English
 
Pluton de l’Île Bohier
Étiquette stratigraphique : [narc]ibo
Symbole cartographique : nAibo

Première publication : 12 mars 2018
Dernière modification : 28 mai 2018

 

 

 

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.

Aucune

Auteur :Beauchamp et Massei, 2018
Âge :Néoarchéen
Coupe type : 
Région type :Région de l’île Bohier (feuillet SNRC 33A08)
Province géologique :Province du Supérieur
Subdivision géologique :Sous-province d’Opatica
Lithologie :Tonalite
Type d’unité :Lithodémique
Rang :Lithodème
Statut :Formel
Usage :Actif

 

 

 

Unité(s) apparentée(s)

Aucune

 

 

 

 

Historique

Le Pluton de l’Île Bohier a été introduit par Beauchamp et Massei (2018). La première cartographie à l’échelle 1/50 000 dans la région, effectuée par Hocq (1976), puis améliorée dans une synthèse régionale (Hocq, 1985), avait permis de repérer un assemblage de « diorite claire et de leucotonalite à biotite et hornblende à l’est » de l’île Bohier. Le contour de cette unité était assez imprécis. En 1987, Couture affine la cartographie du secteur et place un complexe tonalitique central à l’est du feuillet SNRC 33A08. Ce complexe englobe les plutons actuels de l’île Bohier et de Chiyaaskw. En 1988, le complexe tonalitique central est renommé granodiorite de l’île Bohier par Roy. À la suite des travaux de cartographie de l’été 2017, Beauchamp et Massei introduisent le Pluton de l’île Bohier, unité qui est distincte du vaste Pluton de Chiyaaskw qui affleure plus à l’est.

 

 

Description

Le Pluton de l’Île Bohier est constitué d’une tonalite homogène à grain moyen, équigranulaire et d’apparence peu déformée. Cette intrusion est plus compétente que les roches volcaniques adjacentes et elle se situe dans la charnière d’un pli régional (l’Anticlinal de l’île Bohier). Cela semble l’avoir mis à l’abri de la déformation principale. Les roches du Pluton de Chiyaaskw, directement à l’est, montrent une déformation beaucoup plus marquée. Localement, la composition du Pluton de l’Île Bohier peut devenir davantage granodioritique. En surface altérée, la roche est blanc-gris clair avec parfois une teinte verdâtre. En cassure fraîche, elle est blanc-gris à gris rosé légèrement plus foncé. Si la déformation semble peu marquée, les cartes aéromagnétiques indiquent que cette unité suit la forme de la Ceinture de roches vertes de la Haute-Eastmain (CRVHE), juste à l’ouest. La carte du gradient magnétique résiduel total montre des linéaments qui se superposent, sur le terrain, à un rubanement magmatique et à une foliation S1, dont l’orientation varie de NNW-SSE, N-S à NNE-SSW. La foliation S1 est marquée par un alignement préférentiel des cristaux de quartz et des minéraux mafiques. Les minéraux mafiques apparaissent généralement en petits amas, donnant à la roche un aspect tacheté particulièrement caractéristique. Certains gros grains de quartz sont légèrement allongés et apparaissent en mosaïque avec une extinction roulante en lames minces. Une autre particularité propre à cette roche est son altération; elle est affectée par une carbonatation faible et diffuse provoquant une effervescence à l’acide chlorhydrique, ce qui n’est pas le cas des autres plutons de la région. Le type de carbonate observé est de la calcite. La roche montre également une altération propylitique, une altération en chlorite et séricite de moyenne à forte intensité, ainsi qu’une légère épidotisation. Localement, le remplacement de la biotite par la chlorite est complet. Le Pluton de l’Île Bohier est également parcouru par des veinules d’altération potassique, une altération typique de la zone proximale des minéralisations de type porphyrique. Quoique difficile à voir à l’œil nu, on peut observer 0,5 % de tourmaline en lame mince. Ainsi, la roche est affectée par une altération en carbonate + séricite + tourmaline. Enfin, la roche est légèrement hématitisée.

Les principaux minéraux ferromagnésiens sont la biotite (2 à 10 %), la muscovite (jusqu’à 4 %) et, localement, la hornblende. Ces minéraux forment de petits amas. La magnétite confère à la roche un magnétisme variable selon les affleurements, allant de faible à fort. De la pyrite et de la pyrrhotite en traces sont disséminées dans la roche ou contenues dans des veinules.

