Suite de Napeu Kainut
Étiquette stratigraphique : [mpro]nak
Symbole cartographique : mPnak

Première publication :  
Dernière modification :

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
mPnak2 Granite
mPnak1 Mangérite et monzonite quartzifères
 
Auteur :Miller et al., 1997 ; Charette et al., 2019
Âge :Mésoprotérozoïque
Coupe type :Aucune
Région type :Région du lac Brisson (feuillets SNRC 24A01 et 24A08)
Province géologique :Province de Churchill et Province de Nain (Labrador)
Subdivision géologique :Domaine lithotectonique de Mistinibi-Raude
Lithologie :Monzonite quartzifère et granite
Type :Lithodémique
Rang :Suite
Statut :Formel
Usage :Actif

Historique

Cette unité a précédemment été nommée « Monzonite quartzifère de Napeu Kainut » par Miller et al. (1997). Suite aux travaux de vérification sur le terrain réalisés à l’été 2016, Charette et al. (2019) l’ont renommée Suite de Napeu Kainut afin d’y représenter la diversité lithologique et de respecter le Code stratigraphique nord-américain (NACSN, 2005). Cette suite regroupe les unités de monzonite quartzifère et de granite massifs décrites par Bélanger (1984) dans la région du lac Brisson, représentant respectivement les sous-unités 10a et 10b de cet auteur.

 

Description

La Suite de Napeu Kainut comprend deux unités informelles : une unité de mangérite et de monzonite quartzifère (mPnak1) et une unité de granite (mPnak2). En bordure de l’intrusion, la roche est parfois altérée et déformée, ce qui pourrait signifier une mise en place dans un encaissant solidifié.

Suite de Napeu Kainut 1 (mPnak1) : Mangérite et monzonite quartzifères

L’unité mPnak1 comprend une monzonite quartzifère, localement à hypersthène, de couleur gris rosé à rougeâtre avec une patine d’altération rosée à brunâtre. La roche est massive, homogène et de granulométrie moyenne à grossière avec des phénocristaux de feldspath potassique de 1 à 3 cm. La météorisation est souvent si prononcée que la roche se désagrège sur une épaisseur de plusieurs mètres. Les minéraux mafiques (3 à 15 %) sont disséminés ou en petits amas et incluent en majorité la biotite brune, et localement de la hornblende, de l’hypersthène et du clinopyroxène. Les phénocristaux de feldspath potassique ont une microstructure perthitique et contiennent quelques inclusions arrondies de quartz. Le quartz forme aussi des plages équigranulaires entre les phénocristaux. L’allanite, les minéraux opaques, l’épidote et la chlorite sont accessoires. Une altération est soulignée par endroits par la séricitisation du plagioclase, la présence d’hématite, de carbonate, de chlorite et d’épidote dans la matrice et par la chloritisation de la biotite.

Suite de Napeu Kainut 2 (mPnak2) : Granite

L’unité mPnak2 se compose d’un granite rose blanchâtre de granulométrie moyenne à grossière, localement à grain fin. Cette roche massive comprend des cristaux centimétriques de feldspath potassique perthitique (1 à 2 cm) et du quartz en cristaux globuleux de plus de 1 cm. Les minéraux mafiques (biotite brune et hornblende verte) forment de petits amas. Les minéraux accessoires sont constitués d’épidote, de minéraux opaques, d’apatite et de chlorite remplaçant la biotite.

Épaisseur et distribution

La Suite de Napeu Kainut forme une intrusion circulaire d’environ 25 km de diamètre située au nord du Batholite de Mistastin, dans la partie centre-est du Domaine lithotectonique de Mistinibi-Raude. Plus précisément, elle se trouve à la limite entre les feuillets 24A01 et 24A08, à la frontière entre le Québec et le Labrador. L’unité mPnak1 occupe une superficie plus importante (399 km2) que l’unité mPnak2 (72 km2).

Datation

La Suite de Napeu Kainut n’a pas été datée. Toutefois, la relation de recoupement avec le Pluton du Lac Brisson, dont la cristallisation de la phase intrusive la plus ancienne est datée à 1240 Ma (Miller et al., 1997), indique que la Suite de Napeu Kainut est plus vielle que cet âge.

Relation(s) stratigraphique(s)

Les roches de la Suite de Napeu Kainut coupent les intrusions de la Suite de Pelland (pPped) ainsi que les paragneiss et les migmatites du Complexe de Mistinibi (pPmis). Ces unités sont parfois en enclaves dans la mangérite et la monzonite quartzifères de la Suite de Napeu Kainut (mPnak1). L’unité mPnak2 forme des amas kilométriques en contact graduel dans l’unité mPnak1, ou coupe cette dernière sous forme d’injections. Le Pluton du Lac Brisson s’injecte dans la Suite de Napeu Kainut.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
BÉLANGER, M.Région du lac Brisson, Territoire du Nouveau-Québec. Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; DP-84-20, 2 cartes annotées.1984DP 84-20
KERR, A. – HAMILTON, M.A.Rare-earth element (REE) mineralization in the Mistastin Lake and Smallwood reservoir areas, Labrador: field relationships ans preliminary U-Pb zircon ages from host granitoid rocks. Current Research (2014) Newfoundland and Labrador Department of Natural Resources Geological Survey; Report 14-1, pages 45-62.2014Source
CHARETTE, B. – LAFRANCE, I. – VANIER, M.-A. – GODET, A.Domaine de Mistinibi-Raude, sud-est de la Province de Churchill, Nunavik, Québec, Canada : synthèse de la géologie. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec. BG 2019-07.2019BG 2019-07
MILLER, R.R. – HEAMAN, L.M. – BIRKETT, T.C.U-Pb zircon age of the Strange Lake peralkaline complex: implications for Mesoproterozoic perlakaline magmatism in north-central Labrador. Precambrian Research; volume 81, number 1-2, pages 67-82.1997Source
NORTH AMERICAN COMMISSION ON STRATIGRAPHIC NOMENCLATURE (NACSN)North American Stratigraphic Code. American Association of Petroleum Geologists Bulletin; volume 89, pages 1547-1591.2005Source
30 janvier 2019