English
 
Groupe de Koroc River
Étiquette stratigraphique : [ppro]ko
Symbole cartographique : pPko

Première publication:  
Dernière modification:

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
pPko4 Formation de fer sulfurée
pPko3 Marbre et roches calcosilicatées
pPko2 Paragneiss et leucogneiss
pPko1 Amphibolite à hypersthène
pPko1a Amphibolite sans hypersthène
 
Auteur :Girard, 1990
Âge :Précambrien / Protérozoïque / Paléoprotérozoïque
Coupe type : 
Région type :Région du lac Courdon (feuillet SNRC 14E)
Province géologique :Province de Churchill
Subdivision géologique :Orogène des Torngat
Lithologie :Roches volcano-sédimentaires
Type d’unité :Lithodémique
Rang :Suite
Statut :Formel
Usage :Actif

 

Historique

Le terme Groupe de Koroc River a d’abord été utilisé par Hoffman (1988) afin de regrouper les séquences de roches supracrustales présentement assignées au Groupe de Lake Harbour (pPhb), dans la région de la rivière Koroc (feuillet SNRC 24I). Girard (1990) a aussi utilisé le terme Groupe de Koroc River pour désigner les roches d’origine supracrustale de la région du lac Courdon (feuillet 14E) en pensant qu’elles se trouvaient dans le prolongement des séquences volcano-sédimentaires de la région de la rivière Koroc. La cartographie de l’ensemble du sud-est de la Province de Churchill (SEPC) et le levé aéromagnétique démontrent que ce n’est toutefois pas le cas et qu’elles ne peuvent être assignées à la même unité stratigraphique. Considérant que les roches supracrustales situées à la limite est de la Zone noyau se trouvent dans le Groupe de Lake Harbour, même si la corrélation avec la localité type de ce groupe sur la Terre de Baffin (Jackson et Taylor, 1972) est incertaine, le Groupe de Koroc River, tel qu’utilisé par Girard (1990), est maintenu pour les séquences volcano-sédimentaires localisées entre la Zone de cisaillement du lac Pilliamet (ZCLP), à l’ouest, et la Zone de cisaillement d’Abloviak (ZCA), à l’est.

Le Groupe de Koroc River a été aussi été décrit dans la région du lac Henrietta (Lafrance et al., 2015) et a été poursuivi vers le nord dans la région de la rivière Koroc et de Hébron (Verpaelst et al., 2000) ainsi que dans la région de Pointe le Droit (Mathieu et al., 2018). Le degré de métamorphisme dans ces roches, notamment la perte des structures primaires, fait en sorte que l’utilisation du terme groupe est inapproprié. Étant donné qu’il s’agit d’un nom bien établi dans la littérature, le terme Groupe de Koroc River a été maintenu, toutefois, l’unité se situe au rang de suite.

Description

Girard (1990) a défini le Groupe de Koroc River comme une succession irrégulière de paragneiss alumineux et d’amphibolites avec des quantités mineures de formation de fer, de marbre, de roches calcosilicatées, de quartzite et de roches quartzofeldspathiques similaires à celles de la Suite de Courdon. Le Groupe de Koroc River comprend quatre unités : 1) une unité d’amphibolite (pPko1); 2)  une unité de paragneiss et de leucogneiss (pPko2); 3)  une unité de marbre et de roches calcosilicatées (pPko3); et 4)  une unité de formation de fer (pPko4). La description de ces différentes unités est majoritairement tirée de Girard (1990) puisque peu d’affleurements ont été visités lors des campagnes de cartographie du Ministère réalisées en 2013 et en 2017 (Lafrance et al., 2015, Mathieu et al., 2018).

Groupe de Koroc River 1 (pPko1) : Amphibolite à hypersthène

L’amphibolite est l’unité dominante du Groupe de Koroc River, représentant plus de 60 % des affleurements. Elle se présente sous forme de niveaux ou de séquences métriques à kilométriques intercalés dans les autres unités du Complexe de Lomier. La roche est de composition intermédiaire, de couleur grise, finement grenue, équigranulaire, granoblastique et faiblement foliée. Elle est majoritairement constituée de hornblende verte en association avec le clinopyroxène (augite) qu’elle remplace. Dans la majorité des cas, l’amphibolite renferme aussi de l’hypersthène, à l’exception d’une séquence située dans le secteur ouest du feuillet 14E12 qui a été assignée à la sous-unité pPko1a. Cette séquence rétromorphosée se trouve à proximité de la ZCLP, dans une zone de gneiss granitique aussi dépourvu d’orthopyroxène (pPlom2). L’amphibolite est caractérisée par la présence de lentilles centimétriques de plagioclase (leucosome) à porphyroblastes d’hypersthène, d’augite et/ou de hornblende. Du grenat rouge, d’habitus arrondi, est observé localement en association ou en inclusion dans les agrégats de pyroxène. Son abondance atteint localement près de 2 %. Le cortège des minéraux accessoires se compose de biotite brun rougeâtre, de zircon, d’apatite et d’épidote globuleuse dans le plagioclase.

