English
 
Dykes de Senneterre
Étiquette stratigraphique : [ppro]sen
Symbole cartographique : pPsen

Première publication:  

 

 

Subdivision(s) informelle(s)

La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
Aucune
Auteur :Buchan et al. (1993)
Âge :Précambrien / Protérozoïque / Paléoprotérozoïque
Coupe type : 
Région type :Les Dykes de Senneterre apparaissent dans le sud-est de la Province du Supérieur, notamment dans la Sous-province de l’Abitibi au Québec et dans le NE ontarien, ainsi que dans le secteur de la Baie-James. Le dyke S6 de Buchan et al. (1993) constitue le dyke de référence et coupe les roches archéennes de la région de Senneterre au Québec. Il affleure en bordure de la route 113, à 300 m au sud de l’entrée du chemin Lafontaine (SNRC 32C03, UTM NAD 1983, zone 18, 324308 m E, 5337948 m N). Cet affleurement (2016-JG-2859) correspond au site 30 échantillonné par Buchan et al. (1993) pour leur étude paléomagnétique et géochronologique. Une datation isotopique U-Pb a permis d’obtenir un âge paléoprotérozoïque pour ces dykes (tableau 1). En 2016, un échantillon a été prélevé sur ce site pour la géochimie (SGDAC 2016067640).
Province géologique :Province du Supérieur
Subdivision géologique :Sous-provinces de Pontiac, de l’Abitibi (Wawa en Ontario), de La Grande, de l’Opatica, du Nemiscau, de l’Opinaca, d’Ashuanipi et de Minto
Lithologie :Diabase de composition gabbronoritique
Type d’unité :Lithodémique
Rang :Suite
Statut :Formel
Usage :Actif

 

 

Historique

Les dykes et des filons-couches de diabase postarchéens sont connus depuis le début de la cartographie géologique du Bouclier canadien du Québec et de l’Ontario (par ex. Murray et al., 1897) . L’Espérance (1948) et Gill et L’Espérance (1952) avaient noté que ces dykes étaient très probablement d’âge keweenawien (Mésoprotérozoïque) et qu’ils pouvaient être classés en trois catégories : 1) diabase indifférenciée ou ordinaire; 2) diabase à quartz; 3) diabase à olivine. Moore (1929) avait conclu que les diabases à olivine étaient systématiquement plus jeunes que les diabases à quartz.

La carte de Fahrig et West (1986), réalisée à partir d’une compilation et de l’interprétation des levés aéromagnétiques, illustre la distribution des essaims de dykes de diabase du Bouclier canadien, ainsi que leur chronologie basée sur des âges isotopiques. Sur cette carte, les dykes NE de la partie ouest du Québec sont associés à l’Essaim de Preissac. Par la suite, les travaux de paléomagnétisme et de géochronologie de Buchan et al. (1993) ont permis de diviser ces dykes en deux ensembles : les Dykes de Senneterre et les Dykes de Biscotasing.

 

Description

Les dykes de diabase de Senneterre sont tracés à partir des affleurements et de la carte du gradient vertical du champ magnétique. Ils présentent une signature rectiligne sur des distances kilométriques avec une orientation NE à ENE.

Leur contact avec les roches encaissantes est franc. Leur épaisseur varie de quelques mètres à 120 m. La diabase présente une patine brune et une cassure fraîche verte. Une bordure de trempe, aphanitique et d’une épaisseur centimétrique, est couramment observée. Le centre des dykes est typiquement à grain moyen. La roche est massive, homogène et peu déformée. Des réseaux de fractures sont typiquement perpendiculaires à l’orientation des dykes.

