Complexe gneissique de Laganière
Étiquette stratigraphique : [narc]lag
Symbole cartographique : nAlag

Première publication :  
Dernière modification :

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
nAlag3 Paragneiss à biotite
nAlag2 Amphibolite, gneiss à biotite et hornblende
nAlag1 Gneiss tonalitique, tonalite foliée et tonalite migmatitisée
 
Auteur :Morin, 1999
Âge :Précambrien / Archéen / Néoarchéen
Coupe type : 
Région type :

Le Complexe gneissique de Laganière affleure le long de la route forestière L-207 à l’est des plutons de Duberger et de l’Écume dans le feuillet SNRC 32I04.

Province géologique :Province de Grenville
Subdivision géologique :Parautochtone
Lithologie :Tonalite, amphibolite et paragneiss
Type d’unité :Lithodémique
Rang :Complexe
Statut :Formel
Usage :Actif

 

Unité(s) apparentée(s)

Aucune.

 

 

Historique

Le Complexe gneissique de Laganière a été identifié par Morin (1999) à la suite du levé géologique de la région du lac des Canots (feuillet 32I04). Le nom de l’unité provient du lac Laganière localisé dans le même secteur.

Description

 

Le Complexe gneissique de Laganière représente un ensemble composé de gneiss tonalitique, de tonalite foliée et de tonalite migmatitisée (nAlag1), d’amphibolite et de gneiss à biotite et hornblende (nAlag2) et de paragneiss à biotite (nAlag3).

Complexe gneissique de Laganière 1 (nAlag1) : Gneiss tonalitique, tonalite foliée et tonalite migmatitisée

L’unité nAlag1 constitue un peu plus de 80 % du Complexe gneissique de Laganière. La roche foliée à gneissique est de couleur gris moyen en surface altérée et gris clair en cassure fraîche. La granulométrie varie de moyenne à grossière. La roche est composée principalement de plagioclase (30 à 50 %), présentant par endroits une microstructure myrmékitique, de quartz (20 à 30 %), de microcline (10 à 15 %) et, dans une moindre proportion (5 à 10 %), de biotite et de hornblende (rare). Les minéraux accessoires sont l’épidote, le sphène, le zircon, l’apatite, la séricite, la clinozoïsite et les minéraux opaques. On observe par endroit jusqu’à 5 % de petits cristaux de grenat millimétriques disséminés dans la roche.

Complexe gneissique de Laganière 2 (nAlag2) : Amphibolite et gneiss à biotite et hornblende

L’unité nAlag2 forme des enclaves d’amphibolite déformée dans l’unité nAlag1 et dans le Pluton de l’Écume. Elle constitue également l’unité encaissante du Pluton de Duberger et de l’équivalent métamorphisé de la Suite intrusive du Lac Doré. Le gneiss à biotite et hornblende est moins abondant. Ces roches foliées et rubanées sont moyennement à grossièrement grenues, équigranulaires ou porphyroblastiques. La foliation est communément plissée. Le contact entre les unités nAlag1 et nAlag2 montre une assimilation progressive de l’amphibolite par du matériel tonalitique contenant de 1 à 3 % de grenat. Les amphibolites au contact de la Suite intrusive du lac Doré présentent des phénocristaux reliques de plagioclase formant des agrégats rappelant la structure gloméroporphyrique des roches volcaniques de la Formation d’Obatogamau. La chimie des amphibolites formant des enclaves dans les gneiss tonalitiques et les tonalites foliées de l’unité nAlag1 est comparable à celle des basaltes tholéiitiques des formations de Blondeau ou de Bruneau. Ces amphibolites représentent donc l’équivalent métamorphisé de la séquence volcano-sédimentaire du Groupe de Roy qui se poursuit vers l’est dans le Parautochtone du Grenville (Bandyayera et al., 2005; Morin, 1999). L’amphibolite est vert sombre en surface altérée et vert clair en cassure fraîche. Elle est constituée de hornblende (30 à 40 %), d’actinote (5 à 20 %), de plagioclase (20 à 30 %), de grenat (0 à 10 %), d’épidote (1 à 20 %), de clinopyroxène (0 à 5 %), de quartz (1 à 10 %) et de biotite (0 à 5 %). Le grenat est généralement disséminé. Le gneiss à biotite et hornblende est gris verdâtre en surface altérée et gris foncé en cassure fraîche. Il montre une alternance de rubans centimétriques riches (5 à 10 %) et pauvres en grenat. La taille du grenat est millimétrique à centimétrique (<2 cm).

