English
 
Groupe de Guyer
Étiquette stratigraphique : [marc]gy
Symbole cartographique : mAgy

Première publication : 24 mai 2018
Dernière modification : 14 juin 2019

 

 

 

 

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
mAgy5 Wacke ultramafique
mAgy4 Komatiite et basalte magnésien
mAgy3 Formation de fer, wacke et mudrock graphiteux
mAgy2 Tuf felsique, localement tuf intermédiaire et schiste à séricite
mAgy2b Gneiss dérivé de volcanite intermédiaire et felsique
mAgy2a Roche métasomatique de volcanite felsique
mAgy1 Amphibolite dérivée d’un basalte, avec localement des niveaux de paragneiss.
 
Auteur :Goutier et al., 2002
Âge :Mésoarchéen
Coupe type :Aucune
Région type :Région du lac Guyer (feuillet SNRC 33G11)
Province géologique :Province du Supérieur
Subdivision géologique :Sous-province de La Grande
Lithologie :Volcanite ultramafique à felsique, formation de fer, wacke ultramafique
Type :Lithostratigraphique
Rang :Groupe
Statut :Formel
Usage :Actif

 

 

 

Unité(s) apparentée(s)

Aucune

 

 

 

Historique

Les premiers travaux détaillés qui ont touché aux volcanites de la région du lac Guyer sont ceux de St. Seymour (1975a, 1975b), de Stamatelopoulou-Seymour et Francis (1980a et 1980b), de Stamatelopoulou-Seymour (1982), de Stamatelopoulou-Seymour et al. (1983) et de St. Seymour et Francis (1988). Ces études ont permis de mettre en relief la stratigraphie des coulées komatiitiques et des roches sédimentaires d’origine ultramafique du lac Guyer. Une étude géochimique et pétrogénétique de l’ensemble des volcanites du secteur a aussi été complétée. Une dernière étude a consisté en l’échantillonnage de basaltes, de roches ultramafiques et de migmatites d’un secteur légèrement à l’ouest dans le but de préciser leur pétrogenèse (Liu, 1985). Par la suite, Goutier et al. (2002) ont décrit cette séquence plus en détail, la divisant en 5 unités différentes et lui donnant le nom de Groupe de Guyer. Les travaux réalisés ont majoritairement porté sur l’amélioration de la définition du Groupe, notamment avec des datations isotopiques U-Pb, et sur le recensement de nouvelles occurrences des unités du Groupe de Guyer (Goutier et al., 2001; 2002; Bandyayera et al., 2011; 2013; Hammouche et al., 2015; Gigon et Goutier, 2017; Goutier et al., en préparation).

 

 

Description

Groupe de Guyer 1 (mAgy1) : Amphibolite dérivée d’un basalte, avec localement des niveaux de paragneiss

C’est l’unité dominante du Groupe de Guyer. Il s’agit d’amphibolite dérivée de basalte, préalablement définie en tant que « métabasalte de Breton et de Guyer » par St. Seymour et Francis (1988). Les faciès de laves coussinées, massives ou bréchiques sont bien conservés, malgré les phases de déformation et de métamorphisme qui ont affecté ces roches. Localement, ils alternent les uns avec les autres sur des épaisseurs métriques. Les coussins sont généralement allongés et aplatis avec des bordures hyaloclastiques préservées. La roche est vert foncé ou noire avec une patine brunâtre. La granulométrie varie de fine à moyenne avec des minéraux tels que la hornblende, l’actinote et le plagioclase. Cette granulométrie augmente avec la déformation et la recristallisation métamorphique. Les minéraux présents sont la biotite, le grenat, la magnétite, l’épidote, les carbonates et le quartz (Goutier et al., 2002). Hammouche et al. (2015) ont observé cette unité d’amphibolite dans le feuillet 33H11. La roche varie de très finement grenue à finement grenue, et de nématoblastique à porphyroblastique (à hornblende). De la pyrite, de la pyrrhotine et de l’arsénopyrite ont également été observées dans l’amphibolite.

