Suite de Raude
Étiquette stratigraphique : [ppro]rae
Symbole cartographique : pPrae

Première publication :  
Dernière modification :

 

 

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
pPrae3 Monzonite quartzifère porphyroclastique
pPrae2 Diorite, diorite et monzonite quartzifères
pPrae1 Gabbronorite
 
Auteur :Danis, 1991
Âge :Paléoprotérozoïque
Coupe type :Aucune
Région type :Région du lac Raude (feuillets SNRC 23P08 et 23P01)
Province géologique :Province de Churchill
Subdivision géologique :Domaine lithotectonique de Mistinibi-Raude
Lithologie :Roches intrusives mafiques à intermédiaires
Type :Lithodémique
Rang :Suite
Statut :Formel
Usage :Actif

 

 

Historique

La présence de roches intrusives de composition intermédiaire à ultramafique a été reconnue dans le secteur du lac Raude par Danis (1991) et Taner (1992). Danis a assigné ces roches au « Complexe gabbroïque du lac Raude » qu’il a divisé en trois unités informelles : 1) une diorite à diorite quartzifère peu foliée au cœur (unité B5a); 2) un gabbro grenu en périphérie de la diorite (unité B5b); et 3) une métapyroxénite en bordure (unité B5c). Des vérifications sur le terrain réalisées par Hammouche et al. (2012) n’ayant pas permis de confirmer la présence des roches ultramafiques, l’unité ultramafique a été abandonnée. Dans le cadre de la synthèse régionale du sud-est de la Province de Churchill (SEPC; Lafrance et al., 2018), l’unité principale a été renommée « Suite de Raude » par Charette et al. (2019), étant donné qu’elle comprend un ensemble de roches de classe génétique similaire. Une troisième unité informelle, localisée en périphérie des deux premières, a été ajoutée par la même occasion.

Description

La Suite de Raude est caractérisée par une susceptibilité magnétique élevée qui la distingue clairement des unités adjacentes sur la carte aéromagnétique régionale. Elle comprend trois unités informelles : 1) une unité de gabbronorite (pPrae1); 2) une unité de diorite et de diorite et monzonite quartzifères (pPrae2); et 3) une unité de monzonite quartzifère porphyroclastique (pPrae3).

Suite de Raude 1 (pPrae1) : Gabbronorite

La gabbronorite est finement à moyennement grenue et gris foncé avec une patine tachetée blanche et noir verdâtre. La roche est souvent massive à faiblement foliée, mais elle peut être très fortement déformée localement. Les minéraux mafiques représentent environ la moitié du mode de la roche. Ils comprennent du clinopyroxène et de l’orthopyroxène variablement ouralitisés. Dans la partie sud de la suite, le remplacement par les amphiboles (hornblende et actinote) est plus poussé et il devient difficile de bien identifier les pyroxènes. Dans ce secteur, le plagioclase est aussi plus fortement saussuritisé et les amphiboles sont faiblement chloritisées. En lame mince, la gabbronorite est partiellement recristallisée, mais on observe encore de nombreuses lattes de plagioclase, imitant une ancienne microstructure subophitique. Certains cristaux de pyroxène et de plagioclase sont recristallisés en sous-grains très fins. Localement, on observe des mâcles polysynthétiques déformées dans le plagioclase et une orientation préférentielle de la matrice. Les minéraux accessoires sont, par ordre décroissant, la biotite, les minéraux opaques, le quartz, l’apatite, l’épidote, le carbonate et le sphène. Danis (1991) mentionne aussi la présence de cummingtonite en faible quantité.

Suite de Raude 2 (pPrae2) : Diorite, diorite et monzonite quartzifères

L’unité pPrae2 est composée principalement de diorite mouchetée noir et blanc, parfois gris violacé. Elle contient aussi, en quantité moindre, de la diorite et de la monzodiorite quartzifère. Ces roches sont moyennement grenues, homogènes et massives à foliées. Elles contiennent 20 à 40 % de minéraux mafiques, 2 à 5 % de quartz, et moins de 3 % de feldspath potassique, le reste étant majoritairement du plagioclase. Les roches de l’unité pPrae2 sont partiellement recristallisées, mais des lattes plus grossières de plagioclase, souvent séricitisé, sont aussi observées. Les minéraux mafiques forment des amas de quelques millimètres. Ils sont dominés soit par la hornblende, soit par le pyroxène (clinopyroxène et orthopyroxène), avec une proportion moindre de biotite brune à rouge (<5 %). La hornblende remplace le pyroxène, parfois complètement, mais certains échantillons ne montrent qu’une ouralitisation (trémolite ± hornblende) en bordure de celui-ci. Les minéraux accessoires sont la magnétite, en grain idiomorphe et épars, l’apatite, l’épidote et le zircon.  

