English
 
Groupe de Figuery
Étiquette stratigraphique : [narc]fg
Symbole cartographique : nAfg

Première publication :  
Dernière modification :

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
nAfg14 Volcanoclastite indifférenciée, wacke et arénite quartzitique
nAfg13 Rhyolite
nAfg12 Volcanite intermédiaire à felsique cisaillée
nAfg11 Basalte andésitique ou basalte
nAfg10 Volcanite felsique cisaillée et séricitisée à pyrophyllite
nAfg9 Argilite et siltstone à graphite
nAfg8 Dacite
nAfg7 Rhyolite, dacite et tuf felsique
nAfg6 Volcanoclastite intermédiaire
nAfg5 Volcanite intermédiaire à mafique et tuf intermédiaire
nAfg4 Andésite porphyrique à plagioclase
nAfg3 Tuf intermédiaire et felsique
nAfg2 Tuf à pyrite et graphite
nAfg1 Andésite, basalte, gabbro et volcanoclastite felsique à intermédiaire
 
Auteur :
Imreh, 1979; Labbé, 1995
Âge :
Néoarchéen
Coupe type :
Aucune
Région type :
Feuillets SNRC 32D08, 09, 10, 14 et 15, ainsi que 32C05, 06, 11 et 12
Province géologique :
Subdivision géologique :

Sous-province de l’Abitibi

Lithologie :

Roches volcaniques et volcanoclastiques

Type :
Lithostratigraphique
Rang :
Groupe
Statut : Formel
Usage : Actif

 

Unité(s) apparentée(s)

Aucune

Historique

Le Groupe de Figuery actuel occupe la portion sud du segment de roches volcaniques archéennes de Taschereau-Amos-Senneterre (Faure, 2016). Webber et Latulippe (1964) sont les premiers à cartographier en détail (échelle 1/24 000) les diverses lithologies volcano-sédimentaires et intrusives composant la partie est de ce segment, plus particulièrement dans le secteur d’Amos. À cette époque, aucuns noms formels de formations n’avaient été proposés; les unités volcaniques étaient alors réputées d’âge Keewatin (Wilson, 1938; Tremblay, 1950).

La première mention du terme « Figuery » doit être attribuée à Imreh (1979). Entre le début des années 1970 et le milieu des années 1980, les nombreux levés géologiques d’Imreh et de ses collaborateurs couvrant la partie sud-est de l’Abitibi (en particulier les secteurs de Val-d’Or, de Malartic et d’Amos) constituent les fondements permettant de proposer initialement les termes de formations de « Figuery inférieur », « Figuery moyen » et « Figuery supérieur » (Imreh, 1979). Ils proposent alors d’inclure les nouvelles formations de Figuery et de Landrienne dans le Groupe d’Harricana.

En 1982, Imreh publie un mémoire qui résume dix années de réflexion sur la volcanologie, la stratigraphie et la gîtologie du sillon de La Motte-Vassan. Il conserve alors seulement les appellations formations de « Figuery inférieur » et « Figuery supérieur », lesquelles demeurent combinées à la Formation de Landrienne pour constituer le Groupe d’Harricana. La cartographie régionale se poursuit selon ce schéma stratigraphique avec Beullac (1983) dans la région de Barraute, Otis et Béland (1986) dans le secteur de La Morandière–Rochebeaucourt–Carpentier, Imreh et Beullac (1987) dans le secteur de Preissac–La Pause–Cléricy et Labbé (1994) dans la région d’Amos.

En 1995, Labbé finalise ses travaux de cartographie dans la région d’Amos : il propose de changer les noms de formations de Figuery inférieur et supérieur pour les groupes de Figuery inférieur et supérieur. Les qualificatifs « inférieur » et « supérieur » ont été conservés afin de distinguer deux types de roches légèrement distincts, mais faisant partie d’un même ensemble d’affinité calco-alcaline (Labbé, 1995). Cet auteur propose également d’abandonner l’appellation « Groupe d’Harricana », en raison du fait que les deux unités stratigraphiques historiquement impliquées (Figuery et Landrienne; Imreh 1982) présentent des affinités géochimiques bien distinctes et sont séparées par d’importantes zones de faille (failles d’Abcourt et de Lyndhurst). La Formation de Landrienne devient alors un groupe (Labbé, 1995), mais ce dernier est reconduit au niveau de formation par Pilote et al. (2009). Par la suite, Doucet et Dion (1998a; 1998b) réalisent la cartographie des régions de Languedoc–Authier Nord et Doucet (2000) de la région de Taschereau, de Sainte-Gertrude-Manneville et de Villemontel, en appliquant la nouvelle nomenclature stratigraphique de Labbé (1995).

