English
 
Groupe de Watts
Étiquette stratigraphique : [ppro]wa
Symbole cartographique : pPwa

Première publication:  
Dernière modification:

 

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
pPwa6 Schiste à chlorite-actinote, exhalite, chert, formation de fer carbonatée, sulfures semi-massifs
pPwa5 Basalte, gabbro synvolcanique
pPwa5c Filon couche de gabbro synvolcanique
pPwa5b Volcanoclastite mafique
pPwa5a Basalte coussiné
pPwa3 Gabbro
pPwa3i Anorthosite
pPwa3h Diorite, gabbro porphyrique
pPwa3g Gabbro mélanocrate à grenat
pPwa3f Gabbro altéré, carbonaté
pPwa3e Gabbro mélanocrate
pPwa3d Gabbro mésocrate à grain fin à moyen
pPwa3c Gabbro lité
pPwa3b Gabbro moucheté à grain grossier
pPwa3a Gabbro leucocrate, anorthosite
pPwa1 Péridotite, dunite; proportion mineure de pyroxénite
pPwa1d Pyroxénite
pPwa1c Roche ultramafique altérée, serpentinite
pPwa1b Dunite
pPwa1a Péridotite
 
Auteur :Lamothe et al., 1984
Âge :Paléoprotérozoïque
Coupe type :Aucune
Région type :Domaine Nord
Province géologique :Province de Churchill
Subdivision géologique :Orogène de l’Ungava / Fosse de l’Ungava / Domaine Nord
Lithologie :Séquences intrusives litées ultramafiques et mafiques et séquence supracrutale (basalte, microgabbro et formation de fer)
Type :Lithostratigraphique
Rang :Groupe
Statut :Formel
Usage :Actif

 

 

 

Unité(s) apparentée(s)

Aucune

 

 

 

 

 

 

Historique

Le Groupe de Watts a été créé par Lamothe et al. (1984) pour décrire un assemblage de roches volca­niques, et en moindre mesure sédimentaires, associé à un volume plus important de roches intrusives ultramafiques et mafiques litées localisé dans le Domaine Nord de l’Orogène de l’Ungava. La présence de dykes en feuillets et l’association des basaltes avec les roches intrusives litées ultramafiques et mafiques a amené St-Onge et al. (1988) à proposer que le Groupe de Watts puisse représenter une suite ophiolitique démembrée. En se basant sur la réanalyse des données lithogéochimiques disponibles ainsi que sur les âges U-Pb, Kastek et al. (2018) proposent un lien génétique commun entre le Groupe de Watts, les Dykes de Minto et la Formation de Beauparlant, définissant ainsi une « large igneous province » qui se serait mise en place entre 2040 et 1991 Ma. Suite aux travaux de cartographie géologique de l’été 2018, Mathieu et Beaudette (2019) introduisent de nouvelles unités afin d’affiner la cartographie, comme illustré dans le tableau ci-dessous.
 
Unités et sous-unités uniformisées (feuillets 35G09-35G16-35H13-35H14)LithologiesUnités et sous-unités antérieures (feuillets 35G10 à 35G15, 35F08, 35F09 et 35F16)Référence(s)
pPwa1Péridotite, dunite; proportion mineure de pyroxénite Mathieu et Beaudette, 2019

pPwa1a

PéridotitepPwa2Lamothe et al., 1984

pPwa1b

DunitepPwa1Lamothe et al., 1984

pPwa1c

Roche ultramafique altérée, serpentinite Mathieu et Beaudette, 2019

pPwa1d

Pyroxénite Mathieu et Beaudette, 2019
pPiqt (Pluton d’Illuinaqtuut)Pyroxénite grise homogène et massivepPwa3Lamothe et al., 1984
pPwa2Aucune Mathieu et Beaudette, 2019
pPwa3GabbropPwa4Lamothe et al., 1984

