Syénite de Gertrude
Étiquette stratigraphique : [narc]ger
Symbole cartographique : nAger

Première publication:  
Dernière modification:
Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
Aucune
 
Auteur :Moukhsil et al., 2016
Âge :Archéen
Coupe type : 
Région type :Feuillets SNRC 32B04 et 32B03
Province géologique :Province de Grenville
Subdivision géologique :Parautochtone
Lithologie :Syénite, syénite quartzifère, granite à feldspath alcalin, gabbronorite
Type d’unité :Lithodémique
Rang :Lithodème
Statut :Formel
Usage :Actif

Historique

La Syénite de Gertrude a été définie par Moukshil et al. (2016) lors de la cartographie de la région de Clova, Haut-Saint-Maurice.

Description

La Syénite de Gertrude renferme plusieurs faciès: syénite, syénite quartzifère, granite à feldspath alcalin et gabbronorite.

La syénite est rose et à grain grossier, localement porphyrique, massive à foliée, injectée par des dykes de pegmatite granitique. Les principaux minéraux sont le feldspath potassique perthitique, le plagioclase (albite) et la hornblende verte. On y observe également une faible quantité d’orthopyroxène, de clinopyroxène, de biotite, d’apatite, de minéraux opaques (magnétite) et de zircon. Des zones mylonitiques impliquant un cisaillement sont localement visibles. 

La syénite quartzifère et le granite à feldspath alcalin sont de teinte rose saumon et à grain moyen à grossier. Elles contiennent en plus du quartz, du plagioclase, de la hornblende, du feldspath potassique, du clinopyroxène ainsi que de la biotite et un peu de magnétite.

La gabbronorite est à grain moyen à grossier, localement porphyrique, et de teinte grisâtre à noirâtre. Elle est toujours associée à la syénite rose porphyrique. Elle contient des xénocristaux centimétriques de feldspath potassique entourés d’une couronne de grenat à granulométrie fine, qui ressemblent aux feldspaths observés dans la syénite rose. La gabbronorite contient également du plagioclase, de l’orthopyroxène et de l’amphibole. Des quantités mineures de clinopyroxène, de grenat, de biotite, d’apatite et de magnétite sont observées sous le microscope. Des figures de mélange magmatique entre la gabbronorite et la syénite porphyrique ont été observées à plusieurs reprises. On retrouve également les enclaves de l’un dans l’autre. Ceci indique que les deux faciès (gabbronorite et syénite) sont co-génétiques.

Épaisseur et distribution

Cette unité est facile à tracer à partir des cartes aéromagnétiques sous forme de dykes injectés dans les roches archéennes le long des failles majeures.

Datation

Considérée auparavant comme mésoprotérozoïque, une récente datation de la Syénite de Gertrude a révélé son âge néoarchéen (2654 ±1 Ma; Roffeis et al., 2016).

Système isotopiqueMinéralÂge de cristallisation (Ma)(+)(-)Âge d’héritage (Ma)(+)(-)Âge métamorphique (Ma)(+)(-)Référence(s)
U-PbZircon26541195844Roffeis et al., 2016

Relations stratigraphiques

La Syénite de Gertrude forme des dykes ou filons-couches injectés dans le Complexe du Grand Lac Victoria.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
MOUKHSIL, F. – SOLGADI, F. – BELKACIM S.Géologie de la région de Clova, Haut-Saint-Maurice (partie ouest du Grenville). Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec, 68 pages, 1 carte à l’échelle 1/125 000.2016RG 2016-03
ROFFEIS, C. – MOUKHSIL, A. – SOLGADI, F.Tectonic evolution of the western Grenville Province: a refined image from new U-Pb ID-TIMS age data. GAC-MAC 2016, Whitehorse, Poster.2016Source
29 janvier 2018