Intrusion de Rivière Noire
Étiquette stratigraphique : [mpro]rin
Symbole cartographique : mPrin
 

Première publication :  
Dernière modification :

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
Aucune
 
Auteur(s) :
El Bourki et Moukhsil, 2021
Âge :
Mésoprotérozoïque 
Stratotype :
Affleurement de référence 2021-GS-2094
Région type :
À l’ouest de la rivière Noire (coin SE du feuillet SNRC 32H01)
Province géologique :
Subdivision géologique :
Lithologie :Clinopyroxénite et syénite
Catégorie :
Lithodémique
Rang :
Lithodème
Statut :Formel
Usage :Actif

 

Historique

L’Intrusion de Rivière Noire a été définie par El Bourki et Moukhsil (2021) lors des travaux de cartographie des secteurs au nord de Dolbeau-Mistassini (feuillet 32H01), de Girardville et du lac Blondelas (feuillet 32H07), dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

 

Description

L’Intrusion de Rivière Noire est une intrusion ultramafique alcaline constituée d’une clinopyroxénite et de veines, de veinules et de dykes de syénite, de syénite à feldspath alcalin et de syénite quartzifère. Ces faciès syénitiques sont associés à la clinopyroxénite et ne peuvent être mis en carte à l’échelle de la cartographie (échelle 1/50 000) dans le cadre du projet Dolbeau-Blondelas (feuillet 32H01). Cette intrusion est plus ou moins facile à circonscrire sur les cartes aéromagnétiques (Intissar et Benahmed, 2015) et est l’hôte d’une zone minéralisée en éléments des terres rares découverte lors des travaux de El Bourki et Moukhsil (2021; zone minéralisée Aligas).

La roche principale constituant cette intrusion est une clinopyroxénite de teinte verdâtre en patine d’altération et vert-noir à rosâtre en surface fraiche (affleurement 2021-GS-2094). Elle est à grain moyen à grossier, localement porphyroïde, à structure de cumulat et légèrement foliée. Elle est constituée de clinopyroxène (augite, >72 %), de titanite (4 à 8 %), d’apatite (2 à 4 %), de feldspath potassique (10 à 15 %), de calcite (<1 %), d’olivine (<1 %) et de traces d’orthopyroxène, de quartz, de magnétite ainsi que de zircon. La clinopyroxénite est coupée par des veines, des veinules et des dykes de syénite, de syénite à feldspath alcalin et de syénite quartzifère. La clinopyroxénite semble recristallisée et les phases syénitiques associées semblent foliées et déformées. Quelques évidences de mélange de magmas syénitiques et ultramafiques sont observées localement dans l’intrusion avec des contacts diffus entre les deux magmas.

La clinopyroxénite contient de la titanite qui peut atteindre une longueur de 2 cm et qui, au microscope, montre une macle typique en chapeau de gendarme à fort relief positif. Cette titanite est observée en cristaux entre les autres minéraux ainsi qu’en inclusion à l’intérieur du clinopyroxène et du feldspath potassique. La taille de l’apatite est de <0,3 cm, alors que les baguettes de clinopyroxène dépassent 1,5 cm. Les cartes de microdiffraction des rayons X (µXRF) présentent les différents éléments chimiques et l’association des minéraux formant la clinopyroxénite.

 

La syénite à feldspath alcalin est de teinte rose-vert en surfaces fraiche et altérée, de granulométrie moyenne à grossière et localement porphyroïde à phénocristaux de feldspath potassique (p. ex. affleurement 2021-GS-2093). La syénite est composée de clinopyroxène verdâtre, de feldspath potassique, de titanite, d’apatite et de minéraux opaques ainsi que d’orthopyroxène en traces. Le clinopyroxène (1 à 5 %, jusqu’à 1 cm de longueur) est observé en cristaux isolés et en amas décimétriques. Au microscope, la titanite (2 à 5 % de la roche) est observée en cristaux isolés ici et là dans la roche ainsi qu’en inclusions dans le clinopyroxène. Le feldspath potassique est dépourvu de macles typiques et atteint 5 cm de longueur. Il est généralement enrichi de plusieurs inclusions micrométriques de rutile aciculaire et d’autres minéraux non identifiés. La syénite à feldspath alcalin contient des enclaves centimétriques de clinopyroxénite.

Les veines, veinules et dykes de syénite et de syénite quartzifère sont de teinte rose en surface fraiche et rose-vert en patine d’altération, de granulométrie moyenne et porphyroïde ou granoblastique. En lame mince, les principaux minéraux sont le feldspath potassique en phénocristaux, localement perthitique et à macle de type kilt écossais, le clinopyroxène et le quartz. Les clinopyroxènes sont groupés en amas irréguliers dans la roche. Les minéraux accessoires sont l’apatite, les minéraux opaques (pyrite et pyrrhotite) et la titanite, cette dernière (<1 % de la roche) se présentant sous forme de cristaux isolés et en inclusions, surtout dans le feldspath potassique.

