English
 
Suite de Sanningajualuk
Étiquette stratigraphique : [ppro]snn
Symbole cartographique : pPsnn

Première publication:  
Dernière modification:

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
pPsnn1 Syénogranite et monzogranite foliés à massifs
      pPsnn1a Granite à structure graphique
 
Auteur :Charette et Beaudette, 2018
Âge :Précambrien / Protérozoïque / Paléoprotérozoïque
Coupe type : 
Région type :Région d’Ivujivik (feuillet SNRC 35K05)
Province géologique :Province de Churchill
Subdivision géologique :Orogène de l’Ungava / Arc de Narsajuaq
Lithologie :Roche ignée intrusive granitique
Type d’unité :Lithodémique
Rang :Suite
Statut :Formel
Usage :Actif

 

Unité(s) apparentée(s)

Aucune

 

 

Historique

La Suite de Sanningajualuk, dont la colline éponyme est située au sud de la communauté inuite d’Ivujivik, a été introduite par Charette et Beaudette (2018) afin de décrire les intrusions potassiques tardives de l’Arc de Narsajuaq. Ces roches intrusives ont été précédemment décrites par St-Onge et Lucas (1992) et par St-Onge et al. (1992) qui les avaient incluses dans la suite plutonique récente de l’Arc de Narsajuaq, plus précisément dans l’unité pPNAR4. Dunphy et Ludden (1998) avaient qualifié cette suite de suite anatectique. Charette et Beaudette (2018) ont préféré distinguer les intrusions tardi-orogéniques à postorogéniques en différentes unités formelles, dont la Suite de Sanningajualuk, afin de mettre en évidence leurs aspects variables, leur génération différente (recoupement) et afin de se conformer au Code statigraphique nord-américain (1983, 2005).

 

Description

La Suite de Sanningajualuk est l’unité principale des intrusions tardi-orogéniques à postorogéniques de l’Arc de Narsajuaq par son volume et sa répartion sur l’ensemble de l’axe nord-sud de l’arc. Elle est divisée en deux unités informelles, soit l’unité principale de syénogranite et monzogranite foliés à massifs (pPsnn1) et l’unité secondaire de granite à structure graphique (pPsnn1a).

 

Suite de Sanningajualuk 1 (pPsnn1) : Syénogranite et monzogranite foliés à massifs

L’unité pPsnn1 est majoritairement formée d’un syénogranite qui se caractérise en affleurement par sa couleur rose à rose rougeâtre et par son faible contenu en minéraux mafiques (<10 %). En moindre proportion, cette unité comprend un monzogranite beige rosé avec une phase rosée syénogranitique en rubans ou en amas diffus à granulométrie plus grossière. Le syénogranite et le monzogranite partagent les mêmes caractéristiques structurales et microstructurales ainsi que le même assemblage minéralogique. À l’échelle de l’affleurement, tous deux se caractérisent par une variation de granulométrie allant de fine à grossière et, en général, par la présence de traces d’hématite. Ces granitoïdes montrent généralement une foliation faiblement à moyennement développée, marquée par des lamines de biotite millimétriques discontinues. Les minéraux mafiques représentent moins de 10 % de la minéralogie de ces roches intrusives potassiques. À proximité des zones de déformation régionales, les intrusions potassiques de l’unité pPsnn1 ont une forte foliation, contiennent des porphyroclastes de feldspath potassique de quelques millimètres à un centimètre et, par endroits, des rubans de quartz ou une linéation d’étirement soulignée par des tiges de quartz.

L’étude pétrographique des granites de la Suite de Sanningajualuk indique que ces roches sont formées de plusieurs phases en contact diffus. Une phase grossièrement grenue, habituellement plus riche en feldspath potassique et avec une proportion moindre de minéraux mafiques, se trouve en amas ou en rubans diffus dans une roche principale à granulométrie fine à moyenne. La biotite est le minéral mafique dominant et est partiellement altérée en chlorite. La hornblende est présente au sein d’amas mafiques dans certains échantillons. Cette dernière est couramment en feutre et est partiellement remplacée par la biotite. Des cristaux idiomorphes d’allanite sont communément observés en association avec les lamines ou amas mafiques. Peu de minéraux accessoires, tels que l’apatite, la muscovite et le zircon, sont observés en lame mince. Dans les zones déformées, la matrice quartzofeldspathique est orientée et présente de nombreuses microfractures. Le quartz est caractérisé par une extinction en sous-grains.

