English
 
Complexe de Narsajuaq
Étiquette stratigraphique : [ppro]naq
Symbole cartographique : pPnaq

Première publication:  
Dernière modification:

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
pPnaq6 Monzogranite
pPnaq5 Syénogranite
pPnaq4 Monzogranite ou syénogranite et monzodiorite à clinopyroxène
pPnaq3 Tonalite ou granodiorite et veines de monzogranite
pPnaq2 Diorite quartzifère
pPnaq1 Gneiss avec tonalite et diorite quartzifère, granodiorite et veines de monzogranite
 
Auteur :Lucas et St-Onge, 1991
Âge :Paléoprotérozoïque
Coupe type : 
Région type : 
Province géologique :Province de Churchill
Subdivision géologique :Orogène de l’Ungava / Arc de Narsajuaq
Lithologie :Roches plutoniques et métasédimentaires
Type d’unité :Lithodémique
Rang :Complexe
Statut:Formel
Usage :Actif

 

 

 

Unité(s) apparentée(s)

 

 

 

 

 

 

Historique

Le Complexe de Narsajuaq a été introduit par Charette et Beaudette (2018) afin de décrire les unités géologiques cartographiées lors des travaux antérieurs. Ces unités étaient précédemment incluses dans l’Arc de Narsajuaq qui a été défini, en tant qu’unité cartographique, lors de la synthèse de l’Orogène de l’Ungava (Lamothe, 2007). Toutefois, Charette et Beaudette (2018) ont abandonné cette définition de l’Arc de Narsajuaq, considérant qu’il s’agit plutôt d’un domaine lithotectonique. L’unité stratigraphique « Complexe de Narsajuaq » a donc été introduite afin de respecter le Code stratigraphique nord-américain.
 
De plus, dans la région du cap Wolstenholme, cartographiée à l’échelle 1/100 000 par le Ministère à l’été 2017, les lithologies du secteur ouest de l’arc ont plutôt été divisées en complexes et en suites, dont les principaux sont : le Complexe de Pingasualuit (pPpgs), la Suite de Suluraaq (pPslq), la Suite de Nallujaq (pPnal), le Complexe de Tasialuk Allipaaq (pPali) et la Suite de Sanningajualuk (pPsnn).

Description

L’Arc de Narsajuaq est composé d’un assemblage de roches plutoniques fortement métamorphisées et d’une faible quantité de roches sédimentaires qui se sont accrétés à la marge de la Province du Supérieur vers 1,80 Ga (Lucas et St-Onge, 1992). Situé dans la partie septentrionale de l’Orogène de l’Ungava, le Complexe de Narsajuaq se compose essentiellement de trois suites intru­sives qui comptent pour plus de 90 % de l’arc. Ces trois suites se composent : 1) d’une suite plutonique ancienne (1863 à 1844 Ma, St-Onge et al., 1992) composée de gneiss à tonalite, granodiorite et diorite quartzifère (pPnaq1); 2) d’une suite intrusive récente (1836 à 1821 Ma, St-Onge et al., 1992; Parrish, 1989) composée de diorite quartzifère (pPnaq2), de tonalite et granodiorite (pPnaq3) et de monzogranite ou syénogranite (pPnaq4); et 3) d’une suite anatectique tardive (1803 à 1800 Ma; Dunphy et al.,1995; Parrish, 1989) composée de syénogranite (pPnaq5) et de monzogra­nite (pPnaq6). À l’exception de la suite tardive dont les unités sont peu déformées, les roches intrusives du Narsajuaq sont généralement gneissiques ou foliées.
 
1) Suite plutonique ancienne :
La principale lithologie de la suite ancienne, et du Complexe de Narsajuaq dans son ensemble, est une séquence bien rubanée de tonalite et de diorite quartzifère dans laquelle se retrouvent des veines granitiques concordantes et discordantes  (St-Onge et al., 1992). Les unités de la suite ancienne ont une composition et une texture très homogène sur plus de 250 km de longueur. Une foliation tectonique pénétrative au faciès des granulites, parallèle au rubanement compositionnel à l’échelle de l’affleurement, caractérise la plupart des roches plutoniques du Complexe de Narsajuaq (Lucas et St-Onge, 1995).

