Pluton d’Amarault
Étiquette stratigraphique : [ppro]ama
Symbole cartographique : pPama
 

Première publication : 5 décembre 2017
Dernière modification : 7 octobre 2022 

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.

Aucune

Auteur(s) :Lafrance et al., 2016
Âge :Paléoprotérozoïque
Stratotype :Aucun
Région type :Région du lac Brisson (SNRC 24A)
Province géologique :Province de Churchill
Subdivision géologique :Domaine lithotectonique de Falcoz
Lithologie :Diorite quartzifère
Catégorie :Lithodémique
Rang :Lithodème
Statut :Formel
Usage :Actif

 

 

Historique

Le Pluton d’Amarault a été introduit par Lafrance et al. (2015) dans la région du lac Brisson pour définir un pluton de diorite quartzifère de dimension restreinte localisé dans le secteur sud-est du Domaine lithotectonique de Falcoz (Lafrance et al., 2018).

Description

En affleurement, la diorite quartzifère du Pluton d’Amarault est très homogène. En surface altérée, elle est caractérisée par son aspect moucheté noir et blanc typique en surface altérée, causé par l’arrangement des grains qui forment des amas de minéraux ferromagnésiens et quartzofeldspathiques. On observe quelques injections d’enderbite à grain grossier à moyen ainsi que de rares enclaves décimétriques à métriques de paragneiss. La diorite quartzifère renferme 8 à 15 % de quartz, jusqu’à 7 % de feldspath potassique et 20 à 30 % de minéraux ferromagnésiens qui consistent en hornblende verte et en biotite brune en proportions à peu près égales. Des reliques d’orthopyroxène variablement transformé en iddingsite ainsi que du clinopyroxène au cœur des cristaux de hornblende ont aussi été observés à plusieurs endroits. La roche est d’aspect massif, mais peut contenir une faible foliation définie par l’alignement des minéraux ferromagnésiens. En lame mince, la diorite quartzifère montre des structures magmatiques bien préservées et une faible recristallisation qui se manifeste par la présence d’amas de sous-grains de plagioclase. On retrouve aussi des microstructures myrmékitiques associées aux petits grains interstitiels de feldspath potassique. L’apatite, les minéraux opaques et le zircon sont présents en proportion accessoire.

Épaisseur et distribution

Le Pluton d’Amarault est associé à un creux magnétique de forme elliptique d’environ 13 km de longueur sur 5 km de largeur. Il occupe une superficie restreinte (~51 km2) dans le secteur sud-est du Domaine lithotectonique de Falcoz (Lafrance et Vanier, 2022). La signature magnétique du Pluton d’Amarault est similaire à celle des paragneiss de la Suite de Lake Harbour (pPhb1b). Il est d’ailleurs entouré d’une couche de paragneiss de quelques centaines de mètres de largeur.

Datation

Aucune.

Relations stratigraphiques

Le Pluton d’Amarault est coupé par des injections d’enderbite à grain grossier à moyen de la Suite d’Inuluttalik et contient des enclaves d’orthogneiss du Complexe de Sukaliuk et de paragneiss de la Suite de Lake Harbour.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

 

Références

Publications accessibles dans SIGÉOM Examine

LAFRANCE, I., BANDYAYERA, D., CHARETTE, B., BILODEAU, C., DAVID, J., 2016. GEOLOGIE DE LA REGION DU LAC BRISSON (SNRC 24A). MERN; RG 2015-05, 64 pages, 1 plan.

LAFRANCE, I., CHARETTE, B., VANIER, M.-A., 2018. Sud-est de la Province de Churchill, Nunavik, Québec, Canada : synthèse de la géologie. MERN; BG 2018-12

LAFRANCE, I., VANIER, M.-A., 2022. Domaine lithotectonique de Falcoz, sud-est de la Province de Churchill, Nunavik, Québec, Canada : synthèse de la géologie. MERN; BG 2022-01, 2 plans.

 

Citation suggérée

 

Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN). Pluton d’Amarault. Lexique stratigraphique du Québec. https://gq.mines.gouv.qc.ca/lexique-stratigraphique/province-de-churchill/pluton-amarault [cité le jour mois année].

Collaborateurs

Première publication

Isabelle Lafrance, géo., M. Sc. isabelle.lafrance@mern.gouv.qc.ca (rédaction)

Mehdi A. Guemache, géo., Ph. D. (coordination); Claude Dion, ing., M. Sc. (lecture critique et révision linguistique); Céline Dupuis, géo., Ph. D. (version anglaise); Caroline Thorn (montage HTML). 

Révision(s)

Isabelle Lafrance, géo., M. Sc. (rédaction)

Mehdi A. Guemache, géo., Ph. D. (coordination); Marc-Antoine Vanier, ing., M. Sc. (lecture critique); Simon Auclair, géo., M. Sc. (révision linguistique); Dominique Richard, géo. stag., Ph. D. (version anglaise); André Tremblay (montage HTML).

 
5 décembre 2017