English
 
Suite de Navvaataaq
Étiquette stratigraphique : [narc]nav
Symbole cartographique : nAnav
 

Première publication : 7 mai 2018
Dernière modification : 23 octobre 2020

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
nAnav1 Enderbite à schlierens ou amas de biotite-hornblende-hypersthène
nAnav1a Charnockite à schlierens de biotite-hornblende-hypersthène
 
Auteur : Charette et Beaudette, 2018
Âge : Néoarchéen
Stratotype : Lac Navvaataaq, feuillet SNRC 35K05 (localité type) 
Région type : Partie NW de la Péninsule d’Ungava
Province géologique :

Province de Churchill

Subdivision géologique : Orogène de l’Ungava / Domaine lithotectonique de Narsajuaq
Lithologie : Roche intrusive felsique à hypersthène
Catégorie : Lithodémique
Rang : Suite
Statut : Formel
Usage : Actif

 

Historique

La Suite de Navvaataaq, introduite par Charette et Beaudette (2018), comprend les roches intrusives felsiques à orthopyroxène qui s’injectent dans les roches granulitiques rubanées, foliées à gneissiques du Domaine lithotectonique de Narsajuaq. Elle a été prolongée vers l’est dans la région du lac Sirmiq (Vanier et Lafrance, 2020). Le nom de l’unité provient du lac Navvaataaq, situé à proximité d’une importante intrusion d’opdalite et d’enderbite présente au sein de ce domaine (feuillets 35K05 et 35K06). Auparavant, les lithologies de cette suite étaient assignées aux unités pPNAR1 et pPNAR4 des suites plutoniques ancienne et récente, respectivement, décrites par St-Onge et Lucas (1992) et St-Onge et al. (1992).

Description

Suite de Navvaataaq 1 (nAnav1) : Enderbite à schlierens ou amas de biotite-hornblende-hypersthène

L’unité nAnav1 est formée de roche intrusive grenue à hypersthène caractérisée par la concentration de minéraux ferromagnésiens en amas ou en schlierens millimétriques à centimétriques. Des variations de granulométrie (généralement de moyenne à grossière, ou localement fine) et de composition sont courantes et témoignent de l’hétérogénéité de l’unité. L’étude pétrographique des échantillons recueillis permet de reconnaître une composition majoritairement enderbitique, mais révèle aussi la présence d’opdalite et de charnockite. À plusieurs endroits, la roche est formée de deux phases diffuses, présentes en rubans ondulants ou en amas, qui sont difficilement discernables autrement que par la variation granulométrique. Certaines phases sont très riches en quartz (>30 %), lequel se présente alors en grandes plages formant des rubans discontinus. En affleurement, l’aspect hétérogène de la Suite de Navvaataaq est localement amplifié par la présence de 2 à 30 % d’enclaves, de rubans ou de lentilles mafiques à ultramafiques localement assimilés, et de 5 à 20 % de leucosome ou rubans centimétriques plus clairs en contact diffus. Ces rubans sont irréguliers, discontinus et rectilignes ou ondulants. Ils peuvent être concordants à la foliation ou couper celle-ci. Ces phases plus grenues sont interprétées comme le résultat d’un processus de fusion partielle par Vanier et Lafrance (2020). Les amas de minéraux ferromagnésiens (3 à 15 %) renferment communément des cœurs d’orthopyroxène brunâtre. Des phénocristaux de feldspath potassique ou de plagioclase (1 à 2 cm) sont présents par endroits. La météorisation des roches de l’unité nAnav1 fait en sorte que leur couleur en cassure fraiche est variable. Les échantillons moins altérés sont vert grisâtre à vert brunâtre, mais aussi beiges, beige-vert, brun cassonade, ou beige rosé. La patine d’altération est généralement beige à blanche.

