Complexe de Champion
Étiquette stratigraphique : [arch]chp
Symbole cartographique : Achp

Première publication : 14 novembre 2017
Dernière modification : 9 mai 2018

 

 

 

 

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
Achp6 Granodiorite et granite contenant des enclaves de migmatites et de gneiss tonalitique ou granodioritique
Achp5 Granodiorite porphyrique
Achp4 Granodiorite
Achp3 Diorite et diorite quartzifère
        Achp3a Monzodiorite et monzodiorite quartzifère
Achp2 Tonalite, granodiorite à pyroxène et hornblende
Achp1 Gneiss tonalitique, localement granitique
Achp1b Diatexite dérivée de roches de composition tonalitique à dioritique
Achp1a Métatexite dérivée de roches de composition tonalitique à dioritique
 

 

 

Auteur :Bandyayera et Daoudene, 2018
Âge :Précambrien / Archéen
Coupe type : 
Région type :Région de Boisrobert (feuillet SNRC 32N11)
Province géologique :Province du Supérieur
Subdivision géologique :Sous-province de La Grande
Lithologie :Roches intrusives felsiques à intermédiaires plus ou moins foliées et migmatitisées
Type d’unité :Lithodémique
Rang :Complexe
Statut :Formel
Usage :Actif

 

 

 

Unité(s) apparentée(s)

Aucune

 

 

Historique

Le Complexe de Champion est introduit pour décrire une large masse intrusive polyphasée délimitée au nord par le Groupe d’Eastmain, à l’ouest et au sud par la Sous-province métasédimentaire de Nemiscau, et à l’est par le Groupe du Lac des Montagnes. Il englobe le terrain plutonique du lac Champion assigné d’abord par Card et Ciesielski (1986) à la Sous-province de La Grande, puis réassigné par Hocq (1994) à la Sous-province de Nemiscau. Les nouvelles données géophysiques et géologiques (D’Amours, 2011; Moukhsil, 2000), ainsi que les résultats des travaux de 2016 (Bandyayera et Daoudene, 2018) démontrent que le Complexe de Champion constitue l’extension méridionale de la Sous-province de La Grande.

Description

Le Complexe de Champion représente un ensemble de roches intrusives multiphasées encaissées par des gneiss tonalitiques.Il comprend six unités : 1) une unité de gneiss tonalitique (Achp1); 2) une unité de tonalite et de granodiorite à pyroxène et hornblende (Achp2); 3) une unité de diorite et diorite quartzifère (Achp3); 4) une unité de granodiorite (Achp4); 5) une unité de granodiorite porphyrique (Achp5); et 6) un ensemble de granodiorite et de granite contenant des enclaves de migmatites et de gneiss tonalitique ou granodioritique (Achp6).

Complexe de Champion 1 (Achp1) : Gneiss tonalitique, localement granitique

L’unité Achp1, exposée au nord-ouest du lac Mezières (feuillet 33N06), est séparée du Groupe du Lac des Montagnes par la Zone de cisaillement de la Rivière Rupert (ZCRR). Les bandes de gneiss tonalitique qui apparaissent au sein de la Sous-province de Nemiscau, aux environs des lacs de l’Échancrure, Naquiperdu et Caumont, ont été également assignées à cette unité. Le gneiss tonalitique est moyennement grenu, de couleur gris pâle en surface altérée et en cassure fraîche. Le gneiss tonalitique est fortement déformé, plissé, localement rubané, hétérogène et faiblement à fortement magnétique. La structure gneissique est marquée essentiellement par l’alternance de rubans millimétriques à centimétriques blanchâtres et grisâtres. Ce rubanement est localement accentué par les injections centimétriques de granite rose ou de granodiorite disposées parallèlement aux plans de foliation et devient encore plus prononcé à proximité des zones de déformation. Les rubans tonalitiques à dioritiques à grain fin à moyen sont partiellement à totalement recristallisés. Ils renferment entre 10 et 20 % de hornblende verdâtre et de biotite brunâtre à brun verdâtre, en proportions variables. La biotite est chloritisée et contient couramment des inclusions de zircon. Les minéraux accessoires sont l’allanite, le sphène et l’apatite. Au sud de la région du lac Mezières (feuillet 32N06), le gneiss tonalitique qui apparaît au sein des migmatites est fortement magnétique et comprend jusqu’à 10 % de magnétite. L’unité Achp1 inclut jusqu’à 20 % d’enclaves ou de bandes décamétriques de diorite magnétique foliée et localement gneissique.

