Géologie de l’Île-du-Grand-Calumet, Province de Grenville, Outaouais, Québec, Canada

Projet visant les feuillets 31F10-200-0102 et 31F10-200-0202
Carl Bilodeau
BG 2022-07
Publié le  
À la UNE
L’Essentiel

Ce nouveau levé géologique à l’échelle 1/20 000 a été réalisé à l’été 2021 dans la région de l’Île-du-Grand-Calumet (moitié est du feuillet 31F10), située à ~90 km au NW de la ville de Gatineau. Le projet avait pour objectif l’acquisition de nouvelles connaissances géologiques dans cette partie de la Province de Grenville, reconnue pour son potentiel en minéraux critiques et stratégiques (MCS). La nouvelle carte géologique intègre également les résultats des travaux de cartographie et d’exploration minière réalisés depuis près d’un siècle dans cette région.

La région cartographiée est essentiellement formée d’une séquence métasédimentaire composée en grande partie de marbre et de paragneiss, aussi connue sous le nom de « Supergroupe de Grenville ». La majorité de l’île-du-Grand-Calumet est composée d’amphibolite dérivée de basalte (1232 Ma) et de roches intrusives mafiques associées (1231 Ma). Les roches métasédimentaires et les roches mafiques sont coupées par des roches intrusives intermédiaires à felsiques, ces dernières étant coupées par un pluton alcalin. Les roches ont subi une évolution orogénique complexe, ayant été affectées par au moins deux phases de déformation et un métamorphisme régional de grade modéré à élevé. La région se subdivise en différents domaines structuraux, tous délimités par des failles ou des zones de cisaillement.

La région est reconnue pour abriter plusieurs sites minéralisés en MCS, notamment les anciennes exploitations de New Calumet, un gisement polymétallique exploité pour ses ressources en zinc, ainsi que la mine de nickel Cowan. D’autres zones minéralisées et gîtes de zinc et de minéraux industriels ont été découverts dans les roches métasédimentaires carbonatées, et ont depuis fait l’objet de travaux d’exploitation ou de mise en valeur. Ce nouvel inventaire géologique permet de bonifier la valeur du potentiel minéral dans la région avec la découverte de nouvelles zones minéralisées pour quatre types de minéralisation : 1) une minéralisation polymétallique dans les roches métasédimentaires; 2) un filon cuprifère; 3) une minéralisation d’argent dans une intrusion porphyroïde; et 4) un potentiel pour des minéralisations de Cu-Ni et de Fe-Ti-V dans les intrusions mafiques.

 

Méthode de travail

La région a été cartographiée en utilisant la méthode établie pour les levés effectués dans les zones forestières desservies par un réseau de chemins secondaires. Les travaux de cartographie géologique ont été réalisés par une équipe composée d’un géologue et d’un étudiant, du 27 mai au 13 août 2021. La cartographie géologique du projet Île-du-Grand-Calumet a permis de produire et de mettre à jour les éléments d’information présentés dans le tableau ci-contre.

 

Données et analyses
ÉlémentNombre
Affleurement décrit (géofiche)290 affleurements
Analyse lithogéochimique totale48 échantillons
Analyse lithogéochimique des métaux d’intérêt économique25 échantillons
Analyse géochronologique4 échantillons
Lame mince standard56
Lame mince polie6
Fiche stratigraphique8
Fiche structurale5
Fiche de zone minéralisée12

 

 

Travaux antérieurs

 

Le tableau ci-dessous présente une liste des travaux réalisés dans le secteur à l’étude depuis 1893. Il inclut aussi les références citées dans le rapport. Une liste plus exhaustive peut être trouvée dans la base de données documentaire EXAMINE.

 

Travaux antérieurs dans la région de l’Île-du-Grand-Calumet
Auteur(s)Type de travauxContribution

Katz, 1976

Madore et al., 1994

Levé géologique régional à l’échelle 1/126 720;

Levé géologique régional à l’échelle 1/100 000

Reconnaissance géologique de la partie sud de la MRC de Pontiac

Osborne, 1944

Shaw, 1955

Tomkins, 2005

Levé géologique – Île-du-Grand-Calumet (partie sud);

Levé géologique – Île-du-Grand-Calumet (partie nord);

Compilation cartographique

Cartes géologiques détaillées de l’Île-du-Grand-Calumet et du secteur du gîte de New Calumet
Commission géologique du Canada, 1955Levé géophysique aéroporté régionalPremière carte aéromagnétique couvrant le feuillet SNRC 31F10 (Québec et Ontario)

D’Amours et Arsenault, 2007

Szentesy, 2016

Dubé, 2019

Levé géophysique aéroporté de haute résolution

Cartes géophysiques de haute définition dans les parties centre-ouest et nord de l’Île-du-Grand-Calumet

Vertolli et Lumbers, 1980

Azar et Easton, 2015

Levé géologique en Ontario à l’échelle régionale;

Levé géologique en Ontario à l’échelle 1/20 000;