pPwa3a

Gabbro leucocrate, anorthosite Mathieu et Beaudette, 2019

pPwa3b

Gabbro moucheté à grain grossier  Mathieu et Beaudette, 2019

pPwa3c

Gabbro lité Mathieu et Beaudette, 2019

pPwa3d

Gabbro mésocrate à grain fin à moyen Mathieu et Beaudette, 2019

pPwa3f

Gabbro altéré Mathieu et Beaudette, 2019

pPwa3g

Gabbro mélanocrate à grenat Mathieu et Beaudette, 2019

pPwa3h

Diorite, gabbro porphyrique Mathieu et Beaudette, 2019

pPwa3i

Anorthosite Mathieu et Beaudette, 2019
pPwa4Aucune Mathieu et Beaudette, 2019
pPwa5Basalte, gabbro synvolcaniquepPwa5-pPwa6Lamothe et al., 1984

pPwa5a

Basalte coussiné Mathieu et Beaudette, 2019

pPwa5b

Volcanoclastite mafique Mathieu et Beaudette, 2019

pPwa5c

Filon-couche de gabbro synvolcanique Mathieu et Beaudette, 2019
pPwa6Schiste à chlorite-actinote, exhalite, chert, formation de fer carbonatée, sulfures semi-massifs Mathieu et Beaudette, 2019

 

 

Description

Le Groupe de Watts se compose d’un assemblage de roches intrusives et extrusives, de composition mafique à ultramafique, interprété comme une séquence ophiolitique comprenant : des séquen­ces litées de roches mafiques et ultramafiques, des coulées coussinées ou massives de basalte, des filons-couches mafiques et des dykes en feuillets, le tout injecté de rares intrusions de plagiogranite (St-Onge et Lucas, 1993). L’assemblage ophiolitique est démembré par une série d’écailles de che­vauchement qui entraînent une répétition de l’empilement stratigraphique, dont l’épaisseur totale pourrait atteindre un peu plus de 9000 m (Scott et al., 1992). La base de la séquence stratigraphique se compose d’un niveau d’épaisseur kilométrique de dunite et de péridotite à structure de cumulat, à litage décimétrique à métrique, et à proportion variable de minéraux métamorphiques dérivés d’olivine ou de pyroxène (Scott et al., 1989). Ce niveau passe graduellement à un gabbro lité à hornblende (dérivée du pyroxène) et plagioclase formant des lits d’épaisseur centimétrique à métrique à structure de cumulat (Scott, 1990). Un complexe de dykes en feuillets est préservé à l’est du lac Watts (Scott, 1990). Ces dykes possèdent une signature de MORB (Scott et al., 1989; Scott, 1990). Vers le haut, le complexe passe à un assemblage de basalte coussiné à signature tholéiitique de N-MORB (Scott et al., 1989 et 1991). Quelques rares intrusions de plagiogranite injectant les basaltes sont rapportées par St-Onge et Lucas (1993).
 

Groupe de Watts 1 (pPwa1) : Péridotite, dunite; proportion mineure de pyroxénite

Cette unité regroupe la majorité des faciès ultramafiques qui sont impossibles à individualiser à l’échelle de cartographie considérée. La majorité des faciès sont observés sur le même affleurement. Lamothe (2007) rapporte ceci dans son lexique stratigraphique :
 
« Cette subdivision comprend une séquence de roches ultramafiques litées. En lames minces, les textures adcumulats sont très bien développées. Deux types de séquences litées ont été identifiées : 1) le premier type correspond à un grand ensemble en contact tectonique avec les unités litées gabbroïques et les roches métasédimentaires clastiques; 2) le deuxième type présente un contact graduel primaire entre les péridotites et les gabbros par l’augmentation du nombre et de l’épaisseur des lits à plagioclase (Scott et al, 1992). On y note également des lits concordants de chromite dans les secteurs nord-est du lac Watts et sud de Purtuniq (St-Onge et Lucas, 1993). »

Groupe de Watts 1a (pPwa1a) : Péridotite

La péridotite constitue le faciès ultramafique majoritaire du Groupe de Watts. Les affleurements arborent une structure « peau d’éléphant » typique, ainsi qu’une patine rouge sombre à brun-rouge moyen et une cassure fraîche de teinte très sombre. On remarque qu’elle est généralement litée et caractérisée par une susceptibilité magnétique élevée.