Groupe de Koroc River 2 (pPko2) : Paragneiss et leucogneiss

L’unité pPko2 forme des horizons, de largeur variable, suivis sur plusieurs kilomètres de longueur dans le Complexe de Lomier. Leur patine rouille et les chapelets de gossans facilement repérables sur le terrain font en sorte qu’ils servent de marqueurs lithologiques pour définir le grain structural de la région. Girard (1990) décrit plusieurs lithofaciès qui s’enchevêtrent dans cette unité et ne sont pas discriminés sur la carte : paragneiss alumineux, ferro-alumineux, quartzite et leucogneiss.

Le paragneiss alumineux montre une paragenèse à dominance quartzofeldspathique avec du grenat poeciloblastique mauve, de la sillimanite fibreuse, de la biotite brune et de la pyrrhotite. Le quartz est en proportion importante (40 à 80 %) et forme des tiges à extinction ondulante dans une matrice de microcline et de plagioclase à bordures de grains engrenées. De l’orthopyroxène est observé localement.

Le paragneiss ferro-alumineux possède moins de 50 % de quartz et de feldspath, et est dominé par la cordiérite accompagnée de grenat, de sillimanite prismatique ou poeciloblastique, de biotite brune et de pyrrhotite. Le zircon, l’apatite (rare), l’ouvarovite, la picotite et l’hercynite (surtout au coeur du grenat et de la sillimanite), ainsi que de rares grains d’hypersthène et d’augite, forment le cortège des minéraux accessoires. La scapolite, le sphène et l’épidote à coeur d’allanite sont les minéraux secondaires. Le grenat est granuleux à globuleux, riche en inclusions (biotite, pyrrhotite, sillimanite, quartz et feldspath), de forme arrondie, aplatie ou étirée dans le grain tectonique. Il forme des agrégats polyminéraux avec la sillimanite, la biotite et les minéraux accessoires. Le quartz est en proportion variable (parfois très faible) et forme des plages et des rubans ainsi que des gouttellettes et de rares myrmékites dans les feldspaths. Le feldspath alcalin peut être soit absent, soit abondant dans la roche. L’ensemble des minéraux montre une microstructure granoblastique. Toutefois, une déformation tardive rend communément les bordures des grains interpénétrantes ou granulées, les extinctions polydomaniales ou ondulantes et les réseaux de macles déformées. Les niveaux de quartzite contiennent généralement de fines disséminations de sulfures et de graphite.

Le leucogneiss est pauvre en minéraux mafiques, qui consistent en biotite (<2 %), grenat et minéraux opaques. Ce leucogneiss se trouve principalement dans le secteur est du Complexe de Lomier. Il est granoblastique à saccharoïdale. Le paragneiss renferme entre 20 et 60 % de niveaux subconcordants blanchâtres (leucogranitoïde), décimétriques à métriques et de composition trondhjémitique, qui pourraient être issus de la fusion partielle des paragneiss d’après Girard (1990). Ces niveaux sont localement pegmatitiques mais le plus souvent à grain moyen. Ils renferment environ 30 % de quartz, 55 % de plagioclase et moins de 5 % de biotite. Des antiperthites se développent dans le plagioclase pour un total de 5 % sauf à l’intérieur des grains ayant subis une recristallisation dynamique. La déformation est généralement peu intense et l’aspect intrusif est préservé.