Le gneiss granitique affleure principalement au sud-ouest du lac de l’Indien dans la région du lac Champion (feuillet 32N09). La roche est moyennement à grossièrement grenue, hétérogranulaire, fortement foliée à gneissique, de couleur rose en surface altérée et en cassure fraîche.

Chimiquement, les gneiss tonalitiques sont métalumineux à localement peralumineux, de type I, typiquement calciques et moyennement enrichis en potassium.

L’unité Achp1 contient des migmatites (métatexites et diatexites) dérivées de la fusion partielle des gneiss tonalitiques ou dioritiques; ces métatexites et diatexites ont étés assignées aux sous-unités Achp1a et Achp1b respectivement. Ces sous-unités sont caractérisées par la présence d’orthopyroxène (2 à 5 %) et de clinopyroxène (0 à 5 %) tant dans le néosome que dans le paléosome.

Complexe de Champion 1a (Achp1a) : Métatexite dérivée de roches de composition tonalitique à dioritique

La sous-unité Achp1a est observée à l’ouest et au sud du lac de l’Échancrure, en bordure du Complexe de Champion. La métatexite foliée à gneissique renferme de 20 à 50 % de mobilisat. Elle est dérivée de la fusion partielle d’un ensemble de roches de composition tonalitique à dioritique. La tonalite migmatitisée contient jusqu’à 30 % d’enclaves gris verdâtre de diorite foliée et magnétique. Le paléosome fortement déformé, de composition dioritique, est riche en minéraux mafiques (50 % de hornblende, 10 % de biotite) et très magnétique.

Le mobilisat est une charnockite hétérogranulaire et hétérogène qui contient typiquement des schlierens de hornblende. Il se présente sous la forme de leucosome en amas ou de rubans leucocrates subparallèles aux plans de foliation. Par endroits, le mobilisat est également caractérisé par la présence de quartz bleuté et d’orthopyroxène, ce qui indique des conditions de mise en place de hautes températures.

Des radeaux ou des enclaves de diorite sont régulièrement observés dans la métatexite. Celle-ci montre communément une structure agmatitique caractérisée par la présence de mobilisat granitique qui englobe des fragments subanguleux à bordures franches ou diffuses de diorite.

Complexe de Champion 1b (Achp1b) : Diatexite dérivée de roches de composition tonalitique à dioritique

La sous-unité Achp1b a été reconnue à l’est du lac Naquiperdu. Elle est constituée de diatexite dérivée de la fusion partielle des unités gneissiques de l’unité Achp1. Dans cette unité, le paléosome de composition dioritique est nettement plus abondant que celui de composition tonalitique. Le mobilisat constitue de 50 à 90 % de la diatexite et ressemble au mobilisat de la métatexite de l’unité Achp1a. Il est formé de leucosome in situ ou ségrégué, hétérogranulaire et à schlierens de hornblende. Il contient typiquement 10 % de fragments mafiques centimétriques riches en hornblende (5 à 10 %) et en pyroxène (orthopyroxène et clinopyroxène; 5 %). Le mobilisat contient jusqu’à 30 % d’enclaves partiellement assimilées et de restites qui renferment jusqu’à 40 % de hornblende, 10 % de clinopyroxène et un peu de biotite.

Par endroits, des fragments subarrondis de diorite foliée ou des enclaves d’amphibolites rubanées dérivées de diorite flottent dans le mobilisat riche en hornblende, ce qui définit une structure en radeau. La structure agmatitique, très répandue au sein de l’unité Achp1b, est attribuable à la présence des fragments de diorite rubanée flottant dans le leucosome hétérogranulaire riche en hornblende. La structure nébulitique, également très commune, est caractérisée par la présence de reliques d’enclaves de diorite fondue infiltrées de leucosome diffus, qui sont englobées dans le mobilisat hétérogranulaire.