 

Groupe de Watts 1b (pPwa1b) : Dunite

Cette unité est la plus tardive de l’assemblage ultramafique pPwa1. On note que des dykes de dunite coupent clairement la péridotite. Les contacts sont rectilignes, même lorsque repris par la déformation régionale. La dunite affleure également en niveaux cartographiables à l’échelle 1/50 000. Elle s’individualise aisément de par sa patine ocre caractéristique. Elle présente un litage primaire centimétrique transposé souligné par l’alignement des cristaux automorphes de chromite à couronne de magnétite. La dunite est fortement magnétique.

Groupe de Watts 1c (pPwa1c) : Roche ultramafique altérée, serpentinite

Cette sous-unité regroupe tous les faciès altérés des intrusions ultramafiques du Groupe de Watts. L’altération consiste essentiellement en serpentinisation. L’unité affleure majoritairement à proximité des chevauchements du Groupe de Watts sur les autres unités régionales. Dans cette unité, on a exploité le gisement de la mine d’amiante d’Asbestos Hill, situé à Purtuniq. Cette sous-unité s’individualise par son aspect décoloré inégal en surface altérée (p. ex. dunite à patine verte et rose).

Groupe de Watts 1d (pPwa1d) : Pyroxénite

Il s’agit d’un faciès minoritaire de la séquence ultramafique. On observe des niveaux métriques à décamétriques qui s’intercalent dans la péridotite. La relation entre les unités pPwa1a et pPwa1d semble cogénétique. La patine est gris verdâtre et la cassure fraîche est vert moyen. Enfin, l’unité est modérément magnétique.

 

 

 

Groupe de Watts 3 (pPwa3) : Gabbro

Lamothe (2007) rapporte dans son lexique stratigraphique de l’Orogène de l’Ungava :
 
« Cette subdivision représente le plus grand volume de roche du Groupe de Watts. Les gabbros sont grossièrement grenus et caractérisés par des lits centimétriques et métriques lesquels sont définis par leur contenu minéralogique. Deux types de lits sont présents : 1) Lits foncés de métapyroxénite riche en hornblende et 2) Lits de méta-anorthosite composés de plagioclase-zoïsite. L’étude pétrographique de cette séquence gabbroïque indique une origine en cristallisation fractionnée (cumulat). De plus, leur signature géochimique est de type tholéiitique (St-Onge et Lucas, 1993). »
L’unité regroupe la majorité des faciès mafiques observés, lorsque ceux-ci sont impossibles à individualiser à l’échelle de cartographie considérée. Cette unité est faiblement magnétique.

Groupe de Watts 3a (pPwa3a) : Gabbro leucocrate, anorthosite

Cette sous-unité est composée d’une alternance de bandes métriques à décamétriques de leucogabbro à patine beige clair et d’anorthosite granoblastique. La proportion de minéraux ferromagnésiens varie entre 5 et 25 %.

Groupe de Watts 3b (pPwa3b) : Gabbro moucheté à grain grossier

 

Ce faciès semble associé spatialement au leucogabbro de l’unité pPwa3a, avec lequel il est en contact transitionnel. Plus spécifiquement, il coupe localement le gabbro lité de l’unité pPwa3c.

 

Groupe de Watts 3c (pPwa3c) : Gabbro lité

 

L’unité pPwa3c constitue la majeure partie des faciès intrusifs mafiques du Groupe de Watts. Il s’agit d’un gabbro variant de leucocrate à mélanocrate montrant un rubanement centimétrique à décamétrique interprété comme un litage primaire préservé.

 

Groupe de Watts 3d (pPwa3d) : Gabbro mésocrate à grain fin à moyen

 

Cette sous-unité est caractérisée par sa grande homogénéité et l’absence de litage à l’échelle de l’affleurement. Elle est non magnétique. La taille des cristaux de clinopyroxène et de plagioclase recristallisés varie de fine à moyenne.

Groupe de Watts 3e (pPwa3e) : Gabbro mélanocrate

 

Il s’agit d’une sous-unité mineure du Groupe de Watts, plus spécifiquement un gabbro mélanocrate finement recristallisé et très homogène. Ce faciès intègre également des bandes de pyroxénite.

