Formation d’Aubert
Étiquette stratigraphique : [marc]at
Symbole cartographique : mAat

Première publication :  
Dernière modification :

 

 

Subdivision(s) informelle(s)

La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.

mAat3 Paragneiss (ou méta-arénite) à sillimanite-cordiérite-biotite-muscovite ± tourmaline, localement rubané et migmatitique
mAat2 Paragneiss (ou métawacke) à biotite, hornblende et grenat, généralement rubané et migmatitique; formation de fer localement
mAat2a Paragneiss à hornblende et à biotite avec orthopyroxène; niveaux de formation de fer
mAat1 Conglomérat polygénique, grès quartzitique et wacke
mAat Paragneiss à biotite et à biotite-hornblende, rubané et plus ou moins migmatitisé
 
Auteur :
Gosselin et Simard, 2000
Âge :
Mésoarchéen 
Stratotype :
Aucun
Région type :
Région du lac Gayot (feuillet SNRC 23M)
Province géologique :Province du Supérieur
Subdivision géologique :
Sous-province de La Grande
Lithologie :Roches métasédimentaires
Type :Lithostratigraphique
Rang :
Formation
Statut :Formel
Usage :Actif

 

Unité(s) apparentée(s)

Aucune

 

 

Historique

La Formation d’Aubert a été définie par Gosselin et Simard (2000) pour décrire quelques lambeaux kilométriques de roche métasédimentaire dans la région du lac Gayot (feuillet 23M). Les auteurs ont reconnu deux unités informelles, soit une unité de conglomérat polygénique (mAat1) et une unité de paragneiss (métawacke) à biotite et à hornblende (mAat2). Thériault et Chevé (2001) ont suivi un de ces lambeaux dans la région du lac Hurault (feuillet 23L) sur plus de 70 km et ont découvert une troisième unité constituée de paragneiss (méta-arénite) à porphyroblastes de sillimanite et de cordiérite (mAat3). Simard et al. (2009) ont assigné quelques lambeaux de paragneiss à la Formation d’Aubert dans la région de la rivière Sérigny, directement à l’est de la région du lac Gayot (feuillet 24C). L’unité a été nommée en référence au lac Aubert situé dans le feuillet 23L14.

Description

Il s’agit essentiellement d’une unité de roche métasédimentaire légèrement migmatitisée constituée de paragneiss à hornblende, biotite et grenat. L’unité est rubanée et injectée de matériel granitique. Elle comprend de moindres proportions de schiste, de paragneiss à cordiérite, sillimanite, andalousite, grenat et biotite ainsi que de rares niveaux de formation de fer. La Formation d’Aubert comprend également un conglomérat polygénique, localisé à la base de l’unité, en alternance avec du grès quartzitique et du grès argileux. Ce conglomérat renferme des fragments de basalte amphibolitisé, de tuf à cristaux, de gneiss tonalitique et de formation de fer provenant du Complexe de Gayot (Simard et al., 2008).

Dans le feuillet 24C, près du lac Cambrien, les relations observées sur le terrain et la composition des fragments contenus dans un niveau de conglomérat suggèrent que les roches sédimentaires de cette formation proviennent de l’érosion de l’édifice volcanique du Complexe de Gayot. La Formation d’Aubert est représentée par quatre petits lambeaux kilométriques de paragneiss contenus dans une intrusion de monzonite à structure porphyroïde de la Suite de Maurel. Des enclaves décimétriques à métriques de paragneiss sont aussi notées dans l’intrusion près de ces lambeaux. Le paragneiss de la Formation d’Aubert est gris foncé et de granulométrie fine. Il contient >20 % de minéraux ferromagnésiens représentés par la biotite ou un assemblage de biotite et de hornblende. La roche montre un rubanement mal défini et, localement, une structure fragmentaire pouvant correspondre à d’anciens niveaux de microconglomérat. Le paragneiss est partiellement migmatitisé. Le mobilisat blanchâtre (<5 %) se présente en bandes irrégulières, millimétriques à décimétriques et parallèles à la foliation (Simard et al., 2009).