Complexe de Champion 2 (Achp2) : Tonalite, granodiorite à pyroxène et hornblende

L’unité Achp2 est constituée d’un ensemble de tonalite et de granodiorite. Au nord de la Zone de cisaillement de la Rivière Rupert (ZCRR), la tonalite domine par rapport à la granodiorite. La tonalite contient de la biotite (10 %), de la hornblende (5 %), de la magnétite (3 %) et, dans de moindres proportions, de l’épidote, du sphène et de l’apatite. La roche moyennement grenue est localement hématitisée. D’un aspect homogène ou faiblement folié, elle présente une structure granoblastique et équigranulaire. Sa couleur est gris pâle ou blanc rosâtre en surface altérée et beige en cassure fraîche. L’unité Achp2 contient également des bandes de granodiorite qui sont difficiles à distinguer de la tonalite en affleurements. Elle contient également jusqu’à 10 % d’enclaves de diorite foliée, moyennement grenue et granoblastique, caractérisée par une patine d’altération gris foncé. Ces enclaves sont aplaties et allongées parallèlement aux plans de foliation.

Au sud de la ZCRR, les roches assignées à l’unité Achp2 montrent principalement une composition granodioritique à localement granitique. Elles sont fortement magnétiques et présentent une granulométrie moyenne à grossière. La déformation est modérée à intense. La granodiorite est caractérisée par la présence de fragments ou de porphyroclastes de hornblende (jusqu’à 10 %) étroitement associée à la biotite, ainsi que par l’omniprésence des pyroxènes (orthopyroxène et clinopyroxène). Un phénomène de fusion partielle affecte par endroits cette roche. Le néosome ressemble à la diatexite de la sous-unité Achp1b. Cette migmatite se distingue par la présence de nombreuses enclaves riches en amphibole assimilées par la granodiorite représentant probablement des restites issues de la fusion partielle d’une diorite ou d’une amphibolite d’origine inconnue. Le mobilisat de composition granodioritique montre des schlierens de hornblende, de biotite et de magnétite alignés selon la foliation. Elle est également caractérisée par l’omniprésence de l’orthopyroxène en quantité très variable (de 1 à 5 %).

Dans ce secteur, l’assemblage tonalite-granodiorite contient de 5 à 10 % d’enclaves d’amphibolite ou de diorite épidotitisée. Ces enclaves centimétriques à décimétriques sont très magnétiques et généralement allongées parallèlement à la foliation.

Complexe de Champion 3 (Achp3) : Diorite et diorite quartzifère

L’unité Achp3 est mieux exposée au nord-est de la région du lac Boisrobert (feuillet 32N11), à proximité du contact du Complexe de Champion avec la Formation d’Anatacau-Pivert. Elle se compose de roches intermédiaires riches en biotite dont la composition varie de diorite à diorite quartzifère. Ces diorites moyennement grenues et homogènes sont faiblement à fortement foliées et présentent une structure granoblastique. Leur couleur est gris pâle en surface altérée et beige en cassure fraîche. La roche contient généralement de 40 à 60 % de minéraux mafiques (hornblende et biotite) et 2 % de magnétite.

Chimiquement, les diorites et les diorites quartzifères de l’unité Achp3 sont métalumineuses, d’affinité calcique-alcaline, et caractérisées par l’absence d’anomalies en europium.