Groupe de Watts 3f (pPwa3f) : Gabbro altéré, carbonaté

 

Cette sous-unité minoritaire regroupe les faciès altérés, principalement en carbonates, observés dans les gabbros. La patine est plus claire et lustrée. L’effervescence causée par le test à l’acide chlorhydrique est prononcée.

 

Groupe de Watts 3g (pPwa3g) : Gabbro mélanocrate à grenat

 

Le faciès pPwa3g affleure à proximité du chevauchement septentrional du Domaine Nord sur le Complexe de Kovik. Il affleure sous la forme de bandes décamétriques fortement déformées et généralement magnétiques. La patine et la cassure fraîche arborent toutes deux une teinte vert épinette. Le grenat est tardicinématique et localement entouré d’une couronne de plagioclase. La proportion de grenat rouge foncé est généralement inférieure à 5 %.

Groupe de Watts 3h (pPwa3h) : Diorite, gabbro porphyrique

 

Cette sous-unité mineure affleure dans le segment oriental du Domaine Nord, à proximité et à l’intérieur des écailles tectoniques qui en définissent la limite nord. Il s’agit de diorite et de gabbro modérément déformés à patine blanche et verte.

Groupe de Watts 3i (pPwa3i) : Anorthosite

 

Cette sous-unité est composée d’une anorthosite blanche qui est fréquemment observée en recoupement des autres faciès intrusifs mafiques du Groupe de Watts. Même s’il s’agit du terme tardif de l’empilement mafique du Groupe de Watts, la roche est également fortement affectée par la déformation régionale. La patine est blanche laiteuse, et la cassure fraîche est blanche avec un léger éclat jaunâtre lié à une séricitisation modérée du plagioclase. Certains dykes et niveaux d’anorthosite pourraient correspondre au plagiogranite rapporté par St-Onge et Lucas (1993). Enfin, l’unité n’est pas magnétique.

 

 

 

Groupe de Watts 5 (pPwa5) : Basalte, gabbro synvolcanique

Cette subdivision regroupe les lithologies supracrustales du Groupe de Watts. Dans le segment oriental du Domaine Nord (feuillets 35G09, 35G16 et 35H13), les roches volcaniques et les filons cogénétiques associés sont couramment métamorphisés en schiste à amphibole et plagioclase, lequel contient ponctuellement des structures volcaniques primaires (coussins, fragments ou joints columnaires) préservées. Dans le secteur oriental, cette unité est caractérisée par une patine vert moyen à foncé et une cassure fraîche vert moyen.

St-Onge et Lucas (1993) rapportent un complexe de dykes en feuillets avec des écrans d’amphibolite finement à grossièrement grenue est préservé dans le Groupe de Watts à 5 km à l’est du lac Watts et 6,5 km à l’ouest de Purtuniq. Celui-ci est exposé sur un secteur de 400 m de largeur par 700 m de longueur. Les dykes, de 20 à 40 cm de largeur, sont d’orientation nord-est avec un fort pendage. Ils ont généralement conservé un côté des bordures figées sur 2 à 3 mm d’épaisseur. La composition chimique des dykes montre une signature tholéiitique. Cette subdivision est composée d’une séquence partiellement tectonisée de basaltes coussinés. Celle-ci est en continuité stratigraphique de façon transitionnelle avec des microgabbro ou une séquence de coulée massive. Les coussins déformés, de 1 à 2 m de longueur, sont allongés selon la foliation principale. La composition géochimique de ces basaltes est d’affinité tholéiitique. De plus, la forme des coussins indique que la séquence, dans ce secteur, a une polarité normale vers le nord. Les faciès extrusifs du Groupe de Watts montrent une susceptibilité magnétique faible. Parfois les dykes de gabbro cogénétiques sont modérément magnétiques.

Groupe de Watts 5a (pPwa5a) : Basalte coussiné

Des niveaux préservés de coulées coussinées sont localement observés dans le segment oriental du Domaine Nord. Les coussins ont une dimension métrique et sont aplatis selon la foliation. Les rares indicateurs de polarité observés dans le segment est du Domaine Nord suggèrent une polarité normale vers le nord dans la section sud et normale vers le sud dans la section nord. Ces observations impliquent la présence d’une structure synforme selon un axe E-W dans le secteur est du domaine.