Cartes géologiques de la partie ouest du feuillet 31F10 – Province de l’Ontario
Gauthier et Larivière, 2006Reconnaissance géologique, pétrographie et géochimieCartographie, pétrographie et géochimie des roches carbonatées

Rivers et al., 2012

Gauthier, 2020

Géochronologie, synthèse et divisions lithotectoniques;

Géochronologie et synthèse

Synthèse lithotectonique et géochronologique de la Ceinture métasédimentaire centrale (CMC)

Roy et al., 2015Cartographie régionale des dépôts meublesCarte des formations superficielles et des zones d’affleurement

Stratigraphie

 

Cette partie présente une description sommaire des unités lithostratigraphiques cartographiées dans la région de l’Île-du-Grand-Calumet et des relations entre elles. Le schéma ci-joint présente la stratigraphie et la nature des contacts entre les unités. L’histoire de leurs mises en place est illustrée dans la frise chronologique accompagnant le schéma stratigraphique. Leurs relations ont été déterminées à partir des observations de terrain et des données géochronologiques connues à ce jour.

 

Unités supracrustales mésoprotérozoïques

La région de l’île-du-Grand-Calumet est située dans la Ceinture métasédimentaire centrale (CMC) de la Province de Grenville (Rivers et al., 1989). Les plus vieilles unités cartographiées dans la région sont les roches métasédimentaires de la Séquence supracrustale des Outaouais (mPoua). Ces roches sont aussi connues sous le nom historique de « Supergroupe de Grenville ». Elles se composent de marbre calcitique (mPoua1a) ou dolomitique (mPoua1b), de roches calcosilicatées (mPoua1c) et de paragneiss quartzofeldspathique à biotite (mPoua2). L’âge maximal du dépôt de cette unité est évalué entre 1300 et 1200 Ma (Easton, 1992); le socle sur lequel elle repose n’a pas été reconnu dans la région d’étude.

D’après notre interprétation, les roches métasédimentaires sont en contact alternant avec les roches mafiques du Complexe de Grand-Calumet (mPgrc), notamment dans le secteur de l’ancienne mine New Calumet, dans la partie ouest de l’Île-du-Grand-Calumet. Ce complexe, daté à 1232,8 +3,9/-2,7 Ma (Gauthier, 2015), est composé d’amphibolite rubanée à hornblende-magnétite ou à hornblende-biotite (mPgrc1). Les amphibolites sont interprétées comme étant des roches dérivées de basalte, incluant notamment des roches pyroclastiques (Bishop, 1987). Le Complexe de Grand-Calumet est également composé d’amphibolite plus grossièrement grenue montrant une structure massive à foliée et interprétée comme des dykes et des filons-couches de gabbro (mPgrc2). Leur abondance dans la partie sud de l’Île-du-Grand-Calumet laisse supposer la présence d’une intrusion de gabbro de plus grande dimension associée aux amphibolites rubanées.

Unités intrusives mésoprotérozoïques

L’extrémité est du « gabbro de Chenaux », une unité cartographiée à l’ouest de la frontière Québec-Ontario dans le secteur de la municipalité de Portage-du-Fort par la Commission géologique de l’Ontario (Azar et Easton, 2015), a été datée à 1231 ±2 Ma (Easton, 1992; Pehrsson et al., 1996), soit un âge de cristallisation contemporain aux roches métavolcaniques du Complexe de Grand-Calumet (mPgrc). Ce dernier est en contact avec une intrusion de gabbro massif et subophitique, qui montre des caractéristiques pétrographiques et structurales similaires au « gabbro de Chenaux ». Les deux intrusions ont donc été réunies dans la même unité : la Suite intrusive de Chenaux (mPchn).

Plusieurs intrusions de composition intermédiaire à felsique coupent les roches métasédimentaires, les amphibolites et les gabbros précédemment mentionnés. La Suite intrusive de Litchfield (mPlit), située dans la partie NE de la région, est composée de granite et de tonalite gneissiques et granoblastiques à fort rubanement compositionnel. L’analyse d’un échantillon de granite gneissique (affleurement 21-CB-1124) a livré un âge U-Pb sur zircon de 1203 ±7 Ma (Davis, en préparation). La Suite intrusive de Rocher-Fendu (mPrfd), d’âge inconnu (datation en préparation), se subdivise en deux plutons distincts de diorite homogène injectée de tonalite.

L’Intrusion alcaline potassique de Schwartz (mPswz), échantillonnée à l’affleurement 21-CB-1242, a livré un âge U-Pb sur zircon de 1073 ±8 Ma (Davis, en préparation). Cette unité est contemporaine aux petits plutons de granite et de syénite potassique de la Suite de Kensington-Skootamatta qui caractérisent la ceinture métasédimentaire centrale au Québec et en Ontario (1090-1060 Ma; Corriveau et al., 1990). Les plutons de composition intermédiaire à felsique des suites intrusives de Shawville (mPshv) et de Tancredia (mPtcd) coupent respectivement les marbres calcitiques de la Séquence supracrustale des Outaouais (mPoua), dans la partie sud de la région, et le Complexe de Grand-Calumet (mPgrc), dans la partie nord. 

