English
 
Suite de Navvaataaq
Étiquette stratigraphique : [ppro]nav
Symbole cartographique : pPnav

Première publication:  
Dernière modification:

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
pPnav1 Opdalite et enderbite à lamines ou amas de biotite, hornblende et hypersthène
 
Auteur :Charette et Beadette, 2018
Âge :Précambrien / Protérozoïque / Paléoprotérozoïque
Coupe type :Aucune
Région type :Région du lac Ivitaarqiap (feuillet SNRC 35K06)
Province géologique :

Province de Churchill

Subdivision géologique :Orogène de l’Ungava / Arc de Narsajuaq
Lithologie :Roche intrusive felsique à hypersthène
Type d’unité :Lithodémique
Rang :Suite
Statut :Formel
Usage :Actif

 

Unité(s) apparentée(s)
Aucune
 

 

Historique

La Suite de Navvaataaq, introduite par Charette et Beaudette (2018), comprend les roches intrusives felsiques à orthopyroxène qui s’injectent dans les roches granulitiques rubanées, foliées à gneissiques de l’Arc de Narsajuaq. Le nom de l’unité provient du lac Navvaataaq, situé à proximité de la plus importante intrusion d’opdalite et d’enderbite présente au sein de l’arc (feuillets SNRC 35K05 et 35K06). Auparavant, les lithologies de cette suite étaient assignées à l’unité pPNAR1 de la suite plutonique ancienne et l’unité pPNAR4 de la suite plutonique récente décrites par St-Onge et Lucas (1992) et St-Onge et al. (1992).

Description

Suite de Navvaataaq 1 (pPnav1) : Opdalite et enderbite à lamines ou amas de biotite, hornblende et hypersthène

La Suite de Navvaataaq (pPnav1) est formée d’opdalite et d’enderbite moyennement à grossièrement grenues, leucocrates et d’aspect massif à folié. Une caractéristique commune de ces roches est la concentration des minéraux mafiques en lamines millimétriques à centimétriques discontinues ou en amas, produisant alors un aspect moucheté. Au sein de ces amas, des cœurs d’orthopyroxène brunâtre sont communément observés en macroscopie. Les roches intrusives de l’unité pPnav1 ont couramment un aspect hétérogène qui est produit à l’échelle de l’affleurement par des variations de granulométrie (généralement de moyenne à grossière, ou localement fine), de couleur en surface altérée (beige, beige-vert, vert, vert-brunâtre, brunâtre, beige brunâtre, beige rosé) et de proportion de minéraux mafiques (5 à 20 %). L’étude pétrographique des échantillons collectés permet de reconnaître que ces roches intrusives ont parfois une composition homogène variant entre l’enderbite et l’opdalite, localement la charnockite, ou sont formées de deux phases diffuses, présentes en rubans ondulants ou en amas, qui sont difficilement distinguables en affleurement. Une de ces phases est de composition charnockitique et l’autre est de composition opdalitique ou enderbitique. La phase charnockitique est légèrement plus grossière et comprend des plages ou des amas de quartz. En affleurement, l’aspect hétérogène est parfois amplifié par la présence de 2 à 30 % d’enclaves mafiques à ultramafiques variablement assimilées ainsi que par la présence de 5 à 20 % de rubans rosés ou blanchâtres centimétriques en contact diffus dans la roche felsique à orthopyroxène. Ces rubans sont irréguliers, discontinus et rectilignes ou ondulants. Ils peuvent être concordants à la foliation ou la couper. Localement, de petits phénocristaux de feldspath potassique ou de plagioclase, entre 1 et 2 centimètres, sont présents au sein de l’unité pPnav1.

L’étude pétrographique en microscopie supporte le caractère intrusif de cette suite qui n’est pas recristallisée ou qui ne l’est que localement. Communément, le quartz est en plage irrégulière, interstitielle entre des cristaux subidiomorphes à xénomorphes de plagioclase et feldspath potassique. Le plagioclase est antiperthitique et des myrmékites sont présentes dans la matrice ou sont concentrées en bordure des amas et des lamines de minéraux mafiques. Ces amas et lamines sont en majorité formés de feuillets de biotite enchevêtrés et de hornblende en feutres ou en cristaux poecilitiques. L’apatite et la magnétite sont habituellement associées aux minéraux mafiques. Lorsque présent dans l’assemblage minéral, l’orthopyroxène est associé aux amas et lamines mafiques et est partiellement à complètement remplacé par l’iddingsite, la biotite, la chlorite, la calcite ou un assemblage fin de ces minéraux. Par endroits, l’orthopyroxène semble complètement remplacé par des amas d’amphibole fibreuse, soulignant l’ouralitisation de l’orthopyroxène, ou est entouré de hornblende xénomorphe poecilitique ou en feutre. Le clinopyroxène est présent dans certains échantillons en cristaux mieux préservés, ou est localement partiellement remplacé par la hornblende. Peu de minéraux secondaires sont présents dans les roches intrusives de la Suite de Navvaataaq. Des zircons idiomorphes et de l’allanite sont observés en traces.

Épaisseur et distribution

Les opdalites et enderbites de la Suite de Navvaataaq sont présentes dans la section centre-ouest et nord-ouest de l’Arc de Narsajuaq en intrusions subconcordantes plissées au sein des roches foliées à gneissiques granulitiques du Complexe de Pingasualuit (pPpgs) et de la Suite de Siurartuuq (pPsir) ou en grandes masses kilométriques comprenant plusieurs lambeaux de ces lithologies.

Datation

Une opdalite à grain moyen, foliée et mouchetée, présente dans une masse intrusive kilométrique assignée à l’unité pPnav1, a été échantillonnée par Charette et Beaudette (2018) afin de dater la Suite de Navvaataaq. Les résultats analytiques sont en attente. Aucune autre datation n’est disponible pour le moment.

Relations stratigraphiques

Les roches intrusives de l’unité pPnav1 sont communément observées en injections formant des niveaux décimétriques à métriques réguliers concordants à subconcordants dans la diorite quartzifière à hypersthène et la diorite à hypersthène de l’unité pPpgs1 du Complexe de Pingasualuit (pPpgs). Dans les masses plus importantes d’intrusions associées à la Suite de Navvaataaq, les lithologies de ce complexe sont présentes en enclaves variablement assimilées. Aussi, les enderbites et opdalites de l’unité pPnav1 sont en contact net à diffus et coupent les roches potassiques granoblastiques de la Suite de Siurartuuq (pPsir1). Les observations de terrain indiquent que la Suite de Navvaataaq est tardive relativement aux charnockites granoblastiques.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
CHARETTE, B. – BEAUDETTE, M.Géologie de la région du Cap Wolstenholme, Orogène de l’Ungava, Province de Churchill, sud-est d’Ivujivik, Québec, Canada. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.2018Bulletin géologiQUE
ST-ONGE, M.R. – LUCAS, S.B. – PARRISH, R.R.Terrane accretion in the internal zone of the Ungava orogen, northern Quebec. Part 1: tectonostratigraphic assemblages and their tectonic implications. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 29, pages 746-764.1992Source
ST-ONGE., M.R. – LUCAS, S.B.New insight on the crustal structure and tectonic history of the Ungava Orogen, Kovik Bay and Cap Wolstenholme, Quebec. In: Current Research, Part C; Geological Survey of Canada, Paper 92-1 C, pages 31-41.1992Source

 

 

7 mai 2018