La description pétrographique est basée sur l’observation des lames minces provenant des feuillets SNRC 33F, 33G et 33H. Les dykes à grain moyen sont composés de plagioclase, d’augite et d’orthopyroxène formant une microstructure intersertale ou intergranulaire et, plus rarement, équigranulaire. Les structures ophitiques et subophitiques n’ont pas été observées puisque les cristaux de pyroxènes sont typiquement plus petits ou de même dimension que le plagioclase. Des pseudomorphes de phénocristaux automorphes (0,5 à 1 mm) d’olivine et d’orthopyroxène ont été observés en lames minces dans la bordure de trempe de quelques dykes. La magnétite-ilménite est peu abondante (1 à 3 %, 0,5 à 1 mm). Le quartz est généralement absent, mais on en observe en traces en lames minces (<1 %; <0,5 mm) dans certains dykes et jusqu’à 3 % (0,2 à 0,5 mm) dans l’un des dykes de Senneterre qui traverse les feuillets 33H03 et 33H07. Des traces d’apatite, de biotite, généralement chloritisée (0,5 à 1 mm) et de pyrite sont aussi notées. Le degré d’ouralisation et de séricitisation varie de moyen à élevé. L’orthopyroxène est généralement altéré (chlorite, amphibole, serpentine) et donc plus difficile à reconnaître en lames minces. L’épidote et le carbonate sont aussi observés dans plusieurs lames minces.

 

Épaisseur et distribution

L’épaisseur des Dykes de Senneterre varie de quelques mètres à plus de 120 m. Ils s’étendent généralement sur quelques dizaines à quelques centaines de kilomètres. Leur pendage est subvertical.

Les Dykes de Senneterre sont présents sur une superficie de 240 000 km2. Ils sont relativement espacés et ne présentent pas une grande densité comme dans le cas des dykes de Mistassini, de Matachewan ou de Biscotasing. Ainsi, dans la région des rivières La Grande et Eastmain (Baie-James) par exemple, l’espacement entre les dykes varie de 40 à 100 km. Selon Buchan et al. (2007) et Hamilton et Buchan (2016), ces dykes formeraient un arrangement radial dont le foyer serait situé à l’ouest de la Fosse du Labrador. Ces dykes coupent les roches archéennes de la Province du Supérieur, ainsi que les roches clastiques paléoprotérozoïques de la Formation de Sakami dans la région du réservoir La Grande 3 (Goutier et al., 2001).

 

Datation

L’âge des Dykes de Senneterre varie de 2221 ±4 Ma à 2216 +8/-4 Ma. Leur mise en place est contemporaine à celle des filons-couches gabbroïques de Nipissing en Ontario (2219 Ma à 2210 Ma; Corfu et Andrews, 1986; Krogh et al., 1987; Noble et Lightfoot, 1992), ainsi que des dykes des essaims de Klotz et de Maguire (Maurice et al., 2009).

Système isotopiqueMinéralÂge de cristallisation (Ma)(+)(-)Référence(s)
U-PbBaddeleyite2214,312,412,4Buchan et al., 1993
U-PbBaddeleyite221684Buchan et al., 1996
U-PbBaddeleyite222144Davis et al., 2016