 

 

Couverture sédimentaire paléozoïque

Deux klippes de roches sédimentaires carbonatées d’âge ordovicien, appartenant à la Formation de Theresa (Ots) de la Plate-Forme du Saint-Laurent, reposent en discordance sur les roches mésoprotérozoïques dans la moitié sud de la région cartographiée.

 

Lithogéochimie

À venir.

Géologie structurale

À venir.

Métamorphisme

À venir.

Géologie économique

 

Le tableau des zones minéralisées ci-dessous présente les résultats d’analyses pour les zones minéralisées connues dans la région de l’ÎIe-du-Grand-Calumet, incluant les nouvelles zones minéralisées découvertes dans le cadre de nos travaux.

 

 

Zones minéralisées dans la région de l’Île-du-Grand-Calumet
Nouvelles
NomTeneurs
Minéralisation dans un filon cuprifère
Joannette1100 ppm Cu (G)
Minéralisation de sulfures dominants associées aux roches sédimentaires
Dingo26,5 ppm Ag (G)
Connues
NomTeneurs
Minéralisation de plomb-zinc de type vallée du Mississipi
Sonny (Calumet-Sud)81 400 ppm Zn sur 1,5 m (R); 31 ppm Ag (R)
Minéralisation de zinc-plomb-argent associée aux skarns
Mine New CalumetEn 1988, G. Parent évalue les réserves probables à 206 070 t à 5,00 g/t Au et les réserves possibles à 86 256 t à 3,84 g/t Au dans l’horizon de « Gold Migmatite » (rapporté dans GM 53708). En 1995, P. Girard réévalue les réserves pour chaque type de minéralisation : 1) Sulfures massifs : Zone Longstreet = 10 884 t à 5,51 % Zn, 1,77 % Pb, 4,97 g/t Au, 154,26 g/t Ag; Zone MacDonald = 3020 t à 7,50 % Zn, 1,45 % Pb, 0,3 g/t Au, 119,3 g/t Ag; Zone Ste-Anne = 13 242 t (teneur non spécifiée); 2) Gold Migmatite = 9534 t à 5,79 g/t Au, 9,95 g/t Ag; 3) Main Gold Main Zone = 38 819 t à 1,27 % Zn, 1,94 % Pb, 8,36 g/t Au, 347,94 g/t Ag; Zone X-CUT 301-15 = 1134 t à 7,36 g/t Au, 618,07 g/t Ag (GM 53708).
Minéralisation associée aux pegmatites granitiques
Loken-13700 ppm U (G)
Struan Uranium10 000 ppm Ni (G); 4900 ppm Cu (G); 3000 ppm Zn (G); 5300 ppm U (G)
Minéralisation magmatique à EGP dominants (±Cr ±Au ±Ni ±Cu)
Meilleur (Chess Uranium)32 700 ppm Cu (G); 6000 ppm Ni sur 0,4 m (D); 3190 ppb EGP sur 0,4 m (D); 504 ppb Au sur 1,2 m (D); 3,7 ppm Ag sur 0,4 m (D); 2460 ppb Pd sur 0,4 m (D); 730 ppb Pt sur 0,4 m (D)
Minéralisation de sulfures exhalatifs
Baie Féline Nord11 850 ppm Zn sur 1 m (D); 13 ppm Ag sur 1 m (D)
Cordierite Zone69,59 ppm Ag (G); 1050 ppb Au (G); 3800 ppm Pb (G); 1900 ppm Zn (G); 949 ppm Cu (G)
Minéralisation de type indéterminé
Clairière7,2 ppm Ag (G)
Stewart5 ppm Ag (G)
Zone Lasalle70 700 ppm Zn (G); 387 ppm Ag (G); 37 800 ppm Pb (R); 4800 ppm Cu (G)
Minéralisation de minéraux industriels
Baie Feline-NordTeneur : Graphite disséminé; des métaux en veines, Zn et Ag, plus que 1000 ppm.
Île du CalumetTeneur : 25 à 30 % de brucite. La brucite se trouve sous la forme d’agrégats, de plaques et de fibres dans des petits joints du marbre. De plus, la serpentine est présente et disséminée dans les joints ou les remplit. L’ancienne carrière Carswell se trouve dans le canton de Litchfield. Cependant, le marbre à brucite est aussi présent de l’autre côté de la rivière Ottawa, donc sur l’île Calumet. Près de la zone Carswell, on voit du marbre dont la surface altérée est lisse, et un marbre à grain fin renfermant des porphyroblastes de dolomie. Par endroits, des filonnets étroits de dolomie coupent le marbre le long de plans de clivage. Ailleurs, de gros cristaux de dolomie se sont formés près des filonnets. Plus au nord de cette zone, le marbre cristallin renferme des agrégats de brucite à très gros grain. Les agrégats ont environ 2 à 3 cm de diamètre et sont associés à des nodules de serpentine. De la substitution de brucite en magnésite a été observée.
Mine CarswellTeneur : 25 à 30 % de brucite. La brucite, qui fait partie du marbre à grain grossier, est disséminée sous forme de granule blanc, semi-translucide, d’un diamètre moyen de 2 à 4 mm. La partie de la zone minéralisée se composait en partie de marbre blanc ou légèrement bleuté, en lits épais, contenant quelques paillettes de graphite, des cristaux occasionnels de silicates et un peu de brucite. Analyses chimiques : 1 2 3 4 SiO2 = 1,94, 2,09, 2,37, 1,76, Fe2O3 = 0,25, 0,21, 0,17, 0,18;  Al2O3 = 0,55, 0,36, 0,19, 0,09; CaO = 42,26, 34,65, 35,52, 33,98; MgO = 7,83, 21,93, 21,34, 22,99; TOTAL = 101,81, 99,17, 99,22, 99,90. #1 Marbre calcaire dolomitique sur la propriété de R. Carswell (Can. Dept. of Mines, Pub. # 755). #2-3-4 Marbre calcaire brucitique prélevé dans la même carrière (C.G.C., Memoir 75).
Struan UraniumTeneur : % (?). Dans la pegmatite, le mica jaune se présente en fines paillettes, tandis que les minéraux radioactifs sont finement grenus.

