English
 
Pluton d’Illuinaqtuut
Étiquette stratigraphique : [ppro]iqt
Symbole cartographique : pPiqt

Première publication :  
Dernière modification :

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
pPiqt3 Péridotite massive
pPiqt2 Gabbro à grain très grossier à pegmatitique
pPiqt1 Pyroxénite grise, homogène et massive
pPiqt1a Pyroxénite altérée
 
Auteur :
Mathieu et Beaudette, 2019
Âge :
Paléoprotérozoïque
Stratotype :
Aucun
Région type :
À l’ouest du lac Watts (feuillet SNRC 35G16)
Province géologique :
Province de Churchill
Subdivision géologique :
Orogène de l’Ungava / Fosse de l’Ungava / Domaine Nord
Lithologie :Intrusion ultramafique
Type :
Lithodémique
Rang :
Lithodème
Statut :Formel
Usage :Actif

 

 

Historique

Le Pluton d’Illuinaqtuut a été introduit par Mathieu et Beaudette (2019) pour nommer une intrusion ultramafique, dominée par une pyroxénite grise et homogène de dimension plurikilométrique, auparavant affectée au Groupe de Watts par St-Onge et Lucas (1989). Le caractère postcinématique du pluton a été considéré par Mathieu et Beaudette (2019) pour le rattacher à la Suite de Cape Smith, qui a été introduite par Taylor (1982) pour décrire une intrusion tardive. Les auteurs subséquents (Lamothe, 2007) ont repris la suite pour regrouper un cortège d’intrusions tardives de nature variée (granitique à péridotitique) qui affleurent à l’échelle de l’Orogène de l’Ungava, majoritairement dans le Domaine Nord. Par ailleurs, les intrusions ultramafiques du Groupe de Watts cartographiées dans la région à l’étude sont toutes déformées, contrairement au Pluton d’Illuinaqtuut.

Description

Le Pluton d’Illuinaqtuut est une intrusion à dominance ultramafique dont le faciès principal est une pyroxénite grise, massive et homogène (unité pPiqt1). Il comprend également une péridotite de type lherzolite (unité pPiqt3), ainsi qu’un faciès différencié constitué de gabbro très grossier à pegmatitique (unité pPiqt2). Contrairement aux unités dans lesquelles il est encaissé, le pluton n’est pas déformé. De plus, il est associé à une forte anomalie magnétique positive.

Pluton d’Illuinaqtuut 1 (pPiqt1) : Pyroxénite grise, homogène et massive

Il s’agit du faciès principal de l’intrusion. Il est constitué de pyroxénite très homogène, massive, à cristaux jointifs moyens à grossiers de pyroxène. La patine d’altération est gris foncé et la cassure fraîche exhibe un gris moyen à foncé. Très localement, les pyroxènes ne sont plus jointifs. Cette unité est caractérisée par une susceptibilité magnétique élevée. St-Onge et Lucas (1992) ont décrit cette unité comme suit : « Les pyroxénites sont massives et composées essentiellement de pyroxènes primaires et grossiers. De la hornblende est observée dans les plus petits corps lithologiques. D’après les relations de recoupement, il semble que les pyroxénites soient intrusives à l’intérieur des unités de gabbro lité se trouvant au pourtour ». Des dykes ponctuels de dunite sont enfin rapportés (Mathieu et Beaudette, 2019).

Pluton d’Illuinaqtuut 1a (pPiqt1a) : Pyroxénite altérée

Cette subdivision mineure affleure dans la partie ouest et dans l’extension est du pluton. Dans l’ouest, elle est formée d’une pyroxénite altérée à patine brunâtre très friable. Dans l’est, les pyroxènes flottent dans une matrice à talc-carbonate.

 

Pluton d’Illuinaqtuut 2 (pPiqt2) : Gabbro à grain très grossier à pegmatitique

Cette unité affleure aux bordures sud et nord-est du pluton. Elle est constituée de mésogabbro hétérogranulaire (grossier à pegmatitique) et massif. La patine d’altération est blanche et verte. Les clinopyroxènes sont pœcilitiques et incluent des grains de quartz et de magnétite.
 

Pluton d’Illuinaqtuut 3 (pPiqt3) : Péridotite massive

La péridotite arbore une patine gris brunâtre et une cassure fraîche gris très foncé. Tout comme la pyroxénite, elle est caractérisée par une susceptibilité magnétique élevée. Il s’agit d’un faciès mineur affleurant en bordure nord de l’intrusion.

 

Épaisseur et distribution

Le Pluton d’Illuinaqtuut affleure à l’ouest du lac Watts, à la limite occidentale du feuillet 36G16. Sa grande masse en forme de crochet s’étend sur plus de 15 km de longueur et sur une largeur variant de 600 m à 5 km. Le pluton se reconnait aisément sur les cartes aéromagnétiques par sa très forte susceptibilité magnétique, comparativement aux gabbros et aux basaltes du Groupe de Watts encaissants (carte interactive). Plus spécifiquement, le pluton renferme des crêtes de haute susceptibilité, de forme irrégulière et allongée, généralement subparallèles aux contacts avec les unités environnantes. Le pluton est également grossièrement délimité par une zone de faibles valeurs en thorium et potassium sur les levés radiométriques (carte interactive).

Datation

Le Pluton d’Illuinaqtuut n’a pas été daté, mais plusieurs intrusions de la Suite de Cape Smith ont donné des âges s’échelonnant de 1898 +12/-9 Ma à 1836 ±3 Ma (Parrish, 1989; Machado et al., 1993).

Relation(s) stratigraphique(s)

Le Pluton d’Illuinaqtuut est intrusif dans le gabbro du Groupe de Watts. En effet, on note sur l’affleurement 18-GM-5048 que le pluton coupe l’anorthosite fortement déformée de l’unité pPwa3i, qui se retrouve également en enclaves anguleuses déformées sur le même affleurement.

 

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Publications accessibles dans Sigéom Examine

Lamothe, D. 2007. Lexique stratigraphique de l’Orogène de l’Ungava. Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, Québec; DV 2007-03, 66 pages et 1 plan. 

MATHIEU, G., BEAUDETTE, M. 2019. Géologie de la région du lac Watts, Domaine Nord, Fosse de l’Ungava, Nunavik, Québec, Canada. MERN. BG 2019-04.

Autres publications

Machado, N., David, J., Scott, D.J., Lamothe, D., Philippe, S., Gariépy, C. 1993. U-Pb geochronology of the western Cape Smith Belt, Canada: new insights on the age of initial rifting and arc magmatism. In Precambrian Research, 63: 211–223. doi.org/10.1016/0301-9268(93)90034-Y.

Parrish, R.R. 1989. U-Pb geochronology of the Cape Smith Belt and Sugluk block, northern Quebec. Geoscience Canada, 16: 126–130. doi:10.1016/j.electacta.2016.11.028.

St-Onge, M.R., Lucas, S.B. 1989a. Géologie, Lac Watts, Québec. Commission géologique du Canada; Carte série « A ». 1721A. doi.org/10.4095/127673.

St-Onge, M.R., Lucas, S.B. 1992. New insight on the crustal structure and tectonic history of the Ungava Orogen, Kovik Bay and Cap Wolstenholme, Quebec. Geological Survey of Canada; Paper 92-1C, p. 31-41. doi.org/10.1139/e92-064.

Taylor, F.C. 1982. Reconnaissance geology of a part of the Canadian Shield, northern Quebec and Northwest Territories. Geological Survey of Canada, Memoir 399, 32 pages (7 sheets). doi.org/10.4095/109241.

 

 

 

14 juin 2019