Plusieurs variations locales de faciès sont visibles. Certaines zones forment des bandes plus étroites et plus déformées. Le basalte est alors totalement métamorphisé en amphibolite. La structure est rubanée, alternant entre des bandes noires à vert foncé (1 à 40 cm) composées majoritairement de hornblende et de plagioclase, des bandes grises (1 à 5 cm) plus riches en plagioclase et des bandes blanches quartzofeldspathiques millimétriques. Au sein de ces trois types de bandes, des lentilles centimétriques et quelques bandes millimétriques d’épidote vert pomme et de diopside sont visibles (Goutier et al., 2002).

Une autre variation de faciès correspond à des niveaux de basalte gloméroporphyrique à plagioclase (Stamatelopoulou-Seymour, 1982). Les phénocristaux de plagioclase (1 à 35  %) sont blanc jaunâtre, arrondis et mesurent de 0,2 à 4 cm. La matrice vert foncé est très finement grenue. Les phénocristaux peuvent être soit peu déformés ou fortement étirés dans la foliation (Goutier et al.; 2002 et Bandyayera et al., 2011).

Hammouche et al. (2015, 2017) ont ajouté à l’unité mAgy1 des niveaux de paragneiss dérivé de wacke. Ces niveaux sont présents dans la bande la plus à l’est de l’unité, dans les feuillets 33H10 et 33H11. Leur épaisseur varie du décimètre à quelques mètres. Le paragneiss est généralement brun clair ou gris foncé avec des teintes de rouille en patine d’altération et gris clair à gris brunâtre en cassure fraîche. Il est composé de grains fins de feldspath, de quartz et de biotite verte. Il contient également des quantités mineures de hornblende, de grenat, de carbonates, de magnétite et, localement, de pyrite.

Groupe de Guyer 2 (mAgy2) : Tuf felsique, localement tuf intermédiaire et schiste à séricite

Cette unité volcanique mesure 0,3 à 1 km de largeur sur 6,5 km de longueur. Il s’agit d’un tuf à lapillis et à blocs présentant une patine blanche, beige et par endroits jaune et une cassure fraîche grise. De fines lamines beiges et verdâtres sont visibles, elles sont liées à une schistosité ou à une foliation mylonitique. Dans plusieurs cas, le tuf est transformé en schiste à séricite. La foliation, ainsi que la forte altération en séricite, rendent difficile l’observation des structures volcaniques primaires comme la présence de fragments. Des dykes porphyriques à phénocristaux de quartz coupent cette unité (Goutier et al., 2002).

Ce tuf felsique est composé de quartz, de plagioclase, de séricite-muscovite, de biotite et de chlorite. Il est aussi possible d’y retrouver des sulfures (pyrite, pyrrhotite, arsénopyrite, sphalérite et chalcopyrite; p. ex. indices Arséno et TR-PL3-10-018), de l’actinote, de l’épidote, de la tourmaline, de la cordiérite, de la staurotide, de la sillimanite, des carbonates et de la titanite. Certains de ces minéraux sont issus d’un métamorphisme associé à une altération hydrothermale synvolcanique (Goutier et al., 2002). Les clastes sont de nature mafique (relief négatif) à felsique (relief positif) et représentent jusqu’à 60 % de la roche. Ces fragments sont alignés avec la foliation et généralement étirés. On observe localement une alternance de bandes centimétriques leucocrates à plagioclase et de bandes sombres riches en lapillis mafiques; ces dernières contiennent 1 à 3 % de grenat et 10 à 20 % de biotite et de hornblende (Bandyayera et al., 2011).

Lors des travaux du projet du lac Casterne, le niveau d’arénite et de schiste graphiteux des tranchées TR-PL3-10-017 et TR-PL3-10-018 (Cayer, 2011) a été interprété comme une volcanoclastite felsique, granoclassée et surmontée d’un niveau de mudstone graphiteux. Ce niveau se situe au sommet (côté nord) de l’unité mAgy2 (feuillets 33G06 et 33G11). Elle est généralement en contact normal avec une amphibolite de l’unité mAgy1. Localement, ce contact est masqué par la présence d’un filon-couche de pyroxénite (affleurement 2018-MP-7305). Ce niveau de mudstone graphiteux est enrichi en sulfures (pyrite, chalcopyrite et sphalérite) et représente un métallotecte pour l’exploration de sulfures massifs volcanogènes.

