Domaine lithotectonique de Mistinibi-Raude
Première publication : 29 janvier 2019
Dernière modification :

 

Historique

Van der Leeden et al. (1990) proposaient différentes subdivisions tectoniques pour le sud-est de la Province de Churchill (SEPC), dont le Domaine de Mistinibi-Raude, compris entre les zones de cisaillement de la Rivière George (ZCrge) et de Moonbase (ZCmob). D’autres auteurs ont aussi utilisé les termes « Central zone » (James et Mahoney, 1994), « Central Gneissic Zone » (Wardle et al., 1990b) et « Domaine gneissique de Mistinibi-Raude » pour référer à ce secteur. Le terme « Domaine de Mistinibi-Raude » a été repris par Wardle et al. (1990) et utilisé par l’ensemble de la communauté scientifique depuis. Récemment, Corrigan et al. (2018) utilisaient toujours le terme « Mistinibi-Raude Block » pour définir ce secteur.

Les levés et études géologiques réalisés par le Ministère et ses partenaires entre 2009 et 2017 ont permis de préciser les limites du Domaine lithotectonique de Mistinibi-Raude à l’échelle régionale. Celles-ci ont été légèrement redéfinies dans le cadre de la synthèse du sud-est de la Province de Churchill (Lafrance et al., 2018).

Description

Le Domaine lithotectonique de Mistinibi-Raude est situé dans la partie sud-est du SEPC. Il forme un losange d’environ 290 km de longueur sur 30 à 70 km de largeur, pour une superficie totale d’environ 14 115 km2. Il est orienté globalement nord-sud et borné à l’est et au sud par la frontière avec le Labrador. Le Domaine de Mistinibi-Raude est limité à l’ouest par l’extrémité de la zone d’influence de la ZCrge. Il se trouve donc en contact de faille avec le Domaine lithotectonique de George. Du côté nord-est, il est bordé par la ZCmob, qui délimite le contact avec le Domaine lithotectonique de Falcoz.

Géologie

Le Domaine lithotectonique de Mistinibi-Raude est dominé par une séquence de paragneiss migmatitisé et de diatexite d’âge paléoprotérozoïque (Complexe de Mistinibi). Il comprend aussi un socle gneissique (complexes d’Elson, de Jannière et d’Advance) et des intrusions, généralement felsiques, d’âge néoarchéen (Granite de La Pinaudière et Intrusion de Brass). Ces unités archéennes (2678 à 2571 Ma) montrent des évidences de fusion partielle; toutefois, la migmatitisation y est moins prononcée que dans les autres domaines lithotectoniques du SEPC, de sorte qu’aucune unité de migmatite dérivée de la fusion de ces roches n’y a été déterminée.

Deux séquences volcano-sédimentaires sont aussi présentes dans le domaine : le Complexe de Zeni, dont l’âge se situe à la limite entre l’Archéen et le Protérozoïque (~2480 Ma), et le Complexe de Ntshuku, clairement d’âge paléoprotérozoïque (~2373 Ma). Les roches du Complexe de Zeni se concentrent à l’intérieur du Zone de cisaillement de Zeni (ZCzen). Elles sont ainsi fortement mylonitisées, rendant difficile l’identification des protolites. Toutefois, selon Danis (1991) et Taner (1992), le Zeni comprend une bonne proportion de roches volcano-sédimentaires. Le Complexe de Ntshuku est beaucoup moins déformé et interprété comme représentant un ancien arc volcanique (Corrigan et al., 2018). Une séquence métasédimentaire paléoprotérozoïque (<1973 Ma) bien préservée et peu affectée par la déformation (Groupe de la Hutte Sauvage) forme aussi une unité lenticulaire d’envergure régionale dans la partie centre-ouest du domaine.

Le Domaine de Mistinibi-Raude est caractérisé par une proportion importante de roches intrusives, majoritairement de composition intermédiaire à mafique, tant d’âge paléoprotérozoïque (2344 à 2312 Ma) que mésoprotérozoïque (1482 à 1409 Ma). La Suite de Nekuashu et le Pluton du Lac Brisson se distinguent légèrement des autres intrusions par des âges respectivement plus anciens (2515 Ma) et plus jeunes (1240 Ma). Les unités archéennes à paléoprotérozoïques sont foliées à localement mylonitiques à proximité des zones d’influence des zones de cisaillement de la Rivière George, de Moonbase et de Zeni. Les unités mésoprotérozoïques sont massives et généralement homogènes.

Les roches du Domaine lithotectonique de Mistinibi-Raude ont été regroupées en différentes unités lithodémiques, principalement des suites et des complexes, en respectant les normes du Code stratigraphique nord-américain (Ministère de l’Énergie et des Ressources, 1986; American Commission on Stratigraphic Nomenclature, 2005; Easton, 2009) et en tenant compte de la nomenclature déjà établie. Ces unités ont été définies en fonction des données géologiques et géochronologiques disponibles. L’ordre stratigraphique est présenté sur la carte géologique de Charette et al. (2019) ainsi que dans le tableau ci-dessous, de l’unité la plus jeune à la plus vieille. 