(D) : Forage au diamant; (G) : Échantillon choisi; (R) : Rainure – échantillon en éclats

Le tableau des analyses lithogéochimiques des métaux d’intérêt économique donne la localisation, la description et les résultats d’analyse pour 25 échantillons choisis dans le but d’évaluer le potentiel économique de la région.

 
 

Minéralisations connues de la région d’étude

Plusieurs zones minéralisées ont été reconnues dans la région de l’Île-du-Grand-Calumet depuis plus d’un siècle, dont plusieurs ont été exploitées. Ces gîtes sont situés plus spécifiquement dans les parties sud et centre-ouest de l’île ainsi que dans le secteur des municipalités de Bryson et de Portage-du-Fort. Voici les principaux gîtes connus :

 

Ancienne mine polymétallique de New Calumet

Les minéralisations en Au-Ag-Pb-Zn de l’ancienne mine New Calumet ont été découvertes en 1893 (Boyer et Hardman, 1924). La minéralisation est de type skarn à zinc-plomb-argent et prend la forme d’amas irréguliers de sulfures disséminés à massifs dans les amphibolites du Complexe de Grand-Calumet (mPgrc) et les roches métasédimentaires skarnifiés de la Séquence supracrustale des Outaouais (mPoua2). La compagnie New Calumet Mines Ltd. a extrait 3,8 millions de tonnes de minerai entre 1943 et 1968 titrant 5,8 % Zn, 1,6 % Pb, 65 g/t Ag et 0,4 g/t Au (Gauthier, 2020).

 

Ancienne mine de nickel Cowan

L’ancienne mine Cowan (aussi connue sous le nom de Struan Uranium) consiste aujourd’hui en vestiges de puits ayant servi à l’extraction de quantités modestes de nickel à la fin du 19e siècle. Plusieurs campagnes de travaux d’exploration ont été réalisées, notamment par Falconbridge et Calmet pour la remise en valeur du gîte, par l’entremise de forages autour des vieux puits et des affleurements minéralisés. Les deux meilleurs forages ont donné : 1) une intersection de 0,74 % Ni sur 1,4 m, suivie d’une intersection de 1,5 m à 0,15 % Ni (Mitchell, 1951); et 2) une intersection à 0,08 % Cu, 1,15 % Ni et 0,24 % Cu (Bray, 1974). Gauthier (2016) précise la genèse de la minéralisation de nickel dans un rapport d’étude pétrographique. L’auteur note une recristallisation des minéraux métalliques et la concentration mécanique polyphasée de la pentlandite dans les plans axiaux d’un dyke de métadunite plissé à talc-trémolite. Des travaux récents de pédogéochimie ont permis de définir des domaines variablement anomaux en Zn-Ni-Cu-Au-Pb autour de l’ancienne mine, relançant un nouveau chapitre de l’exploration dans ce secteur (Gauthier, 2020).

 

Gîtes exhalatifs de zinc dans les marbres dolomitiques

Le caractère magnésien des roches sédimentaires carbonatées de la partie nord de la région d’étude est peu commun dans la Ceinture métasédimentaire centrale (CMC). Cette caractéristique lithologique est favorable aux minéralisations zincifères stratoïdes de type SEDEX semblables à celles du célèbre cas du district minier de Balmat-Edward, dans l’État de New York (Gauthier, 2015). Le gîte de Sonny (Calumet-Sud) représente un exemple de ce type de minéralisation dans la région de l’Île-du-Grand-Calumet. Il se compose de sphalérite disséminée à semi-massive (jusqu’à 20 %) dans des niveaux décamétriques de marbre dolomitique pur (mPoua1b). Les meilleurs résultats rapportés de l’échantillonnage de rainures sont de l’ordre de 3,7 % Zn sur 4 m, incluant un intervalle de 5,4 % Zn sur 2 m et 1,9 % Zn sur 5 m (Gauthier, 2015).