Complexe de Champion 3a (Achp3a) : Monzodiorite et monzodiorite quartzifère 

La sous-unité unité Achp3a est mieux exposée au nord-est du lac Amikap (feuillet 32N11), dans le prolongement de l’unité Achp3. Elle a été créée pour décrire un ensemble de monzodiorite et de monzonite quartzifère, généralement foliées, localement massives, homogènes, moyennement à grossièrement grenues. Ces roches intermédiaires sont caractérisées par la présence de phénocristaux idiomorphes à subautomorphes de plagioclase ou de feldspath potassique de 0,5 à 1 cm, sur l’axe le plus long, disséminés et dont la concentration atteint 20 %. La roche est de couleur blanchâtre à légèrement rosâtre en surface altérée, et gris beige à rosâtre en cassure fraîche. La couleur rosâtre est due à l’hématitisation. La roche est faiblement à fortement hématitisée et contient de la hornblende chloritisée (10 à 30 %), de la biotite (5 à 15 %), de la chlorite (1 à 10 %), de l’épidote disséminée ou en veinules (10 %), et accessoirement de l’apatite et de l’allanite. Les monzodiorites de l’unité Achp3a sont également caractérisées par la présence d’enclaves centimétriques à métriques de diorite de l’unité Achp3, riches en minéraux mafiques (>55 %), finement grenues, étirées parallèlement aux plans de la foliation, et partiellement assimilées.

Complexe de Champion 4 (Achp4) : Granodiorite

L’unité Achp4 affleure à la limite sud du Complexe de Champion, entre le lac Nemiscau et la rivière Jolliet (feuillets 32N06 et 32N07). Elle est également observée dans la région du lac Champion (feuillet 32N09), au nord des lacs Nemiscau et Caumont. L’unité Achp4 est séparée du Groupe du Lac des Montagnes par la Zone de cisaillement de la Rivière Rupert (ZCRR). Sur les cartes aéromagnétiques, elle se distingue des roches environnantes par une faible susceptibilité magnétique. Cette unité se compose de granodiorite à grain moyen, homogène, faiblement à fortement foliée. Les analyses pétrographiques et chimiques montrent que localement, l’unité Achp4 est formée de tonalite. Cependant, à l’œil nu, ces deux roches sont très semblables. La roche est de couleur gris clair en surface altérée, localement rosâtre, et gris pâle en cassure fraîche. Elle contient généralement 10 % de biotite, 2 à 10 % de hornblende et 1 à 2 % de magnétite. Les roches plus foliées sont également les plus riches en minéraux mafiques (hornblende et biotite) avec des concentrations pouvant atteindre 20 %. L’unité Achp4 renferme jusqu’à 10 % d’enclaves centimétriques à métriques d’amphibolite et de diorite quartzifère qui contiennent jusqu’à 50 % de hornblende.

Chimiquement, ces roches sont de type I, à la limite entre métalumineuses et parlumineuses, d’affinité calco-alcaline et pauvres à moyennement enrichies en potassium.

Complexe de Champion 5 (Achp5) : Granodiorite porphyrique

L’unité Achp5, localisée au cœur du Complexe de Champion, est constituée de granodiorite caractérisée par une structure porphyroïde liée à la présence de phénocristaux idiomorphes à subarrondis de feldspath potassique de 1 à 2 cm. La proportion de phénocristaux varie de 2 à 20 %, mais se situe en moyenne autour de 10 %. Par endroits, les phénocristaux de feldspath potassique (orthose) présentent des couronnes de plagioclase blanchâtres, conférant à la roche une structure rapakivique. La granodiorite massive à faiblement foliée représente une lithologie homogène à granulométrie moyenne, généralement magnétique. Sa couleur est gris rosâtre en cassures fraîche et altérée. Une faible foliation est soulignée par endroits par l’alignement des phénocristaux de feldspath potassique, qui représente probablement une foliation magmatique associée à la mise en place de la granodiorite. La roche contient moins de 15 % de minéraux mafiques dont la biotite (10 à 15 %) et la hornblende (1 à 10 %) partiellement chloritisées. Le sphène, l’allanite et la magnétite sont les minéraux accessoires les plus répandus.

Par endroits, les affleurements assignés à l’unité Achp5 renferment jusqu’à 30 % de granite en contact diffus ou transitionnel avec la granodiorite. L’unité Achp5 contient également des enclaves métriques à décamétriques de tonalite, d’amphibolite ou de diorite.

