Pluton de MacIntosh
Étiquette stratigraphique : [narc]mci
Symbole cartographique : nAmci

Première publication :  
Dernière modification :

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
Aucune
 
Auteur :
Midra et al., 1992a
Âge :
Néoarchéen
Stratotype :
Aucun
Région type :
Région du lac MacIntosh (Feuillet SQRC 32G11-200-0202)
Province géologique :
Subdivision géologique :
Sous-province de l’Abitibi
Lithologie :Granodiorite
Type :
Lithodémique
Rang :
Lithodème
Statut :Formel
Usage :Actif

 

Unité(s) apparentée(s)

 

 

Historique

La masse de granitoïdes de la Suite intrusive de Lapparent apparaît d’abord sur la carte de Retty et Norman (1938). Remick (1956, 1957) reconnaîtra différentes phases de la Suite de Lapparent sans toutefois les différencier sur la carte. En 1970, Duquette décrit le Pluton de Lapparent, auquel on associe le Pluton de MacIntosh, comme une masse de tonalite-diorite. La granodiorite du Pluton de MacIntosh sera d’abord identifiée sur la carte de Racicot et al. (1984). Nantel (1985) identifiera le potentiel du pluton pour la pierre de taille. Les limites actuelles du pluton seront définies par Midra et al. (1992a), qui en feront une description plus détaillée.

Description

 

Selon Midra et al. (1992a) :

« [Le Pluton de MacIntosh] est de couleur rose blanchâtre à rougeâtre en surface altérée et rose pâle à orangée en cassure fraîche. Le grain est moyen en bordure et très grossier au cœur. Les phénocristaux de microcline et de quartz, d’ordre centimétrique, donnent un aspect porphyrique à la granodiorite. La foliation dans la roche est soulignée par l’aplatissement des grains de quartz qui sont parfois crénulés à l’échelle de l’affleurement. Par endroits, le pluton est traversé par des zones de forte déformation dont la puissance n’excède pas le mètre; la roche dans ce cas est mylonitisée. Ces observations suggèrent un âge tarditectonique pour le pluton de MacIntosh.  

Le pluton est sectionné en deux parties par la Faille de Gwillim. Seule la partie orientale affleure. L’hématitisation qui accompagne les failles tardives et cassantes de direction nord-est est responsable de la teinte rougeâtre dans certaines parties de l’intrusion. 

La texture est granulaire en bordure et passe rapidement à une texture porphyrique au cœur. Dans les zones de forte déformation qui traversent le pluton, se développent des textures mylonitiques.

Les phénocristaux de microcline sont d’ordre centimétrique et automorphes. Le quartz (3 à 1,5 cm), ovoïde, est recristallisé en agrégats polycristallins dont les bordures des cristaux millimétriques sont suturées. Les phénocristaux de microcline et de quartz baignent dans un matrice composée essentiellement de plagioclase, de microcline, de quartz et d’épidote. Le plagioclase (< 2 mm), de forme hypidiomorphe, montre des macles tordues et contient parfois des inclusions de cristaux d’épidote. Le microcline est d’ordre millimétrique et en cristaux hypidiomorphes à automorphes. Le quartz, présent en quantité mineure, est interstitiel. L’épidote (clinozoïsite) se présente généralement en agrégats (2 mm) polycristallins en bordure des plagioclases et dans les interstices. Les minéraux accessoires sont la chlorite, la muscovite, le sphène et les minéraux opaques. »

Le Pluton de MacIntosh présente une couleur rouge uniforme particulièrement intéressante pour la pierre de taille (Nantel, 1985).

Épaisseur et distribution

Midra et al. (1992a) ont défini le Pluton de MacIntosh autour du lac du même nom, dont la partie orientale représente la région type. Le Pluton de MacIntosh, de forme ovale disséquée par des failles, s’étend sur une longueur de 5 km en direction ENE, le long de la Faille de Gwillim, et sa largeur est d’environ 2 km.

Datation

Aucune.

Relation(s) stratigraphique(s)

Le Pluton de MacIntosh coupe la Tonalite de l’Est et le gneiss tonalitique de Lapparent. Le pluton est coupé par la Faille de Gwillim.

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
CHOWN, E.H. – DAIGNEAULT, R. – MUELLER, W.Geological setting of the eastern extremity of the Abitibi Belt, dans: Lithotectonic Framework and Associated Mineralization of the eastern Extremity of the Abitibi Greenstone Belt, Quebec [Field Trip 3] (éditeurs: J. Guha, E.H. Chown, R. Daigneault). Commission géologique du Canada, Dossier public 2158, 131 pages.1990Source
DUQUETTE, GStratigraphie de l’Archéen et relations métallogéniques dans la région de Chibougamau, Minsitère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; 25 pages, 1 carte. 1970ES 008
MIDRA, R. – CHOWN, D. H. – TAIT, L..Géologie de la région du lac Dickson (Bande Caopatina-Desmaraisville). Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; MB 91-30, 65 pages. 1992aMB 91-30
MIDRA, R. – CHOWN, D. H. – TAIT, LGéologie de la région du lac Dickson (Bande Caopatina-Desmaraisville). Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; ET 90-01, 1 plan.1992bET 90-01
NANTEL, S.Zones potentielles pour l’exploitation de la pierre de taille, region de Chibougamau, Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles. DP 85-04, Québec; 1 plan.1985DP 85-04
RACICOT, D. – CHOWN, E.H. – HANEL, T.Plutons of the Chibougamau-Desmaraisville belt: A preliminary survey, dans: Chibougamau – Stratigraphy and Mineralization, ( Editeurs: J. Guha,  and E.H. Chown). Canadian institute of Mining and Metallurgy; Special Volume 34, pages 178-197.1984
REMICK, J. H.Rapport préliminaire sur la région d’Anville-Drouet, Comté d’Abitibi-Est, Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; 11 pages, 1 carte.1956RP 322
REMICK, J. H.Rapport préliminaire sur la région de Guercheville – Lapparent, district électoral d’Abitibi-Est, Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; RG 064, 15 pages, 1 carte.1957RP 343

RETTY, J. A.

– NORMAN, G. W. H

Feuillet Chibougamau, moitié oust, territoire de l’Abitibi, Québec, Commission géologique du Canada, carte série “A” 398A, 1 carte.1938Carte 398A

 

 

26 avril 2019