English
 
Suite de Cape Smith
Étiquette stratigraphique : [ppro]csi
Symbole cartographique : pPcsi

Première publication :  
Dernière modification :

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
pPcsi4 Granodiorite, granite, tonalite
pPcsi3 Diorite, monzonite
pPcsi2 Gabbro
pPcsi1 Péridotite, pyroxénite
 
Auteur :Dunphy et Ludden, 1998
Âge :Paléoprotérozoïque
Coupe type :Aucune
Région type :Domaine Nord de l’Orogène de l’Ungava : Baie Kovik (feuillet SNRC 35F), lacs Nuvilik (feuillet 35G) et cratère du Nouveau-Québec (feuillet 35H)
Province géologique :Province de Churchill
Subdivision géologique :Orogène de l’Ungava / Fosse de l’Ungava / Domaine Nord
Lithologie :Roches plutoniques
Type :Lithodémique
Rang :Suite
Statut :Formel
Usage :Actif

 

 

Historique

Taylor (1982) est le premier à reconnaître l’existence d’un assemblage intrusif tardif dans la portion nord de l’Orogène de l’Ungava. Les travaux de Lamothe et al. (1984, 2007), de Tremblay (1989, 1991), de Barrette (1990a, 1990b), de St-Onge et Lucas (1993) et de Dunphy (1994) montrent que l’extension latérale de la suite couvre toutes les unités du Domaine Nord, soit les groupes de Watts, de Parent et de Spartan. Mathieu et Beaudette (2019) introduisent par la suite plusieurs plutons pour individualiser les intrusions à l’échelle locale dans le Domaine Nord.

Description

La Suite de Cap Smith correspond à un cortège de plutons de composition péridotitique à granitique principalement situés dans le Domaine Nord. Ils sont massifs et homogènes par endroits, mais plus généralement foliés ou fortement déformés. Les plus gros corps intrusifs présentent communément une zonation compositionnelle ou un litage magmatique. La nature intrusive du contact avec la roche encaissan­te est généralement clairement définie. Les assemblages de hornblende-biotite ± clinopyroxène sont largement remplacés par l’épidote, la trémolite-actinote et la chlorite, alors que le plagioclase est presque entièrement séricitisé. Cet assemblage suggère un métamorphisme variant du faciès des schistes verts jusqu’au faciès inférieur des amphibolites, semblable à celui des roches encaissantes.

Suite de Cape Smith 1 (pPcsi1) : Péridotite, pyroxénite

Les intrusions de cette unité se trouvent dans les feuillets 35G13, 35G14, 35G11 et 35G10, soit dans la partie centrale du Domaine Nord. Elles sont de taille métrique à kilométrique (Taylor, 1982; Lamothe et al., 1984; Tremblay, 1991; Dunphy, 1994). Un puton de pyroxénite grise jusque-là rattaché au Groupe de Watts (St-Onge et Lucas, 1989) a été individualisé par Mathieu et Beaudette (2019) et identifié comme le Pluton d’Illuinaqtuut.

Suite de Cape Smith 2 (pPcsi2) : Gabbro

Les intrusions gabbroïques de cette unité sont situées au centre du Domaine Nord, dans les feuillets 35G11 et 35G12, ainsi qu’à la limite sud du Domaine Nord, dans les feuillets 35F06, 35F07, 35G08 et 35G05. Dans la partie méridionale, les intrusions sont allongées parallèlement à la foliation régionale (Taylor, 1982; Lamothe et al., 1984; Moorhead, 1994; Tremblay, 1991; Dunphy, 1994).

Suite de Cape Smith 3 (pPcsi3) : Diorite, diorite quartzifère, monzonite, monzonite quartzifère, tonalite

Plusieurs intrusions d’échelle kilométrique sont encaissées dans les roches des groupes de Watts, de Spartan et de Parent. Celles-ci ont une composition qui peut varier entre dioritique, monzodioritique, monzonitique et tonalitique. La plupart présente des structures massives à faiblement foliées (Taylor, 1982; Lamothe et al., 1984; Tremblay, 1989 et 1991; Barette, 1990a, 1990b; Dunphy, 1994, St-Onge et Lucas, 1993)Mathieu et Beaudette (2019) rapportent l’existence d’une intrusion zonée et litée (tonalite-diorite et diorite-gabbro) immédiatement à l’ouest du lac Watts (feuillet 35G16), baptisée Pluton de Kinguppak.

Suite de Cape Smith 4 (pPcsi4) : Granodiorite, granite, tonalite à amphibole-biotite, alaskite

Une quinzaine de plutons d’échelle kilométrique de tonalite à hornblende ± biotite faisant partie de cette subdivision coupe le Groupe de Watts (St-Onge et Lucas, 1993). De plus, un large pluton de granodiorite injecté dans le Groupe de Parent a été identifié. Celui-ci coupe une intrusion dioritique et contient des enclaves de diorite près du contact. Cette intrusion est déformée et composée de quartz, de plagioclase maclé, de microcline et de perthite, ainsi que de minéraux mafiques et de muscovite. Au centre sud du feuillet 35G15 (à ~8 km à l’ouest du lac Serpentine), le Groupe de Watts est aussi coupé par un pluton décrit comme une alaskite massive et non foliée (Dunphy, 1994). Mathieu et Beaudette (2019) introduisent les plutons de Qimmiq et de Purtuniq pour individualiser deux intrusions tonalitiques leucocrates coupant le Groupe de Watts, dans les feuillets 35G16 et 35H13.