Complexe de Champion 6 (Achp6) : Granodiorite et granite contenant des enclaves de migmatites et de gneiss tonalitique ou granodioritique

L’unité Achp6 affleure au nord-ouest de la région du lac Boisrobert (feuillet 32N11), au contact avec la Formation d’Anatacau-Pivert au nord, et avec le Groupe de Rupert à l’ouest et au sud. Elle regroupe un ensemble de granodiorite et de granite caractérisé par une quantité importante d’enclaves de migmatites et de gneiss tonalitique ou granodioritique. Ces enclaves montrent généralement un degré d’assimilation très élevé et forment des rubans qui s’apparentent à des schlierens.

La granodiorite et le granite représentent des lithologies très hétérogènes, avec une structure hétérogranulaire, foliée et localement gneissique. Ces roches magnétiques et hématitisées sont beige brunâtre en surface altérée et gris pâle en cassure fraîche. Ils contiennent des schlierens de biotite fortement chloritisée, de la hornblende et de la magnétite. Les enclaves de migmatites comprennent des paragneiss migmatitisés, des métatexites et des diatexites, plissées et étirées dans les plans de la foliation. La partie nord de cette unité, localisée au contact avec la Formation d’Anatacau-Pivert, est formée principalement de granodiorite rosée à structure homogène, massive à faiblement foliée. Ce secteur correspond à une zone de forte susceptibilité magnétique.

Épaisseur et distribution

Le Complexe de Champion constitue l’extension méridionale de la Sous-province de La Grande. Les nouvelles données géophysiques et géologiques démontrent que cette unité s’étend en direction NE sur 65 km de largeur et 185 km de longueur. Dans le secteur ouest de la rivière Rupert, les roches granitiques et granodioritiques représentent 80 % de la superficie du Complexe de Champion. Les roches les plus vieilles du Complexe de Champion sont des gneiss tonalitiques, étendus sur environ 8 km de largeur et 20 km de longueur.

Datation

Aucune.

Relations stratigraphiques

Le Complexe de Champion représente l’une des unités les plus anciennes de la région de la rivière Rupert. Il forme l’unité encaissante de la majorité des unités intrusives de la région et se trouve en enclaves dans ces mêmes unités. Les roches gneissiques du Complexe de Champion sont également observées sous la forme de dômes au sein du domaine granulitique fortement magnétique du Groupe de Rupert. Au sud, le Complexe de Champion est séparé du Groupe du Lac des Montagnes par la Zone de cisaillement de la Rivière Rupert (ZCRR), une zone de déformation majeure d’importance régionale à mouvement senestre. Les différentes unités du Complexe de Champion sont injectées par des intrusions de granite rose et de pegmatite granitique assignées à la Suite intrusive de Kaupanaukau.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

 

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
CARD, K.D. – CIESIELSKI, A.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DNAG N°1 Subdivisions of the Superior Province of the Canadian Shield. Geosciences Canada; volume 13, pages 5-13.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1986

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

HOCQ, M.La Province du Supérieur. Dans : Géologie du Québec. Ministère des Ressources naturelles, Québec; MM 94-01, pages 7-20.1994MM 94-01
MOUKHSIL, A.Géologie de la région des lacs Pivert, Anatacau, Kauputauchechun et Wapamisk (SNRC 33C/01, 33C/02, 33C/07 et 33C/08). Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; RG 2000-04, 49 pages, 4 plans.2000RG 2000-04
D’AMOURS, I.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Synthèse des levés magnétiques de la Baie-James. Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, Québec; DP 2011-08, 5 pages, 2 plans.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DP 2011-08

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BANDYAYERA, D. DAOUDENE, Y.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Géologie de la région du lac Nemiscau, secteur ouest de la rivière Rupert (SNRC 3206, 32N07 et 32N11). Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; CG-2016-02, 1 carte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2016CG 2016-02
BANDYAYERA, D. DAOUDENE, Y.Géologie de la région du lac Champion, sous-provinces de La Grande et de Nemiscau, à l’est de Waskaganish, Municipalité Eeyou Istchee Baie-James, Québec, Canada. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.2018Bulletin géologiGUE
PEARCE, T.H. – HARRIS, B.W. – TINDLE, A.G.Trace element discrimination diagrams for the tectonic interpretation of granitic rocks. Journal of Geology; volume 25, pages 956-983.1984

 

 

 

 

 

 

14 novembre 2017