D’un point de vue géochimique, la roche est d’affinité calco-alcaline (Ross et Bédard, 2009). De type I, elle est peralumineuse à métalumineuse (Maniar et Piccoli, 1989). Dans le diagramme de Pearce et al. (1984), les échantillons se situent dans le champ des granites d’arc volcanique. Enfin, le spectre des terres rares normalisées à la Chondrite CI (McDonough et Sun, 1995) montre un léger enrichissement en terres rares légères par rapport aux terres rares lourdes ainsi qu’une anomalie négative en europium.

  

 

Épaisseur et distribution

Le Pluton de l’Île Bohier mesure 14 km par 8 km. Il se situe dans le feuillet SNRC 33A08, soit directement à l’est et au sud-est de l’île Bohier.

Datation

Un âge U-Pb de 2771 ±6 Ma (Davis, communication personnelle) a été obtenu pour le Pluton de l’Île Bohier, ce qui confirme une mise en place synvolcanique, contemporaine à la Formation de Roman. En effet, les datations des roches de la CRVHE ont livré un âge de 2800 ±6 Ma pour le premier épisode volcanique et de 2770 ±3 Ma et 2774 ±6 Ma pour le deuxième épisode (Davis, communication personnelle). Le troisième épisode volcanique (la Formation de Clément), plus jeune, n’a pas été daté. Le Pluton de l’Île Bohier est par ailleurs plus vieux que le Pluton de Chiyaaskw (2746 ±3 Ma; Talla Takam et al., en préparation), situé juste à l’est.

 

Système isotopiqueMinéralÂge de cristallisation (Ma)(+)(-)Référence(s)
U-Pbzircon277166Davis, communication personnelle

 

 

 

Relations stratigraphiques

Le Pluton de l’île Bohier est synvolcanique. Les résultats géochronologiques indiquent qu’il est contemporain du second épisode volcanique de la CRVHE (Formation de Roman). Le Pluton de l’Île Bohier est intrusif dans la Formation d’Érasme, qui correspond au premier épisode volcanique de la CRVHE. Le Pluton de Chiyaaskw, qui affleure du côté est, est plus jeune et donc intrusif dans le Pluton de l’île Bohier. Plusieurs dykes de composition dioritique orientés E-W se situent à l’est du Pluton de l’Île Bohier. Très peu d’affleurements ont été décrits sur ces dykes. Ils ont été interprétés grâce aux cartes aéromagnétiques.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

 

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
BEAUCHAMP, A.-M. – MASSEI, F.Géologie de la région de l’île Bohier, au contact entre les sous-provinces d’Opatica, d’Opinaca et le bassin d’Otish, au nord de Mistassini, municipalité Eeyou Istchee Baie-James, Québec, Canada. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.2018Bulletin géologiQUE
COUTURE, J.-F.Géologie de la partie occidentale de la bande volcanosédimentaire de la rivière Eastmain supérieure – rapport intermédiaire. Ministère des Ressources naturelles, Québec, 110 pages.1987MB 87-51
HOCQ, M.Géologie de la région du lac Cadieux (Nouveau-Québec). Ministère des Ressources naturelles, Québec, 17 pages.1976DPV 433
HOCQ, M.

Géologie de la région des lacs Campan et Cadieux, Territoire-du-Nouveau-Québec. Ministère des Ressources naturelles, Québec, 188 pages.

1985ET 83-05
MANIAR, P. D. – PICCOLI, P.M.Tectonic discrimination of granitoids. Geological Society of America Bulletin, volume 101, pages 635-643.1989Source
MCDONOUGH, W. F. – SUN, S. S.The composition of the earth. Chemical Geology, volume 120, pages 223-253.1995Source
PEARCE, J. A. – HARRIS, N. W. – TINDLE, A. G.Trace element discrimination diagrams for the tectonic interpretation of granitic rocks. Journal of Petrology, volume 25, pages 956-983.1984Source
ROSS, P.-S. – BÉDARD, J.H.Magmatic affinity of modern and ancient subalkaline volcanic rocks determined from trace-element discriminant diagrams. Journal Canadien des Sciences de la Terre, volume 46, pages 823-839.2009Source
ROY, C.Géologie du secteur de l’île Bohier de la bande volcanosédimentaire de la rivière Eastmain supérieure. Ministère des Ressources naturelles, Québec, 115 pages.1988MB 88-16

 

 

 

 

 

 

 

 

12 mars 2018