Dans le feuillet 23L, cette bande de roche métasédimentaire est située près de la limite entre la Sous-province de La Grande et le Complexe d’Ashuanipi. Elle est constituée de ~85 % de paragneiss (métawacke) à biotite et hornblende (mAat2) et de 15 % de paragneiss (méta-arénite) à sillimanite, cordiérite, muscovite et biotite (mAat3). Un seul niveau de conglomérat polygénique (mAat1) a été observé le long de la marge est de la bande (Thériault et Chevé, 2001).

Formation d’Aubert (mAat) : Paragneiss à biotite et à biotite-hornblende, rubané et plus ou moins migmatitisé

Cette unité indifférenciée est constituée de paragneiss à biotite et à biotite-hornblende, rubané et plus ou moins migmatitisé.

Formation d’Aubert 1 (mAat1) : Conglomérat polygénique, grès quartzitique et wacke

L’unité mAat1 se limite au secteur de la ceinture de Coulon (Complexe de Gayot), dans la partie SW de la région du lac Gayot (feuillet 23M). Elle est constituée de bancs épais de conglomérat polygénique contenant 40 à 60 % de fragments de basalte amphibolitisé, de tuf à cristaux, de gneiss tonalitique et de formation de fer. Les fragments (1 à 8 cm) sont liés par une matrice de métawacke et étirés dans le sens de la foliation (Gosselin et Simard, 2000). Ceux-ci reflètent le plongement modéré de l’unité vers le nord (Thériault et Chevé, 2001).

Le conglomérat est interstratifié avec des bancs de grès quartzitique et de grès argileux (wacke) variant de 1 à 4 m d’épaisseur (Gosselin et Simard, 2000). La matrice de ces bancs de grès est constituée de plagioclase (60 à 65 %), de quartz (15 à 20 %) et de biotite (15 %) avec de plus faibles proportions de hornblende et de magnétite. Les cailloux observés en lame mince sont de composition tonalitique à granodioritique et sont vraisemblablement dérivés des suites de Favard et/ou de Brésolles. Ils sont composés de plagioclase (50 à 60 %), de quartz (20 à 30 %), de feldspath potassique (5 à 15 %) et de biotite (5 %) avec des proportions moindres d’apatite, d’épidote et de magnétite. Le niveau de conglomérat semble très similaire à celui trouvé à environ 45 km au nord par Gosselin et Simard (2000), directement à l’est de la ceinture de Coulon (Thériault et Chevé, 2001).

Le fait que le niveau de conglomérat soit situé le long de la marge ouest de la Formation d’Aubert dans le secteur de la ceinture de Coulon, alors qu’il est situé le long de la marge est dans la région du lac Hurault (feuillet 23L), implique que cette formation pourrait avoir subi une ou plusieurs phases de plissement isoclinal. La présence d’une charnière de pli isoclinal de dimension décamétrique dans la région du lac Hurault, à l’extrémité sud du prolongement de la ceinture de Coulon, supporte une telle interprétation (Thériault et Chevé, 2001).

Formation d’Aubert 2 (mAat2) : Paragneiss (ou métawacke) à biotite, hornblende et grenat, généralement rubané et migmatitique; formation de fer localement

L’unité mAat2 est constituée de paragneiss à grain fin à moyen, rubané, migmatitisé et abondamment injecté de matériel granitique. Elle comprend localement des niveaux de formation de fer aux faciès des oxydes et des sulfures. L’unité mAat2 contient aussi la sous-unité mAat2a de moindre importance.

Le paragneiss a une patine d’altération variant du gris-brun au gris-vert foncé et contient des niveaux métriques à décamétriques riches en porphyroblastes de grenat; ce dernier se concentre particulièrement à l’intérieur des leucosomes. Les niveaux de paragneiss sont constitués à 25 % de leucosome granodioritique à tonalitique, blanc à gris pâle, à grain moyen à grossier. Le paragneiss contient 15 à 35 % de minéraux ferromagnésiens, dont la hornblende et la biotite. L’épidote, omniprésente, constitue jusqu’à 2 % du total de la roche. De petits cristaux d’allanite sont souvent associés à l’épidote. Le sphène et le feldspath potassique ont été observés à quelques endroits. Des niveaux de schiste à cordiérite, andalousite et grenat ont également été observés dans cette unité, au sud de la ceinture de Coulon (Gosselin et Simard, 2000).