Complexe de Narsajuaq 1 (pPnaq1) : Gneiss avec tonalite et diorite quartzifère, granodiorite et veines de monzogranite à biotite

La suite plutonique ancienne est constituée de l’unité de gneiss pPnaq1. Celle-ci se compose d’un assemblage rubané de tonalite et de diorite quartzifère recoupé par des veines felsiques dont la composition est majoritairement monzogranitique. Le gneiss est constitué de 70 à 80 % de tonalite à biotite ± hornblende. On note localement une dominance en diorite quartzifère à hornblende ±biotite . Les rubans sont d’épaisseur décamétrique à centimétrique. Les niveaux de diorite sont généralement boudinés et entourés de tonalite. Des niveaux, décimétriques à métriques, de granodiorite à biotite, d’amphibolite, de pyroxénite et de péridotite sont observés par endroits. Les roches mafiques-ultramafiques se trouvent parfois sous forme d’enclaves (St-Onge et al., 1992; Lucas et St-Onge, 1997).
 
2) Suite plutonique récente :
La suite plutonique récente recoupe la suite plutonique ancienne et les roches métasédimentaires du Groupe de Sugluk. Contrairement à la suite plutonique ancienne, ce sont des plutons, de taille kilométrique, isolés, généralement tabulaires et sous forme de feuillet. Cette suite récente contient de la diorite quartzifère, de la monzodiorite, de la tonalite et de la monzogranite avec des proportions de 50 % de monzogranite, de 35 % de plutons mafiques (diorite et monzodiorite) et 15 % de tonalite. Les plutons de la suite récente présentent des degrés de déformation variés passant de massif à très bien folié. De plus, les plutons sont composés d’enclaves variées de la suite ancienne, du Groupe de Sugluk, de lithologies de la croûte profonde et de roches comagmatiques (pyroxénite, diorite, tonalite). D’après la taille et le degré d’homogénéité des intrusions de la suite plutonique récente, celle-ci se serait mise en place dans des niveaux peu profonds de la croûte (Lucas et St-Onge, 1997).

Complexe de Narsajuaq 2 (pPnaq2) : Diorite quartzifère

Les intrusions de diorite se trouvent principalement dans la portion sud de l’Arc de Narsajuaq, près du contact tectonique avec la ceinture de Cape Smith. Le degré de déformation de celles-ci varie de massif à fortement déformé selon la proximité des failles de collision (Lucas et St-Onge, 1997). Les intrusions de diorite quartzifère contiennent des enclaves de pyroxénite, de diorite et de tonalite (St-Onge et al., 1992).

Complexe de Narsajuaq 3 (pPnaq3) : Tonalite ou granodiorite et veines de monzogranite

Les plutons, d’échelle kilométrique, de tonalite à hornblende-biotite,  se sont mis en place dans le secteur nord de l’Arc de Narsajuaq, soit au nord de l’inlet Sugluk et dans l’île Charles. Ces plutons, de forme tabulaire, sont foliés et parallèles au rubanement des tonalites et des diorites quartzifères de la suite ancienne. Les tonalites sont généralement moyennement grenues, équigranulaires et renferment d’abondantes enclaves centimétriques à métriques de compositions variées (Groupe de Sugluk, gneiss de la suite ancienne, pyroxénite, amphibolite et anorthosite). Des veines de monzogranite à biotite dont l’orientation est parallèle à oblique à la foliation recoupent les masses tonalitiques (Lucas et St-Onge, 1997).