 

Groupe de Guyer 2a (mAgy2a) : Roche métasomatisée de volcanite felsique

Cette unité a été définie lors des travaux de l’été 2011 dans la partie SW du feuillet 33H12. Elle est associée à deux zones métasomatiques de volcanite felsique. Le grenat y est abondant (jusqu’à 22 %) et son diamètre peut atteindre 6 cm. Des sulfures disséminés sont aussi présents en moindre proportion. Localement, il est possible d’observer de la staurotide et de la sillimanite (Goutier et al., en préparation).

 

 

Groupe de Guyer 2b (mAgy2b) : Gneiss dérivé de volcanite intermédiaire et felsique

Cette unité a été introduite en 2018 pour définir une bande métavolcanique fortement déformée du Groupe de Guyer. Elle est présente dans les feuillets 33G05 et 33G11 sous forme d’une bande arquée de 12 km de longueur et jusqu’à 800 m d’épaisseur. Les affleurements sont bien exposés sur les rives des îles du réservoir La Grande 3. L’unité est composée d’un assemblage complexe de gneiss qui sont interprétés comme étant dérivés de volcanite intermédiaire, felsique et, dans une moindre mesure, mafique. La roche présente une structure zébrée, avec des niveaux centimétriques qui sont soit beiges avec des lamines plus riches en biotite, soit noirs ou gris foncé à hornblende, ou encore gris pâle et blanchâtres. Ces niveaux alternent avec des niveaux métriques constitués soit d’amphibolite rubanée vert foncé, avec du diopside et de l’épidote, soit de fragments blanchâtres de taille centimétrique (possiblement des lapillis). Ces roches sont aussi coupées par de nombreux dykes de tonalite, d’hornblendite et de granite d’épaisseur centimétrique à métrique. 

 

Groupe de Guyer 3 (mAgy3) : Formation de fer, wacke et mudrock graphiteux

La formation de fer forme plusieurs niveaux dans le Groupe de Guyer. Ces niveaux sont présents à travers la séquence et ont une forte signature magnétique (Goldak Airborne Surveys, 2008). Leur épaisseur varie du mètre à plusieurs décamètres. Les faciès sont généralement interstratifiés avec les lithologies environnantes, soit les amphibolites, soit les tufs ou soit les wackes (Bandyayera et al., 2011). Le faciès dominant de la formation de fer est le faciès des oxydes. Il affleure sous forme de lits millimétriques à centimétriques riches en magnétite. Ces lits alternent avec des bancs de chert granoblastique. De manière générale, la magnétite est à grain fin et a été recristallisée par le métamorphisme. La patine de la roche est oxydée due à la présence d’une petite proportion de sulfures. Le faciès des silicates-oxydes est reconnaissable par la présence d’amphibole grenue et de grenat. Les niveaux silicatés sont composés de grunérite, de hornblende, de cummingtonite, de biotite, de grenat, d’hédenbergite et de chlorite. Des grains de magnétite disséminée et de sulfures sont visibles dans les lamines silicatées. Des interlits millimétriques à centimétriques de magnétite disséminée à massive sont également présents (Goutier et al., 2002).

Des lentilles de sulfures massifs (pyrrhotite-pyrite ± chalcopyrite ± arsénopyrite) sont associées au faciès mineur de la formation de fer : le faciès des sulfures. Ces lentilles sont métriques et se trouvent à l’interface entre le tuf felsique et l’amphibolite, ou le long d’un niveau aurifère dans le feuillet 33G06 (Goutier et al., 2002).

L’unité mAgy3 comprend également des niveaux d’épaisseur centimétrique à métrique de wacke et de tuf interstratifiés avec la formation de fer. Cette unité est de couleur variable, allant du vert au rose et, par endroits, au brun et au beige. Le wacke a une cassure fraîche généralement gris foncé à verte. La foliation domine par rapport au litage localement. Le wacke est composé de quartz, de feldspath, de hornblende et de biotite avec, par endroits, de l’épidote et du grenat (jusqu’à 20 %). Ce dernier diffère du wacke de la Formation d’Ekomiak présent à proximité, puisqu’il est de granulométrie plus fine et il est possible de retrouver de la magnétite disséminée au sein des wackes associés uniquement aux conglomérats.

