Formation de Clarkie
Étiquette stratigraphique : [narc]ck
Symbole cartographique : nAck
 

Première publication :  
Dernière modification : 

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
nAck2 Tuf à lapillis et à blocs
nAck1 Arénite, arénite lithique et conglomérat polygénique
 
Auteur(s) :
Labbé et Grant, 1998
Âge :
Néoarchéen
Stratotype :
Aucun
Région type :
Région des lacs Village (feuillets SNRC 33B03 à 33B06)
Province géologique :
Subdivision géologique :
Sous-province de La Grande
Lithologie : Arénite, conglomérat et tuf
Catégorie :
Stratigraphique
Rang :
Formation
Statut : Formel
Usage : Actif

 

 

 

Historique

La Ceinture de roches vertes de la Moyenne et de la Basse-Eastmain (CRVMBE) est cartographiée pour la première fois par le géologue A.P. Low en 1897, lors d’une expédition sur la rivière Eastmain. Par la suite, des travaux de cartographie de Eakins (1961), Hashimoto (1962), Eade (1966) et Eakins et al. (1968) ont permis de mieux définir la section est de la CRVMBE.

Labbé et Grant (1998) introduisent la Formation de Clarkie lors de leurs travaux dans la région du lac Natel, en référence au lac Clarkie. Cette unité est par la suite reconnue par Simard et Gosselin (1999) lors de leurs travaux dans la région du lac Lichteneger et par Moukhsil et Doucet (1999) dans le secteur des lacs Village. Ces derniers divisent l’unité en deux unités informelles, soit nAck1 et nAck2.

Description

La Formation de Clarkie, qui fait partie du Groupe d’Eastmain, est composée d’un ensemble de roches sédimentaires surmonté de roches volcanoclastiques (Moukhsil et al., 2003). Deux unités informelles y ont été définies : 1) arénite, arénite lithique et conglomérat polygénique (nAck1); et 2) des tuf à lapillis et à blocs (nAck2). En général, la Formation de Clarkie est métamorphisée du faciès des schistes verts au faciès des amphibolites (Labbé et Grant, 1998).

La Formation de Clarkie prend la forme d’un synclinal régional; la base de la séquence est localisée vers sa bordure extérieure (Desbiens, 2016). De petites intrusions de composition dioritique, gabbroïque et ultramafique parcourent la formation.

Formation de Clarkie 1 (nAck1) : arénite, arénite lithique et conglomérat polygénique

L’unité nAck1 est composée principalement de niveaux massifs d’arénite, d’arénite lithique et de conglomérat polygénique (Moukhsil et Doucet, 1999; Boily, 2000).

Les deux types d’arénite, davantage associés à des wackes selon Desbiens (2016), sont finement à moyennement grenus et contiennent communément entre 3 et 10 % de biotite. Au sein de ces sous-unités, le degré de métamorphisme augmente en s’approchant de la base, favorisant le développement de minéraux tels la sillimanite (3 à 20 %), la muscovite (2 à 10 %) et le grenat (1 à 5 %). Ces roches peuvent être silicifiées, principalement à proximité d’unités mafiques ou de formations de fer; dans ce cas, ils contiennent jusqu’à 3 % de pyrite-pyrrhotite.

La matrice du conglomérat a une composition gréseuse à granulométrie moyenne à grossière. Très riche en quartz, la roche est similaire aux niveaux arénitiques de l’unité (Labbé et Grant, 1998). Les clastes composent 20 à 30 % de la roche et correspondent à de la tonalite ou de la granodiorite, du grès, des roches volcaniques intermédiaires à felsiques, de l’amphibolite et de la diorite (Labbé et Grant, 1998; Moukhsil et Doucet, 1999; Desbiens, 2016). Ces clastes peuvent atteindre une taille de 50 cm. Les clastes de tonalite sont arrondis, témoignant de leur distance parcourue par rapport à leur point d’origine. Le quartz contenu dans ces clastes est très étiré, indiquant une déformation importante de la roche hôte. Dans le secteur à l’étude, aucune roche plutonique similaire à ces clastes n’a pu être retrouvée; leur origine est inconnue, mais il est probable qu’elle corresponde à un pluton de la Sous-province de La Grande se situant plus au nord (Moukhsil et Doucet, 1999).

L’unité présente une forte schistosité soulignée par l’aplatissement des clastes du conglomérat (Labbé et Grant, 1998).

Une formation de fer au faciès à silicates est aussi présente en moindre proportion dans l’unité. Celle-ci est disposée en bandes pouvant atteindre des dizaines de mètres d’épaisseur (Desbiens, 2016). Elle est composée de 50 à 70 % de grunérite, 20 à 30 % de quartz, 1 à 10 % de biotite, 1 à 7 % de sulfures (pyrrhotite et pyrite) et jusqu’à 5 % de grenat et 1 % de magnétite.

Formation de Clarkie 2 (nAck2) : tuf à lapillis et à blocs

L’unité nAck2 est composée de niveaux de tuf à lapillis et à blocs similaire au tuf de la Formation de Natel (Moukhsil et Doucet, 1999). Le tuf a une composition intermédiaire à mafique (SiO2 < 49 %) et est équigranulaire. Cette unité a subi une déformation importante; la foliation observée est marquée par un alignement des cristaux d’amphibole, qui forment jusqu’à 40 % de la roche.

 

Épaisseur et distribution

La Formation de Clarkie est située dans la partie est de la CRVMBE, au NE du réservoir de la Paix des Braves (feuillets SNRC 33B03 à 33B06). Sa superficie est de 25 km sur une largeur maximale de 8  km, avec quelques niveaux lenticulaires de 1 à 3 km de longueur situés à l’est, à proximité de la Sous-province de l’Opinaca. La Formation de Clarkie est largement dominée par l’unité informelle nAck1. L’unité nAck2 n’est quant à elle composée que de quelques niveaux lenticulaires de 500 m à 1 km de longueur.

