English
 
Suite d’Amisquioumisca
Étiquette stratigraphique : [narc]amq
Symbole cartographique : nAamq

Première publication:  

 

 

Subdivision(s) informelle(s)

La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
nAamq2 Roches intermédiaires indifférenciées
nAamq1 Syénite porphyrique et monzonite
Auteur :Leclerc et Caron-Côté (2017)
Âge :Précambrien / Archéen / Néoarchéen
Coupe type :Aucune
Région type :La Suite d’Amisquioumisca comprend une intrusion principale (nAamq1) localisée entre les lacs Amisquioumisca, de la Bétulaie et Caminscacane (feuillets SNRC 32K08, 32K09 et 32J12), ainsi que deux intrusions de taille plus modeste (nAamq2) situées au sud du lac Amisquioumisca (feuillet SNRC 32K08).
Province géologique :Province du Supérieur
Subdivision géologique :Sous-province d’Opatica
Lithologie :Roche intrusive intermédiaire
Type d’unité :Unité lithodémique
Rang :Suite
Statut :Unité formelle
Usage :Unité active

 

 

Historique

La Suite d’Amisquioumisca a été introduite afin de regrouper les intrusions de composition intermédiaire cartographiées à l’été 2016 par Leclerc et Caron-Côté (2017) dans le secteur du lac Amisquioumisca (feuillets SNRC 32K08).

 

Description

La Suite d’Amisquioumisca (nAamq) se compose principalement de syénite, de monzonite et de monzonite quartzifère. Des monzodiorites, des monzodiorites quartzifères et des granites constituent des faciès mineurs observés localement. La suite comprend deux unités informelles. La première regroupe les syénites porphyriques, les monzonites et les monzonites quartzifères (nAamq1) formant une intrusion plus importante localisée au sud du lac Amisquioumisca. La deuxième, de composition plus hétérogène, correspond à un ensemble de roches de composition intermédiaire (nAamq2) qui constitue deux intrusions de plus petites dimensions situées au SW du lac Amisquioumisca.

Suite d’Amisquioumisca 1 (nAamq1) : Syénite porphyrique et monzonite

L’unité nAamq1 est composée de syénite porphyrique, de monzonite, de monzonite quartzifère, ainsi que de quantités moindres de monzodiorite, de monzodiorite quartzifère et de granite. La syénite présente une patine gris jaunâtre à rose foncé, une granulométrie grossière et une structure généralement homogène. Les phénocristaux sont composés de feldspath potassique et de plagioclase albitisé, alors que la matrice est essentiellement constituée de hornblende. Localement, les phénocristaux de feldspath potassique définissent une foliation magmatique prononcée rappelant une structure trachytique. À l’est du lac Amisquioumisca, le faciès de syénite porphyrique est caractérisé par des phénocristaux de feldspath potassique atteignant jusqu’à 4 cm dans une matrice mélanocrate à grain moyen. Les syénites porphyriques sont étroitement associées à des injections mélanocrates dont la composition varie de monzonite à monzodiorite quartzifère. Ces injections bréchifient la syénite homogène, bien que localement les contacts irréguliers semblent indiquer une mise en place à l’état plastique.

Les monzonites et les monzonites quartzifères à grain moyen ont une couleur gris rosé moyen en surface altérée et gris moyen à foncé en surface fraîche. Les minéraux ferromagnésiens principaux sont la biotite, la hornblende et la magnétite. Les feldspaths potassiques sont grossiers et peuvent constituer des phénocristaux centimétriques. La chlorite et l’épidote sont des minéraux secondaires d’altération. Les syénites et les monzonites sont foliées et deviennent localement gneissiques en bordure de l’intrusion, au contact avec la diorite gneissique encaissante appartenant à la Suite de Chensagi.

Suite d’Amisquioumisca 2 (nAamq2) : Roches intermédiaires indifférenciées

L’unité nAamq2 est principalement composée de roches intermédiaires incluant des monzonites, des monzonites quartzifères, des monzodiorites et des monzodiorites quartzifères. Elle comprend également de la granodiorite et du granite en quantités moindres. La zone marginale des intrusions composant cette unité est caractérisée par la présence d’enclaves de gneiss dioritique et d’amphibolite de la Suite de Chensagi. La monzonite et la monzonite quartzifère sont à grain moyen ou grossier et présentent une couleur gris rosé en surface fraîche et beige rosé à rose foncé en surface altérée. Les minéraux ferromagnésiens sont la biotite, la hornblende et la magnétite. L’épidote est également présente comme minéral secondaire. La taille des cristaux de feldspath potassique dépasse communément le centimètre et la roche développe dans ce cas une structure porphyrique. Ces roches sont quelquefois massives, mais présentent généralement une foliation caractérisée par l’alignement des cristaux de feldspath potassique et de hornblende.

La monzodiorite et la monzodiorite quartzifère à grain moyen ont une couleur beige à rose pâle en surface altérée. La biotite est le minéral ferromagnésien dominant, localement accompagnée de magnétite et de hornblende. L’épidote est présente en quantité accessoire comme minéral d’altération. Ces roches sont généralement massives.

La granodiorite et le granite constituent des lithologies de moindre importance et apparaissent ordinairement sous la forme d’injections dans les faciès susmentionnés. Ils ont généralement une couleur blanc rosé clair en surface fraîche et altérée et une granulométrie variant de fine à moyenne. Ils contiennent de la biotite et de la magnétite et sont localement altérés en hématite.

 

 

Épaisseur et distribution

L’unité nAamq1 forme une intrusion de forme ovoïde montrant un allongement NE-SW située à l’est du lac Amisquioumisca et à l’ouest du lac Caminscanane (NE du feuillet SNRC 32K08). Ses dimensions sont d’environ 20 km de longueur et 8 km de largeur, pour une superficie totale de 155 km2. L’unité nAamq2 correspond à deux intrusions de forme irrégulière et allongée localisées à environ 10 km au SW du lac Amisquioumisca (SW du feuillet SNRC 32K08). Elles présentent respectivement des superficies de 25 et 50 km2.

Datation

Aucune datation

Relation(s) stratigraphique(s)

Au sud du lac Amisquioumisca, les affleurements à la bordure SW de l’intrusion principale (nAamq1) montrent un contact intrusif irrégulier avec les gneiss dioritiques de la Suite de Chensagi qui sont caractérisés à cet endroit par la présence d’enclaves de paragneiss et d’amphibolites provenant vraisemblablement du Complexe de Rocher (nAroc). Les zones marginales des intrusions sont caractérisées par la présence d’enclaves de diorite, d’amphibolite et de paragneiss. Les roches de la Suite d’Amisquioumisca sont coupées par un dyke de diabase assigné à l’Essaim de dykes lac Esprit (pPesp), ainsi que par un dyke de gabbro attribué aux Dykes de Biscotasing (pPbis).

Paléontologie

Ne s’applique pas

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
LECLERC, F. – CARON-CÔTÉ, E.Géologie de la région du lac Amisquioumisca. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; Géobulletin.2017Source

 

 

15 septembre 2017