Complexe de Troie
Étiquette stratigraphique : [narc]tie
Symbole cartographique : nAtie

Première publication:  
Dernière modification:

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
nAtie3 Charnockite
nAtie2 Gabbronorite à hornblende et gabbronorite à biotite
nAtie1 Tonalite gneissique ou foliée à orthopyroxène et clinopyroxène
 
Auteur :Madore et al., 1999
Âge :Néoarchéen
Coupe type :Aucune
Région type :Région du lac Peters (feuillet SNRC 24M)
Province géologique :Province du Supérieur
Subdivision géologique :Sous-province de Minto
Lithologie :Roches intrusives et métamorphiques à orthopyroxène
Type :Lithodémique
Rang :Complexe
Statut :Formel
Usage :Actif

 

Unité(s) apparentée(s)

Aucune

 

 

Historique

Stevenson et al. (1969) ont cartographié une masse subcirculaire kilométrique dans la région du lac Troie, dont les contours correspondent grossièrement à l’actuel Complexe de Troie, constituée de gneiss amphibolitique de composition granodioritique à pyroxène. Le Complexe de Troie a été introduit par Madore et al. (1999) dans la région du lac Peters (feuillet 24M) pour décrire des ensembles lithologiques correspondant à une forte anomalie magnétique subcirculaire à l’intérieur du Domaine Douglas Harbour. Au départ, le complexe se composait principalement de roches intrusives et métamorphiques à orthopyroxène (gneiss granulitique [Atie4], gabbronorite à hornblende et gabbronorite à biotite [Atie8]) et comprenait également de la monzonite et de la monzodiorite quartzifère porphyroïdes (Atie9), du granite gneissique (Atie6), du granite migmatitique (Atie5), des lambeaux de roches supracrustales (métavolcanites granulitiques [Atie3] et paragneiss [Atie2]) et des niveaux de formation de fer (Atie1). Plusieurs de ces assemblages ont été prolongés vers le sud, dans la région du lac Dufreboy (feuillet 24L). Simard et al. (2008) ont redéfini le Complexe de Troie de façon à ne conserver que les roches à orthopyroxène à l’intérieur de l’unité. Les roches supracrustales et les niveaux de formation de fer ont été assignés au Complexe d’Arnaud (mAarn), les granites à la Suite de Dufreboy (nAduy) et la monzonite et la monzodiorite quartzifère à la Suite de Belloy (nAbly).

 

Unité actuelleSimard (2008)Simard et al. (2008)Madore et al. (1999)
nAtie1AtieAtieAtie4
nAtie2AtieAtieAtie8
nAtie3AtieAtieAtie4
nAduy2 (Suite de Dufreboy)  Atie5 et Atie6
nAbly (Suite de Belloy)  Atie9
mAarn2 (Complexe d’Arnaud)  Atie3
mAarn4  Atie1
mAarn5  Atie2

 

Description

Le Complexe de Troie se compose principalement d’orthogneiss à orthopyroxène et d’intrusions charnockitiques foliées à gneissiques composées d’enderbite, d’opdalite et en moindre quantité de charnockite et de diorite à hypersthène, le tout parsemé de petites intrusions de gabbronorite à hornblende ou à biotite (Madore et al., 1999; Simard et al., 2008; Simard, 2008). Il a été divisé en trois unités informelles (Simard, 2002, 2003; Leclair, 2003; MRNF, 2006a, b, c; Bilodeau et al., 2012a, b, c) : une unité de tonalite gneissique ou foliée à orthopyroxène et clinopyroxène (nAtie1, auparavant Atie4 [Madore et al., 1999]), une unité de gabbronorite à hornblende et de gabbronorite à biotite (nAtie2, auparavant Atie8 [Madore et al., 1999]) et une unité de charnockite (nAtie3, auparavant incluse dans l’unité Atie4 [Madore et al., 1999]). 

 

Complexe de Troie 1 (nAtie1) : Tonalite gneissique ou foliée à orthopyroxène et clinopyroxène

L’unité principale nAtie1 est essentiellement constituée d’orthogneiss et de roches ignées foliées dont la composition varie de felsique à intermédiaire. Ces roches granulitiques sont caractérisées par la présence de l’orthopyroxène. Elles sont de composition enderbitique (tonalite à hypersthène), opdalitique (granodiorite à hypersthène) ou, dans de moindres proportions, charnockitique (granite à hypersthène; unité nAtie3) et dioritique. Elles renferment des enclaves de roches mafiques. En affleurement, la roche est hétérogène, leucocrate à mésocrate et gris à brun verdâtre. Elle est migmatitisée et constituée de 10 à 60 % de mobilisat felsique à deux pyroxènes. Dans les localités les plus migmatitisées, le mobilisat est envahissant et constitue plus de 85 % de la roche.