Relations stratigraphiques

Les Dykes de Senneterre coupent les roches archéennes de la Province du Supérieur, ainsi que les roches clastiques paléoprotérozoïques de la Formation de Sakami dans la région du réservoir La Grande 3 (Goutier et al., 2001). Ils sont rarement associés aux zones de cisaillement ou aux failles régionales majeures.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
BUCHAN, K.L. – MORTENSEN, J.K. – CARD, K.D.Northeast-trending Early Proterozoic dykes of the southern Superior Province: multiple episodes of emplacement recognized from integrated paleomagnetism and U-Pb geochronology. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 30, pages 1286-1296.1993Source
BUCHAN, K.L. – HALLS, H.C. – MORTENSEN, J.K.Paleomagnetism, U-Pb geochronology and geochemistry of Marathon dykes, Superior Province, and comparison with the Fort Frances swarm. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 33, pages 1583-1595.1996
BUCHAN, K.L. – ERNST, R.E.Essaims de dykes de diabase et unités apparentés au Canada et dans les régions avoisinantes. Commission géologique du Canada; carte 2022A, échelle 1/5 000 000.2004Carte 2022A
BUCHAN, K.L.– GOUTIER, J. HAMILTION, A.– ERNST, R.E. – MATTHEWS, W.A.Paleomagnetism, U-Pb geochronology, and geochemestry of Lac Esprit area, Quebec, and implication for Paleoproterozoic deformation of the Superior Province, Québec, Canada. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 44, pages 643-664.2007Source
CORFU, F. – ANDREW, A.J.CORFU, F. – ANDREW, A.J. 1986. A U-Pb age for mineralized Nipissing diabase, Gowganda. Ontario. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 23, pages 107-189.1986Source
DAVIS, D.W. – LAFRANCE, I. – GOUTIER, J. – TALLA TAKAM, F. – BANDYAYERA, D. – GIGON, J.Datations U-Pb dans les provinces de Churchill et du Supérieur effectuées au JSGL en 2013-2014. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; RP 2017-01.2018RP 2017-01
FAHRIG, W.F. – WEST, T.D.Diabase dykes swarms of the Canadian Shield – Essaims de dykes diabasiques du Bouclier canadien. Commission géologique du Canada; carte 1627A.1986Source
GILL, J.E. – L’ESPÉRANCE, R.Diabase Dykes in the Canadian Shield. Transactions of the Royal Society of Canada; volume XLVI, series III, section four, pages 25-36.1952
GOUTIER, J. – DION, C. – OUELLET, M.-C. – MERCIER-LANGEVIN, P. – DAVIS, D.WGéologie de la colline Masson, de la passe Awapakamich, de la baie Carbillet et de la passe Pikwahipanan (33F/09, 33F/10, 33F/15 et 33F/16). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2000-10, 69 pages, 4 plans.2001RG 2000-10
HAMILTON, M.A. – BUCHAN, K.L.A 2169 Ma U–Pb baddeleyite age for the Otish Gabbro, Quebec: implications for correlation of Proterozoic magmatic events and sedimentary sequences in the eastern Superior Province. Canadian Journal of Earth Sciences, volume 53, pages 119-128.2016Source
KROGH, T.E. – CORFU, F. – DAVIS, D.W. –  DUNNING, G.R. –  HEAMAN, L.M. –  KAMO, S.L. –  MACHADO, N. –  GREENOUGH, J.D. –  NAKAMURA, E.Precise U-Pb isotopic ages of diabase dykes and mafic to ultramafic rocks using trace amounts of baddeleyite and zircon. In: Mafic dyke swarms (Halls H.C. and Fahrig W.F., eds). Geological Association of Canada; Special Paper 34, pages 147- 152.1987
L’ESPÉRANCE, R.L.A study of the diabase dykes of the Canadian Shield. McGill University; master thesis, 48 pages, 1 carte.1948
MAURICE, C. – DAVID, J. – O’NEIL, J. – FRANCIS, D.Age and tectonic implications of Paleoproterozoic mafic dyke swarms for the origin of 2.2 Ga enriched lithosphere beneath the Ungava Peninsula, Canada. Precambrian Research; volume 174, pages 163-180.2009Source
MOORE, E.S.Keweenawan Olivine Diabase of the Canadian Shield. Transactions of the Royal Society of Canada; section IV, pages 39-45.1929
MURRAY, A – BELL, R. – BARLOW, A.E.Province of Ontario, Nipissing, Algoma and Parry Sound districts, French River sheet. Geological Survey of Canada; map 570, doi:10.4095/107355.1897Source
NOBLE, S.R. – LIGHTFOOT, P.C.U-Pb baddeleyite ages of the Kerns and Triangle Mountain intrusions, Nipissing Diabase, Ontario. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 29, pages 1424-1429.1992Source

 

 

 

18 août 2017