Le mudrock graphiteux se situe principalement dans la formation de fer rencontrée sur la tranchée TR-01-01, tandis que sur la tranchée TR-01-02 dans le secteur de la zone minéralisée aurifère Orfée (feuillet 33G06). Il se situe entre les wackes et les amphibolites basaltiques (Bogatu et Huot, 2016). Il est de granulométrie très fine, ce qui rend la distinction minéralogique ardue sur le terrain. Son assemblage minéralogique est composé de quartz, de feldspath, de graphite et de sulfures disséminés à massifs. Des cristaux d’arsénopyrite idiomorphes ont été notés sur la tranchée TR-01-02. Sa couleur est gris foncé en cassure fraîche, tandis qu’il est brun rouille en surface altérée, indiquant un grand pourcentage de sulfures. Une altération préférentielle des sulfures donne un aspect vésiculaire à cette unité. À l’interface entre la formation de fer et l’amphibolite basaltique, cette unité est aplatie et déformée dans un couloir de cisaillement aurifère d’orientation WNW-ESE. Le mudrock graphiteux peut être fortement minéralisé en or (teneur maximale de 54,6 g/t; zone minéralisée Orfée).

Groupe de Guyer 4 (mAgy4) : Komatiite et basalte magnésien

L’unité mAgy4 est composée de basalte magnésien et de komatiite distribués selon plusieurs bandes bien distinctes. St. Seymour (1975b) et Stamatelopoulou-Seymour (1982) ont défini une bande au nord de la route Transtaïga, dans le feuillet 33G06, alors que St. Seymour et Francis (1988) ont mentionné une seconde bande au sud de la route Transtaïga dans le même feuillet. Goutier et al. (2002) ont défini une troisième bande dans le feuillet 33G11, tandis que Bandyayera et al. (2011) ont identifié deux autres bandes à l’ouest et au nord-est de la rivière De Pontois, dans les feuillets 33G10 et 33G07.

La patine varie du gris brunâtre (faciès péridotitique) au vert bouteille brillant (faciès pyroxénitique); la roche est facile à rayer. Les coulées coussinées et les coulées massives sont les plus dominantes dans la région et des structures de spinifex et de joints polygonaux sont visibles par endroits. L’agencement typique des coulées de komatiites, de type Pyke Hill (Pyke et al., 1973), ne s’applique pas. La roche à grain fin est majoritairement composée de trémolite, de serpentine, de chlorite et de talc. Il ne s’agit pas d’une amphibolite, car aucune aiguille fine noire d’amphibole n’est présente. La magnétite est commune dans le faciès péridotitique et rare dans le faciès pyroxénitique. Des porphyroblastes millimétriques d’olivine brune se sont développés à plusieurs endroits dans la roche (Stamatelopoulou-Seymour et Francis, 1980b; Goutier et al., 2002). Des porphyroblastes d’orthopyroxène ont également été identifiés (Bandyayera et al., 2011) et peuvent représenter 5 à 15 % de la roche. Des intrusions felsiques sont localement observées dans cette unité.

L’extension latérale de cette unité varie de 1 à 6,5 km sur 100 à 600 m de largeur. L’unité mAgy4 est généralement associée à des formations de fer. Dans les zones de contact, la komatiite est fortement déformée et localement schisteuse.

Groupe de Guyer 5 (mAgy5) : Wacke ultramafique

L’unité de wacke ultramafique a été identifiée dans le feuillet 33G06 par Stamatelopoulou-Seymour et Francis (1980) et affleure sur 1,5 km dans la partie nord du feuillet. Il s’agit de turbidites très bien conservées de composition ultramafique. Elles reposent en concordance sur des komatiites et sont recouvertes par des basaltes coussinés et une pyroxénite. La roche est brun pâle et formée de couches cycliques de lits minces à moyens avec des structures de granoclassement et des laminations parallèles et obliques. L’assemblage minéralogique est composé de grains fins de trémolite, de chlorite, de talc, de serpentine, de carbonates, de magnétite et de chromite. L’aspect tacheté de la roche provient des porphyroblastes d’olivine, qui sont d’origine métamorphique (Goutier et al., 2002).