Complexe gneissique de Laganière 3 (nAlag3) : Paragneiss à biotite

Les paragneiss à biotite affleurent principalement au nord du lac Complexe (feuillet 32I04-200-0102) où ils forment des enclaves kilométriques dans l’unité nAlag1. Ces roches rubanées montrent une alternance de rubans felsiques riches en feldspath-quartz et de rubans mafiques contenant 65 à 80 % de biotite. Elles sont gris clair en cassure fraîche et gris plus pâle en surface altérée. La patine devient brun rouille lorsque le contenu en biotite est plus important. Les paragneiss sont fortement déformés et migmatitisés. Le matériel migmatitisé montre des structures nébulitiques avec des schlierens de quartz et de biotite. Le paragneiss se caractérise par une forte concentration de biotite brune (10 à 20 %) et une proportion de grenat variant de 0 à 5 %.

 

Épaisseur et distribution

 

Le Complexe gneissique de Laganière affleure en majeure partie dans le feuillet 32I04 à l’est de la Faille de Mistassini qui marque le Front du Grenville. Il s’étend vers l’est sur plus de 15 km jusqu’à la partie centrale du feuillet 32H13.

Datation

L’analyse d’un échantillon de tonalite à biotite foliée (affleurement 14-FT-3038) a permis de déterminer un âge de cristallisation de 2714,1 ±3,6 Ma (David et al., communication personnelle, 2017). Cet âge est comparable à celui de certaines phases du Pluton de Chibougamau, un pluton synvolcanique.

Système isotopiqueMinéralÂge de cristallisation (Ma)(+)(-)Référence(s)
U-PbZircon2714,13,63,6David, communication personnelle, 2017

 

 

 

Relation(s) stratigraphique(s)

L’unité de gneiss tonalitique, de tonalite foliée et de tonalite migmatitisée (nAlag1) renferme de nombreuses enclaves d’amphibolite à grenat (nAlag2) de dimension centimétrique à métrique, allongées et boudinées suivant la foliation régionale NNE-SSW. Cette unité contient aussi des enclaves plissées et fortement rubanées d’anorthosite (I3G) d’extension kilométrique appartenant à la Suite intrusive du Lac Doré (Bandyayera et al., 2005), ainsi que des enclaves migmatitisées de métasédiments (nAlag3). Au nord-ouest du lac Complexe, les amphibolites sont coupées par les roches de la Suite intrusive du lac Doré.

L’unité nAlag1 du Complexe de Laganière coupe les roches de la Suite intrusive du Lac Doré (nAcld) qui sont métamorphisées au faciès des amphibolites. Il est coupé par les plutons de Duberger (nAdur), de l’Écume (nAecu) et de la Perche (nApch), ainsi que par de nombreux dykes de granite pegmatitique qui peuvent atteindre plusieurs mètres d’épaisseur. Le matériel pegmatitique (rose ou blanc) contient des phénocristaux centimétriques de feldspath potassique et de quartz qui soulignent une linéation tectonométamorphique. 

Toutes ces roches qui sont localisées dans le Parautochtone du Grenville représentent des unités archéennes reprises par la déformation et le métamorphisme grenvilliens.

Paléontologie

Ne s’applique pas

Références

 

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
BANDYAYERA, D. – CADÉRON, S. – HOULE, P. – SHARMA, K.N.M.Géologie de la région du lac Mitchisso (SNRC 32H13). Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, Québec; RP 2005-04, 12 pages, 4 plans.2005RP 2005-04
MORIN, R.Géologie de la région du lac des Canots. Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 99-01, 35 pages, 4 plans.1999RG 99-01

 

 

8 mai 2018