English
 
Intrusion du Lac au Bout
Étiquette stratigraphique : [narc]but
Symbole cartographique : nAbut

Première publication :  
Dernière modification :
Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
Aucune
 
Auteur :Bandyayera et Daoudene, 2017
Âge :Néoarchéen
Coupe type :Aucune
Région type :Secteur du lac au Bout, dans la région de la rivière Ouasouagami (feuillet SNRC 32N03)
Province géologique :Province du Supérieur
Subdivision géologique :Sous-province d’Opatica
Lithologie :Diorite et monzodiorite
Type :Lithodémique
Rang :Lithodème
Statut :Formel
Usage :Actif

Historique

L’Intrusion du Lac au Bout est une unité introduite par Bandyayera et Daoudene (2017) pour décrire un ensemble intrusif de roches intermédiaires de la région du lac Rodayer, mis en place entre les paragneiss migmatitiques de la Sous-province de Nemiscau au nord et l’assemblage volcano-sédimentaire du Groupe de Colomb-Chaboullié au sud.

 

Description

L’Intrusion du Lac au Bout est formée de diorite et de monzodiorite fortement foliées, granoblastiques, moyennement grenues, généralement magnétiques et hématitisées. En surface altérée, la roche est gris blanchâtre et montre souvent des taches rougeâtres au milieu des cristaux de plagioclase. En cassure fraîche, la roche est plutôt rougeâtre à verdâtre. La couleur rougeâtre est due à l’hématitisation prononcée du plagioclase, tandis que la couleur verdâtre reflète la couleur de l’amphibole qui constitue 30 à 50 % de la roche. En plus de la hornblende et des feldspaths, la roche contient de la biotite, de la chlorite et de l’épidote. L’épidote se présente par endroits en veinules.

La diorite est homogène et équigranulaire, tandis que la monzodiorite est caractérisée par la présence de phénocristaux centimétriques de feldspath potassique (10 %) localement zonés. En bordure de l’intrusion, la roche est fortement déformée, porphyroclastique, montrant des fragments de plagioclase réorientés dans la foliation mylonitique. Dans la monzodiorite à structure porphyroïde, les phénocristaux de feldspath potassique sont déformés, étirés ou aplatis.

 

Épaisseur et distribution

L’Intrusion du Lac au Bout s’étend sur plus de 25 km de longueur et 5 km de largeur. Elle affleure essentiellement dans le secteur situé entre la rivière Broadback et le lac au Bout. 

 

Datation

Aucune.

 

Relations stratigraphiques

L’Intrusion du Lac au Bout coupe les roches volcaniques du Groupe de Colomb-Chaboullié datées à 2760,3 ±6,4 Ma (David, communication personnelle, 2017). Au niveau régional, elle montre beaucoup de similitudes pétrographiques avec la Suite de Bézier (2712,3 ±5,8 Ma), identifiée par Goutier et al. (2001) dans la Sous-Province de La Grande, située plus au nord.

 

Paléontologie

Ne s’applique pas.

 

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
BANDYAYERA, D. – DAOUDENE, Y.Géologie de la région du lac Rodayer (SNRC 32K13-32K14-32N03 et 32N04-SE. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; RG 2017-01, 60 pages.2017RG 2017-01
GOUTIER, J. – DION, C.– OUELLET, M.-C.Géologie de la régon de la colline Bezier (33G/12) et du lac de la Montagne du Pin (33G/13). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2001-13, 53 pages.2001RG 2001-13
15 mai 2018