MÉSOPROTÉROZOÏQUE
mPbriPluton du Lac BrissonGranite peralcalin à ægirine-riebeckite
mPsipDykes de Slippery Gabbro à olivine subophitique
mPharDykes de HarpGabbro à olivine ophitique
mPfayEssaim de FalcozGabbro et gabbronorite, à olivine, subophitiques
mPslaDykes de SlantingGabbro subophitique à grain fin à très fin
mPmsySyénite de MiserySyénite quartzifère à fayalite-hédenbergite
mPnakSuite de Napeu Kainut Monzonite quartzifère et granite
mPmitBatholite de MistastinSyénite quartzifère et granite
mPmicSuite de MichikamauAnorthosite, gabbro et gabbronorite
mPjuiSyénite de JuilletSyénite à feldspath alcalin à clinopyroxène
mPramGranite de RamusioGranite équigranulaire ou porphyroïde
PALÉOPROTÉROZOÏQUE
pPdmnSuite de DumansGranite leucocrate, monzogranite et granodiorite
pPhtGroupe de la Hutte SauvageMéta-arkose, méta-arénite conglomératique et schiste à muscovite-hématite
pPmisComplexe de MistinibiParagneiss migmatitisé, diatexite et granite d’anatexie
pPdeaSuite de DéatGranodiorite, monzogranite et monzodiorite quartzifère porphyroïdes
pPrsoSuite de RésolutionMangérite et gabbronorite à pyroxène-hornblende ± grenat
pPcabSuite du lac CabotMonzonite et granite porphyroclastiques et magnétiques
pPpedSuite de PellandIntrusions mafiques à felsiques granoblastiques
pPraeSuite de RaudeGabbronorite, diorite et monzonite quartzifère
pPpalSuite intrusive de PallatinIntrusions potassiques porphyroïdes; intrusions mafiques et ultramafiques
pPntsComplexe de NtshukuMétavolcanoclastites, métabasalte, schiste et gneiss œillés, porphyre
ARCHÉEN À PALÉOPROTÉROZOÏQUE
ApPzenComplexe de ZeniAmphibolite, mylonites felsiques à intermédiaires et paragneiss
nApPnekSuite de NekuashuIntrusions mafiques à intermédiaires
ApPterComplexe de TerriaultGranodiorite et tonalite hétérogènes; enderbite
nAlaiGranite de La PinaudièreGranite et monzonite quartzifère porphyroclastiques
nAbrsIntrusion de BrassEnderbite et gabbro à olivine
ApPadvComplexe d’AdvanceGneiss felsique à intermédiaire et intrusions associées
ApPjaiComplexe de JannièreTonalite et gneiss tonalitique et granitique
AeloComplexe d’ElsonGneiss tonalitique et granitique

Évolution géologique

Le Domaine lithotectonique de Mistinibi-Raude se démarque du reste du SEPC par la faible proportion d’unités archéennes qu’il comprend et par les âges de cristallisation (2,68 à 2,3 Ga) obtenus dans l’ensemble de ses unités qui sont relativement peu fréquents dans le reste du SEPC. Les âges les plus anciens (2678 à 2571 Ma; Nunn et al., 1990; James et al., 2003) ont été obtenus au Labrador, plus précisément au sud de la ZCzen. Différents auteurs font d’ailleurs référence à ce secteur comme étant un domaine lithotectonique distinct : le Domaine d’Orma (Nunn et Noel, 1982; Nunn et al., 1990; Wardle et al., 1990; James et al., 2003; Hammouche et al., 2011, 2012; Corrigan et al., 2018). Étant donné que ces deux secteurs sont caractérisés par l’absence d’âge de cristallisation antérieur à 2,67 Ga et, surtout, par l’absence d’une empreinte métamorphique associée à l’Orogène trans-hudsonien, Charette et al. (2019) ont préféré jumeler ce secteur au Domaine de Mistinibi-Raude dans le cadre de la synthèse du SEPC. Bien qu’il soit incertain que ces deux secteurs aient une origine commune, ils ont du moins été amalgamés préalablement à l’Orogène trans-hudsonien.

L’évolution géologique du Domaine de Mistinibi-Raude est principalement marquée par un magmatisme intermédiaire à mafique entre 2344 et 2312 Ma, ainsi que par une période d’érosion de ces roches. Cette dernière a produit une importante séquence de roches sédimentaires, aujourd’hui reconnue comme le Complexe de Mistinibi et dont l’âge maximal de déposition est d’environ 2220 Ma (Godet et al., 2018). Les évidences d’un métamorphisme aux conditions suprasolidus entre 2145 et 2070 Ma, ainsi que l’absence d’âges métamorphiques typiques de l’Orogenèse trans-hudsonnienne, indiquent une évolution tectonométamorphique distincte du reste du SEPC, tel que discuté par Charette et al. (2019). Subséquemment, l’érosion des migmatites du Complexe de Mistinibi et des roches environnantes a produit le bassin sédimentaire du Groupe de la Hutte Sauvage. L’absence de données géochronologiques provenant de zircon détritique qui coïncideraient avec la cristallisation de la Supersuite de De Pas (1861 à 1805 Ma) suggère que le bassin a été formé avant la mise en place de cette unité associée à un arc magmatique.

