Pluton du Lac de la Perdrix
Étiquette stratigraphique : [narc]per
Symbole cartographique : nAper

Première publication :  
Dernière modification :

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
nAper2 Monzodiorite et monzonite à biotite, hornblende, clinopyroxène et rare orthopyroxène
nAper1 Monzonite quartzifère et monzodiorite quartzifère à biotite et hornblende, localement à phénocristaux de feldspath alcalin
 

 

Auteur :
MER, 1983
Âge :
Néoarchéen
Stratotype :

Aucun

Région type :

SE du feuillet SNRC 32E02 et NE du feuillet SNRC 32D15

Province géologique :
Province du Supérieur
Subdivision géologique :
Sous-province de l’Abitibi
Lithologie :Roches intrusives intermédiaires
Type :
Lithodémique
Rang :
Lithodème
Statut :Formel
Usage :Actif

 

Unité(s) apparentée(s)

Aucune

 

 

 

Historique

Johannes (1918) avait reconnu l’existence de roches plutoniques acides à l’endroit du Pluton du Lac de la Perdrix sans que celui-ci ne soit nommé ni précisément délimité; il était alors compris dans une énorme masse de « roches intrusives batholitiques acides », incluant granites, gneiss granitique, granodiorites, diorites, aplites et pegmatites. En 1934, Backman avait distingué une intrusion dont les limites coïncident plus ou moins bien avec celles d’aujourd’hui, du moins dans sa moitié sud; elle faisait partie d’un groupe indifférencié comprenant granite, syénite et granodiorite. Ross (1959) trace le contact nord de l’intrusion de façon assez précise et la décrit comme une syénite à hornblende entourée d’une auréole essentiellement dioritique. Plus tard, Hocq (1981) décrit le pluton comme une unité de tonalite massive à biotite et hornblende contenant plusieurs enclaves de roches volcaniques et sédimentaires. Le nom de l’unité est mentionné la première fois dans le rapport de Hocq (in MER, 1983) sous l’appellation de « Massif du lac de la Perdrix », en référence au lac de la Perdrix situé au centre de l’intrusion. Le nom actuel de « Pluton du Lac de la Perdrix » apparaît la première fois dans la carte géologique du feuillet SNRC 32D15 réalisée par Beausoleil et Doucet (1998 in MRNF, 2010). Selon Beausoleil (2010), ce pluton est composé d’une unité de monzodiorite quartzifère à monzonite. Deschênes et al. (2014) distinguent deux unités principales : une unité de monzodiorite quartzifère et de monzonite à hornblende et clinopyroxène (nAper1) et une unité composée de gabbro et de pyroxénite (nAper2). Toutefois, l’existence de l’unité nAper2 reposait sur peu d’observations, ce qui a mené à son abandon. Guemache (en préparation) reconnaît deux unités au Pluton du Lac de la Perdrix : la première (nAper1) occupe le cœur de l’intrusion et est caractérisée par une faible intensité du champ magnétique résiduel. La seconde (nAper2) occupe la bordure ainsi que certaines zones centrales de l’intrusion et se distingue par une susceptibilité magnétique relativement élevée.

 

 

Description

Pluton du Lac de la Perdrix 1 (nAper 1) :  Monzonite quartzifère et monzodiorite quartzifère à biotite et hornblende, localement à phénocristaux de feldspath alcalin

L’unité nAper 1 est formée de monzonite quartzifère et de monzodiorite quartzifère leucocrates roses, massives, à grain moyen ou grossier, localement porphyroïdes à phénocristaux de feldspath potassique (RO-358). Au microscope, cette unité est composée de quartz (<20 %) montrant localement une extinction ondulante, de plagioclase plus ou moins séricitisé, d’orthose, de microcline sous la forme de phénocristaux microperthitiques, de cristaux interstitiels ou d’inclusions de petits cristaux dans le plagioclase (antiperthite). La biotite (généralement <5 %) et la hornblende (généralement <5 %) sont souvent associées. Comme minéraux accessoires, la roche contient de l’épidote, de l’allanite, de la titanite, de l’apatite et de faibles quantités de minéraux opaques. Le quartz et le plagioclase forment souvent des myrmékites.

 

Pluton du Lac de la Perdrix 2 (nAper 2) : Monzodiorite et monzonite à biotite, hornblende, clinopyroxène et rare orthopyroxène

L’unité nAper 2 se distingue par une susceptibilité magnétique relativement élevée. Elle est composée de monzodiorite et de monzonite mésocrates gris verdâtre, massive et à grain moyen. Les minéraux ferromagnésiens sont plus abondants (jusqu’à 20 %) et d’une taille plus importante que dans l’unité nAper1. En lame mince, la roche est formée de quartz (<5 %), de plagioclase séricitisé, de feldspath potassique, de biotite faiblement chloritisée (5 à 15 %) et de hornblende (10 %) présentant généralement une microstructure pœcilitique. La hornblende entoure également les grains de clinopyroxène (<5 %) en voie d’ouralitisation. La roche contient accessoirement de l’épidote, de l’allanite, de la titanite, de l’apatite et des minéraux opaques. De l’hypersthène (<1 %) altéré en chlorite et en magnétite a été observé dans un échantillon de monzonite.