Quelques affleurements de trondhjémite à grenat, observés à proximité de la Formation d’Aubert, ont été interprétés comme un mobilisat issu de la fusion partielle des paragneiss. De nombreux affleurements de paragneiss sont fortement déformés. Ils se caractérisent par le développement commun d’une tectonite de type L. Habituellement, les linéations associées à ce type de déformation plongent modérément (60 à 65°) vers le nord. Les paragneiss sont généralement composés de 40 à 60 % de plagioclase, 20 à 30 % de quartz, 10 à 15 % de biotite et 5 à 10 % de hornblende, avec des proportions mineures de grenat, de feldspath potassique, d’apatite, d’épidote, de titanite, de magnétite, de chlorite, d’allanite, de muscovite et de zircon. La hornblende est localement abondante, constituant jusqu’à 35 % de la roche dans les paragneiss mélanocrates. Ceux-ci sont typiquement vert foncé et semblent dérivés d’une source mafique proximale, en l’occurrence les métabasaltes de la ceinture de Coulon. De la cummingtonite partiellement transformée en hornblende a également été observée localement dans ces paragneiss. Ce minéral pourrait provenir d’un protolite métamorphisé contenant à l’origine de l’orthopyroxène ou du clinopyroxène pauvre en calcium (Thériault et Chevé, 2001).

Formation d’Aubert 2a (mAat2a) : Paragneiss à hornblende et à biotite avec orthopyroxène; niveaux de formation de fer

L’unité mAat2a a été observée à ~12 km au SSW de la ceinture de Charras, à l’est de la Faille de Vaujours (feuillets 23M02 et 23M07). Elle forme une bande allongée, très peu affleurante, dont la superficie est estimée à 20 km2. Elle est associée à une forte anomalie aéromagnétique. L’unité est constituée de paragneiss à biotite communément rouillé et localement riche en magnétite. Cette séquence de paragneiss renferme également plusieurs niveaux de formations de fer aux faciès des oxydes et des sulfures d’épaisseur décimétrique à métrique. La présence d’orthopyroxène indique que les roches sont au faciès métamorphique des granulites, ce qui est atypique des roches observées dans l’ensemble Goudalie-La Grande (Gosselin et Simard, 2000).

Formation d’Aubert 3 (mAat3) : Paragneiss (ou méta-arénite) à sillimanite-cordiérite-biotite-muscovite ± tourmaline, localement rubané et migmatitique

L’unité mAat3 est gris moyen à gris-jaune en surface altérée, et de granulométrie fine à moyenne. Le paragneiss, localement rubané et migmatitique, est caractérisé par la présence de 5 à 30 % de porphyroblastes centimétriques de sillimanite hypidiomorphe, lesquels forment des nodules apparaissant en relief positif sur l’affleurement. Les porphyroblastes de sillimanite sont habituellement étirés en forme de bâtonnets et plongent de façon modérée (60°) vers le NW. De plus, cette unité de paragneiss contient communément 5 à 20 % de porphyroblastes de cordiérite. Ceux-ci sont bleutés en surface d’altération, indiquant la présence de fer et/ou de manganèse dans la structure cristalline. Tout comme l’unité de paragneiss de wacke (mAat2), plusieurs affleurements sont tectonisés (Thériault et Chevé, 2001).

