English
 
Formation de Shipshaw
Étiquette stratigraphique : [ords]shp
Symbole cartographique : Osshp

Première publication :  
Dernière modification :
Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
Osshp2 Calcaire avec interlits de shale
Osshp1 Calcaires gris (calcilutite, calcisiltite et calcarenite), quantité mineure de shale
 
Auteur :Sinclair, 1953
Âge :Ordovicien supérieur
Stratotype :Rivière Shipshaw, à env. 25 km au NW de la ville de Saguenay (localité type)
Région type :Région du lac Saint-Jean (feuillet SNRC 32A08)
Province géologique :Plate-forme du Saint-Laurent
Subdivision géologique :Plate-forme des Basse-Terres du Saint-Laurent
Lithologie :Calcaire, schiste
Type :Lithostratigraphique
Rang :Formation
Statut :Formel
Usage :Actif

 

Historique

La Formation de Shipshaw, d’âge ordovicien supérieur (Édénien, 454 à 449 Ma), a été introduite par Sinclair (1953) dans la région du lac Saint-Jean. Cette formation appartient à la Plate-forme du Saint-Laurent qui forme une écaille dans la Province de Grenville. Toutes les roches sédimentaires ordoviciennes de cette région ont été assignées au Groupe de Trenton par plusieurs auteurs d’un point de vue chronostratigraphique (p. ex. Denis et Dresser, 1946; Sinclair, 1953). D’autres auteurs l’ont fait sur des bases lithostratigraphiques (Benoit et Valiquette 1971; Harland et al., 1985, 1987). Desbiens et Lespérence (1989) ont plutôt proposé la création d’un nouveau groupe pour ces roches, mais ne l’ont pas fait. Bien que la corrélation spatiale entre ces roches ordoviciennes de la région du lac Saint-Jean et celles du Groupe du Trenton de la Plate-forme du Saint-Laurent ne soit pas formellement établie, la Formation de Shipshaw est maintenue dans ce groupe.

Description

La Formation de Shipshaw est constituée d’une superposition de lits minces de calcaire généralement sous-nodulaire et d’interlits de schiste calcaire. Le calcaire est hautement fossilifère (trilobites, brachiopodes). Cette formation contient deux unités non cartographiables qui sont bien décrites par Desbiens et Lespérence (1989). Dans la région du lac Saint-Jean, la Formation de Shipshaw et les trois autres formations qui lui sont apparentées (Galets, Shipshaw et Tremblay) ne peuvent être cartographiées à l’échelle 1/50 000, car elles ne dépassent généralement pas 50  m d’épaisseur et sont à pendage subhorizontal (<4°). Sur la carte géologique de la région du lac Saint-Jean (feuillets 32A08 et 22D), c’est donc le Groupe de Trenton qui apparait au lieu de ces quatre formations apparentées.

Formation de Shipshaw 1 (Oshp1) : Calcaire (calcilutite, calcisiltite et calcarenite), quantité mineure de shale

L’unité 1 de cette formation est constituée de lits minces (4 à 8 cm d’épaisseur) de calcaires gris nommés sur le terrain calcilutite, calcisiltite et calcarenite. Une étude détaillée de Desbiens et Lespérance (1989) indique qu’il s’agit d’une alternance de wackestones, packstones et grainstones sur toute la séquence. La calcarénite (grainstone) grisâtre forme 60 % de la séquence. Le calcaire (wackestone) est sublithographique (5 à 6 % d’argile), brun-gris et forme des lits très minces difficiles à définir. Les interlits de shale calcareux forment de 5 à 10 % de l’ensemble (Desbiens et Lespérence, 1989).

Formation de Shipshaw 2 (Oshp2) : Calcaire avec interlits de shale

Cette unité est très similaire à l’unité 1, mais elle est plus massive et la teneur en shale varie de 5 % (à Chambord) à 15 % (ailleurs). La calcarénite (grainstone) forme 50 % de la séquence. Le wackestone et le packstone gris clair forment des lits de 1 à 10 cm d’épaisseur (moyenne de 5 cm). Les interlits de shale calcareux forment environ 30 % de la séquence. Une stratification ondulée a été observée dans les lits de calcilutite et calcarénite (Lavoie et al., 1998).

