2018-MY-6315A
 
Lithologie : Monzodiorite quartzifère
Unité stratigraphique : Pluton de Casterne (nAcst)

Publiée le :  
 

 

 

Numéro d’échantillon : 2018-MY-6315A
Lithologie : Monzodiorite quartzifère
Âge 1 (évènement) : 2701,5 ±2,4 Ma (cristallisation magmatique)
Province géologique : Province du Supérieur
Subdivision géologique : Sous-province d’Opinaca
Unité stratigraphique : Pluton de Casterne (nAcst)
Feuillet SNRC : 33G03
Zone UTM NAD 83 : 18
Estant : 479408
Nordant : 5895675
Méthode d’analyse :

LA-HR-ICP-MS sur zircons (méthode d’analyse décrite dans le MB 2020-01, pages 29 et 30)

 

 

Géologie et description de l’échantillon

L’échantillon prélevé correspond à une monzodiorite quartzifère porphyroïde à feldspath potassique, contenant aussi de la hornblende, de la biotite et de la magnétite. Ces roches intrusives sont légèrement migmatitisées. L’échantillonnage a été réalisé sur un affleurement de la partie SE du Pluton de Casterne, une intrusion ovoïde d’une superficie de 76 km2 localisée dans le feuillet 33G03. Celle-ci coupe les paragneiss du Complexe de Laguiche, au cœur de la Sous-province d’Opinaca. La monzodiorite quartzifère contient 1 % à 10 % de phénocristaux de feldspath potassique (1 à 2 cm de longueur), 20 % de hornblende, 10 % de biotite, une faible proportion d’épidote, ainsi que des traces d’apatite, de magnétite et de zircon. De couleur gris moyen en cassure fraiche et en surface altérée, la roche est modérément foliée et généralement homogène. Elle contient cependant quelques zones centimétriques plus riches en quartz interprétées comme du mobilisat associé à un début de migmatitisation. Ces zones ont été retirées lors de la préparation de l’échantillon.

Objectif de l’analyse géochronologique

L’analyse a pour premier objectif de confirmer l’appartenance du Pluton de Casterne à la Suite de Féron, une hypothèse suggérée par des compositions minéralogiques similaires, la présence de phénocristaux de feldspath potassique et la proximité géographique avec les autres intrusions de cette suite situées plus à l’est. Cette suite occupe une superficie importante dans la Sous-province d’Opinaca. La Suite de Féron a été datée 2710,4 ±2,4 Ma (2012-JG-1120A; Pluton de la Frégate) dans le feuillet 33G02, et à 2702,3 ±2,2 Ma (2012-QD-2049A; pluton de Lakanal, nom informel) à >70 km plus à l’est, dans le feuillet 33G01. Cette datation devrait permettre de mieux cerner l’histoire de cette suite et de contraindre l’âge de la sédimentation des roches métasédimentaires du Complexe de Laguiche, laquelle constitue l’unité encaissante de l’intrusion.

Géochronologie

Les zircons de cet échantillon forment une population morphologique simple et homogène constituée de cristaux prismatiques plus ou moins allongés, trapus et brunâtres. Ces cristaux sont caractérisés par des structures oscillatoires concentriques qu’il est même possible de distinguer à la loupe binoculaire. Quelques zircons sont xénomorphes et incolores, mais ceux-ci n’ont pas été sélectionnés pour analyse.

 

En cathodoluminescence, les cristaux prismatiques sont généralement homogènes et présentent une structure de zonation oscillatoire préalablement observée à la loupe binoculaire.

 

Les résultats analytiques de 70 grains ont livré des âges entre 2675 Ma et 2730 Ma et se distribuent de part et d’autre de la courbe concordia. À part quelques exceptions, les rapports Th/U varient entre 0,8 et 1,2, ce qui est typique des zircons ayant cristallisé à partir d’un magma felsique. Le calcul de régression linéaire a permis d’établir des intersections inférieure et supérieure correspondant à des âges de 44 ±320 Ma et 2701,5 ±2,4 Ma (MSWD = 1,18, probabilité = 0,15). L’âge de 2701,5 ±2,4 Ma représente celui de la cristallisation de la monzodiorite et est comparable aux âges obtenus pour d’autres échantillons de roche intrusive de la Suite de Féron.

Les résultats des analyses sont disponibles dans le SIGÉOM et accessibles en cliquant sur ce lien (voir fichiers Excel dans MB202001ADN001.zip).

Interprétation

L’âge de cristallisation obtenu (2701,5 ±2,4 Ma) est très proche de celui du pluton de Lakanal daté à 2702,4 ±2,7 Ma (David, 2020). Ces deux âges sont plus jeunes que celui du Pluton de la Frégate (2710,4 ±2,4 Ma; Augland et al., 2016). La datation des intrusions de la Suite de Féron permet également de déterminer l’âge minimal de la sédimentation des roches métasédimentaires du Complexe de Laguiche dans ces secteurs. Ces âges minimaux (2710 à 2702 Ma) précèdent ou sont très similaires à quelques-uns des âges maximaux de sédimentation obtenus pour des échantillons du Complexe de Laguiche (p. ex. 2697 ±9 Ma; David, 2018). Cela indiquerait que la mise en place des intrusions des sous-provinces de La Grande, de Minto et d’Opinaca est à peu près contemporaine, soit ~2710-2702 Ma. Cet épisode intrusif aurait été suivi d’un soulèvement rapide des roches du La Grande et du Minto pour fourni le matériel détritique à l’origine des roches sédimentaires du Complexe de Laguiche, alors que la Sous-province d’Opinaca subissait un enfouissement rapide.

Auteurs

Rôle Nom Courriel Année
Géochronologie Jean David, géo., Ph. D. jean.david@mern.gouv.qc.ca 2018 à 2019
Échantillonnage et interprétation Jean Goutier, géo., M. Sc   2018
Coordination Francis Talla Takam, géo., Ph. D. francis.tallatakam@mern.gouv.qc.ca 2021

Références

 

Publications accessibles dans SIGÉOM Examine

AUGLAND, L.E., DAVID, J., PILOTE, P., LECLERC, F., GOUTIER, J., HAMMOUCHE, H., LAFRANCE, I., TALLA TAKAM, F., DESCHÊNES, P.-L., GUEMACHE, M.A., 2016. Datations U-Pb dans les provinces de Churchill et du Supérieur effectuées au GEOTOP en 2012-2013. MERN, GEOTOP; RP 2015-01, 43 pages.

DAVID, J., 2018. Datations U-Pb dans les provinces de Grenville et du Supérieur effectuées au GEOTOP en 2016-2017. MERN, GEOTOP; MB 2018-17, 22 pages.

DAVID, J., 2020. Datations U-Pb dans les provinces du Supérieur et de Churchill effectuées au GEOTOP en 2018-2019. MERN, GEOTOP; MB 2020-01, 30 pages.

25 mars 2021