Groupe de Watts 5b (pPwa5b) : Volcanoclastite mafique

Des niveaux décamétriques de volcanoclastite mafique ont été observés ponctuellement dans le secteur est du Domaine Nord (Mathieu et Beaudette, 2019). Une bande affleurant à proximité du contact avec l’Antiforme de Kovik est cartographiée comme un tuf à lapillis contenant 15 % de fragments. Les fragments sont aplatis dans le sens de la déformation. Un tuf à cendres a été observé à l’est du lac Watts.

 

Groupe de Watts 5c (pPwa5c) : Filon-couche de gabbro synvolcanique

Le gabbro est à grain fin à moyen et folié. La majorité des dykes cogénétiques de gabbro ont une dimension inférieure au décamètre. Localement, certains dykes affleurent sur plus d’une centaine de mètres d’épaisseur apparente ou forment des essaims cartographiables à l’échelle 1/50 000. Ces gabbros ont parfois une susceptibilité magnétique modérée.

 

Groupe de Watts 6 (pPwa6) : Schiste à chlorite-actinote, exhalite, chert, formation de fer carbonatée, sulfures semi-massifs

Cette sous-unité supracrustale est essentiellement constituée d’une bande d’épaisseur hectométrique affleurant dans le centre ouest du segment oriental du Domaine Nord. Elle est composée d’un assemblage de schiste à chlorite et actinote interlité avec des niveaux de chert, de formation de fer au faciès des carbonates et de niveaux de sulfures massifs; on l’interprète donc comme un niveau exhalatif. Enfin, cette unité n’est pas magnétique.

 

 

 

 

Datation

Deux datations U-Pb (Parrish, 1989) ont été effectuées sur des zircons provenant de gabbros lités de la région du lac Watts. Ces datations ont donné des âges de 1998 ±2 Ma et 1997,5 ±2,5 Ma. Un âge de 1977 ±3 Ma a été interprété comme possiblement relié à un évènement métamorphique sur le plancher océanique.
 
ÉchantillonSystème isotopiqueMinéralÂge de cristallistation (Ma)(+)(-)Âge métamorphique (Ma)(+)(-)Référence(s)
L284-87 (gabbro)U-PbZircon199822Parrish, 1989
L283-87 (anorthosite)U-PbZircon1997,52,52,5197733Parrish, 1989

Relations stratigraphiques

Les relations stratigraphiques du Groupe de Watts avec les autres unités du Domaine Nord ne sont pas clairement définies. Dans la partie méridionale du Domaine Nord, le Groupe de Watts est structuralement sus-jacent aux groupes de Spartan et de Parent et au Groupe de Chukotat via la Faille Bergeron, et par conséquent, au Domaine Sud. Dans le secteur septentrional du Domaine Nord, la semelle du Groupe de Watts chevauche la Formation de Nituk. L’âge d’environ 2 Ga (Parrish, 1989) du Watts, différent de celui de l’autre assemblage de laves de type MORB que représente le Chukotat (1883 à 1874 Ma, Kastek et al., 2018) est expliqué par deux modèles différents. Selon Picard et al. (1989, 1990), le Watts se serait formé dans un bassin plus au nord et antérieur à celui du Chukotat. Alternativement, Hegner et Bevier (1989) et Scott et al. (1989, 1991) ont proposé l’existence d’un seul bassin dont l’ouverture se serait propagée diachroniquement. Dans ce dernier cas, la superposition des bassins serait hypothétiquement le résultat d’un déplacement le long d’une faille transformante (St-Onge et al., 1992).

Également, les intrusions de la Suite de Cape Smith se mettent en place dans le Groupe de Watts. Le Pluton d’Illuinaqtuut s’injecte dans les faciès intrusifs du Watts à l’ouest du lac éponyme. Le Pluton de Purtuniq coupe la péridotite du Watts dans le secteur de Purtuniq. Le Pluton de Qimmiq coupe les basaltes et les péridotites du Watts dans le secteur de la rivière au Faucon. Enfin, le Pluton de Kinguppak s’est mis en place dans la séquence supracrustale à l’ouest du lac Watts.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Publications accessibles dans Sigéom Examine

Lamothe, D. 2007. Lexique stratigraphique de l’Orogène de l’Ungava. MRNF. DV 2007-03, 66 pages et 1 plan.