 
Le Pluton du Lac de la Perdrix renferme de nombreuses enclaves. Selon Hocq (MER, 1983; pages 243 et 244) : « Cette intrusion renferme de fréquentes enclaves, peu ou pas recristallisées, de roches mafiques (méladiorite, hornblendite), surtout dans les parties centrale et orientale du massif. De nombreuses enclaves mésoscopiques de lave localisées dans la zone de contact sous forme de petits ellipsoïdes ou de rubans étirés de quelques mètres de long. Ces derniers sont saupoudrés de cristaux idiomorphes de feldspath ayant cristallisé au cours d’une phase tardive de métasomatisme. Quelques grandes enclaves de gneiss à biotite et grenat, disposées parallèlement à la foliation, se rencontrent non loin du contact dans la partie orientale de l’intrusion. Ces enclaves pourraient représenter l’équivalent de tufs ou de sédiments métamorphisés. ». La présence d’enclaves de roches volcaniques dans la partie orientale de l’intrusion était déjà mentionnée dans la carte de Backman (1934). Plusieurs autres ont également été mentionnées dans les récentes descriptions d’affleurement (p. ex. 12-PL-1032).

Épaisseur et distribution

Le Pluton du Lac de la Perdrix se retrouve dans le NE du feuillet SNRC 32D15 et dans le SE du feuillet SNRC 32E02. Sa susceptibilité magnétique relativement élevée par rapport aux terrains encaissants, particulièrement en bordure, permet de reconnaître cette intrusion de forme quasi circulaire (11 km x 9 km).

 

Datation

Aucune.

Relation(s) stratigraphique(s)

Le Pluton du Lac de la Perdrix s’injecte dans la Formation de Clermont-Disson et coupe au NE la Formation de Glandelet ainsi qu’une intrusion dioritique archéenne. L’âge maximal de sédimentation de la Formation de Glandelet est de 2695 ±1 Ma (Rhéaume et al., 2010); le Pluton du Lac de la Perdrix serait donc plus jeune que cet âge. 

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Publications accessibles dans SIGÉOM Examine

BEAUSOLIEL, C., 2010. CARTE(S) GÉOLOGIQUE(S) DU SIGEOM – feuillet 32e. CG SIGEOM32E, 57 plans.

DESCHENES, P L., ALLARD, G., GUEMACHE, M A. 2015. REVISION DE LA GEOLOGIE DE LA REGION DE LA RIVIERE WAWAGOSIC (PARTIES DES SNRC 32D15 ET 32E02). MERN. RP 2014-04, 22 pages.

GUEMACHE, M. A., en préparation. Synthèse géologique de la région de rivière Octave, Abitibi. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec. RG 2018-01.

HOCQ, M. 1981. CARTE GEOLOGIQUE PRELIMINAIRE DE LA REGION DE JOUTEL – GUYENNE (COMTES D’ABITIBI-EST ET D’ABITIBI-OUEST). MRN. DP 851, 1 plan.

M E R. 1983. RAPPORT D’ETAPE DES TRAVAUX EN COURS A LA DIVISION DU PRECAMBRIEN. ET 82-01, 269 pages et 2 plans.

RHEAUME, P., MAURICE, C., PARENT, M., MCNICOLL, V. 2010. GEOLOGIE DE LA REGION DE LA RIVIERE BIGNIBA (PARTIES DES SNRC 32F03, 32F04 ET 32C13). MRNF. MB 2010-06, 47 pages et 1 plan.

ROSS, S H. 1959. REGION DE CELORON – CARQUEVILLE, DISTRICTS ELECTORAUX D’ABITIBI-EST ET D’ABITIBI-OUEST. MRN. RG 089, 26 pages et 1 plan.

ROSS, S H. 1959. CELERON – CARQUEVILLE AREA, ABITIBI-EAST AND ABITIBI-WEST ELECTORAL DISTRICTS. MRN. RG 089(A), 25 pages et 1 plan.

Autres publications

BACKMAN, O.L. 1934. Macamic Sheet. Geological survey of Canada, Quebec; map 298A. https://doi.org/10.4095/107571

JOANNES, A. 1918. Harricanaw-Turgeon Basin, Abitibi, Timiskaming and Pontiac, Quebec. Commission géologique du Canada, Carte série « A » 183A, 1918, 1 feuille. https://doi.org/10.4095/107525

 

 

 

13 mars 2019