grain moyen à fin et contient 5 à 10 % de minéraux ferromagnésiens (biotite ± hornblende ± épidote). Localement, la phase granitique domine et contient des vestiges de tonalite.

Complexe de Boulder 2 (Ablr2) : Amphibolite

Le gneiss du Complexe de Boulder (Ablr1) contient plusieurs niveaux et enclaves d’amphibolite à hornblende et biotite, lesquels sont dérivés de basalte, de gabbro ou de diorite, et qui ont été regroupés dans l’unité Ablr2. Il s’agit de niveaux démembrés ou boudinés, généralement de largeur décimétrique à métrique, mais atteignant localement quelques centaines de mètres, intercalés dans les séquences de gneiss. L’amphibolite renferme >60 % de minéraux ferromagnésiens, essentiellement de la hornblende, et sa structure est bien foliée, localement mylonitique.

 

Épaisseur et distribution

Le Complexe de Boulder se trouve à l’intérieur d’une nappe de charriage d’environ 30 km de longueur sur 5 km de largeur dans le Domaine lithotectonique de Rachel-Laporte. Il se situe au cœur d’une grande structure régionale antiforme orientée NW-SE et déversée vers le SW, dans la partie centre-sud de la région de Kuujjuaq (feuillet 24K).

Datation

L’âge archéen est interprété comme celui du protolithe du gneiss. Il est comparable aux âges obtenus dans des tonalites du Domaine de Douglas Harbour (2879 à 2857 Ma) de la Province du Supérieur, soit directement à l’ouest de la Fosse du Labrador (Simard et al., 2008). Les assemblages lithologiques et l’âge du complexe sont également similaires à ceux observés dans les différentes unités du Complexe d’Ungava (ApPung).

Unité Numéro d’échantillon Système isotopique Minéral Âge de cristallisation (Ma) (+) (-) Âge de métamorphisme (Ma) (+) (-) Référence(s)
Ablr1 Boulder dome U-Pb Zircon 2868 8 8 1783 11 11 Machado et al., 1989

 

Relations stratigraphiques

Le Complexe de Boulder est interprété comme une nappe de charriage (Moorhead et Hynes, 1990) en contact de faille avec les roches paléoprotérozoïques de la Supersuite de Laporte, à l’intérieur du Domaine lithotectonique de Rachel-Laporte.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s) Titre Année de publication Hyperlien (EXAMINE ou Autre)
GÉLINAS, L. Géologie de la région de Fort Chimo et des lacs Gabriel et Thévenet, Nouveau-Québec. Thèse de doctorat, Université Laval, Québec, 212 pages. 1965
MACHADO, N. – GOULET, N. – GARIÉPY, C. U-Pb geochronology of reactivated Archean basement and of Hudsonian metamorphism in the northern Labrador Trough. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 26, pages 1–15. 1989 Source
MOORHEAD, J. – HYNES, A. Nappes in the internal zone of the northern Labrador Trough: Evidence for major early, NW-vergent basement transport. Geoscience Canada; volume 17, pages 241–244. 1990
SIMARD, M. – LAFRANCE, I. – HAMMOUCHE, H. – LEGOUIX, C. Géologie de la région de Kuujjuaq et de la Baie d’Ungava (SNRC 24J et 24K). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2013-04, 60 pages. 2013 RG 2013-04

 

 

21 octobre 2019