English
 
Intrusions de Duncan
Étiquette stratigraphique : [narc]dcn
Symbole cartographique : nAdcn

Première publication:  
Dernière modification:

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
nAdcn4 Dykes felsiques porphyriques à plagioclase
nAdcn3 Monzonite, monzodiorite et monzodiorite quartzifère, à hornblende, localement porphyrique à feldspath potassique et syénite
nAdcn2 Diorite et diorite quartzifère, généralement à hornblende
nAdcn1 Tonalite à hornblende et biotite et localement granodiorite
nAdcn1a Tonalite à hornblende et biotite, injectée de gabbro
nAdcn Tonalite, diorite, diorite quartzifère, monzonite et monzodiorite

 

 
Auteur :Goutier et al., 1998b
Âge :Précambrien / Archéen / Néoarchéen
Coupe type : 
Région type :

La région type des Intrusions de Duncan se situe près du lac Duncan (feuillets SNRC 33F05 et 33F12) sur les rives duquel de nombreux affleurements représentatifs des trois unités de cette suite sont présents. Des affleurements importants de ces intrusions sont : l’affleurement 1997-JG-1768 qui présente le recoupement entre une formation de fer plissée de la Formation de Yasinski par une diorite de Duncan (nAdcn2) peu déformée; l’affleurement 1996-LP-3399 est le site de l’échantillon de datation U-Pb du Pluton d’Amisach Wat appartenant aux Intrusions de Duncan; l’affleurement 2012-CD-1009 est le site de l’échantillon de datation U-Pb d’une monzodiorite porphyrique à feldspath potassique appartenant à l’unité nAdcn3; l’affleurement 1996-JG-1364 est le site de l’échantillon de datation d’un dyke felsique porphyrique associé à l’unité nAdcn4.

Province géologique :Province du Supérieur
Subdivision géologique :Sous-province de La Grande
Lithologie :Tonalite, diorite, diorite quartzifère, monzonite, monzodiorite, monzodiorite quartzifère, syénite, dykes felsiques porphyriques à plagioclase
Type d’unité :Lithodémique
Rang :Suite
Statut :Formel
Usage :Actif

 

Unité(s) apparentée(s)
 
Intrusions de Duncan
Pluton d’Amisach Wat
 

     

     

    Historique

    Les premières mentions de l’unité des Intrusions de Duncan sont apparues dans les rapports de Goutier et al. (1998a, 1998b) décrivant la géologie de la région du lac Yasinski dans l’Eeyou Istchee Baie-James. La définition de ces unités n’a pas évolué depuis cette première définition, seules les occurrences de chacune des subdivisions informelles ont été redéfinies et augmentées et ont été présentées dans les rapports de Goutier et al. (1999a, 1999b); Goutier et al., (2000); Goutier et al. (2001a, 2001b) et Goutier et al. (2002). L’ajout d’une quatrième unité (nAdcn4) a été réalisé lors de la création de cette fiche stratigraphique en mars 2018. Elle regroupe l’unité informelle de l’intrusion felsique du réservoir Robert-Bourassa (feuillets SNRC 33F11 et 33F12) de Goutier et al. (1999a) et les dykes d’intrusion felsique porphyrique de la région du lac Menarik (feuillet 33F06) de Goutier et al. (1998b).

     

     

    Description

    Les roches des Intrusions de Duncan présentent un degré variable de déformation généralement plus faible que la tonalite foliée du Complexe de Langelier (Algl3).

     

    Intrusions de Duncan (nAdcn) : Tonalite, diorite, diorite quartzifère à hornblende, monzonite et monzodiorite

    L’unité nAdcn regroupe des zones géologiques qui contiennent deux ou plusieurs lithologies des différentes divisions des Intrusions de Duncan. Ces intrusions, de type tonalitique, dioritique, monzonitique et monzodioritique, se trouvent près du lac Bruce (feuillet 33F04), au centre du feuillet 33F15, dans le coin sud-ouest du feuillet 33G11 et dans la partie nord du feuillet 33G14.

     

     

     

    Intrusions de Duncan 1 (nAdcn1) : Tonalite à hornblende et biotite et localement granodiorite

    Cette unité, composée de tonalite à hornblende et biotite, se distingue des tonalites du Complexe de Langelier par une structure pétrographique plus homogène et une déformation plus faible. Cette tonalite à une couleur grise rosée avec une patine blanche. Les grains sont de taille moyenne et sont composés à 40 à 50 % de plagioclase, 35 à 45 % de quartz et 5 à 15 % de hornblende et biotite. Le feldspath potassique est plus rare (< 10 %). Les minéraux accessoires comprennent l’épidote, le sphène et l’apatite (Goutier et al., 1998b). Des variations locales dans les pourcentages de ferromagnésiens sont observables. La tonalite présente généralement une foliation d’origine tectonique.

