Suite intrusive de Bolduc
Étiquette stratigraphique : [mpro]blc
Symbole cartographique : mPblc
 

Première publication :  
Dernière modification : 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
Aucune
 
Auteur(s) :
Moukhsil et El Bourki, 2021
Âge :
Mésoprotérozoïque 
Stratotype :
Affleurements de référence situés au SW du lac Brûlé (p. ex. 2020-AM-047 et 2020-AM-052)
Région type :
Au sud du lac Brûlé (partie ouest du feuillet SNRC 32H02)
Province géologique :
Subdivision géologique :
Lithologie : Roches intrusives felsiques, intermédiaires et ultramafiques
Catégorie :
Lithodémique
Rang :
Suite
Statut : Formel
Usage : Actif

 

Historique

La Suite intrusive de Bolduc a été définie lors des travaux de cartographie du feuillet 32H02 par Moukhsil et El Bourki (2021), au NNW du lac Saint-Jean. Elle est constituée de plusieurs phases réparties en deux intrusions bien circonscrites à partir du levé aéromagnétique (Intissar et Benahmed, 2015).

Description

La Suite intrusive de Bolduc est polyphasée et se compose de : granite à hypersthène (charnockite), syénogranite, granite à feldspath alcalin, syénite quartzifère, mangérite, proportion mineure de webstérite à olivine, en plus de contenir des enclaves de paragneiss du Complexe de Barrois (mPboi4). La webstérite à olivine est l’hôte d’une zone favorable en Ni-Cu (Jumeau Nord).

 

La charnockite (granite à hypersthène) est généralement de teinte gris-brun en patine d’altération et grisâtre en surface fraiche. Elle est à grain moyen à grossier et à structure magmatique à submagmatique. Sur le terrain, on observe localement une structure granoblastique. Au microscope, elle est constituée de quartz formant de grandes plages avec un début de sous-grains, de feldspath potassique perthitique, de plagioclase à macles polysynthétiques concentriques, localement myrmékitique, de biotite, de magnétite et d’hypersthène. Ce dernier contient des inclusions de rutile et de magnétite et montre une altération (ouralitisation) en sa bordure (hornblende et iddingsite). L’apatite, la titanite et le zircon représentent les phases accessoires de la charnockite.

Le granite est gris-blanc à localement brunâtre en patine d’altération et gris-vert en surface fraiche. On observe le passage d’une granulométrie fine à grossière et d’une foliation. La roche se compose de quartz en grandes plages, de feldspath potassique, de plagioclase, de biotite, de magnétite, de titanite et de proportions moindres d’orthopyroxène, de clinopyroxène, de hornblende et de minéraux accessoires (zircon, épidote, apatite). Quelques affleurements montrent des proportions variables de quartz (18 à 45 %), de feldspath potassique (25 à 35 %) et de plagioclase (30 à 35 %).
 

Le granite à feldspath alcalin (p. ex. affleurement 2020-ME-1000), est à grain moyen, rose en surface fraiche, rose-brun en patine d’altération et affecté par une déformation (foliation) moyenne à intense. Les roches plus déformées sont à grain fin. Cette phase contient du feldspath potassique, du quartz, du plagioclase séricitisé et des proportions variables de biotite. Le feldspath potassique (microcline) est dans ce cas surtout perthitique. L’épidote, l’apatite et le zircon sont présents comme minéraux accessoires, accompagnés de minéraux opaques (magnétite, pyrite).

La mangérite (monzonite, monzonite quartzifère, à hypersthène) est généralement brun rouille à localement blanchâtre en surface altérée et verdâtre en cassure fraiche (affleurement 2020-AM-052). Elle est surtout à grain grossier, à quartz, à feldspath potassique perthitique ou non, à plagioclase généralement séricitisé et localement myrmékitique, à hypersthène, à gros cristaux de biotite et à minéraux opaques (dont la magnétite). L’hypersthène est altéré en biotite + quartz. Des lamelles de biotite sont présentes dans les plans de clivage de l’hypersthène. La biotite se rencontre également en lamelles (structure symplectique) enchevêtrées parmi les autres minéraux de la charnockite.