Complexe de Narsajuaq 4 (pPnaq4) : Monzogranite ou syénogranite et monzodiorite à clinopyroxène

Les corps intrusifs de monzogranite forment des injections qui alternent avec les gneiss de la suite ancienne (pPnaq1) et les tonalites de la suite récente (pPnaq3). Le monzogranite est composé de hornblende, de biotite et de clinopyroxène qui sont équigranulaires et moyennement grenus. La texture peut devenir mégacristalline vers le centre des intrusions avec une abondance de phénocristaux de feldspath potassique. Les intrusions de composition monzodioritique ont des dimensions, plus restreintes, d’environ 2 km, le long de la vallée de Narsajuaq dans le secteur sud de l’inlet Sugluk (Lucas et St-Onge, 1997).
 
3) Suite plutonique tardive :
Les roches plutoniques de cette suite consistent en de petits plutons granitiques et de veines ou dykes tarditectonique à postectoniques, à texture équigranulaire à pegmatitique. Cette suite est généralement non déformée et non métamorphisée (Lucas et St-Onge, 1997).

Complexe de Narsajuaq 5 (pPnaq5) : Syénogranite

La suite tardive est constituée de syénogranite à muscovite ± grenat présentant une texture pegmatitique. La syénogranite est sous forme de dykes et de filons-couches qui  sont non déformés et qui recoupent les roches encaissantes. Les dykes présentent une série conjuguée à fort pendage et orientés NE à NW (St-Onge et al., 1992). Un dyke de la région de l’inlet Sugluk recoupant une tonalite de la suite plutonique récente a été daté à 1758 ± 1 Ma (Parrish, 1989).

Complexe de Narsajuaq 6 (pPnaq6) : Monzogranite

Dans la suite tardive, un des plutons de monzogranite d’environ 2,5 km de diamètre, dans le secteur du lac Duquet, est de forme ovoïde, non déformé et non métamorphisé. La datation U-Pb sur zircon du pluton indique un âge de cristallisation de 1742,2 ± 1,3 Ma (Dunphy et al., 1995). Celui-ci est à forte teneur en potassium, hyperalumineux et montre des caractéristiques géochimiques qui l’apparente à des granites dérivés de croûte continentale (Lucas et St-Onge, 1997).

Épaisseur et distribution

Se référer à la section ci-haut pour ces informations.

Datation

Dunphy et Ludden (1998) résument les dates correspondant à chaque groupe de la façon suivante: 1)  la suite plutonique ancienne à 1863 – 1844 Ma, 2) la suite plutonique récente à 1836 – 1821 Ma et 3) la suite plutonique tardive à 1803-1800 Ma.
 
SuiteSystème isotopiqueMinéralÂge (Ma)(+)(-)Référence(s)
Suite plutonique ancienne (Gneissic suite)U-PbZircon186322St-Onge et al., 1992
U-PbZircon186122St-Onge et al., 1992
U-PbZircon184855Parrish, communication personnelle avec Dunphy et Ludden, 1994
U-PbZircon184522Parrish, communication personnelle avec Dunphy et Ludden, 1994
U-PbZircon18441310St-Onge et al., 1992
Suite plutonique récente (Younger suite)U-PbZircon18360,50,5St-Onge et al., 1992
U-PbZircon183511St-Onge et al., 1992
U-PbZircon183511Parrish, 1989
U-PbZircon18340,60,6St-Onge et al., 1992
U-PbZircon183022Parrish, 1989
U-PbZircon182611St-Onge et al., 1992
U-PbZircon182533Parrish, 1989
U-PbZircon182111Parrish, communication personnelle avec Dunphy et Ludden, 1994
Suite plutonique tardive (Anatectic suite)U-PbZircon180333Parrish, communication personnelle avec Dunphy et Ludden, 1994
U-PbZircon180022Parrish, communication personnelle avec Dunphy et Ludden, 1994

 

 

 