En lame mince, la tonalite gneissique ou foliée et les phases qui y sont associées ont une structure granoblastique et une granulométrie moyenne (0,5 à 2,0 mm). Malgré la recristallisation, ces roches présentent localement une structure relictuelle plus massive et grenue (1 à 4 mm) d’origine magmatique. Dans les faciès gneissiques, les minéraux ferromagnésiens ont tendance à se concentrer sous forme de porphyroblastes dans des rubans de composition dioritique. Ces minéraux ferromagnésiens sont la biotite rougeâtre, le clinopyroxène, l’orthopyroxène et la hornblende verte. Des porphyroblastes de grenats (<2 %) sont observés à quelques endroits. Entre 1 et 10 % de minéraux opaques, essentiellement de la magnétite, sont disséminés dans la roche. Les minéraux secondaires les plus communs sont l’apatite et le zircon.

 

Complexe de Troie 2 (nAtie2) : Gabbronorite à hornblende et gabbronorite à biotite

Quelques petits corps intrusifs de gabbronorite vert foncé à beige verdâtre dont le diamètre n’excède pas 20 km se trouvent principalement à l’intérieur de la tonalite gneissique ou foliée (unité nAtie1) sous forme d’enclaves de taille métrique entourées de mobilisat felsique, définissant ainsi une structure agmatitique. La gabbronorite se trouve aussi en enclaves dans les roches granulitiques, démontrant que les intrusions de gabbronorite peuvent avoir des âges différents. Sur la base d’observations pétrographiques et géochimiques, il est possible d’identifier deux types de gabbronorite : la gabbronorite à hornblende et la gabbronorite à biotite. En lame mince, les deux types de gabbronorite montrent une structure granoblastique hétérogranulaire où la taille des grains varie entre 1 et 5 mm. Localement, on observe des reliques de structure subophitique, mais généralement, les structures ignées primaires sont remplacées par des structures de recristallisation.

Les deux types de gabbronorite sont principalement composés de clinopyroxène (10 à 35 %), d’orthopyroxène (5 à 30 %) et de plagioclase (40 à 55 %). La gabbronorite à hornblende contient entre 15 et 30 % de hornblende verte remplaçant partiellement les pyroxènes et une petite quantité de biotite (1 à 5 %). Ce premier type de gabbronorite est généralement déformé et montre une foliation bien développée. La gabbronorite à biotite contient entre 5 et 15 % de biotite et moins de 5 % de hornblende. Ce deuxième type de gabbronorite est moins déformé que le précédent et forme localement des dykes dans lesquels on observe une structure porphyroïde ignée. Dans la gabbronorite à biotite, le plagioclase forme, localement, des phénocristaux idiomorphes zonés.  Les minéraux secondaires observés dans les deux types de gabbronorite sont l’apatite (1 à 3 %) et le quartz (1 à 2 %). Ces roches contiennent entre 5 et 15 % de minéraux opaques disséminés dans la roche, principalement de la magnétite et de l’ilménite.

 

Complexe de Troie 3 (nAtie3) : Charnockite

Dans le sud du Complexe de Troie (feuillet 24L), une unité de charnockite (granite à hypersthène) a été différenciée. La roche brune à brun pâle est massive à foliée et porphyrique à mégaporphyrique. Elle contient des phénocristaux de feldspath potassique atteignant 5 cm de longueur. En plus de l’orthopyroxène et du plagioclase, la charnockite est composée de biotite et, localement, de hornblende et de clinopyroxène. L’unité nAtie3 contient localement de l’opdalite (granodiorite à hypersthène).

 

Épaisseur et distribution

Le Complexe de Troie est une unité subcirculaire, correspondant à un haut magnétique, qui couvre une superficie importante à l’intérieur du Domaine de Douglas Harbour (Madore et al., 1999; Simard et al., 2008; Simard, 2008). Il mesure plus de 110 km sur près de 90 km au maximum et couvre les trois quarts du feuillet 24M et le quart supérieur du feuillet 24L.

Datation

La datation U-Pb sur zircons d’un gneiss charnockitique (tonalitique à orthopyroxène) homogène de l’unité nAtie1 a livré des âges de mise en place de 2741 ±8 Ma et 2739 ±8 Ma (estimé), ainsi qu’un âge d’héritage de 2778 ±16 Ma (David et al., 2008). L’analyse de deux monazites individuelles provenant du même échantillon a donné des âges concordants de 2698 ±2 Ma et 2706 ±2 Ma indiquant un évènement métamorphique à ca 2,70 Ga (David et al., 2008). La datation U-Pb sur zircons d’un autre échantillon de gneiss tonalitique à biotite prélevé dans le nord du Complexe de Troie a donné un âge de cristallisation de 2734 ±5 Ma, ainsi qu’un âge d’héritage de 3013 ±24 Ma (Percival et al., 2001). En comparaison, la datation U-Pb sur zircons d’une gabbronorite homogène à grain grossier de l’unité nAtie2 a livré des âges de mise en place de 2722 ±3 Ma et 2726 ±14 Ma (estimé), ainsi que des âges métamorphiques de 2674 ±11 Ma et 2675 ±2 Ma (David et al., 2008).