Suite de Raude 3 (pPrae3) : Monzonite quartzifère porphyroclastique

L’unité pPrae3 a été introduite afin d’inclure une monzonite porphyroclastique qui était précédemment associée à la Suite intrusive de Pallatin (pPpal3) étant donné sa ressemblance avec les roches porphyroclastiques de cette suite. La présence de pyroxène, leur teinte rose brunâtre à violacée caractéristique et leur localisation en bordure des unités de gabbronorite et de diorite de la Suite de Raude font toutefois en sorte qu’il est possible de départager l’unité pPrae3 de la Suite intrusive de Pallatin. La monzonite quartzifère contient 35 à 50 % de feldspath potassique, principalement en phénocristaux de 1 à 3 cm de longueur. Ces phénocristaux sont fréquemment étirés dans la foliation protomylonitique. La matrice interstitielle aux porphyroclastes consiste en une alternance de rubans et lamines de quartz, de plagioclase et de minéraux mafiques. Les lames minces montrent une très fine recristallisation de la matrice (broyage) englobant les porphyroclastes, ainsi que des microcorridors de déformation les traversant. Les minéraux mafiques, qui se concentrent aussi en fins rubans, comprennent en proportions variables la biotite, la hornblende, l’orthopyroxène, le clinopyroxène et l’actinote. L’amphibole remplace le pyroxène. Le sphène, les minéraux opaques, l’épidote, l’apatite et le zircon représentent les phases accessoires.

 

Épaisseur et distribution

La Suite de Raude forme une masse allongée selon un axe NW-SE d’environ 23 km sur 10 km dans la partie centre-sud du Domaine lithotectonique de Mistinibi-Raude, à la limite entre les feuillets SNRC 23P08 et 23P01. Les unités pPrae1, pPrae2 et pPrae3 sont en proportions similaires, occupant respectivement des superficies de 70 km2, 64 km2 et 53 km2.

Datation

Un âge préliminaire d’environ 2333 Ma a été obtenu dans une diorite à pyroxène de l’unité pPrae2 (16-BC-1065).

Système isotopiqueMinéralÂge de cristallisation (Ma)(+)(-)Référence(s)
U-PbZircon

2332,8

4,54,5David, communication personnelle

 

Relation(s) stratigraphique(s)

Les roches de la Suite de Raude sont en contact net avec celles du Complexe de Mistinibi (pPmis). Étant donné l’âge relatif de ces unités, ce contact est probablement tectonisé. La Suite de Raude renferme quelques enclaves de gneiss similaires à ceux du Complexe d’Advance (ApPadv) et est coupée par les roches intrusives de la Suite de Dumans (pPdmn).

Paléontologie

Ne s’applique pas. 

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
DANIS, D.Géologie de la région du lac Raude, Territoire du Nouveau-Québec. Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; ET 88-10, 63 pages, 5 cartes.1991ET 88-10
HAMMOUCHE, H. – LEGOUIX, C. – GOUTIER, J. – DION, C.Géologie de la région du lac Zeni. Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2012-02, 35 pages, 1 plan.2012RG 2012-02
LAFRANCE, I. – CHARETTE, B. – VANIER, M.-A.Sud-est de la Province de Churchill, Nunavik, Québec, Canada : synthèse de la géologie. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.2018Bulletin géologiQUE
CHARETTE, B. – LAFRANCE, I. – VANIER, M.-A. –  GODET, A.Domaine de Mistinibi-Raude, sud-est de la Province de Churchill, Nunavik, Québec, Canada : synthèse de la géologie. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.2019Bulletin géologiQUE
TANER, M.F.Reconnaissance géologique de la région du lac Juillet, Territoire-du-Nouveau-Québec. Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; MB 91-19, 132 pages, 5 plans.1992MB 91-19

 

 

30 janvier 2019