Épaisseur et distribution

La dimension de ces intrusions varie de quelques mètres à >10 km de largeur.

Datation

Cette suite a été datée (U-Pb) à plusieurs endroits sur l’ensemble de son exten­sion par Parrish (1989) et Machado et al. (1993). Les âges se répartissent entre 1898 +12/-9 Ma et 1836 ±3 Ma. La similarité des âges et des compositions, jumelée à la proximité de la suite avec les unités intrusives du Complexe de l’Arc de Narsajuaq, suggère une relation comagmatique entre les deux unités plutoniques (St-Onge et al., 1992; Dunphy, 1994; Dunphy et al., 1995).
ÉchantillonSystème isotopiqueMinéralÂge (Ma)(+)(-)Référence(s)
SAB-Z3-84 U-PbZircon1898129Parrish, 1989
SAB-Z4-84 U-PbTitanite183633Parrish, 1989

 

Relations stratigraphiques

La Suite de Cape Smith a été injectée dans toutes les unités alloch­tones du Domaine Nord et les unités du Groupe de Parent, dans les feuillets 35F06, 35F07 et 35F10 (Lamothe, 2007). La suite possède un éventail de compositions géochimiques très semblable à celui des diverses suites intrusives de l’Arc de Narsajuaq. Également, l’intervalle de mise en place de ces deux assemblages est très similaire (Dunphy et Ludden, 1998). Toutefois, la signature isotopique de la Suite de Cape Smith est plus juvénile que celle de l’Arc de Narsajuaq, ce qui indique une contamination crustale de faible intensité. Le modèle tectonique proposé par Dunphy et Ludden (1998) fait appel à la fusion partielle d’une croûte océanique dans une zone de subduction océan-océan. Il y aurait eu mise en place des magmas de la Suite de Cape Smith au sein d’un assemblage formé d’une croûte océanique (Groupe de Watts), lequel était surmonté d’unités volcaniques calco-alcalines (Groupe de Parent) et sédimentaires (Groupe de Spartan). Postérieurement à la mise en place des intrusions de la suite, cet assemblage d’arc insulaire et son plancher océanique ont été démembrés lors de l’orogénie pour être accrétés au Domaine Sud (Lucas et Onge, 1992; St-Onge et Lucas, 1992).

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Publications accessibles dans SIGÉOM Examine

Barrette, P D. 1990. Géologie de la région du lac Bolduc (Fosse de l’Ungava). MRN. ET 89-03, 48 pages et 3 plans.

Dunphy, J. 1994. Évolution des roches plutoniques du Domaine Nord de la Fosse de l’Ungava. MRN. MB 94-58, 54 pages.

Lamothe, D., Picard, C., Moorhead, J. 1984. Région du lac Beauparlant, bande de Cap Smith-Maricourt. MRN. DP-84-39, 2 plans.

Lamothe, D. 2007. Lexique stratigraphique de l’Orogène de l’Ungava. MRNF. DV 2007-03, 66 Pages et 1 Plan. 

MATHIEU, G., BEAUDETTE, M. 2019. Géologie de la région du lac Watts, Domaine Nord, Fosse de l’Ungava, Nunavik, Québec, Canada. MERN. BG 2019-04.

Tremblay, G. 1989. Géologie de la Région du Lac Vanasse (Fosse de l’Ungava). MRN. ET 87-08, 29 pages et 2 plans.

Tremblay, G. 1991. Géologie de la région Du Lac Lessard (Fosse de l’Ungava). MRN. ET 88-09, 32 pages et 2 plans.

 

Autres publications

Dunphy, J.M., Ludden, J.N. 1998. Petrological and geochemical characteristics of a Paleoproterozoic magmatic arc (Narsajuaq terrane, Ungava Orogen, Canada) and comparisons to Superior Province granitoids. Precambrian Research, 91: 109–142. doi.org/10.1016/S0301-9268(98)00041-2

Parrish, R.R. 1989. U-Pb geochronology of the Cape Smith Belt and Sugluk Block, northern Québec. Geoscience Canada; volume 16, pages 126-130. Source

St-Onge, M.R., Lucas, S.B. 1989. Géologie, Lac Watts, Québec. Commission géologique du Canada; Carte série « A ». 1721A. doi.org/10.4095/127673.

St-Onge, M.R., Lucas, S.B., 1993. Geology of the eastern Cape Smith belt: parts of the Kangiqsujuaq, cratère du Nouveau-Québec, and lacs Nuvilik map areas, Quebec. doi.org/10.4095/183988.

Taylor, F.C. 1982. Reconnaissance geology of a part of the Canadian Shield, northern Quebec and Northwest Territories. Geological Survey of Canada, Memoir 399, 32 pages (7 sheets). doi.org/10.4095/109241.

 

14 juin 2019