Le zinc est également présent sous forme d’oxydes et de silicates dans les marbres dolomitiques à proximité de la municipalité de Bryson. Ce sous-type de minéralisation de zinc exhalatif, d’importance notable concernant le taux de récupération en usine, ne contient pas de sulfures (Gauthier et Larivière, 2006). Les minéraux porteurs de zinc dans ce contexte sont notamment la serpentine et la magnétite. Les cibles privilégiées pour ce type de minéralisation sont les marbres dolomitiques à silicates et autres minéraux accessoires. Selon les auteurs, les teneurs obtenues à partir de l’analyse chimique de ces minéraux porteurs sont pour l’instant décevantes. Il existe toutefois des exemples plus enrichis de ce type de gîte dans la région de Maniwaki, au Québec, et de Renfrew, en Ontario (gîte de Cadieux). Certains de ces gîtes ont été mis en production, notamment dans les « Highlands » au New Jersey (gîtes de Franklin et Sterling Hill) (Gauthier et Larivière, 2006).

 

Minéralisation de sulfures de Ni-Cu-Pd dans les métagabbros

Ce type de minéralisation est représenté par un seul cas dans la région : la zone minéralisée de Meilleur. D’abord pressenties pour leur potentiel en nickel et en cuivre, les réanalyses de certains échantillons historiques ont révélé un intérêt pour les platinoïdes, particulièrement pour le palladium. Les études pétrographiques de Gauthier (2015) proposent une minéralisation disséminée de pyrrhotite et de chalcopyrite évoluant vers des structures plus complexes telles qu’une brèche magmatique à matrice sulfurée et des stockwerks de filonnets cuprifères évoquant un modèle classique de dépôt de sulfures dans un conduit magmatique. Des travaux complémentaires de géophysique, de géochimie des sols, de forage et de décapage ont permis de confirmer l’intérêt pour les minéralisations de Ni-Cu-EGP de la zone et de recommander la poursuite des travaux (Lemieux et al., 2016; Adair, 2016).

 

Carrières de dolomie de grande pureté et de brucite

La région d’étude est reconnue pour les marbres dolomitiques (mPoua1b) de grande pureté destinés à la production de matériaux de construction et de chaux (Dufresne, 1923). La carrière Carswell, située à l’entrée de la municipalité de Bryson, et la carrière Portage-du-Fort (Dolomex) sont des exemples d’exploitation de ce type de ressources dans la région. Les niveaux de marbres dolomitiques impurs ont également suscité un intérêt dans le secteur de Bryson pour leurs lentilles plurimétriques formées de 25 à 30 % de brucite, un autre minéral d’intérêt pour différentes industries (Osborne, 1939).

 

 

Minéralisations méconnues et découvertes lors des présents travaux

 

La région de l’Île-du-Grand-Calumet présente des zones favorables pour cinq types de minéralisation :

  • minéralisation polymétallique dans les roches métasédimentaires;
  • minéralisation dans des filons cuprifères;
  • minéralisation d’argent dans une intrusion porphyroïde;
  • minéralisation de sulfures exhalatifs dans les roches métavolcaniques (mPgrc1);
  • minéralisation magmatique de Cu-Ni et de Fe-Ti-V dans les intrusions mafiques (mPchn).

Minéralisation polymétallique dans les roches métasédimentaires

 La zone favorable Traverse Dingo aux minéralisations polymétalliques (Ag, Cu, Mo, Ni, V, Zn) correspond à un niveau de paragneiss rubané de la Séquenceuite supracrustale des Outaouais (mPoua2) qui affleure sur quelques îles de la rivière des Outaouais, au nord de la traverse de chemin de fer Dingo. Ces roches métasédimentaires sont en contact intrusif avec une unité de granodiorite à biotite de la Suite intrusive de Rocher-Fendu (mPrfd). Les paragneiss sont rouillés et très quartzeux et renferment des concentrations appréciables de sulfures fins et de petites paillettes de graphite. L’un des deux échantillons analysés constitue la zone minéralisée de Dingo avec une teneur indicielle de 26,5 ppm Ag et des valeurs significatives de 311 ppm Cu, 26 ppm Mo, 222 ppm Ni, 408 ppm V et 230 ppm Zn (21-CB-1213B). L’analyse du second échantillon a donné des teneurs significatives de 1,1 ppm Ag, 57 ppm Mo, 214 ppm Ni, 408 ppm V et 230 ppm Zn (21-CB-1209A). Les surfaces émergées exposent les paragneiss minéralisés sur une épaisseur de 5 à 10 m en fonction des sites. L’extension latérale de cette minéralisation et ses relations avec l’intrusion de granodiorite sont inconnues.