    Cette tonalite présente généralement une signature magnétique plus faible que les roches adjacentes, ce qui permet de reconnaître la forme des plutons, en particulier lorsqu’ils se situent sous l’eau des réservoirs Robert-Bourassa et La Grande 3.

    Dans les feuillets 33G12 (Goutier et al., 2001b) et 33F09 (Goutier et al., 2001a), une tonalite à biotite et hornblende présente la particularité de posséder des phénocristaux de quartz de 5 à 10 mm, qui apparaissent en relief positif sur les affleurements. Sa patine est beige rosé et sa cassure est gris verdâtre à rouge, dépendamment de l’hématitisation de la roche. La déformation ductile est peu marquée. En revanche, les fractures sont nombreuses et remplies d’épidote et de quartz. Cette tonalite tardive puisqu’elle contient des enclaves de basalte et de formation de fer.

    Des intrusions locales de granodiorite à hornblende font également partie de cette subdivision informelle (voir figure 5, Goutier et al., 2001). La plus importante se situe dans la région du lac de l’Astrée (33F05). Il s’agit d’une granodiorite non déformée, avec une teinte rose et une granulométrie moyenne. La particularité de cette lithologie est la présence de cristaux automorphes et trapus de plagioclases (Goutier et al., 1998b).

    Intrusions de Duncan 1a (nAdcn1a) : Tonalite à hornblende et biotite, injectée de gabbro

    Une unité de tonalite à hornblende et biotite, injectée de gabbro a été identifiée dans le feuillet 33F02 (Goutier et Gigon, 2016). Cette unité se prolonge probablement vers l’ouest dans le feuillet 33F03 (voir figure 17, Goutier et al., 1999b).

     

     

    Intrusions de Duncan 2 (nAdcn2) : Diorite et diorite quartzifère, généralement à hornblende

     

     

    L’unité nAdcn2 est plus mafique que la tonalite à hornblende et biotite (Adcn1). Le quartz est moins présent tandis que la hornblende représente plus de 30 % de la roche et la biotite est aussi moins abondante. Les contacts entre les unités nAdcn1 et nAdcn2 sont généralement graduels en affleurement (Goutier et al., 1998b). La teinte générale de la roche, dioritique, est plus foncée que celle de la tonalite. La roche a une granulométrie fine à moyenne. Des minéraux accessoires tels que la magnétite et la titanite sont présents (Goutier et al., 2002).

    Au bord du réservoir La Grande 3, une diorite quartzifère à plagioclase coupée de dykes similaires est également associée à l’unité nAdcn2. Elle a une patine grise à rose cendré avec des phénocristaux millimétriques de plagioclases dans une matrice aphanitique. Des fragments de volcanites hématitisées et des phénocristaux de biotite et de hornblende sont également visibles (Goutier et al., 2001).

     

    Intrusions de Duncan 3 (nAdcn3) : Monzonite, monzodiorite et monzodiorite quartzifère, à hornblende, localement porphyrique à feldspath potassique et syénite

    L’unité nAdcn3 est composée de monzonite, de monzodiorite et de monzodiorite quartzifère, à hornblende et de syénite. La proportion de chacune de ces lithologies varie d’une zone géologique à une autre. Cette unité a une susceptibilité magnétique plus forte que les unités précédentes ce qui permet de bien tracer ses contours.

    La monzodiorite à hornblende est composée à 65 % de plagioclase xénomorphe, 25 % de hornblende verte subautomorphe et 10  % de feldspath potassique. L’épidote et la biotite qui cristallisent autour de la hornblende pourraient être associées à un métamorphisme rétrograde. En général, la monzodiorite est beaucoup moins déformée que les unités nAdcn1 et nAdcn2 (Goutier et al., 1998b).

    Une monzonite à hornblende et une monzodiorite quartzifère sont également associées à l’unité nAdcn3. Elles sont peu déformées et peuvent contenir des enclaves de basalte cisaillé. La monzonite est rose, à grain moyen et la monzodiorite quartzifère est porphyrique à feldspath potassique, grise à rosée avec une granulométrie moyenne. La composition typique comprend 30 à 45 % de hornblende, 45 à 50 % de plagioclase, 20 % de feldspath potassique et 5 à 10 % de quartz. D’une manière générale, la différenciation entre ces différentes lithologies de l’unité nAdcn3 se fait à l’aide des colorations des feldspaths au cobaltinitrite de potassium, car il est difficile d’observer les différences sur le terrain.