Lamothe, D., Picard, C., Moorhead, J. 1984. Région du Lac Beauparlant, bande de Cap Smith-Maricourt. MRN. DP-84-39, 2 plans.

Mathieu, G., Beaudette, M. 2019. Géologie de la région du lac Watts, Domaine Nord, Fosse de l’Ungava, Nunavik, Québec, Canada. MERN. BG 2019-04.

 

Autres publications

Hegner, E., Bevier, M.L. 1989. Geochemical constraints on the origin of mafic rocks from the Cape Smith Belt 1. Geoscience Canada, 16: 148–151. Source.

Kastek, N., Ernst, R.E., Cousens, B.L., Kamo, S.L., Bleeker, W., Söderlund, U., Baragar, W.R.A., Sylvester, P. 2018. U-Pb Geochronology and Geochemistry of the Povungnituk Group of the Cape Smith Belt: Part of a Craton-Scale Circa 2.0 Ga Minto-Povungnituk Large Igneous Province, Northern Superior Craton. Lithos. doi.org/10.1016/j.lithos.2018.09.026.

Parrish, R.R. 1989. U-Pb geochronology of the Cape Smith Belt and Sugluk Block, northern Québec. Geoscience Canada; 16, 126-130. Source.

Picard, C., Giovenazzo, D., Lamothe, D. 1989. Geotectonic evolution by asymmetric rifting of the Proterozoic Cape Smith Belt, New Quebec. Geoscience Canada, 16: 130–134. Source.

Picard, C., Lamothe, D., Piboule, M., Oliver, R. 1990. Magmatic and geotectonic evolution of a Proterozoic oceanic basin system: the Cape Smith Thrust-Fold Belt (New-Quebec). Precambrian Research. doi.org/10.1016/0301-9268(90)90040-W.

Scott, D.J., Helmstaedt, H., Bickle, M.J. 1992. Purtuniq ophiolite, Cape Smith belt, northern Quebec, Canada: A reconstructed section of early Proterozoic oceanic crust. Geology. doi:10.1130/0091-7613(1992)020<0173:POCSBN>2.3.CO;2.

Scott, D.J., St-Onge, M.R., Lucas, S.B., Helmstaedt, H. 1989. The 1998 Ma Purtuniq ophiolite: imbricated and metamorphosed oceanic crust in the Cape Smith Thrust Belt, northern Quebec. Geoscience Canada, 16: 144–147. doi.org/10.12789/gs.v16i3.3614.

Scott, D.J., St-Onge, M.R., Lucas, S.B., Helmstaedt, H. 1991. Geology and che­mistry of the Early Proterozoic Purtuniq ophiolite, Cape Smith Belt, northern Quebec, Canada In: Ophiolite genesis and evolution of the oceanic lithosphere (Peters, T., editor). Kluwer Academic Publishers, Amsterdam; pages 825-857. dx.doi.org/10.1007/978-94-011-3358-6_41.

St-Onge, M.R., Lucas, S.B. 1993. Geology of the eastern Cape Smith belt: parts of the Kangiqsujuaq, cratère du Nouveau-Québec, and lacs Nuvilik map areas, Quebec. Canada Department of Mines. doi.org/10.4095/183988.

St-Onge, M.R., Lucas, S.B., Parrish, R.R. 1992. Terrane accretion in the internal zone of the Ungava orogen, northern Quebec. Part 1: Tectonostratigraphic assemblages and their tectonic implications. Can. J. Earth Sci, 29: 746–764. doi.org/10.1139/e92-064.

St-Onge, M.R., Lucas, S.B., Scott, D.J., Begin, N.J., Helmstaedt, H., Carmichael, D.M. 1988. Thin-skinned imbrication and subsequent thick-skinned folding of rift-fill, transitional-crust, and ophiolite suites in the 1.9 Ga Cape Smith Belt, northern Quebec. Geological Survey of Canada, Paper no. 88-1C, 118 pages.  doi.org/10.4095/122611.

 

 

 

14 juin 2019