UnitéNuméro d’échantillonSystème isotopiqueMinéralÂge de cristallisation (Ma)(+)(-)Âge d’héritage (Ma)(+)(-)Âge métamorphique (Ma)(+)(-)Référence(s)
nAtie198-JB-3266-A U-PbZircon et monazite

2741

2739

8

8

8

8

27781616

2698

2706

2

2

2

2

David et al., 2008
nAtie1425-30 U-PbZircon27345530132424   Percival et al., 2001
nAtie298-JB-3242-A U-PbZircon

2722

2726

3

14

3

14

   

2674

2675

11

2

11

2

David et al., 2008

Relations stratigraphiques

Le Complexe de Troie possède des caractéristiques lithologiques et magnétiques similaires à celles du Complexe de Qimussinguat localisé au nord, dans le Domaine de Douglas Harbour (Madore et al., 1999; Simard et al., 2008; Simard, 2008). Il est probable que les deux complexes soient génétiquement liés. La période de mise en place des roches intrusives de ces deux complexes s’étale de 2740 à 2720 Ma environ. Cette période correspond également à la mise en place de plusieurs unités de roches intrusives à orthopyroxène du NE de la Province du Supérieur (Simard et al., 2008). Toutefois, les complexes de Qimussinguat et de Troie renferment plus de roches métamorphisées que les autres unités à pyroxènes du NE de la Province du Supérieur (Simard, 2008).

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Publications accessibles dans SIGÉOM Examine

BILODEAU, C., CLARK, T., NADEAU, J. 2012a. COMPILATION GEOLOGIQUE – LAC FORD. MRNF. CG-24M01-2012-01, 1 plan.

BILODEAU, C., CLARK, T., NADEAU, J. 2012b. COMPILATION GEOLOGIQUE – LAC SAINT-FOND. MRNF. CG-24M08-2012-01, 1 plan.

BILODEAU, C., CLARK, T., NADEAU, J. 2012c. COMPILATION GEOLOGIQUE – RIVIERE LEFROY. MRNF. CG-24M09-2012-01, 1 plan.

DAVID, J., MAURICE, C., SIMARD, M. 2009. DATATIONS ISOTOPIQUES EFFECTUEES DANS LE NORD-EST DE LA PROVINCE DU SUPERIEUR – TRAVAUX DE 1998, 1999 ET 2000. MRNF. DV 2008-05, 92 pages.

MRNF 2006a. COMPILATION GEOLOGIQUE, 24M01 – LAC FORD. IN : MRNF. 2010. CARTE(S) GÉOLOGIQUE(S) DU SIGEOM – feuillet 24l. CG SIGEOM24L, 5 plans.

MRNF 2006b. COMPILATION GEOLOGIQUE, 24M08 – LAC SAINT-FOND. IN : MRNF. 2010. CARTE(S) GÉOLOGIQUE(S) DU SIGEOM – feuillet 24l. CG SIGEOM24L, 5 plans.

MRNF 2006c. COMPILATION GEOLOGIQUE, 24M09 – RIVIERE LEFROY. IN : MRNF. 2010. CARTE(S) GÉOLOGIQUE(S) DU SIGEOM – feuillet 24l. CG SIGEOM24L, 5 plans.

SIMARD, M. 2002. GÉOLOGIE 1/250 000, 24M – LAC PETERS. In : MRNF. 2010. CARTE(S) GÉOLOGIQUE(S) DU SIGEOM – feuillet 24m. CG SIGEOM24M, 5 plans.

SIMARD, M. 2003. GEOLOGIE 1/250 000, 24L – LAC DUFREBOY. IN : MRNF. 2010. CARTE(S) GÉOLOGIQUE(S) DU SIGEOM – feuillet 24l. CG SIGEOM24L, 5 plans.

SIMARD, M. 2008. LEXIQUE STRATIGRAPHIQUE DES UNITES ARCHEENNES DU NORD-EST DE LA PROVINCE DU SUPERIEUR. MRNF. DV 2008-03, 107 pages.

SIMARD, M., LABBE, J Y., MAURICE, C., LACOSTE, P., LECLAIR, A., BOILY, M. 2008. SYNTHESE DU NORD-EST DE LA PROVINCE DU SUPERIEUR. MRNF. MM 2008-02, 198 pages et 8 plans.

 

Autres publications

LECLAIR, A., BERCLAZ, A., PARENT, M., CADIEUX, A.-M., SHARMA, K.N.M. 2003. Géologie 1/250 000, 24L – LAC DUFREBOY. Ministère des Ressources naturelles, Québec, carte inédite SI-24L-C2G-03C.

PERCIVAL, J.A., STERN, R.A., SKUlSKI, T. 2001. Crustal growth through successive arc magmatism: reconnaissance U–Pb SHRIMP data from the northeastern Superior Province, Canada. Precambrian Research; volume 109, pages 203-238. https://doi.org/10.1016/S0301-9268(01)00148-6

STEVENSON, I.M., FAHRIG, W.F., CURRIE, K.L., SCHILLER, A.E., ROACH, T., TAYLOR, F.C., SKINNER, R., BOSTOCK, H.H., WILLIAMS, M.H., MIRYNECH, E. 1969. Geology, Leaf River, Québec, Geological Survey of Canada, « A » Series Map 1229A, 1 feuille, https://doi.org/10.4095/109106

 

 

30 mai 2019