L’étude pétrographique en microscopie supporte le caractère intrusif et migmatitique de cette suite qui n’est pas ou peu recristallisée, mais variablement déformée. Communément, le quartz est soit en plage irrégulière interstitielle entre des cristaux subidiomorphes à xénomorphes de feldspath, soit à grain grossier allongé formant des rubans ou des lentilles. Les frontières entre les grains sont communément suturées. Le quartz montre régulièrement une extinction en échiquier témoignant de la recristallisation dynamique à des températures supérieures à 650 °C (Lister and Dornsiepen, 1982; Mainprice et al., 1986). Le plagioclase est antiperthitique, et des myrmékites sont présentes dans la matrice ou concentrées en bordure des amas et des lamines de minéraux ferromagnésiens. Ces amas et lamines sont en majorité formés de feuillets de biotite enchevêtrés et de hornblende en feutre ou pœcilitiques. L’apatite et la magnétite sont habituellement associées aux minéraux ferromagnésiens. L’orthopyroxène montre généralement un pléochroïsme vert pâle à saumoné typique de l’hypersthène. Il est associé aux amas et lamines ferromagnésiens et partiellement à complètement remplacé par l’amphibole, la biotite, la chlorite, la serpentine, la calcite ou un assemblage fin de ces minéraux. Par endroits, l’orthopyroxène semble complètement remplacé par des amas d’amphibole fibreuse (ouralitisation), ou est entouré de hornblende xénomorphe pœcilitique ou en feutre.

Dans la portion est de l’unité, l’orthopyroxène est parfois remplacé par des symplectites de biotite et de quartz. Cette microstructure est composée de minces lattes de biotite idiomorphe entourées de quartz. Ces symplectites sont régulièrement observées à proximité de l’orthopyroxène. Dans certains échantillons, cependant, l’orthopyroxène est absent. On suppose qu’il a été intégralement remplacé par la symplectite. Dans le même secteur, des cristaux de biotite de forme irrégulière et tachetés d’inclusions arrondies (en continuité optique) pourraient représenter des pseudomorphes de liquide anatectique, suggérant que la biotite a contribué à produire du liquide anatectique et de l’orthopyroxène. Ces microstructures sont cohérentes avec la présence en affleurement de structures associées à la diatexite telles des schlierens et des rubans diffus à grain grossier. Le clinopyroxène est présent dans certains échantillons et est partiellement remplacé par la hornblende localement. Les minéraux secondaires sont très peu présents dans les roches intrusives de la Suite de Navvaataaq. Ils comprennent le zircon idiomorphe, l’allanite et l’épidote.

Suite de Navvaataaq 1a (nAnav1a) : Charnockite à schlierens de biotite-hornblende-hypersthène

Dans la région du lac Sirmiq, les intrusions felsiques à hypersthène d’apparence similaire à celles de l’unité nAnav1, mais dont la composition granitique a été révélée par la géochimie ou la coloration, ont été regroupées dans la sous-unité nAnav1a. En affleurement, les roches de cette sous-unité ne peuvent être départagées de l’unité principale, si bien que celle-ci en renferme surement. La charnockite contient entre 20 et 40 % de feldspath potassique en fins cristaux ou en amas lenticulaires alignés dans la foliation. Le feldspath est majoritairement sous forme de microcline, mais des cristaux un peu plus grossiers d’orthose perthitique sont aussi observés en lame mince.

Les microstructures et les minéraux ferromagnésiens observés dans cette sous-unité sont les mêmes que ceux de l’unité nAnav1, excepté que les antiperthites sont plus rares, contrairement aux perthites qui sont plus communes.

Épaisseur et distribution

La Suite de Navvaataaq traverse la portion centrale du Domaine de Narsajuaq le long d’un axe est-ouest, de la baie d’Hudson, jusque dans la région du lac Sirmiq. Elle forme des intrusions subconcordantes plissées au sein des unités du Complexe de Pingasualuit, de la Suite de Siurartuuq et du Complexe d’Estre. Elle forme aussi de grandes masses kilométriques comprenant des lambeaux de ces lithologies.

Datation

Un âge de ~2560 Ma a été obtenu dans une opdalite prélevée dans la région du cap Wolstenholme (Charette et Beaudette, 2018). Cet âge néoarchéen est interprété comme celui de la cristallisation (Davis et Sutcliffe, 2018). L’âge paléoprotérozoïque autour de 1806 Ma a été obtenu sur des zircons formés durant le parcours métamorphique rétrograde.