En lame mince, la roche est généralement constituée de 35 à 45 % de quartz, 30 à 40 % de plagioclase, 5 à 10 % de sillimanite, 5 à 10 % de cordiérite, 5 à 10 % de biotite, 5 % de muscovite et 5 % de feldspath potassique, avec de faibles proportions de tourmaline (variété schorlite), d’apatite, d’épidote, de chlorite et de titanite. La muscovite forme des cristaux pœciloblastiques qui résultent de la rétromorphose de la sillimanite. Un niveau de paragneiss cisaillé à cordiérite et sillimanite, contenant 5 % de pyrite et chalcopyrite finement disséminées, a été localisé dans le coin NW de la carte, à proximité de roches basaltiques appartenant au prolongement de la ceinture de Pitaval. Ce niveau est injecté de veines centimétriques à décimétriques de quartz, la minéralisation en sulfures se concentrant particulièrement à proximité des épontes (Thériault et Chevé, 2001).

D’après Thériault et Chevé (2001), les meilleures analyses sur échantillon choisi ont décelé jusqu’à 360 ppm Cu. L’étendue de la minéralisation est inconnue considérant la très petite superficie de l’affleurement (5 m2).

L’unité mAat3 ressemble en tout point à une unité de la Formation de Mercator (Amk3) observée par Lamothe et al. (2000) directement au sud, dans la région du lac Nitchequon (feuillet 23E), et qui a été interprétée comme faisant partie de la Sous-province d’Opinaca. Elle se présente surtout sous forme de niveaux décamétriques à hectométriques en bordure de la bande de roche métasédimentaire (Thériault et Chevé, 2001).

Épaisseur et distribution

Dans la région du lac Gayot (feuillet 23M), la Formation d’Aubert forme des bandes dont la superficie varie de 15 à 100 km2 (Gosselin et Simard, 2000). Les travaux de cartographie de Thériault et Chevé (2001) dans la région du lac Hurault (feuillet 23L) montrent que cette formation est restreinte à la partie NE de la Sous-Province de La Grande, où elle forme une large bande orientée N-S de 5 à 20 km de largeur sur plus de 50 km de longueur. De plus, la Formation d’Aubert est présente en lambeaux kilométriques dans le feuillet 24C.

Datation

L’âge approximatif des roches sédimentaires de la Formation d’Aubert est évalué entre 2,87 et 2,83 Ga (Simard et al., 2008).

Relation(s) stratigraphique(s)

Les relations de terrain ainsi que la composition des fragments contenus dans le conglomérat à la base de l’unité permettent de conclure que la Formation d’Aubert se superpose au Complexe de Gayot (2880 à 2873 Ma). Les roches sédimentaires de cette formation se sont formées suite à une période d’érosion qui a affecté les édifices volcaniques de ce complexe (Gosselin et Simard, 2000). La présence d’une proportion importante de hornblende dans les paragneiss appuie l’hypothèse que les ceintures volcaniques pourraient être la source des roches métasédimentaires. Plusieurs lambeaux de roche métasédimentaire de la Formation d’Aubert se trouvent dans les tonalites de la Suite de Favard (2750 à 2740 Ma) et, plus rarement, dans les gneiss de la Suite de Brésolles (2833 à 2807 Ma) (Simard, 2008).

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
SIMARD, M.Lexique stratigraphique des unités archéennes du nord-est de la Province du Supérieur. Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, Québec; DV 2008-03, 107 pages.2008DV 2008-03
GOSSELIN, C. – SIMARD, M.Géologie de la région du lac Gayot. Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 99-06, 32 pages et 1 plan.2000RG 99-06
LAMOTHE, D. – THERIAULT, R. – LECLAIR, A.Géologie de la région du lac Nitchequon (23E). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 99-14, 46 pages et 1 plan.2000RG 99-14
SIMARD, M. – GOSSELIN, C. – LAFRANCE, I.Géologie de la région de la rivière Sévigny (24C – 23N). Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, Québec; RG 2009-02, 40 pages et 1 plan.2009RG 2009-02
THÉRIAULT, R. – CHEVÉ, S.Géologie de la région du lac Hurault (23L). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2000-11, 51 pages et 1 plan.2001RG 2000-11
SIMARD, M. – LABBE, J Y. – MAURICE, C. – LACOSTE, P. – LECLERC, A. – BOILY, M.Synthèse du nord-est de la Province du Supérieur. Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, Québec; MM 2008-02, 198 pages et 8 plans.2008MM 2008-02

 

 

15 août 2019