Épaisseur et distribution

L’épaisseur de la Formation de Shipshaw est variable d’une localité à l’autre. Desbiens et Lespérence (1989) indiquent qu’elle est d’environ 15 m à Chute-aux-Galets. Sur les deux rives de la rivière Shipshaw, immédiatement au-dessous de Chute-aux-Galets, la séquence considérée comme la coupe type de cette formation par Desbiens et Lespérence (1989) fait de 22,7 à 26 m d’épaisseur. En comparaison, près de Chambord, elle mesure moins de 13 m d’épaisseur et environ 7,3 m sont exposés à la carrière près de Roberval.

Datation

Aucune.

Relation(s) stratigraphique(s)

La Formation de Shipshaw est sous-jacente à la Formation de Galets et surmonte la Formation de Simard. Le passage de la Formation de Shipshaw à celle de Galets est marqué par une augmentation des interlits de shale dans la succession de wackstone et packstone (Lavoie et Asselin, 1998).

La colonne stratigraphique montre l’empilement des autres formations par rapport à la Formation de Shipshaw dans la coupe étudiée par Lavoie et Asselin (1998), dans le secteur de la ville de Chambord (coin NE du feuillet SNRC 32A08).

Paléontologie

La Formation de Shipshaw est très riche en trilobites (p. ex. Failleana indeterminata, Flexicalymene senaria; Tableau 1 de Desbiens et Lespérence, 1989) et en brachiopodes (Sinclair, 1953 et les références qu’il contient). Elle contient également des fossiles de mollusques, crinoïdes, bryozoaires, coraux et stromatopores (Lavoie et Asselin, 1998). Le contenu en fossiles (trilobites) de la Formation de Shipshaw lui confère un âge ordovicien supérieur précis (Édénien : 454 à 449 Ma; p. ex. McGerrigle, 1933; Sinclair, 1953).

Références

Publications accessibles dans Sigéom Examine

BENOIT, F W., VALIQUETTE, G. 1971. REGION DU LAC SAINT-JEAN (PARTIE SUD). MRN. RG 140, 29 pages et 5 plans.

DENIS, T C., DRESSER, J A. 1946. LA GEOLOGIE DE QUEBEC – GEOLOGIE DESCRIPTIVE. MRN. RG 020-II, 731 pages et 4 plans.

 

Autres publications

DESBIENS, S., LESPÉRENCE, P. J.1989. Stratigraphy of the Ordovician of the Lac Saint-Jean and Chicoutimi outliers, Quebec. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 26, pages 1185-1202. doi.org/10.1139/e89-101

HARLAND, T. L., PICKERILLR, K., FILLION, D. 1985. Ordovician intracratonic sediments from the Lac-St-Jean and Chicoutimi areas, Quebec, eastern Canada. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 22, pages 240 -255.doi.org/10.1139/e85-021

HARLANDT, L., PICKERILL, R. K., FILLION, D. 1987. Establishment and development of patch reefs in the intracratonic Ordovician sequence near Chicoutimi, Quebec. Lethaia; volume 20, pages. 189-208.doi.org/10.1111/j.1502-3931.1987.tb02038

LAVOIE, D., ASSELIN, E. 1998. Upper Ordovician facies in the Lac Saint-Jean outlier, Québec (eastern Canada): palaeoenvironmental significance for Late Ordovician oceanography. Sedimentology; volume 45, pages 817-832. doi.org/10.1046/j.1365-3091.1998.00170.x

MCGERRIGLE, H. W., 1933. Faunas of the limestone and shale formations of the Simard area. In Annual Report for 1932, part D. Quebec Department of Mines, page 73-81.

SINCLAIR, G. W. 1953.  Middle Ordovician beds in the Saguenay Valley, Québec. American Journal of Sciences; volume 251, pages 841-854. doi.org/10.2475/ajs.251.12.841

 

 

 

14 juin 2019