Unité Numéro d’échantillon Système isotopique Minéral Âge de cristallisation (Ma) (+) (-) Âge métamorphique (Ma) (+) (-) Référence(s)
nAnav1 2017-SM-4102A U-Pb Zircon 2560 26 26 1806 38 38 Davis et Sutcliffe, 2018

 

Relations stratigraphiques

Les roches intrusives de la Suite de Navvaataaq forment communément des niveaux d’injection décimétriques à métriques, réguliers et concordants à subconcordants au sein des unités du Complexe de Pingasualuit. Dans les masses intrusives plus importantes associées à la Suite de Navvaataaq, les roches du Complexe de Pingasualuit ont été observées en enclaves, en niveaux et en lentilles variablement assimilés. Les intrusions à hypersthène de la Suite de Navvaataaq sont en contact net à diffus et coupent localement les roches de la Suite de Siurartuuq et du Complexe d’Estre. Les observations de terrain indiquent que la Suite de Navvaataaq est tardive relativement à la Suite de Siurartuuq.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Publications accessibles dans SIGÉOM Examine

CHARETTE, B., BEAUDETTE, M. 2018. Géologie de la région du cap Wolstenholme, Orogène de l’Ungava, Province de Churchill, sud-est d’Ivujivik, Québec, Canada. MERN. BG 2018-03, 2 plans.

DAVIS, D W., SUTCLIFFE, C N. 2018. U-Pb Geochronology of Zircon and Monazite by LA-ICPMS in Samples from Northern Quebec. UNIVERSITY OF TORONTO. MB 2019-01MB 2019-01, 113 pages.

VANIER, M A., LAFRANCE, I. 2020. Géologie de la région du lac Sirmiq, Orogène de l’Ungava, Nunavik, Québec, Canada. MERN. BG 2020-02BG 2020-02, 1 plan. Disponible à http://gq.mines.gouv.qc.ca/bulletins-geologiques/lac-sirmiq/.

Autres publications

MAINPRICE, D., BOUCHEZ, J-L., BLUMENFELD, P., TUBIÀ, J.M. 1986. Dominant c slip in naturally deformed quartz: Implication for drmatic plastic softening at high temperature. Geology; volume 14, numéro 10, pages 819-822. doi.org/10.1130/0091-7613(1986)14<819:DCSIND>2.0.CO;2

LISTER, G.S., DORNSIEPEN, U.F. 1982. Fabric transitions in the Saxony granulite terrain. J. Struct. Geol.; volume 4, pages 81-92. doi.org/10.1016/0191-8141(82)90009-8

ST-ONGE, M.R., LUCAS, S.B., PARRISH, R.R. 1992. Terrane accretion in the internal zone of the Ungava orogen, northern Quebec. Part 1: tectonostratigraphic assemblages and their tectonic implications. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 29, pages 746-764. doi.org/10.1139/e92-064

ST-ONGE., M.R., LUCAS, S.B. 1992. New insight on the crustal structure and tectonic history of the Ungava Orogen, Kovik Bay and Cap Wolstenholme, Quebec. In Current Research, Part C; Geological Survey of Canada, Paper 92-1 C, pages 31-41. doi.org/10.4095/132842

Citation suggérée

Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN). Suite de Navvaataaq. Lexique stratigraphique du Québec. http://gq.mines.gouv.qc.ca/lexique-stratigraphique/province-de-churchill/suite-de-navvaataaq [cité le jour mois année].

Collaborateurs

Première publication

Benoit Charette, géo., M. Sc. benoit.charette@mern.gouv.qc.ca; Mélanie Beaudette, géo. stag., M. Sc. mélanie.beaudette@mern.gouv.qc.ca (rédaction)

Mehdi A. Guemache, géo., Ph. D. (coordination); Mélina Langevin, géo. stag., B. Sc. (lecture critique); Simon Auclair, géo., M. Sc. (révision linguistique); Céline Dupuis, géo., Ph. D. (version anglaise); Nathalie Bouchard (montage HTML).

Révision(s)

Isabelle Lafrance, géo., M. Sc. isabelle.lafrance@mern.gouv.qc.ca; Marc-Antoine Vanier, ing. jr, M. Sc. marc-antoine.vanier@mern.gouv.qc.ca (rédaction)

Mehdi A. Guemache, géo., Ph. D. (coordination); Benoit Charette, géo., M. Sc. (lecture critique); Simon Auclair, géo., M. Sc. (révision linguistique); Céline Dupuis, géo., Ph. D. (version anglaise); André Tremblay (montage HTML).

 
7 mai 2018