English
 
Suite de Borgia
Étiquette stratigraphique : [mpro]bor
Symbole cartographique : mPbor

Première publication:  
Dernière modification:

 

 

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
mPbor3 Syénite, mangérite, quantités mineures de charnockite et de syénogranite
mPbor2 Granite, mangérite, syénogranite, charnockite, monzonite, boudins mafiques et ultramafiques
mPbor1 Monzonite, mangérite, syénite, syénogranite
 
Auteur :Perreault, 1992
Âge :Précambrien / Protérozoïque / Mésoprotérozoïque
Coupe type :Affleurement 17-AM-61
Région type :Haut-Saint-Maurice (feuillets SNRC 31P16 et 31P15)
Province géologique :Province de Grenville
Subdivision géologique :Allochtone
Lithologie :Roches intrusives intermédiaires à felsiques
Type d’unité :Lithodémique
Rang :Suite
Statut :Formel
Usage :Actif

 

 

Unité(s) apparentée(s)

Aucune

 

 

 

Historique

La Suite de Borgia a été introduite par Perreault (1992) lors de la cartographie géologique du feuillet SNRC 31P16 (région du Grand lac Borgia). Il l’avait alors subdivisée en deux unités distinctes, soit mPbor1 et mPbor2. Moukhsil et Côté (2018) ont révisé les limites de la suite et ajouté une troisième unité (mPbor3).

 

 

Description

 

Suite de Borgia 1 (mPbor1) : Monzonite, mangérite, syénite et syénogranite

L’unité mPbor1 est composée de monzonite brunâtre à rosée, localement porphyrique en raison de phénocristaux de feldspath potassique et de plagioclase. Elle contient de la hornblende, de la biotite et, localement, des reliques d’orthopyroxène. La monzonite laisse graduellement place à un granite rose. De la mangérite, de la syénite, de la syénite à feldspath alcalin et du syénogranite sont également reconnus dans cette unité. Ces lithologies, à structure massive à gneissique, sont généralement à grain moyen et contiennent de la hornblende et de la biotite.

Suite de Borgia 2 (mPbor2) : Granite, mangérite, syénogranite, charnockite, monzonite et boudins mafiques et ultramafiques

L’unité mPbor2 est polyphasée, composée de plusieurs lithologies de composition intermédiaire à felsique (granite, mangérite, syénogranite, charnockite et monzonite). Des boudins de roches mafiques (gabbro et gabbronorite) et ultramafiques (pyroxénite, glimmérite) ont également été cartographiés. Le granite est massif, à grain moyen à grossier et de faible susceptibilité magnétique. Sous le microscope, le granite présente de grandes plages de quartz à extinction ondulante, de petites paillettes de biotite, ainsi que du feldspath potassique et du plagioclase. Le syénogranite a une texture porphyrique et localement mylonitique. Il contient des phénocristaux de plagioclase et de feldspath potassique, tous deux séricitisés. L’unité est également constituée de hornblende associée à de la biotite (localement altérée en muscovite), à des minéraux opaques (magnétite ± pyrite), à des traces d’orthopyroxène (charnockite) et à des intercroissances dans le quartz ou le feldspath (myrmékite). La mangérite est généralement à grain grossier et contient de l’orthopyroxène, du clinopyroxène, du feldspath, de la magnétite, du plagioclase, de la myrmékite localement, en plus de la hornblende verte et de la biotite. Ces deux dernières sont généralement observées en association, et localement des minéraux opaques (magnétite) sont visibles. Quelques cristaux d’apatite automorphe sont observés dans la biotite. La titanite est en traces dans la mangérite, alors que l’ilménite et l’hématite sont normatives. La monzonite est de même composition que la mangérite. Les faciès en bordure de l’unité mPbor2 montrent une forte susceptibilité magnétique et la magnétite est entourée de minéraux carbonatés (altération supergène).

Suite de Borgia 3 (mPbor3) : Syénite, mangérite et quantités mineures de charnockite et de syénogranite

L’unité mPbor3 est caractérisée principalement par la syénite, avec ou sans orthopyroxène, et par la mangérite. Du syénogranite, avec ou sans orthopyroxène, y est cartographié par endroits. L’unité est aussi caractérisée par la forte susceptibilité magnétique de ses faciès à magnétite. Elle comprend également des quantités mineures de granite et de monzonite. On reconnaît cette unité par la patine d’altération de teinte rosâtre à rougeâtre, et par les roches hématitisée et épidotisée. Localisée en bordure de la route 155, dans la région du lac du Chien (feuillet SNRC 31P16), cette zone d’altération se prolonge en surface sur une distance d’environ 6 km et sur une largeur d’environ 500 m. Les roches ont une composition granitique avec un broyage des minéraux primaires (plagioclase, hornblende, feldspath potassique, biotite), ceux-ci étant altérés en épidote + chlorite + magnétite + traces de carbonates. Cette altération est pervasive dans la roche, mais elle est aussi localisée dans des joints. L’épidotisation est ciblée le long de fractures, et 5 % de la magnétite est visible en petits cristaux interstitiels autour des feldspaths potassiques. Dans ces zones d’altération, les feldspaths sont séricitisés. Lorsque la roche est déformée, les cristaux de quartz sont très allongés et les cristaux de plagioclase sont broyés. Les faciès syénitiques non altérés sont porphyriques en feldspaths perthitiques (sodique et potassique), avec ou sans orthopyroxène, et contiennent de la hornblende, de la biotite et des grandes plages de quartz à faible extinction ondulante. Localement, la syénite contient de la hornblende automorphe qui est systématiquement associée à la biotite. On observe également des paillettes de biotite disséminés par endroits dans la roche. La mangérite est porphyrique en feldspath et contient des minéraux ferromagnésiens (hornblende verte et biotite). Les minéraux accessoires sont l’apatite et le zircon.

 

 D’un point de vue géochimique, les roches de cette suite ont des teneurs en SiO2 variant de 48 à 77 %. La Suite de Borgia est de composition gabbronoritique à syénitique selon le diagramme TAS (Middlemost, 1994). De plus, elle est majoritairement métallumineuse et de type I.

 

 

Épaisseur et distribution

La Suite de Borgia affleure principalement dans la partie centrale d’un rectangle composé des feuillets SNRC 31P09, 31P10, 31P15 et 31P16.

Datation

Aucune.

Relation(s) stratigraphique(s)

L’unité mPbor2 constitue l’encaissant de l’Anorthosite de Langelier, alors que l’unité mPbor3 chevauche celle-ci. La Suite de Borgia est également injectée par des dykes de pegmatite granitique.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
MIDDLEMOST, E. A. K.Naming materials in the magma/igneous rock system. Earth Science Reviews, volume 37, pages 215–224.1994Source
PERREAULT, S.Géologie du Grand lac Bostonnais. Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, 1 carte à l’échelle 1/50 000.1992CG SIGEOM31P
MOUKHSIL, A. – CÔTÉ, G.Géologie de la région du lac Borgia, Province de Grenville, nord de La Tuque, régions de la Mauricie et du Saguenay – Lac-Saint-Jean. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.2018Bulletin géologiQUE

 

 

 

 

2 février 2018