Le schéma stratigraphique présenté par Charette et al. (2019) montre les relations initiales entre les unités néoarchéennes à paléoprotérozoïques, les intrusions et les dykes mésoprotérozoïques.

Références

Publications accessibles dans Sigéom Examine

Charette, B., Lafrance, I., Godet, A. et Vanier, M.-A., 2019. Domaine de Mistinibi-Raude, sud-est de la Province de Churchill, Nunavik, Québec, Canada : synthèse de la géologie. MERN. BG 2019-07, 1 plan.

Danis, D., 1991. Géologie de la région du lac Raude (Territoire-du-Nouveau-Québec). MRN, ET 88-10.

Godet, A., Vanier, M.-A., Guilmette, C., Labrousse, L., Charette, B., Lafrance, I., 2017. Chemins PT et style d’exhumation du Complexe de Mistinibi, Province du Churchill Sud-Est, Canada. MERN, Université Laval. MB 2018-31.

Hammouche, H., Legouix, C., Goutier, J., Dion, C., 2012. Géologie de la région du lac Zeni. MRN, RG 2012-02.

Hammouche, H., Legouix, C., Goutier, J., Dion, C., Petrella, L., 2011. Géologie de la région du lac Bonaventure. MRNF, RG 2011-03.

Lafrance, I., Charette, B., Vanier, M.-A., 2018. Sud-est de la Province de Churchill, Nunavik, Québec, Canada : synthèse de la géologie. MERN. Bulletin GéologiQUE

Ministère de l’Énergie et des Ressources, 1986. Code stratigraphique nord-américain, Québec; DV 86-02, 74 pages, DV 86-02 

Taner, M.F., 1992. Reconnaissance géologique de la région du lac juillet (Territoire-du-Nouveau-Québec). MRN, MB 91-19.

Vanier, M.-A., Godet, A., Guilmette, C., Harris, L.B., Cleven, N R., Charette, B., Lafrance, I., 2018. Extrusion latérale en croûte moyenne dans le sud-est de la Province de Churchill démontrée par les interprétations géophysiques, l’analyse structurale et les pétrofabriques du quartz. INRS, MERN, Universite Laval, MB 2018-12.

Autres publications

American Commission on Stratigraphic Nomenclature, North American Stratigraphic Code, 2005. AAPG Bulletin, v. 89, p. 1547–1591, doi: 10.1306/07050504129.

Corrigan, D., Wodicka, N., McFarlane, C., Lafrance, I., van Rooyen, D., Bandyayera, D., Bilodeau, C., 2018. Lithotectonic Framework of the Core Zone, Southeastern Churchill Province, Canada: Geoscience Canada, v. 45, p. 1–24, doi: 10.12789/geocanj.2018.45.128.

Easton, R.M., 2009. A guide to the application of lithostratigraphic terminology in Precambrian terrains.: Stratigraphy, v. 6, p. 117–134.

James, D.T., Mahoney, K.L., 1994. Structural, Metamorphic and intrusive relations in the Hinterland of the Eastern Churchill Province, Western Labrador. Current Research, Newfoundland Department of Mines and Energy. Geological Survey Branch, Report 94-1, pages 371-385.

James, D.T., Connelly, J.N., Kamo, S., Kwok, K., 2003. The southeastern Churchill Province revisited: U-Pb geochronology, regional correlations, and the enigmatic Orma Domain. In: Current Research. Newfoundland Department of Mines and Energy, Mineral Development Division; report 03-1, p. 35–45.

Nunn, G.A.G., and Noel, N., 1982. Regional geology east of Michikamau Lake, Central Labrador. In: Current Research. Newfoundland Department of Mines and Energy, Mineral Development Division; report 82-1, p. 149–167.

Nunn, G.A.G., Heaman, L.M., Krogh, T.E., 1990. U-Pb geochronological evidence for Archean crust in the continuation of the Rae Province (eastern Churchill Province), Grenville Front Tectonic Zone, Labrador. Geoscience Canada, v. 17, p. 259–265.

Van der Leeden, J., Bélanger, M., Danis, D., Girard, R., Martelain, J., Lewry, J.F., Stauffer, M.R., 1990. Lithotectonic domains in the high-grade terrain east of the Labrador Trough (Quebec). In: The Early Proterozoic Trans-Hudson Orogen of North America, p. 371–386.

Wardle, R.J., Ryan, B., Ermanovics, I., 1990. The eastern Churchill Province, Torngat and New Quebec orogens: an overview: Geoscience Canada, v. 17, p. 217–222.

29 janvier 2019