 

Épaisseur et distribution

L’Intrusion de Rivière Noire est de forme elliptique et d’une superficie de ~15 km2. Elle est localisée entre l’Intrusion alcaline de Crevier et la carbonatite du Complexe de Saint-Honoré. Ce complexe est mis en place au sud de la Zone de Waswanipi-Saguenay. Cette zone (ou couloir) constitue un linéament majeur allant du Supérieur jusqu’au Saguenay (Moorhead et al.,1999). Elle comprend entre autres les carbonatites de Montviel (1894,2 ±3,5 Ma, David et al., 2006; Goutier, 2006) et de Lac Shortt (2652 Ma, Morasse, 1988 dans Nadeau et al., 2014), dans la Province du Supérieur, et celle de Saint-Honoré (582,2 ±1,8 Ma, dans Néron et al., 2018), dans la Province de Grenville. Une deuxième zone (Nottaway) contient les dykes de carbonatite de Dolodau (2631 ±8 Ma; Bédard et Chown, 1992). La carbonatite de l’Intrusion alcaline de Crevier (957 ±2,9 Ma, Groulier et al., 2020) est localisée légèrement à l’écart de ces deux zones, mais est tout de même alignée avec l’Intrusion de Rivière Noire et la carbonatite du Complexe de Saint-Honoré.

 

Datation

Aucune.

Relations stratigraphiques

L’intrusion de Rivière Noire coupe la Suite anorthositique de Lac-Saint-Jean et la Séquence supracrustale de Saint-Onge. Elle est injectée à son tour par des veines, des veinules ainsi que des dykes de syénite, de syénite à feldspath alcalin et de syénite quartzifère assignés à cette même intrusion.

 

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Publications accessibles dans SIGÉOM Examine

 

DAVID, J., DION, C., GOUTIER, J., ROY, P., BANDYAYERA, D., LEGAULT, M., RHEAUME, P., 2006. Datations U-Pb effectuées dans la Sous-province de l’Abitibi à la suite des travaux de 2004-2005. MRNF, GEOTOP UQAM-MCGILL; RP 2006-04, 22 pages.

EL BOURKI, M., MOUKHSIL, A., 2021. Géologie de la région de Dolbeau-Blondelas, Province de Grenville, région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Québec, Canada. MERN;  BG 2022-02, 1 plan. 

INTISSAR, R., BENAHMED, S. 2015. LEVE MAGNETIQUE AEROPORTE DANS LE SECTEUR OUEST DU LAC-ST-JEAN, PROVINCE DE GRENVILLE. MERN, GOLDAK AIRBORNE SURVEYS; DP 2015-06, 7 pages et 2 plans.

GOUTIER, J., 2006. Géologie de la région du lac au Goéland (32/F15). MRNF RG 2005-05, 44 pages et 4 plans.

MOORHEAD, J., BEAUMIER, M., LEFEBVRE, D. L., BERNIER, L., MARTEL, D., 1999. KIMBERLITES, LINEAMENTS ET RIFTS CRUSTAUX AU QUEBEC. MRN; MB 99-35, 129 pages, 1 plan. 

 

Autres publications

 

BÉDARD, L.P., CHOWN, E.H., 1992. The Dolodau dykes, Canada: An example of an Archean carbonatite. Mineralogy and Petrology; volume 46, pages 109-121. doi.org/10.1007/BF01160181

GROULIER, P.A., TURLIN, F., ANDRÉ-MAYER, A.S., OHNENSTETTER, D., CRÉPON, A., BOULVAIS, P., POUJOL, M., ROLLION-BARD, C., ZEH, A., MOUKHSIL, A., SOLGADI., F., EL BASBAS, A., 2020. Silicate-Carbonate Liquid Immiscibility: Insights from the Crevier Alkaline Intrusion (Quebec). Journal of Petrology; volume 61, issue 3, egaa033. doi.org/10.1093/petrology/egaa033

MORASSE, S., 1988. Geological setting and evolution of the Lac-Shortt gold deposit, Waswanipi, Quebec, Canada. Queen’s University, Kingston, Ontario; M.Sc. thesis, 221 pages. 

NADEAU, O., STEVENSON, R., JÉBRAK M., 2014. The Archean magmatic-hydrothermal system of Lac Shortt (Au-REE), Abitibi, Canada: Insights from carbonate fingerprinting. Chemical Geology; volume 387, pages 144-156. doi.org/10.1016/j.chemgeo.2014.08.021

NÉRON, A, BÉDARD, L.P., GABOURY, D., 2018. The Saint-Honoré Carbonatite REE Zone, Québec, Canada: Combined Magmatic and Hydrothermal Processes. Minerals; volume 8, 397, 19 pages. doi.org/10.3390/min8090397

 

 

Citation suggérée

Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN). Intrusion de Rivière Noire. Lexique stratigraphique du Québec. https://gq.mines.gouv.qc.ca/lexique-stratigraphique/province-de-grenville/intrusion-de-riviere-noire [cité le jour mois année].

Collaborateurs

Première publication

Abdelali Moukhsil, géo., Ph. D. abdelali.moukhsil@mern.gouv.qc.ca; Mhamed El Bourki, géo. stag., M. Sc. mhamed.elbourki@mern.gouv.qc.ca (rédaction)

Mehdi A. Guemache, géo., Ph. D. (coordination); Fabien Solgadi, géo., Ph. D. (lecture critique); Simon Auclair, géo., M. Sc. (révision linguistique).

 
4 octobre 2022