Épaisseur et distribution

Le Groupe de Guyer est une unité étendue latéralement dans la Sous-province de La Grande. Elle est présente sur 12 feuillets : 33G05, 33G06, 33G07, 33G08, 33G09, 33G10, 33G11, 33G12, 33H05, 33H10, 33H11 et 33H12, ce qui correspond à une superficie de près de 720 km².

 

Datation

Les trois datations isotopiques U-Pb de volcanites felsiques (mAgy2a) du Groupe de Guyer indiquent que cette unité est mésoarchéenne, avec un âge de 2820 Ma à 2806 Ma.

Numéro d’échantillonSystème isotopiqueMinéralÂge (Ma)(+)(-)Référence(s)
2009-DB-1062U-PbZircon2806,12,32,3David et al., 2011
2010-DB-1083CU-PbZircon2815,93,13,1David et al., 2012
2000-CD-2241U-PbZircon2820,30,80,8Goutier et al., 2002

 

 

Relations stratigraphiques

L’amphibolite dérivée de basalte et le gneiss dérivé de volcanite intermédiaire et felsique du Groupe de Guyer présentent une forte déformation dans les zones de contact avec d’autres unités telles que le Complexe de Langelier, le Pluton de Poste Le Moyne et la Suite de Bezier. Ces roches sont plissées, cisaillées et mylonitisées.

La Formation de Marbot repose en partie sur le Groupe de Guyer. Leur différence d’âge de mise en place, soit de 2820 à 2806 Ma pour le Groupe de Guyer et <2702 ±2 Ma pour la Formation de Marbot (David et al., 2011), semble indiquer la présence d’une discordance entre ces unités (Bandyayera et al., 2011).

 

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
BANDYAYERA, D. – BURNIAUX, P. – MORFIN, S.Géologie de la région du lac Brune (33G07) et de la baie Gavaudan (33G10). Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, Québec; RP 2011-01, 25 pages et 2 plans.2011RP 2011-01
BANDYAYERA, D. – BURNIAUX, P. – CHAPON, B.Géologie de la région du lac Magin (33G09), de la colline Captel (33G15) et du lac Fontay (33G16), Baie-James, Québec. Ministère des Ressources naturelles, Québec; RP 2013-01, 32 pages et 2 plans.2013RP 2013-01
BANDYAYER, D. – GOUTIER, J. – BURNIAUX, P.Géochimie des roches volcaniques et intrusives de la région des lacs Guyer et Nochet, Baie James. Ministère des Ressources naturelles, Québec; RP 2014-03, 29 pages.2014RP 2014-03
CAYER, A.Technical report and recommendations, summer 2010 geological reconnaissance program, poste Lemoyen Extension property, Mines Virginia inc. Rapport statutaire soumis au gouvernement du Québec; GM 66018, 742 pages, 34 plans.2001GM 66018
DAVID, J. – MCNICOLL, V. – SIMARD, M. – BANDYAYERA, D. – HAMMOUCHE, H. – GOUTIER, J. – PILOTE, P. – RHÉAUME, P. – LECLERC, F. – DION, C.Datations U-Pb effectuées dans les provinces du Supérieur et de Churchill en 2009-2010. Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, Québec; RP 2011-02, 37 pages.2011RP 2011-02

DAVID, J. – SIMARD, M. – BANDYAYERA, D. – GOUTIER, J.-HAMMOUCHE, H. – PILOTE, P. – LECLERC, F. – DION, C.

Datations U-Pb effectuées dans les provinces du Supérieur et de Churchill en 2010-2011. Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, Québec; RP 2012-01, 33 pages.2012RP 2012-01
GIGON, J. – GOUTIER, J.Géologie de la région du lac Richardie, municipalité d’Eeyou Istchee Baie-James. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; RG 2016-04, 45 pages, 2 plans.2017RG 2016-04
GOLDAK AIRBORNE SURVEYS

Levé aéromagnétique sur le territoire de la Baie-James – Opinaca, sud de LG-3 et sud de LG-4. Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, Québec; DP 2008-01, 48 pages, 58 plans.