Suite de Sanningajualuk 1a (pPsnn1a) : Granite à structure graphique

Les secteurs où les granites de la Suite de Sanningajualuk présentent une structure graphique ont été groupés dans la sous-unité pPsnn1a. Dans ces secteurs, la granulométrie varie de moyenne à pegmatitique et la couleur en surface altérée varie entre blanc et rosé. Par endroits, les cristaux de feldspath potassique peuvent atteindre des dimensions décimétriques et présentent communément une structure graphique.

 

 

Épaisseur et distribution

Les intrusions granitiques de la Suite de Sanningajualuk forment des masses intrusives kilométriques étirées suivant le grain tectonique régional. Localement, elles sont de forme elliptique et coupent la foliation régionale. La masse la plus importante et la plus homogène se situe dans le secteur d’Ivujivik (feuillet SNRC 35K05) qui a été défini comme la région type pour cette unité. Les granitoïdes de cette suite sont aussi observés en injections métriques régulières et concordantes à subconcordantes dans les roches granulitiques de l’Arc de Narsajuaq.

Datation

Une datation historique d’un granitoïde de l’Arc de Narsajuaq situé à proximité d’Ivujivik a été associée à la Suite de Sanningajualuk. Cet échantillon, précédemment inclu dans l’unité pPNAR4 de la suite plutonique récente par St-Onge et Lucas (1992) et dans la suite anatectique par Dunphy et Ludden (1998), a retourné un âge U-Pb sur zircons de 1800 ±2 Ma (Parrish, communication personnelle, 1994). Les analyses isotopiques Sm-Nd sur le même échantillon révèle une valeur de epsilon Nd de -5,6 à 1800 Ma (Dunphy et Ludden, 1998), ce qui indique une source probablement crustale. L’âge modèle est de 2420 Ma (Dunphy et Ludden, 1998).

Système isotopiqueMinéralÂge de cristallisation (Ma)(+)(-)Référence(s)
U-PbZircon180022

Parrish (communication personnelle, 1994)

(éch. S217-91)

 

Relations stratigraphiques

La Suite de Sanningajualuk est intrusive dans l’ensemble des unités archéennes à paléoprotérozoïques de l’Arc de Narsajuaq. Ces dernières se trouvent communément en lambeaux métriques à kilométriques au sein des masses de granitoïdes du Sanningajualuit. En affleurement, des roches intermédiaires et mafiques (en majorité de composition dioritique) se présentent en enclaves centimétriques à décimétriques partiellement assimilées dans l’untié pPsnn1. Les granitoïdes de la Suite de Sanningajualuk sont coupés par des dykes de pegmatite métriques de plusieurs générations auxquels est localement associée une altération rougeâtre. Ces dykes pegmatitiques comprennent plusieurs générations de différentes orientations qui s’entrecoupent entre elles et dont l’orientation principale observée est NNW-SSE. Les pegmatites sont elles-mêmes coupées par des dykes moins épais (5 à 30 cm) de monzogranite grisâtre massif. Ce dernier semble être la dernière phase intrusive de l’Arc de Narsajuaq, à l’exception des dykes de diabase de l’Essaim de Falcoz (mPfal) et des intrusions mafiques de la Suite de Nauyok (mPyok) dont la relation de recoupement avec le monzogranite grisâtre tardif n’a pas été observée.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
CHARETTE, B. – BEAUDETTE, M.Géologie de la région du Cap Wolstenholme, Orogène de l’Ungava, Province de Churchill, sud-est d’Ivujivik, Québec, Canada. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.2018Bulletin géologiQUE
DUNPHY, J.M. – LUDDEN, J.N.Petrological and geochemical characteristics of a Paleoproterozoic magmatic arc (Narsajuaq terrane, Ungava Orogen, Canada) and comparisons to Superior Province granitoids. Precambrian Research; volume 91, pages 109-142.1998Source
ST-ONGE, M.R. – LUCAS, S.B.New insight on the crustal structure and tectonic history of the Ungava Orogen, Kovik Bay and Cap Wolstenholme, Quebec. Geological Survey of Canada; Research in progress,Part C, Paper 92-1C, pages 31-41.1992Source
ST-ONGE, M.R. – LUCAS, S.B. – PARRISH, R.R.Terrane accretion in the internal zone of the Ungava orogen, northern Quebec. Part 1: tectonostratigraphic assemblages and their tectonic implications. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 29, pages 746-764.1992Source

 

 

26 avril 2018