Dans une synthèse géologique publiée par Labbé (1999) couvrant le secteur d’Amos (feuillets 32C12 et 32D09), l’auteur modifie le schéma stratigraphique précédent et propose de combiner les segments « inférieur » et « supérieur » du Groupe de Figuery sous l’appellation unique de « Groupe de Figuery ». Cette nomenclature est reprise par Pilote et al. (2019), avec quelques ajustements ponctuels. Le Groupe de Figuery se subdivise maintenant en 14 unités informelles. De façon sommaire, le Figuery inférieur a été remplacé par les unités nAfg1, nAfg2 et nAfg3, et le Figuery supérieur par les unités nAfg4 à nAfg14, de manière à homogénéiser la stratigraphie et préserver autant que possible les observations géologiques précédentes.

 

Description

 

Les unités de la partie sud du segment Taschereau-Amos-Senneterre ont été décrites sur la base des travaux de Weeks (1935), Tremblay (1956), Webber et Latulippe (1964), Imreh (1979, 1982), Vogel et Keating (1979), Ciesielski (1980), Hébert (1981 et 1982), Otis et Béland (1986), Labbé (1994, 1995 et 1999), Doucet et Dion (1998a, 1998b), Doucet (2000) et Faure (2016). La séquence stratigraphique générale ci-dessous est décrite de sa base vers son sommet.

Groupe de Figuery 1 (nAfg1) : Andésite, basalte, gabbro et volcanoclastites felsique à intermédiaire

Il s’agit de l’unité la plus étendue du Groupe de Figuery. Cette unité est composée principalement d’andésite et de basalte calco-alcalin, ainsi que de quelques niveaux de volcanoclastite felsique à intermédiaire. Les roches sont généralement coussinées, mais quelques coulées massives ont été observées et forment des lits importants de quelques dizaines de mètres d’épaisseur. Ces roches sont caractérisées par une patine d’altération vert moyen, une surface fraîche vert pâle et une structure aphanitique. Des filons-couches de gabbro sont injectés dans ces volcanites (Labbé, 1995; Doucet et Dion, 1998a; 1998b).

Groupe de Figuery 2 (nAfg2) : Tuf à pyrite et graphite

Cette unité fragmentaire est intercalée dans l’unité nAfg1, soit dans la partie ouest du segment occupé par le Groupe de Figuery, plus spécifiquement dans les feuillets 32D10 et 32D14.

Groupe de Figuery 3 (nAfg3) : Tuf intermédiaire et felsique

Cette unité se trouve à l’extrême nord-ouest du groupe. Elle consiste en plusieurs niveaux de tuf à lapillis et de tuf à blocs et à lapillis de composition intermédiaire, généralement de quelques mètres à quelques dizaines de mètres de puissance. Cette unité est interlitée avec des volcanites intermédiaires. Ces roches montrent habituellement une patine d’altération beige à jaunâtre et une cassure fraîche gris pâle. Les tufs à lapillis et à lapillis et à blocs sont caractérisés par des fragments arrondis à subangulaires, millimétriques à décimétriques, de volcanites mafiques, intermédiaires ou felsiques baignant dans une matrice aphanitique. En général, ces volcanoclastites fragmentaires sont mal triées et ne montrent pas de granoclassement des lapillis ou des blocs (Doucet, 1998).

Groupe de Figuery 4 (nAfg4) : Andésite porphyrique à plagioclase

Groupe de Figuery, unité nAfg4Cette unité est constituée en majeure partie de coulées andésitiques coussinées vert pâle, communément porphyriques à phénocristaux de plagioclase et pouvant contenir des amygdules aplaties remplies de chlorite. En général, les coussins observés dans ces roches sont très volumineux (mégacoussins de 1 à 3 m d’épaisseur) et présentent des bordures de refroidissement dont l’épaisseur peut atteindre 15 cm (Labbé, 1995).