La syénite quartzifère est grisâtre à rosâtre en patine d’altération et rosâtre en cassure fraiche (affleurement 2020-AM-047). Elle est à grain grossier et légèrement déformée par endroits. Au microscope, la roche est grenue. On note la présence de quartz en grandes plages sans sous-grains ni extinction ondulante (structure magmatique). Le plagioclase (Ab57 – An12 selon la norme CIPW dans Janoušek et al., 2006) montre des macles polysynthétiques subparallèles et le feldspath potassique est généralement perthitique. On note aussi la présence d’orthopyroxène localement ouralitisé, de hornblende et de biotite. La syénite contient également des phases minérales accessoires comme l’épidote d’origine magmatique, des minéraux opaques (magnétite), de l’apatite et du zircon.

La webstérite à olivine est moins présente dans la région cartographiée et est visible sur un seul affleurement (2020-AM-055). Cette roche à grain moyen est verdâtre à noire en surface fraiche et verdâtre en patine d’altération. Elle est injectée par la charnockite de la même unité, et localement rubanée. Les rubans ont une composition gabbronoritique et la webstérite prend la forme d’un boudin métrique. En plus de l’olivine, la webstérite contient des pyroxènes (orthopyroxène et clinopyroxène) associés à ~2 % de pyrite et de pyrrhotite en grains millimétriques disséminés, ainsi qu’à des traces de pentlandite et de chalcopyrite.

Épaisseur et distribution

La Suite intrusive de Bolduc est formée de deux intrusions. La première a une forme plus au moins elliptique. Elle occupe une superficie de ~70 km2 et son orientation est N-S. La partie nord de cette intrusion est localisée à proximité du lac aux Dorés. La deuxième, d’orientation NNW-SSE, est de moindre importance. Celle-ci occupe une superficie de ~9 km2 et se situe à ~400 m au sud du lac du Chevreuil (coin NW du feuillet 32H02).

Datation

Aucune.

Relations stratigraphiques

La Suite intrusive de Bolduc est en contact faillé avec la Suite intrusive de Jean-Marie et des enclaves métriques à décamétriques du Complexe de Barrois y sont cartographiées.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Publications accessibles dans SIGÉOM Examine

INTISSAR, R., BENAHMED, S. 2015. Levé magnétique aéroporté dans le secteur ouest du Lac-St-Jean, Province de Grenville. MERN, GOLDAK AIRBORNE SURVEYS. DP 2015-06, 7 pages et 2 plans.

MOUKHSIL, A., EL BOURKI, M. 2021. Géologie de la région de Girardville, Province de Grenville, région du Saguenay – Lac-Saint-Jean, Québec, Canada. MERN. BG 2021-02, 1 plan.

Autres publications

JANOUŠEK, V., FARROW, C.M., ERBAN, V., 2006. Interpretation of whole-rock geochemical data in igneous geochemistry: introducing Geochemical Data Toolkit (GCDkit). Journal of Petrology; volume 47, pages 1255-1259. doi.org/10.1093/petrology/egl013

Citation suggérée

Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN). Suite intrusive de Bolduc. Lexique stratigraphique du Québec. http://gq.mines.gouv.qc.ca/lexique-stratigraphique/province-de-grenville/suite-intrusive-de-bolduc [cité le jour mois année].

 

Collaborateurs

 

Première publication

Abdelali Moukhsil, géo., Ph. D. abdelali.moukhsil@mern.gouv.qc.ca; Mhamed El Bourki, géo. stag., M. Sc. mhamed.elbourki@mern.gouv.qc.ca (rédaction)

Mehdi A. Guemache, géo., Ph. D. (coordination); Fabien Solgadi, géo., Ph. D. (lecture critique); Simon Auclair, géo., M. Sc. (révision linguistique); André Tremblay (montage HTML).

 
11 mai 2021