    La monzonite porphyrique du lac Menarik qui a été datée présente une microstructure riche en phénocristaux de plagioclase et de feldspath potassique plus grossiers beignant dans une matrice fine riche en minéraux ferromagnésiens. 

    Deux zones géologiques de syénite sont également associées à l’unité Adcn3. Elles sont intrusives dans les roches du Groupe de Yasinski au sud du lac Missisakhegin (33F05).

     

     

     

    Intrusions de Duncan 4 (nAdcn4): Dykes felsiques porphyriques à plagioclase

    L’unité nAdcn4 regroupe l’intrusion felsique du réservoir Robert-Bourassa (33F11 et 33F12) de Goutier et al. (1999a) et les dykes d’intrusion felsique porphyrique de la région du lac Menarik (33F06) de Goutier et al. (1998b).

    Les stocks et les dykes de l’intrusion felsique du réservoir Robert-Bourassa sont injectés dans les basaltes mylonitisés dans la zone de cisaillement dextre ESE, au centre du feuillet 33F11. Ces roches avaient été antérieurement interprétées comme des tufs (Mills, 1967; Gauthier, 1996; Gauthier et al., 1997). De plus, Gauthier (1996) et Gauthier et al., 1997 avaient assigné ces roches à la base du Groupe de Rossignol-Laguiche dans leur schéma de corrélations stratigraphiques (colonne secteur du réservoir LG-2, ex-lac Long). Les travaux de terrain ont montré qu’il s’agissait de petites intrusions, sans structure de litage et qu’elles étaient plus jeunes qu’une bonne partie de la déformation des volcanites. La roche est rose pâle à blanche. Elle présente une structure porphyrique à phénocristaux de plagioclase beignant dans une matrice aphanitique. Les dykes sont centimétriques à métriques et injectés parallèlement à la foliation des basaltes. Selon les analyses géochimiques, ces dykes felsiques ont une composition granitique. L’âge de 2709 +6/-4 Ma est interprété comme celui de la mise en place de l’intrusion. Ces roches ne peuvent pas faire partie de l’ancien Groupe de Rossignol-Laguiche par leur nature (pas des tufs), leur position géographique (trop au nord) et leur relation stratigraphique intrusive dans les basaltes mylonitisés.

    Les intrusions felsiques porphyriques de la région du lac Menarik sont maintenant associées à l’unité nAdcn4. Elles se présentent sous forme de dykes dans les zones de faille en bordure du lac Ekomiak (feuillets 33F05 et 33F06). Le dyke le plus important a une épaisseur de 250 m. Il est coincé dans une zone de failles sur 5 km (feuillets 33F05 et 33F06). Ils ressemblent aux dykes trondhjémitiques et porphyriques syntectoniques de la Zone de failles de Porcupine-Destor (Goutier, 1997). Les dykes sont verdâtres avec une teinte rouge et se composent de phénocristaux millimétriques de plagioclase (15 à 25 %) et de quartz (5 %) baignant dans une matrice aphanitique. La couleur de la patine varie du beige au brun à cause de l’altération en séricite, en carbonates et en chlorite. De la pyrite disséminée est aussi présente. La roche n’est pas magnétique et présente une bonne foliation.

     

    Épaisseur et distribution

    Les Intrusions de Duncan couvrent plus de 16 feuillets SNRC : 33F02, 33F03,  33F04, 33F05,  33F06,  33F07,  33F09,  33F10,  33F11,  33F12,  33F15,  33F16,  33G11, 33G12, 33G13 et 33G14. Il se pourrait que ces intrusions se prolongent dans le feuillet 33E. Ces intrusions toutes regroupées couvrent une surface d’environ 3300 km².

    UniténAdcn1nAdcn1anAdcn2nAdcn3nAdcn4
    Surface (km²)2935,9652,5694,80217,863,76

    Datation

    L’âge des Intrusions de Duncan est basée sur les trois datations suivantes : celle du Pluton d’Amisach Wat (Goutier et al., 1998a), un équivalent de l’unité nAdcn1, celle d’une intrusion de monzonite porphyrique (2002-CD-1009; Davis et al., 2005), et celle de l’intrusion felsique du réservoir Robert-Bourassa (Goutier et al., 1999a).