 

Groupe de Figuery 5 (nAfg5) : Volcanite intermédiaire à mafique et tuf intermédiaire

Cette unité affleure dans le canton de Launay. Elle est représentée par des roches volcaniques intermédiaires et mafiques formant des coulées généralement massives, localement coussinées. Ces roches sont caractérisées par une patine d’altération vert moyen, une surface fraîche vert pâle et une structure à grain fin (Doucet, 2000).

Groupe de Figuery 6 (nAfg6) : Volcanoclastite intermédiaire

L’unité nAfg6 s’observe en lentilles d’extension limitée logées entre des coulées andésitiques (nAfg1 et nAfg4; feuillet 32D09) ou à l’intérieur de l’unité nAfg7 (feuillets 32C05 et 32C12). Cette unité se compose de niveaux volcanoclastiques de composition intermédiaire. Les fragments sont communément de la taille de lapillis et, plus localement, de la taille de blocs (Labbé, 1995).

Groupe de Figuery 7 (nAfg7) : Rhyolite, dacite et tuf felsique

La plus grande proportion des volcanites felsiques du Groupe de Figuery prend place dans cette unité. Celle-ci consiste en niveaux de rhyolite et de tuf felsique à patine d’altération blanc verdâtre, à cassure fraîche gris pâle et à structure microgrenue et équigranulaire. Des niveaux de tuf à lapillis de quelques mètres d’épaisseur ont aussi été notés. Ils sont composés de fragments subarrondis de volcanite felsique de 5 mm à 3 cm de diamètre dans une matrice aphanitique. Cette unité occupe communément la partie supérieure du Groupe de Figuery (Doucet, 2000; Lavallée et Bourgoin, 2003).

Groupe de Figuery 8 (nAfg8) : Dacite

Cette unité consiste en niveaux lenticulaires de dacite, particulièrement abondants dans la partie nord du canton de Barraute. La dacite est gris moyen et se présente sous forme de coulées massives (Labbé, 1995).

Groupe de Figuery 9 (nAfg9) : Argilite et siltstone à graphite

Cette unité se compose de trois minces unités de roche sédimentaire graphiteuse. On retrouve cette unité à l’ouest du lac Figuery (feuillet 32D09). De nombreux autres lits semblables, mais trop minces pour être représentées sur la carte, se retrouvent à des positions stratigraphiques variables dans l’unité nAfg4.

Groupe de Figuery 10 (nAfg10) : Volcanite felsique cisaillée et séricitisée à pyrophyllite

Ces niveaux de volcanite felsique cisaillée et séricitisée à pyrophyllite et, localement, à chloritoïde, sont situés au contact des feuillets 32C06 et 32C11. Les roches revêtent communément l’aspect d’un schiste à quartz-pyrophyllite ± chloritoïde ± muscovite ± paragonite. Les données géochimiques indiquent que le protolithe de ces schistes pourrait correspondre à des coulées et/ou des niveaux de tuf de composition rhyodacitique à rhyolitique et d’affinité calco-alcaline (Lavallée et Bourgoin, 2003). Ces lithologies ont été fortement altérées par la circulation de fluides hydrothermaux et sévèrement affectées par la déformation régionale. Elles sont intercalées en totalité dans l’unité nAfg7, laquelle constitue la meilleure estimation de leur protolithe.

Groupe de Figuery 11 (nAfg11) : Basalte andésitique ou basalte

Cette unité se trouve à l’extrémité SE du Groupe de Figuery et intercalée dans une unité de composition andésitique (nAfg4). Elle se compose de basalte andésitique ou de basalte et, localement, de tuf de composition mafique. Un nombre restreint de données sont actuellement disponibles relativement à la description de cette unité, qui a été observée par Lavallée et Bourgoin (2003).

Groupe de Figuery 12 (nAfg12) : Volcanite intermédiaire à felsique cisaillée

Cette unité se compose d’un tuf de composition intermédiaire à felsique se trouvant à la base de l’unité nAfg10. Elle est affectée par des cisaillements importants associés à la Faille de Lyndhurst. Cette zone de faille serait localisée au contact entre le Groupe de Figuery et la Formation de Deguisier (Moorhead, 1992; Lavallée et Bourgoin, 2003).