2008DP 2008-01
GOUTIER, J. – GIGON, J. – BURNIAUX, P. – DION, C. – TALLA TAKAM, F. – CHARTIER-MONTREUIL, W. – BANDYAYERA, D.Géologie de la région du lac de la Corvette, municipalité d’Eeyou Istchee Baie-James,(33G01, 33G02, 33G08, 33H04, 33H05, 33H12 et 33H13). Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.En préparation
GOUTIER, J. – DION, C. – OUELLET, M.-C.Géologie de la région de la colline Bezier (33G/12) et du lac de la Montagne du Pin (33G/13). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2001-03, 55 pages, 2 plans.2001RG 2001-13
GOUTIER, J. – DION, C. – OUELLET, M.-C. – DAVIS, D.W. – DAVID, J. – PARENT, M.Géologie de la région du lac Guyer (33G/05, 33G/06 et 33G/11). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2001-15, 55 pages, 3 plans.2002RG 2001-15
HAMMOUCHE, H. – BURNIAUX, P. – KHARIS, A.-A.Géologie de la région du lac Carmoy, Baie-James (SNRC 33H06, 33H11 et 33H14). Ministère de l’Énergies et des Ressources naturelles, Québec; RG 2015-02, 44 pages, 3 plans.2015RG 2015-02
HAMMOUCHE, H. – BURNIAUX, P. – KHARIS, A.-A.Géologie de la région du lac des Vœux (SNRC 33H10, 33H15 et 33H16), Eeyou Istchee Baie-James. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; RG 2016-01, 39 pages, 2 plans.2017RG 2016-01
LIU, M.Migmatization and volcanc petrogenesis in the La Grande greenstone belt. McGill University, Montréal, Canada; master thesis, 88 pages.1985TH 1155
PYKE, D.R. – NALDRETT, A.J. – ECKSTRAND, O.R.Archean ultramafic flows in Murno township, Ontario. Geological Society of America Bulletin; volume 84, pages 955-978.1973Source
ST. SEYMOUR, K. – FRANCIS, D.Magmatic interaction between mantle and crust during the evolution of the Archean Lac Guyer greenstone belt, New Quebec. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 25,, pages 691-700.1988Source
ST. SEYMOUR, K. – WOUSSEN, G. – SHARMA, K.N.M.La séquence de komatiite archéenne du lac Guyer, région de la Baie-James, Québec. Programme et résumés, Association géologique du Canada et Association minéralogique du Canada; page 80.1979
ST. SEYMOUR, K.Report on detail geology of the ultramafic flows, Guyer Lake area. Rapport statutaire soumis au gouvernement du Québec. GM 34104, 15 pages, 1 plan.1975aGM 34104
ST. SEYMOUR, K.Report on the acidic units near Loon Lake, Lac Guyer area. Rapport statutaire soumis au gouvernement du Québec. GM 34103, 5 pages.1975bGM 34103
STAMATELOPOULOU-SEYMOUR, K.Volcanic petrogenesis in the Lac Guyer greenstone belt, James Bay area, Quebec. McGill University, Montréal, Canada; Thèse de doctorat, 305 pages.1982TH 0611
STAMATELOPOULOU-SEYMOUR, K. – FRANCIS, D.An Archean ultramafic turbidite from Lac Guyer, James Bay Area, Quebec, Canada. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 17, pages 1576-1582.1980aSource
STAMATELOPOULOU-SEYMOUR, K. – FRANCIS, D.Metamorphic olivine in peridotitic komatiite flows, Lac Guyer, Québec. The Canadian Mineralogist; volume 18, pages 265-270.1980b
STAMATELOPOULOU-SEYMOUR, K. – FRANCIS, D. – LUDEN, J.The Petrogenesis of the Lac Guyer Komatiites and Basalts and the Nature of the Komatiite-Komatiitic Basalt Compositional Gap. Contribution to Mineralogy and Petrology; volume 84, pages 6-14.1983

 

 

 

 

 

 

24 mai 2018