Datation

Aucune.

Relations stratigraphiques

Dans la Formation de Clarkie, l’unité informelle nAck1 est surmonté par l’unité nAck2 (Moukhsil et al., 2003).

La Formation de Clarkie appartient à la CRVMBE et repose sur la Formation de Natel (2739 ±5 Ma; Moukhsil, 2000). Le contact entre ces deux formations n’est pas bien compris. Il se peut qu’il soit faillé sur toute sa longueur, comme le contact de la Formation de Clarkie avec le basalte de l’unité nAntl1 est traversé par endroits par la Faille de Kasikanipiskach (Labbé et Grant, 1998; Moukhsil et Doucet, 1999). La Formation de Clarkie pourrait aussi reposer en discordance sur la Formation de Natel, ce qui expliquerait la présence de fragments de roche volcanique dans le conglomérat de la Formation de Clarkie (Labbé et Grant, 1998; Boily, 2000).

Les composantes de la Formation de Clarkie correspondent à celles de la partie sommitale de la Formation de Wabamisk, formée de conglomérat, de grès et de tuf (Moukhsil et al., 2003). Au même titre que cette formation et celle d’Anaconda, la Formation de Clarkie pourrait ainsi faire partie de la première période de sédimentation (2703 à 2697 Ma) du modèle géodynamique de la CRVMBE de Moukhsil et al. (2003).

La Formation de Clarkie est bordée au NE par le Pluton d’Uskawasis. À l’est, le Pluton de Clarkie, un corps de 8 km de largeur s’injecte dans la Formation de Clarkie. Des intrusions mafiques et ultramafiques sont aussi présentes à l’intérieur de la formation.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

 

Publications accessibles dans SIGÉOM Examine

 

BOILY, M. 2000. GEOCHIMIE DES VOLCANITES DES CEINTURES VOLCANO-SEDIMENTAIRES DE FROTET-EVANS (CVFE) ET DE LA MOYENNE-EASTMAIN. MRN. MB 2000-12, 74 pages.

CARLSON, E H., EAKINS, P R., HASHIMOTO, T. 1968. REGION DE GRAND-DETOUR – LACS VILLAGE, TERRITOIRE DE MISTASSINI ET NOUVEAU-QUEBEC. MRN. RG 136, 53 pages et 3 plans.

DESBIENS, H. 2016. Geological report on the Clarkior Gold project. EXPLORATION DIOS INC. Rapport statutaire soumis au gouvernement du Québec. GM 70092, 60 pages et 1 plan.

EAKINS, P R. 1961. RAPPORT PRELIMINAIRE SUR LA REGION DU LAC NATEL, TERRITOIRE DE MISTASSINI ET NOUVEAU-QUEBEC. MRN. RP 454, 13 pages et 1 plan.

HASHIMOTO, T. 1962. RAPPORT PRELIMINAIRE SUR LA REGION DES LACS VILLAGE, TERRITOIRE DE MISTASSINI ET NOUVEAU-QUEBEC. MRN. RP 473, 12 pages et 1 plan.

LABBE, J Y., GRANT, M. 1998. GEOLOGIE DE LA REGION DE LAC NATEL (33B/04). MRN. RG 98-14, 30 pages et 1 plan.

MOUKHSIL, A. 2000. Géologie de la région des lacs Pivert (33C/01), Anatacau (33C/02), Kauputauchechun (33C/07) et Wapamisk (33C/08). MRN. RG 2000-04, 49 pages et 4 plans.

MOUKHSIL, A., DOUCET, P. 1999. GEOLOGIE DE LA REGION DES LACS VILLAGE. MRN. RG 99-04, 33 pages et 1 plan.

MOUKHSIL, A., LEGAULT, M., BOILY, M., DOYON, J., SAWYER, E., DAVIS, D. W. 2003. Synthèse géologique et métallogénie de la ceinture de roches vertes de la Moyenne et de la Basse-Eastmain (Baie-James). MRN. ET 2002-06, 57 pages et 1 plan.

SIMARD, M., GOSSELIN, C. 1999. GEOLOGIE DE LA REGION DU LAC LICHTENEGER. MRN. RG 98-15, 27 pages et 1 plan.

 

Autres publications

 

Eade, K.E., 1966. Fort George River and Kaniapiskau River, west falf, map areas, new Quebec. Geological Survey of Canada; Memoir 339, 83 pages. doi.org/10.4095/100562

Low, A.P., 1897. Rapport sur des explorations faites dans la péninsule du Labrador, le long de la Grande rivière de l’est, des rivières Koksoak, Hamilton et Manicouagan et des parties d’autres rivières. Commission Géologique du Canada; rapport annuel, volume 8, partie L, pages 237-239. doi.org/10.4095/297218

 

Citation suggérée

Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN). Formation de Clarkie. Lexique stratigraphique du Québec. https://gq.mines.gouv.qc.ca/lexique-stratigraphique/province-du-superieur/formation-de-clarkie [cité le jour mois année].

Collaborateurs

 

Première publication

William Chartier-Montreuil, géo. stag., B. Sc. william.chartier-montreuil@mern.gouv.qc.ca (rédaction)

Mehdi A. Guemache, géo., Ph. D. (rédaction et coordination); Anne-Marie Beauchamp, ing. géo., M. Sc. (lecture critique); Simon Auclair, géo., M. Sc. (révision linguistique).

 
29 novembre 2021