La petite zone Clairière renferme un indice d’argent et est associée à un niveau de paragneiss cisaillé. La séquence de roches métasédimentaires comprend des marbres dolomitiques à nodules de serpentine et un paragneiss rubané à biotite et grenat, tous deux attribués à la Séquence supracrustale des Outaouais (mPoua). Le paragneiss se trouve en contact faillé avec une amphibolite rubanée à grain moyen appartenant à l’unité de métavolcanites du Complexe de Grand-Calumet (mPgrc). L’échantillon D de l’affleurement 93-LM-1427 provient d’une zone enrichie en quartz et en pyrrhotite à proximité du corridor de déformation. L’analyse a révélé une teneur indicielle de 7,2 ppm Ag et des valeurs significatives de 462 ppm Cu et 169 ppm Zn (1993015883).

Minéralisation dans des filons cuprifères

 La zone de Joannette représente un contexte favorable aux minéralisations cuprifères d’origine filonienne. L’affleurement est composé d’une amphibolite rubanée et foliée du Complexe de Grand-Calumet (mPgrc1), qui est coupée par des dykes de granite rose à granulométrie grossière ainsi que des veines de quartz. La veine échantillonnée mesure ~10 cm d’épaisseur et se compose d’une gangue rouillée de quartz hétérogranulaire gris clair d’aspect fragmentaire et de sulfures. Les épontes de la veine sont particulièrement hétérogènes du point de vue de la composition et de la granulométrie. L’analyse d’un échantillon de veine (21-CB-1060C) a donné une teneur indicielle de 0,11 % Cu et une valeur significative de 8 ppm Mo.

Minéralisation d’argent dans une intrusion porphyroïde

La zone de Stewart renferme une zone minéralisée en argent qui est associée à un dyke de monzonite quartzifère porphyroïde de 3 m d’épaisseur coupant un gabbro folié subophitique appartenant à la Suite intrusive de Chenaux (mPchn). Le dyke de monzonite quartzifère renferme de la hornblende et de la pyrite disséminée. L’affleurement est également coupé par quelques filons de granite pegmatitique. Un échantillon choisi de monzonite (affleurement 93-LM-1405, échantillon D) a donné une teneur indicielle de 5 ppm Ag et une valeur significative de 800 ppm Zr (1993015891).

Minéralisation de sulfures exhalatifs dans les roches métavolcaniques (mPgrc1)

La zone de Dunraven regroupe des affleurements de roches métavolcaniques du Complexe de Grand-Calumet (mPgrc1) favorables à des minéralisations de sulfures exhalatifs. Cette zone renferme également le gîte de la Zone Lasalle et la zone minéralisée de Cordierite Zone, deux sites historiques de puits pour l’extraction du nickel. L’analyse des parois de ces vieilles excavations a révélé la présence de sphalérite et de galène (Gauthier, 2020). Les affleurements minéralisés sont composés d’amphibolite foliée à hornblende, biotite et grenat qui renferme des niveaux altérés et rouillés de 1 à 3 m d’épaisseur minéralisés en divers métaux. Ces niveaux se composent de schiste à quartz-cordiérite-séricite ou de bandes leucocrates à biotite-phlogopite localement altérées en carbonate ou en silice. La zone favorable est définie par une anomalie aéromagnétique positive et se caractérise par l’abondance de dykes de granite pegmatitique et de veines de quartz. La minéralisation se présente sous la forme de disséminations de sulfures (sphalérite, galène, pyrrhotite, pyrite et chalcopyrite) en proportions variables dans les niveaux altérés. La zone comprend plusieurs zones minéralisées associées à des analyses d’échantillons choisis avec des teneurs de 1,05 g/t Au, 69,59 g/t Ag, 0,38 % Pb, 0,19 % Zn, 0,09 % Cu et de 7,7 % Zn, 0,84 % Pb, 387 g/t Ag et 0,48 % Cu (Bishop et Gamble, 1991). L’échantillonnage d’amphibolites lors de la campagne de cartographie régionale de 1993 a également révélé des valeurs significatives de 50 ppb Au, 231 ppm Cu, 63 ppm Li et 583 ppm V (échantillon B de l’affleurement 93-LM-1482, analyse 1993015877), 2 ppm Ag, 620 ppm Cr, 128 ppm Cu et 225 ppm Ni (échantillon B de l’affleurement 93-LM-1481, analyse 1993015895) et de 34 ppm Mo et 326 ppm V (échantillon A de l’affleurement 93-LM-1480, analyse 1993015874).

 

Minéralisation magmatique de Cu-Ni et de Fe-Ti-V dans les intrusions mafiques

 La zone de Limerick est favorable aux minéralisations magmatiques de Cu-Ni ± Au ± Cr est située sur la Petite île Limerick, laquelle constitue l’assise de la centrale hydroélectrique de Chenaux, à proximité de la municipalité de Portage-du-Fort. Elle est localisée à l’extrémité est d’une intrusion mafique de la Suite intrusive de Chenaux (mPchn), en bordure d’une très forte anomalie aéromagnétique de dimension kilométrique. L’analyse d’un échantillon choisi (21-CB-1087A) de gabbro massif subophitique à grain moyen renfermant des sulfures disséminés (pyrite, marcassite et chalcopyrite) a révélé des teneurs significatives de 416 ppm Cr, 258 ppm Cu et 239 ppm Ni. L’analyse d’un second échantillon choisi (échantillon A de l’affleurement 93-LM-1419) de métagabbro à biotite folié et à grain moyen a donné des teneurs anomales de 390 ppb Au et 677 ppm Cu, ainsi que des valeurs significatives de 691 ppm Ni, 141 ppm Co et 2 ppm Ag (analyse 1993015867).