Relations stratigraphiques

Les unités de l’Arc de Narsajuaq chevauchent le socle archéen (Antiforme de Kovik). Le front sud de l’Arc de Narsajuaq chevauche les unités du Groupe de Watts dans le Domaine Nord. St-Onge et al. (1992) et Dynphy et Ludden (1998) proposent une corrélation entre les suites plutoniques anciennes et récentes du Complexe de Narsajuaq et les intrusions de la Suite de Cape Smith du Domaine Nord. Les âges de mise en place se regroupent en deux périodes distinctes contemporaines aux suites du Narsajuaq. Les caractéristiques géochimiques et la similarité des âges des volcanites du Groupe de Parent et des roches plutoniques du Complexe de Narsajuaq suggèrent que le Groupe de Parent pourrait représenter un équivalent volcanique de l’arc magmatique de Narsajuaq, ayant toutefois subi une contamination crustale moins importante (Picard et al., 1990; St-Onge et al., 1992; Dunphy et al., 1995; Dunphy et Ludden, 1998).

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

 
Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
CHARETTE, B. – BEAUDETTE, M.Géologie de la région du cap Wolstenholme, Orogène de l’Ungava, Province de Churchill, sud-est d’Ivujivik, Québec, Canada. Ministère des Ressources naturelles, Québec.2018Bulletin géologiQUE
DUNPHY, J.M. – LUDDEN, – J.N. – PARRISH, R.R.Stitching together the Ungava Orogen, northern Quebec: geochronological (TIMS and ICP-MS) and geochemical constraints on late magmatic events. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 32, pages 2115-2127.1995Source
DUNPHY, J.M. – LUDDEN, J.N.Petrological and geochemical characteristics of a Paleoprotérozoic magmatic arc (Narsajuaq terrane, Ungava Orogen, Canada) and comparisons to Superior Province granitoids. Precambrian Research; volume 91, pages 109-142.1998Source
LAMOTHE, D.Lexique stratigraphique de l’Orogène de l’Ungava. Ministère des Ressources naturelles, 62 pages.2007
LUCAS, S.B.Structural Evolution of the Cape Smith Thrust Belt and role of out-of-sequence faulting in the thickening of mountains belts. Tectonics; volume 8, pages 6551989Source
LUCAS, S.B. – ST-ONGE, M.R.Evolution of Archean and early Proterozoic magmatic arcs in northeastern Ungava Peninsula, Quebec. Commission Géologique du Canada; papier 91-1C, pages 109-119.1991Source
LUCAS, S.B. – ST-ONGE, M.R.Terrane accretion in the internal zone of the Ungava Orogen, northern Quebec. Part 2: Structural and metamorphic history. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 29, pages 765-782.1992Source
LUCAS, S.B. – ST-ONGE, M.R.Syn-tectonic magmatism and the development of compositional layering, Ungava Orogen (northen Quebec, Canada). Journal of Structural Geology; volume 17, pages 475-491.1995Source
LUCAS, S.B. – ST-ONGE, M.R.Géologie, Montagne Pinguk, Québec – Territoire du Nord-Ouest; Commission géologique du Canada, carte 1912A, échelle 1/100 000.1997Carte 1912A
PARRISH. R.R.U-Pb geochronology of the Cape Smith Belt and Sugluk block, northern Quebec. Geoscience Canada; volume 16, pages 126-130.1989Source
PICARD, C. – LAMOTHE, D. – PIBOULE, M. – OLIVIER, R.R.Magmatic and geotectonic evolution of a Proterozoic oceanic basin system: the Cape Smith Thrust-Fold Belt (New Quebec). Precambrian Research; volume 47, pages 223-249.1990Source
ST-ONGE, M.R. – LUCAS, S.B. – PARRISH, R.R.Terrane accretion in the internal zone of the Ungava Orogen, northern Quebec. Part 1: tectonostratigraphic assemblages and their tectonic implications. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 29, pages 746-764.1992Source
ST-ONGE, M.R. – SCOTT, D.J. – WODICKA, N.Terrane boundaries within Trans-Hudson Orogen (Quebec-Baffin segment), Canada: changing structural and metamorphic character from foreland to hinterland. Precambrian Research; volume 107, pages 75-91.2001Source

 

 

 

 

 

 

31 mai 2018