Groupe de Figuery 13 (nAfg13) : Rhyolite

L’unité nAfg13 est située au nord-est du feuillet 32C06. Elle compose de rhyolite et de tuf de composition rhyolitique contenant, en plusieurs endroits, des cristaux de quartz et de plagioclase ainsi que des blocs. Les blocs sont fortement aplatis et généralement de même nature. Une zone de déformation oblitère sévèrement les fabriques primaires dans la partie est de cette unité. Des porphyroblastes de pyrophyllite et de chloritoïde sont observés en proportions variables (Lavallée et Bourgoin, 2003).

Groupe de Figuery 14 (nAfg14) : Volcanoclastite indifférenciée, wacke et arénite quartzitique

Cette unité a été historiquement reconnue par Eakins (1974) dans le canton de Privat, dans la partie NW du feuillet 32D10. Elle se présente sous la forme de deux larges enclaves, faisant plusieurs centaines de mètres de longueur, contenues dans une vaste intrusion gabbroïque. Ces enclaves se composent de roches sédimentaires variant en composition du wacke à l’arénite quartzitique, ainsi que de volcanoclastites indifférenciées.

 

Épaisseur et distribution

Le Groupe de Figuery occupe la partie sud de la bande volcano-sédimentaire de Taschereau–Amos–Senneterre (Faure, 2016) et s’étend sur plus de 150 km selon un axe WNW-ESE. Ce groupe est bordé au sud et au nord par des failles d’envergure régionale. Sa largeur varie de quelques centaines de mètres à plus de 10 km dans sa partie centrale (feuillet 32D09). Les unités appartenant à ce groupe se trouvent dans les feuillets 32D08, 09, 10,14 et 15, ainsi que 32C05, 06, 11 et 12.

Datation

Aucune datation U-Pb sur zircons n’est présentement disponible pour les volcanites du Groupe de Figuery. Par contre, l’intrusion de composition tonalitique à granodioritique du Batholite de Taschereau (Doucet, 2000) s’injecte dans les volcanites appartenant au Figuery dans la moitié nord du feuillet 32D10. Cette intrusion apparaît d’autre part dépourvue d’une auréole de métamorphisme de contact (Doucet, 2000). Frarey et Krogh (1986) ont procédé à une datation U-Pb sur zircons sur ce pluton et ont obtenu un âge de 2718,3 +2,3/-2,2 Ma, un résultat que Frarey et Krogh (1986) ont interprété comme synvolcanique. Cette interprétation est également mentionnée et supportée par les travaux de Doucet (2000). L’âge obtenu par Frarey et Krogh (1986) implique que l’âge moyen des volcanites du Groupe de Figuery devrait être comparable à celui de cette intrusion, ou légèrement plus vieux.

Relation(s) stratigraphique(s)

Le Groupe de Figuery est bordé au nord par le Groupe d’Amos (Imreh, 1979) et au sud par la Formation de Deguisier. La limite sud de ce segment de roches volcaniques archéennes est bordée par les failles régionales de Macamic et de Lyndhurst, tandis que la limite nord est bordée par la Faille de Beauchamp (Labbé, 1995). Toutes ces lithologies sont orientées suivant une direction générale WNW-ESE avec un pendage abrupt vers le nord (Lavallée et Bourgoin, 2003).

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Publications accessibles dans Sigéom Examine

BEULLAC, R. 1983. Région de Barraute-Fiedmont. Ministère des Richesses naturelles, Québec; DP-84-02, 1 plan.

BEULLAC, R., IMREH, L. 1987. Géologie du secteur de Preissac-La Pause-Clérucy (Abitibi). Ministère des Richesses naturelles, Québec; ET 86-03, 44 pages et 1 plan.

CIESIELSKI, A. 1980. Géologie du canton de Villemontel (Comté d’Abitibi-Ouest). Ministère des Ressources naturelles, Québec; DPV 706, 78 pages et 1 plan.

DOUCET, P., DION, D.-J. 1998a, Géologie de la région de Languedoc (SNRC 32D/ 15-200-0 1 02). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 98-12, 29 pages.

DOUCET, P., DION, D.-J. 1998b, Géologie de la région d’Authier-Nord (SNRC 32D/15-200-01 01). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 98-11, 28 pages.

DOUCET, P. 2000. Géologie de la région de Taschereau, de Sainte-Gertrude-Manneville et de Villemontel. Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2000-08, 34 pages et 3 cartes

EAKINS, P R. 1974. Preliminary report on the geology of Privat township, Abitibi-West County. Ministère des Ressources naturelles, Québec; DP 222, 13 pages et 2 plans.