Quelques zones minéralisées de Fe-Ti-V sont rapportées par la Commission géologique de l’Ontario ailleurs dans cette intrusion (Azar et Easton, 2015). L’analyse de deux échantillons prélevés dans la partie québécoise de l’intrusion a révélé des teneurs significatives pour ce type de minéralisation. Un échantillon choisi (21-CB-1088A) de gabbro mélanocrate et magnétique à granulométrie fine, renfermant notamment de la pyrite, a donné des valeurs significatives de 19,45 % Fe, 1,95 % TiO2 et 591 ppm V. Un échantillon provenant d’un affleurement voisin (21-CB-1089A) a, pour sa part, donné des valeurs de 1,67 % TiO2 et 412 ppm V.

 

 

Collaborateurs
 
AuteurCarl Bilodeau, géo., M. Sc. carl.bilodeau@mern.gouv.qc.ca
GéochimieFabien Solgadi, géo., Ph. D.
LogistiqueMarie Dussault, coordonnatrice
GéomatiqueKathleen O’Brien
Conformité du gabarit et du contenuFrançois Leclerc, géo., Ph. D.
Accompagnement
/mentorat et lecture critique
Abdelali Moukhsil, géo., Ph. D. abdelali.moukhsil@mern.gouv.qc.ca
OrganismeDirection générale de Géologie Québec, Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Gouvernement du Québec

Remerciements :

Ce Bulletin géologiQUE est le fruit de la collaboration de plusieurs personnes qui ont activement pris part aux différentes étapes de la réalisation du projet. Je tiens à remercier l’étudiant en géologie Dominick Joannette pour son excellent travail sur le terrain. La réalisation de ce bulletin a été rendue possible grâce au support, aux discussions et à la supervision du géologue et collègue Abdelali Moukhsil.

Références

Publications du gouvernement du Québec

ADAIR, R., 2018. Report of work 2016-2017, project Green Palladium. RESSOURCES SPHINX LTEE, rapport statutaire soumis au gouvernement du Québec; GM 70753, 188 pages.

BISHOP, C., VILLENEUVE, D., 1987. Report on the New Calumet mine gold property. LACANA MINING CORP, rapport statutaire soumis au gouvernement du Québec; GM 44397, 367 pages, 21 plans.

BISHOP, C., GAMBLE, D., 1991. REPORT ON GEOLOGICAL PROSPECTING AND GEOPHYSICAL MAGNETIC AND VLF-EM SURVEYS, BERARD PROPERTY. CLAIMS BISHOP, rapport statutaire soumis au gouvernement du Québec; GM 50750, 105 pages, 12 plans.

BOYER, M., HARDMAN, J. E., 1924. Geological report, tonnage evaluation and laboratory tests results. GRAND CALUMET MINING CO LTD, claims Smith, rapport statutaire soumis au gouvernement du Québec; GM 10425, 12 pages.

BRAY, D., 1974. Diamond drill log, Calmet project. CALMET MINING & EXPL LTD, rapport statutaire soumis au gouvernement du Québec; GM 30298, 29 pages, 1 plan.

D’AMOURS, I., ARSENAULT, J. L., 2007. Helicopter magnetic, spectrometry and VLF survey, data acquisition report. A BETTER SEARCH, ENTREPRISES MINIERES GLOBEX, Claims Rosenblat, rapport statutaire soumis au Gouvernement du Québec; GM 63086, 36 pages, 10 plans.

DUBE, J., 2019. Technical report, high-resolution heliborne magnetic and TDEM survey, Calumet project. GOLDEN CALUMET EXPLORATION LTD, GEOTEST CORPORATION, rapport statutaire soumis au Gouvernement du Québec; GM 71275, 35 pages, 7 plans.

DUFRESNE, A. O., 1923. Rapport d’inspection, carrière Carswell-Bryson. CARRIERE CARSWELL, Québec, rapport statutaire soumis au gouvernement du Québec; GM 16549, 1 page.

GAUTHIER, M., 2020. Rapport des travaux effectués d’octobre 2018 à octobre 2019 sur la propriété Calumet-Nord. RESSOURCES SPHINX LTEE, rapport statutaire soumis au Gouvernement du Québec; GM 71575, 231 pages, 10 plans.

GAUTHIER, M., 2016. Rapport des travaux effectués sur la propriété Calumet nord. RESSOURCES TRANCHEMONTAGNE INC, GARDIN INC, rapport statutaire soumis au Gouvernement du Québec; GM 69436, 49 pages, 3 plans.

GAUTHIER, M., 2015. Rapport des travaux effectués sur la propriété de l’Île-du-Grand-Calumet. AMIXAM RESOURCES INC, rapport statutaire soumis au Gouvernement du Québec; GM 69512, 81 pages, 5 plans.

