Groupe de Le Moyne
Étiquette stratigraphique : [ppro]lm
Symbole cartographique : ​pPlm
 

Première publication :  
Dernière modification :

 

 

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
Aucune
 
Auteur(s) : ​Clark et Wares, 2004
Âge : Paléoprotérozoïque
Stratotype : Aucun
Région type : Régions des lacs Douay, Aulneau et Erich-Dimroth, à l’ouest du lac Le Moyne (feuillets SNRC 24C16, 24F01 et 24F02)
Province géologique : Province de Churchill
Subdivision géologique : Orogène du Nouveau-Québec (Fosse du Labrador) / Zone lithotectonique de Gerido
Lithologie : Rhyodacite, dolomie, shale, basalte, conglomérat, tuf dolomitique
Catégorie : Lithostratigraphique​
Rang : Groupe
Statut : Formel
Usage : Actif

Historique

Le nom de « Groupe de Le Moyne » a été introduit par Clark et Wares (2004) pour désigner une séquence volcano-sédimentaire particulière constituée des formations de Douay et d’Aulneau.

Description

Le Groupe de Le Moyne est une unité volcano-sédimentaire allochtone appartenant au deuxième cycle de la Fosse du Labrador. Il est formé des volcanites felsiques et mafiques et des roches sédimentaires de la Formation de Douay, à la base, surmontées par des roches sédimentaires de plate-forme marine de la Formation d’Aulneau (Dressler, 1979; Clark et Wares, 2004). Des tufs mafiques et ultramafiques contemporains d’une intrusion plurikilométrique de carbonatite (Complexe carbonatitique de Le Moyne) sont également retrouvés dans la séquence (Birkett et Clark, 1991). Le Groupe de Le Moyne représente une plate-forme isolée qui se serait développée dans un contexte régional de bassin profond (Clark et Wares, 2004). Les roches du Groupe de Le Moyne sont métamorphisées au faciès des schistes verts (Dimroth et Dressler, 1978).

Épaisseur et distribution

Le Groupe de Le Moyne appartient à la Zone lithotectonique de Gerido, telle que définie par Clark et Wares (2004). Il s’étend sur environ 40 km de longueur en direction NW-SE, sur une largeur E-W d’environ 8 km, à l’ouest du lac Le Moyne (feuillets 24C16, 24F01 et 24F02). L’unité est répétée en surface par des failles de chevauchement.

Datation

Les roches du Groupe de Le Moyne se sont déposées vers la fin du deuxième cycle volcano-sédimentaire de la Fosse du Labrador (Clark et Wares, 2004). Une analyse U-Pb d’un échantillon de rhyodacite de la Formation de Douay a donné un âge de 1870 ±4 Ma, soit l’âge le plus jeune pour les roches du deuxième cycle (Machado et al., 1997). Cet âge permet de mettre en corrélation la séquence volcano-sédimentaire du Groupe de Le Moyne, ainsi que la carbonatite du Complexe carbonatitique de Le Moyne qui y est associée, avec la Formation d’Hellancourt (Groupe de Koksoak) datée à 1874 ±3 Ma (Machado et al., 1997; Clark et Wares, 2004).

Relations stratigraphiques

La Formation de Douay, l’unité basale du Groupe de Le Moyne, est intercalée avec les roches pyroclastiques mafiques de la Formation de Murdoch (Groupe de Doublet) à proximité de la carbonatite du Complexe carbonatitique de Le Moyne (Dressler, 1979). Près de la latitude 57° N, les roches de la Formation de Baby (Groupe de Koksoak) sont interdigitées avec les roches pyroclastiques de la Formation de Murdoch. L’ensemble est surmonté localement par le Groupe de Le Moyne et par le Complexe carbonatitique de Le Moyne (Birkett et Clark, 1991; Machado et al., 1997). Le Groupe de Le Moyne est corrélé avec les groupes volcano-sédimentaires de Koksoak et de Doublet, dans les portions nord et sud de la Fosse, et avec le Groupe de Ferriman à l’ouest (Findlay et al., 1995; Clark et Wares, 2004). Une intrusion subvolcanique de carbonatite et des stratifications tufacées, le Complexe carbonatitique de Le Moyne, se sont mises en place dans la séquence volcano-sédimentaire du Groupe de Le Moyne (Birkett et Clark, 1991). Enfin, de nombreux filons-couches gabbroïques appartenant à la Suite intrusive de Gerido coupent la séquence volcano-sédimentaire du Groupe de Le Moyne. D’après Dressler (1979), de grands fragments de gneiss observés dans les conglomérats de la Formation d’Aulneau proviendraient d’une source archéenne située à l’est de la Fosse. La présence de zircons hérités dans la rhyodacite de la Formation de Douay est cohérente avec cette interprétation (Machado et al., 1997).

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Publications accessibles dans SIGÉOM Examine

CLARK, T., WARES, R., 2004. SYNTHESE LITHOTECTONIQUE ET METALLOGENIQUE DE L’OROGENE DU NOUVEAU-QUEBEC (FOSSE DU LABRADOR). MRNFP; MM 2004-01, 182 pages, 1 plan.

DRESSLER, B., CIESIELSKI, A., 1979. Région de la fosse du Labrador. MRN; RG 195, 136 pages, 14 plans.

 

Autres publications

BIRKETT, T.C., CLARK, T. 1991. Géologie et potentiel métallifère de la carbonatite protérozoïque du lac LeMoyne dans le nord du Québec. Commission géologique du Canada; Forum des travaux en cours, Programme et Résumés, page 20.

DIMROTH, E., DRESSLER, B. 1978. Metamorphism of the Labrador Trough. In Metamorphism in the Canadian Shield. Geological Survey of Canada; Study 78-10, pages 215-236. https://doi.org/10.4095/104534

FINDLAY, J.M., PARRISH, R.R., BIRKETT, T., WATANABE D.H. 1995. U-Pb ages from the Nimish Formation and Montagnais glomeroporphyritic gabbro of the central New Québec Orogen, Canada. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 32, pages 1208-1220. https://doi.org/10.1139/e95-099

MACHADO, N., CLARK, T., DAVID, J., GOULET, N. 1997. U-Pb ages for magmatism and deformation in the New Quebec Orogen. Canadian Journal of Earth Sciences; Volume 34, pages 716-723. https://doi.org/10.1139/e17-058

Citation suggérée

Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN). Groupe de Le Moyne. Lexique stratigraphique du Québec. https://gq.mines.gouv.qc.ca/lexique-stratigraphique/province-de-churchill/groupe-de-le-moyne [cité le jour mois année].

Collaborateurs

Première publication

Charles St-Hilaire, géo. stag., M. Sc. charles.st-hilaire@mern.gouv.qc.ca; Mehdi A. Guemache, géo., Ph. D. (rédaction)

Mehdi A. Guemache, géo., Ph. D. (coordination); Thomas Clark, géo., Ph. D. (lecture critique); Simon Auclair, géo., M. Sc. (révision linguistique); Nathalie Bouchard (montage HTML).  

 
5 mars 2019