HÉBERT, R. 1981. Lithostratigraphie du canton de Villemontel (comté d’Abitibi-Est). Ministère des Ressources naturelles; Québec; DP 785, 18 pages et 2 plans.

HÉBERT, R. 1982. Géologie du complexe de filons-couches d’Amos, Québec. Ministère des Ressources naturelles; Québec; DP 786, 28 pages et 1 plan.

IMREH, L. 1984. Sillon de La Motte-Vassan et son avant-pays méridional : synthèse volcanologique, lithostratigraphique et gîtologique. Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; MM 82-04, 72 pages.

LABBÉ, J.-Y. 1994, Synthèse géologique de la région d’Amos, Abitibi. Ministère des Ressources naturelles, Québec; MB 94- 09, 13 pages.

LABBÉ, J.-Y. 1995. Géologie de la région d’Amos – Comté d’Abitibi-Est. Ministère des Ressources naturelles, Québec; MB 95-24, 27 pages.

LABBÉ, J.-Y. 1999. Études géologiques dans la région d’Amos. Ministère des Ressources naturelles, Québec; ET 98-04, 87 pages.

LAVALLÉE, J.-S., BOURGOIN, M. 2003. Rapport d’une campagne de 9 Sondages au diamant – MRB associés; Consultants miniers, Québec; Ministère de l’Énergie et des Ressources du Québec; GM 60879, 482 pages.

OTIS, M., BÉLAND, G. 1986. Projet de cartographie, région d’Amos. Ministère de l’Énergie et des Ressources du Québec; MB 86-21.

PILOTE, P., MARLEAU, J., DAVID, J. 2019. Géologie de la région de Barraute, Sous-province de l’Abitibi, région de l’Abitibi-Témiscamingue, Québec, Canada. MERN. BG 2019-06.

PILOTE, P., McNICOLL, V., DAIGNEAULT, R., MOORHEAD, J. 2009. Géologie et nouvelles corrélations dans la partie ouest du Groupe de Malartic et dans le Groupe de Kinojévis, Québec. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; MB 2009-09, pages 55-60.

VOGEL, D E., KEATING, P. 1979. Canton de Trecesson. Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 194, 50 pages et 2 plans.

WEBER, W.W., LATULIPPE, M. 1964. Région d’Amos- Barraute, comté d’Abitibi-est. Ministère des Richesses naturelles, Québec; RG-109.

Autres publications

FAURE, S. 2016. Le segment volcanique Taschereau-Amos-Senneterre (Abitibi) et son potentiel métallogénique pour l’or et les métaux de base. Consortium de recherche en exploration minéral (CONSOREM); Projet 2015-01, 59 p.

FRAREY, M.J., KROGH, T.E. 1986. U-Pb zircon ages of late internal plutons of the Abitibi and eastern Wawa subprovinces, Ontario and Quebec. Current Research, Part A, Geological Survey of Canada, Paper 86-1A, p. 4348. http://dx.doi.org/10.4095/120343

IMREH, L. 1979. Lithostratigraphie et roches ultramafiques du secteur de Val-d’Or – Amos. Association géologique du Canada – Association minéralogique du Canada, congrès de Québec, 1979; livret-guide de l’excursion A-4, p. 140.

ROSS, P.-S., BÉDARD, J.H. 2009. Magmatic affinity of modern and ancient subalkaline volcanic rocks determined from trace-element discriminant diagrams. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 46, p. 823–839. http://dx.doi.org/10.1139/E09-054

TREMBLAY, L.-P. 1956. Région de Fiedmont. Com. géol. Can.; Mémoire 253, 141 pages et 1 carte. http://dx.doi.org/10.4095/119963

WEEKS, L.J. 1935. Amos sheet, Abitibi County, Quebec. Geological Survey of Canada, Ottawa; map 327A. http://dx.doi.org/10.4095/107158

WILSON, M.E. 1938. The Keewatin lavas of the Noranda district, Quebec. Toronto University, Studies No.41, p. 7582.

WINCHESTER, J.A., FLOYD, P.A. 1977. Geochemical discrimination of different magma series and their differentiation products using immobile elements. Chemical Geology; volume 20, p. 325–343. http://dx.doi.org/10.1016/0009-2541(77)90057-2

14 juin 2019