     

     
    Système isotopiqueMinéralÂge de cristallisation (Ma)(+)(-)Référence(s)
    U-PbZircon271633Goutier et al., 1998a
    U-PbZircon2712,31,41,4Davis et al., 2005
    U-PbZircon et sphène270964Goutier et al., 1999a

     

    Relations stratigraphiques

    Les Intrusions de Duncan sont intrusives dans la plupart des unités plus anciennes que 2709 Ma présentes dans la région des feuillets 33F et 33G. Elles coupent le grain structural à plusieurs endroits, soit en affleurement, soit en carte, comme dans le secteur du lac Shpogan (feuillet 33F03). Elles sont coupées par les intrusions granitiques plus jeunes, comme le Pluton du Lac Taylor et celles de la Suite granitique du Vieux Comptoir. Elles sont également coupées par les différents essaims de dykes de diabase néoarchéens et paléoprotérozoïques.

    Une partie des Intrusions de Duncan est soit recouverte en discordance par la Formation de Sakami, soit en contact par des failles normales avec cette même formation.

     

     

    Paléontologie

    Ne s’applique pas.

    Références

    Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
    GAUTHIER, M .Géologie de la région du lac Sakami, SNRC 33F. Ministère des Ressources Naturelles, Québec; MB 96-13, 1 plan.1996MB 96-13
    GAUTHIER, M.Cadre géologique, style et répartition des minéralisations métalliques du bassin de La Grande Rivière, Territoire de la Baie James. Ministère des Ressources Naturelles, Québec; MB 97-30, 73 pages.1997MB 97-30
    GOUTIER J. – DOUCET P. – DION C. – BEAUSOLEIL C. – DION D.J.Géologie de la région du lac Esprit (SNRC 33F/05). Ministère des Ressources Naturelles, Québec; RG 98-09, 41 pages, 1 plan.1998bRG-98-09
    GOUTIER J. – DOUCET P. – DION C. – BEAUSOLEIL C. – DAVID J. – PARENT M. – DION D.JGéologie de la région lac Kowskatehkakmow (SNRC 33F/06). Ministère des Ressources Naturelles, Québec; RG 98-16, 50 pages, 1 plan.1998aRG-98-16
    GOUTIER J. – DION C. – DAVID J. – DION D.J.Géologie de la région de la Passe Shimusuminu et du lac Vion (SNRC 33F/11, 33F/12). Ministère des Ressources Naturelles, Québec; RG 98-17, 43 pages, 2 plans.1999aRG-98-17

    GOUTIER J. – DION C. – LAFRANCE I. – DAVID J. – PARENT M. – DION D.J.

    Géologie de la région des lacs Langelier et Threefold (33F/03 et 33F/04). Ministère des Ressources Naturelles, Québec; RG 98-18, 54 pages, 2 plans.1999bRG-98-18
    GOUTIER J. – DION C. – OUELLET M.C. – DAVID J. – PARENT M.Géologie de la région des lacs Guillaumat et Sakami (33F/02 et 33F/07). Ministère des Ressources Naturelles, Québec; RG 99-15, 40 pages, 2 plans.2000RG-99-15
    GOUTIER J. – DION C. – OUELLET M.C. – MERCIER-LANGEVIN P. – DAVIS D.W.Géologie de la Colline Masson, de la Passe Awapakamich, de la Baie Carbillet et de la Passe Pikwahipanan (SNRC 33F/09, 33F/10, 33F/15 et 33F/16). Ministère des Ressources Naturelles, Québec; RG 2000-10, 69 pages, 4 plans.2001aRG-2000-10
    GOUTIER, J. – DION, C. – OUELLET, M.-CGéologie de la région de la colline Bezier (33G/12) et du lac de la Montagne du Pin (33G/13). Ministère des Ressources Naturelles, Québec; RG 2001-13, 55 pages, 2 plans.2001bRG-2001-13
    GOUTIER, J. – DION, C. – OUELLET, M.-C. – DAVIS, D.W. – DAVID, J. – PARENT, MGéologie de la région du lac Guyer (33G/05, 33G/06 et 33G/11. Ministère des Ressources Naturelles, Québec; RG 2001-15, 55 pages, 3 plans.2002RG-2001-15
    GOUTIER J. et GIGON J.Géologie de la région du lac Sakami. Ministère des Ressources Naturelles, Québec; CG 2016-05, 1 plan.2016CG-2016-05
    MILLS, J.P.Geology of the long lake map area, New Quebec. Ministère des Ressources Naturelles, Québec;  DP-141, 12 pages, 1 plan.1967DP-141

     

     

    10 mai 2018