English
 
Suite de La Sicotière
Étiquette stratigraphique : [narc]scr
Symbole cartographique : nAscr

Première publication:  
Dernière modification:

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
nAscr2 Granodiorite porphyrique foliée
nAscr1 Monzodiorite quartzifère et monzonite quartzifère porphyriques
 
Auteur :Bandyayera et Daoudene, 2018
Âge :Précambrien / Archéen / Néoarchéen
Coupe type : 
Région type :Région du lac de La Sicotière (feuillet SNRC 32N08)
Province géologique :Province du Supérieur
Subdivision géologique :Sous-province de Nemiscau
Lithologie :Roches intrusives intermédiaires à felsiques, foliées
Type d’unité :Lithodémique
Rang :Suite
Statut :Formel
Usage :Actif

 

 

Historique

La Suite de La Sicotière est un lithodème introduit pour décrire un ensemble de roches plutoniques porphyriques, dont la composition varie de granodiorite, monzodiorite à monzonite quartzifères (Bandyayera et Daoudene, 2018). Cette unité est localisée dans la Sous-province de Nemiscau, au sud de la Zone de cisaillement de la Rivière Rupert.

Description

La Suite de La Sicotière comprend deux unités : 1) une unité de monzodiorite quartzifère et monzonite quartzifère porphyriques (nAscr1), et 2) une unité de granodiorite porphyrique foliée (nAscr2). 

Suite de La Sicotière 1 (nAscr1) : Monzodiorite quartzifère et monzonite quartzifère porphyriques

L’unité nAscr1 affleure au sud de la région du lac de La Sicotière (feuillet 32N08), au milieu de l’unité de diatexite du Complexe de Rupert. Elle est associée à l’une de plus fortes anomalies magnétiques de la région, orientée SW-SSE, étendue sur 20 km de longueur et 3 km de largeur. L’unité nAscr1 est constituée essentiellement de monzodiorite quartzifère et de monzonite quartzifère, généralement porphyriques, et localement de granodiorite porphyrique. Toutes ces roches sont moyennement à grossièrement grenues, faiblement à fortement foliées, homogènes et magnétiques.

Leur couleur est gris rosé à rose blanchâtre en surface altérée, et gris moyen clair en surface fraîche. La couleur rosâtre est localement accentuée par une forte hématitisation. Toutes ces roches sont caractérisées par la présence de 5 à 30 % de phénocristaux ou de porphyroclastes centimétriques de feldspath potassique, localement idiomorphes à hypidiomorphes, plus ou moins alignés parallèlement aux plans de la foliation. Dans les faciès les plus déformés, des queues (appendices) asymétriques et des ombres de pression se développent autour des porphyroclastes de feldspath potassique. Les minéraux mafiques marquent la foliation et forment communément de petits amas centimétriques allongés constitués de hornblende. La roche contient 10 à 20 % de hornblende (localement jusqu’à 40 %), 5 à 25 % de biotite, et localement de la magnétite (2 %) et du pyroxène (2 %). Les minéraux accessoires sont abondants et comprennent le sphène, l’épidote, la muscovite, la chlorite, l’allanite, l’apatite et les minéraux opaques. Par endroits, certains affleurements montrent la monzodiorite et la granodiorite porphyriques en enclaves dans un granite rose massif à faiblement folié, magnétique, moyennement à grossièrement grenu et localement pegmatitique.

D’un point de vue géochimique, ces roches sont riches en potassium (1,5 à 4,3 %), métalumineuses, typiquement dépourvues d’anomalies en europium, et générées dans un environnement similaire à celui des arcs volcaniques (Pearce et al., 1984).