GAUTHIER, M., LARIVIERE, J. F., 2006. Minéralogie et propriétés géophysiques des gîtes de zinc disséminé dans les marbres du Supergroupe de Grenville – volet minéralogie du zinc non-sulfuré, rapport statutaire soumis au Gouvernement du Québec; GM 62901, 14 pages.

KATZ, M. B., 1976. Région Portage-du-Fort et lac Saint-Patrice. MRN; RG 170, 135 pages, 1 plan.

LEMIEUX, O., BELANGER, R., BELOBORODOV, A., GAUTHIER, M., CHAMPIGNY, N., 2016. Rapport de travaux de forages et décapages, PROJET GREEN PALLADIUM. RESSOURCES SPHINX LTEE, rapport statutaire soumis au gouvernement du Québec; GM 69364, 316 pages, 4 plans.

MADORE, L., GLOBENSKY, Y., SHARMA, K. N. M., 1994. Synthèse géologique de la région de Fort-Coulonge, SNRC 31F. MRN; MB 94-39, 27 pages, 1 plan.

MITCHELL, G. P., 1951. Diamond drill log, Young option. FALCONBRIDGE NICKEL MINES LTD, claims Young, rapport statutaire soumis au gouvernement du Québec; GM 01381, 8 pages, 7 plans.

OSBORNE, F. F., 1944. Région de l’île Calumet, comté de Pontiac. MRN; RG 018, 36 pages, 2 plans.

OSBORNE, F. F., 1939. La brucite, comtés de Pontiac et de Gatineau. MRN; RP 139, 21 pages.

ROY, M., DAIGNEAULT, R.-A., LAMOTHE, M., MILETTE, S., DUBOIS-VERRET, M., GODBOUT, P. M., HORTH, N., HURTUBISE, M. A., LAMARCHE, O., LEDUC, E., 2015. Cartographie des formations superficielles du territoire municipalisé de l’Outaouais – secteur ouest, MERN; MB 2015-03, 43 pages, 16 plans.

SHAW, D. M., 1955. Geology of North Part of Calumet Island, Pontiac County. MRN; DP 019, 38 pages, 1 plan.

SZENTESY, M., 2016. Geophysical survey report, airborne magnetic and helitem with multipulsetm survey, Pontiac area, project 601676. RESSOURCES SPHINX LTEE, SOQUEM INC, rapport statutaire soumis au gouvernement du Québec; GM 69691, 62 pages, 12 plans.

Autres publications

AZAR, B., EASTON, R.M., 2015. Precambrian Geology of the Chenaux gabbro, Grenville Province. Ontario Geological Survey; Preliminary Map P.3781, scale 1:20 000. Source

EASTON, R.M., 1992. The Grenville Province and the Proterozoic history of central and Southern Ontario in Geology of Ontario (Thurston, P.C., Williams, H.R., Sutcliffe, R.H., Stott, G.M., editors). Ontario Geological Survey; Special volume 4, part 2, chapter 19, pages 715-904.

ELLS, R.W., AMI, H.M., 1907. Rapport sur la géologie et les richesses naturelles de la région comprise dans le quart de feuille nord-ouest, no. 122, de la série Ontario et Québec, embrassant des portions des comtés de Pontiac, Carleton et Renfrew. Commission géologique du Canada; rapport séparé No. 998, 89 pages, 1 plan. doi.org/10.4095/216099

GEOLOGICAL SURVEY OF CANADA, 1955. Cobden, Renfrew and Pontiac Counties, Ontario-Québec. Commission géologique du Canada; Cartes géophysiques 222G, 1 plan. doi.org/10.4095/110217

PEHRSSON, S., HANMER, S., VAN BREEMEN, O., 1996. U-Pb geochronology of the Raglan gabbro belt, Central metasedimentary belt, Ontario: implications for an ensialic marginal basin in the Grenville Orogen. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 33, pages 691-702. doi.org/10.1139/e96-052

RIVERS, T., CULSHAW, N., HYNES, A., INDARES, A., JAMIESON, R., MARTIGNOLE, J., 2012. The Grenville Orogen – A post-LITHOPROBE perspective in Tectonic Styles in Canada: The LITHOPROBE Perspective (Percival, J.A., Cook, F.A., and Clowes, R.M., editors). Geological Association of Canada; Special Paper 49, pages 97-236.

RIVERS, T., MARTIGNOLE, J., GOWER, C.F., DAVIDSON, A. 1989. New tectonic divisions of The Grenville Province, southeast Canadian Shield. Tectonics; volume 8, pages 63-84.  doi.org/10.1029/TC008i001p00063

TOMKINS, A., 2005. A comparison of Calumet and Montauban: Two Au-bearing Zn-Pb VMS Deposits in the Grenville Province. University of Western Ontario (London), Grenville short course, March 2005 presentation.

VERTOLLI, V.M., LUMBERS, S.B., 1980. Pembroke area eastern part Southern Ontario. Ontario Geological Survey; preliminary map P.2356, scale 1 :63360 or 1 inch to 1 mile. Source

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

22 novembre 2022