 

Groupe de Koroc River 3 (pPko3) : Marbre et roches calcosilicatées

L’unité pPko3 se présente sous forme de minces niveaux métriques relevés sur plusieurs kilomètres suivant le grain tectonique. Les roches sont étirées dans les corridors de déformation, en association avec des gneiss du Complexe de Lomier. Elles sont plus abondantes et moins déformées dans le feuillet SNRC 14E13. Le marbre, qui présente une érosion différentielle marquée, affleure généralement dans le creux des vallées et sur le flanc des falaises. La foliation, très contournée, est définie par l’alternance de niveaux carbonatés et calcosilicatés. Le marbre est granoblastique et se compose de calcite, de scapolite, de vésuvianite et de diopside avec, en moindres proportions, du quartz, des feldspaths, de la biotite et du sphène. Les textures bréchiques sont communes et se caractérisent par des agrégats arrondis calcosilicatés flottant dans une matrice de carbonates à grain fin. Des faciès calcosilicatées à diopside et plagioclase accompagnent ces brèches.

 

Groupe de Koroc River 4 (pPko4) : Formation de fer sulfurée

L’unité pPko4 représente une seule zone (SNRC 14E12) formée de petites lentilles métriques de formation de fer au faciès des sulfures intercalées dans les amphibolites et les paragneiss du Groupe de Koroc River. La formation de fer a une texture bréchique à nébulitique dans laquelle des fragments silicatés arrondis, millimétriques à centimétriques, flottent dans une matrice de pyrrhotite massive et granoblastique (<40 %). Les fragments se composent principalement de plagioclase granoblastique mais aussi de roches quartzofeldspathiques adjacentes. De la biotite croît à l’interface entre les fragments et les sulfures. L’altération superficielle de la pyrrhotite en « bird’s eyes » composés de marcasite et de pyrite est prononcée. La chalcopyrite, en traces, montre des relations mutuelles en bordure des grains de pyrrhotite ou est remobilisée dans de fines fractures à l’intérieur des phases silicatées. La pentlandite forme de rares exsolutions dans la pyrrhotite alors que des grains isolés de sphalérite se trouvent dispersés dans les silicates.

Épaisseur et distribution

Le Groupe de Koroc River forme des horizons continus sur des kilomètres, de largeur variable mais généralement hectométrique, dans le Complexe de Lomier. Ce dernier dessine une bande N-S de 10 à 15 km de largeur suivie sur plus de 200 km de longueur et qui longe la frontière entre le Québec et le Labrador. Il est limité par la Zone de cisaillement du lac Pilliamet (ZCLP), à l’ouest et la Zone de cisaillement d’Abloviak (ZCA), à l’est.

Datation

Aucune.

 

Relations stratigraphiques

Le contact transitionnel et diffus entre la Suite intrusive de Courdon et les gneiss du Complexe de Lomier ont mené Girard (1990) à considérer que les gneiss représentent des zones plus déformées des unités de la Suite intrusive de Courdon et du Groupe de Koroc River. Les unités du Groupe de Koroc River forment aussi des niveaux démembrés à l’intérieur des gneiss du Complexe de Lomier.

Bien que les séquences d’amphibolite (pPko1) soient couramment associées avec les paragneiss de l’unité pPko2, suggérant une origine supracrustale, Girard (1990) mentionne qu’elles pourraient aussi avoir un lien avec les roches mafiques de la Suite intrusive de Courdon (pPcou2) avec lesquelles elles montrent localement des contacts graduels.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

 

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
GIRARD, R.Géologie de la région du lac Courdon, territoire du Nouveau-Québec. Ministère des Ressources naturelles, Québec; MB 90-24, 60 pages.1990MB 90-24
HOFFMAN, P.United Plates of America, the birth of a Craton: Early Proterozoic assembly and growth of ProtoLaurentia. Annual Reviews of Earth and Planetary Sciences; volume 16, pages 543-603.1988
JACKSON, G.D. –  TAYLOR, F.C.Correlation of major Aphebian rock units in the northeastern Canadian Shield. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 9, pages 1659-2669.1972
LAFRANCE, I. – BANDYAYERA, D., BILODEAU, C.Géologie de la région du lac Henrietta (SNRC 24H). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2015-01, 62 pages.2015RG 2015-01
MATHIEU, G. – LAFRANCE, I. – VANIER, M.A.Géologie de la région de pointe Le Droit, sud-est de la Province de Churchill, Nunavik, Québec, Canada. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.2018Bulletin géologiQUE
VERPAELST, P. – BRISEBOIS, D. – PERREAULT, S. – SHARMA, K.N.M. – DAVID, J.Géologie de la région de la rivière Koroc et d’une partie de la région de Hébron (24I et 14L). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 99-08, 62 pages, 10 plans.2000RG 99-08

 

 

18 avril 2018