Suite de La Sicotière 2 (nAscr2) : Granodiorite porphyrique foliée

L’unité nAscr2 affleure à l’est de la région du lac de La Sicotière (feuillet 32N08), entre une unité de diatexite du Complexe de Rupert, au sud, et des unités de gneiss tonalitique et d’intrusions granitiques du Complexe de Champion, au nord. Elle s’étend en direction NW-SE sur 21 km de longueur et 4,5 km de largeur, le long d’une anomalie magnétique dont la susceptibilité augmente du NW vers le SE. Cette unité consiste en granodiorite porphyrique foliée, moyennement à grossièrement grenue, homogène, faiblement à fortement foliée, légèrement à moyennement magnétique. La roche est de couleur gris blanchâtre moyen à gris rosâtre en surface altérée, gris blanchâtre à gris rosâtre en surface fraîche. L’unité nAscr2 est caractérisée par une structure porphyrique liée à la présence de phénocristaux idiomorphes à hypidiomorphes de feldspath potassique de 1 à 8 cm de longueur. Les plus gros phénocristaux sont poecilitiques et contiennent des inclusions de micas. Par endroits, ils se présentent sous la forme de porphyroclastes allongés, étirés et réorientés parallèlement à la foliation. Dans les secteurs les moins déformés, ces phénocristaux peuvent présenter un alignement préférentiel interprété comme étant une foliation magmatique. La proportion de phénocristaux varie de 10 à 25 %, mais se situe en moyenne autour de 10 %. La roche contient généralement 15 à 30 % de minéraux mafiques constitués de hornblende (5 à 20 %), de biotite (2 à 30 %), et de magnétite (1 à 4 %). Les roches les plus déformées et foliées sont celles qui contiennent plus de minéraux mafiques. Le sphène, l’allanite et la magnétite sont les minéraux accessoires les plus répandus. L’unité nAscr2 contient également des enclaves métriques à décamétriques de tonalite et de diorite à grain moyen foliées.

Du point de vue géochimique, la granodiorite foliée de l’unité nAscr2 présente plusieurs similitudes avec les roches de l’unité nAscr1 au niveau des éléments traces, suggérant qu’elles sont cogénétiques. Elles sont moyennement enrichies en potassium (1,7 à 3,1 %), métalumineuses, typiquement dépourvues d’anomalies en europium, et générées dans un environnement similaire à celui des arcs volcaniques (Pearce et al, 1984).

Épaisseur et distribution

La Suite de La Sicotière est formée d’intrusions hectométriques à kilométriques qui s’injectent dans le Complexe de Rupert. Les nouvelles données géophysiques et géologiques montrent qu’elle s’étend suivant une direction NW-SE à NNW-SSE, sur au moins 21 km de longueur et 8 km de largeur.

Datation

Aucune.

Relation(s) stratigraphique(s)

La Suite de La Sicotière s’injecte dans les roches migmatitisées du Complexe de Rupert. Elle coupe également les roches gneissiques du Complexe de Champion qui émergent au milieu du Complexe de Rupert, interprétées comme le socle sous-jacent de toutes les unités volcano-sédimentaires du secteur de la rivière Rupert. Les différentes unités de la Suite de La Sicotière sont aussi coupées par des dykes de granite et de pegmatite granitique roses massifs.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
BANDYAYERA, D. DAOUDENE, Y.Géologie de la région du lac Champion, sous-provinces de La Grande et de Nemiscau, à l’est de Waskaganish, Municipalité Eeyou Istchee Baie-James, Québec, Canada. Ministère de l’Énergie et des Rssources naturelles, Québec.2018Bulletin géologiQUE
D’AMOURS, I.Levé magnétique aéroporté de la partie sud-est de la Sous-province de Nemiscau et de la partie nord de la Sous-province d’Opatica, Baie-James, Québec. Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, Québec; DP 2011-02, 8 pages, 92 plans.2011DP 2011-02
PEARCE, T.H. – HARRIS, B.W. – TINDLE, A.G.Trace element discrimination diagrams for the tectonic interpretation of granitic rocks. Journal of Geology; volume 25, pages 956-983.1984

 

 

11 avril 2018