English
 
Complexe de Mabille
Étiquette stratigraphique : [narc]mbi
Symbole cartographique : nAmbi
 

Première publication :  
Dernière modification :

 

 

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
nAmbi5 Basalte amphibolitisé, amphibolite à grenat et tuf
nAmbi4 Péridotite foliée à structure de cumulat
nAmbi3 Gabbro et diorite foliés à hornblende et magnétite
nAmbi2 Granite et granodiorite foliés à biotite et magnétite
nAmbi1 Tonalite et diorite quartzifère foliées, granoblastiques, à biotite ± magnétite

 

 

 
Auteur :
Beauchamp, 2020
Âge :
Néoarchéen
Stratotype :
Aucun
Région type :
Région du lac Cadieux (feuillet SNRC 33A02), entre les lacs Sorbier et Mabille
Province géologique :
Subdivision géologique :
Lithologie : Roches intrusives, volcaniques et métamorphiques
Catégorie :
Lithodémique
Rang :
Complexe
Statut : Formel
Usage : Actif

 

 

 

Historique

Hocq (1985) a identifié des lambeaux de roches mafiques (gabbro, hornblendite) et des niveaux ultramafiques dans le secteur des lacs Mabille et Maville. À cette époque, ces niveaux mafiques-ultramafiques faisaient partie du Complexe gneissique de Base, une unité beaucoup plus vaste interprétée comme un socle. Le Complexe de Mabille a été introduit suite aux travaux de cartographie du Ministère menés en 2018 dans la région du lac Cadieux (Beauchamp, 2020). À l’intérieur du bassin métasédimentaire d’Opinaca, le Complexe de Mabille correspond à des roches majoritairement tonalitiques et à des lambeaux de roche supracrustale.

 

Description

Le Complexe de Mabille a été divisé en cinq unités informelles par Beauchamp (2020) : 1) une unité de tonalite et de diorite quartzifère foliées, granoblastiques, à biotite ± magnétite (nAmbi1); 2) une unité de granite et de granodiorite foliés à biotite et magnétite (nAmbi2); 3) une unité de gabbro et de diorite foliés à hornblende et magnétite (nAmbi3); 4) une unité de péridotite foliée à structure de cumulat (nAmbi4); et, 5) une unité de basalte amphibolitisé, d’amphibolite à grenat et de tuf (nAmbi5).

Complexe de Mabille 1 (nAmbi1) : Tonalite et diorite quartzifère foliées, granoblastiques, à biotite ± magnétite

Le Complexe de Mabille est principalement formé d’une unité de tonalite homogène et de diorite quartzifère à biotite ± magnétite (nAmbi1). Elle comprend jusqu’à 10 % d’injections centimétriques à métriques de granite blanc plus ou moins continues, boudinées, communément subconcordantes à la foliation. De plus, un granite plus tardif coupe nettement la fabrique de la tonalite. Quelques buttons de paragneiss qui semblent appartenir au Complexe de Laguiche affleurent au sein de l’unité nAmbi1.
 
De couleur blanche en surface altérée et gris clair en cassure fraîche, la tonalite est généralement à grain fin à moyen. Granoblastique, elle varie de modérément à fortement foliée. La foliation se matérialise par un alignement de la biotite dans les plans d’aplatissement. En lame mince, les roches présentent des structures polygonales et interlobées. Le quartz (20 à 35 %) forme des plages polycristallines suturées à extinction roulante. Le microcline à grain fin est généralement interstitiel et représente <5 % de la roche. De fins rubans plus potassiques sont alignés dans le même sens que la foliation. Ces minces bandes contiennent jusqu’à 12 % de microcline. Le plagioclase est modérément à fortement damouritisé. La biotite (<10 %) est faiblement à totalement chloritisée. Des amas d’épidote remplacent la biotite. Les minéraux accessoires observés en lame mince sont l’épidote (allanite et pistachite), la muscovite, l’apatite, le zircon, la monazite, la calcite, la pyrite (<2 %) et l’hématite.
 
L’analyse des données géochimiques (Beauchamp, 2020) du projet lac Cadieux indique que les tonalites homogènes du Complexe de Mabille sont des granitoïdes magnésiens, généralement calciques (Frost et al., 2001) et peralumineux de type I (Maniar et Picolli, 1989). Normalisées à la chondrite CI (Palme et O’Neill, 2004), ces roches possèdent un patron enrichi en terres rares légères. Elles présentent des anomalies négatives en Nb, P, Sm, et Ti ainsi que des anomalies positives en Ta, La-Ce, Nd et Zr-Hf par rapport au manteau primitif (McDonough et Sun, 1995).

 

Complexe de Mabille 2 (nAmbi2) : Granite et granodiorite foliés à biotite et magnétite

Peu d’affleurements sont présents sur les hauts magnétiques attribués à l’unité nAmbi2. La description qui suit est basée uniquement sur cinq points d’observation (affleurements 18-PG-4124, 18-MP-5065, 18-LP-6062, 18-LP-6172 et 18-LP-6173). Plusieurs zones géologiques ont été interpolées et interprétées grâce à la carte aéromagnétique. L’unité nAmbi2 correspond à une roche dont la composition varie de granitique à granodioritique. De couleur blanc rosé en patine altéré et en cassure fraîche, la roche est hétérogène. Elle semble avoir assimilé du matériel varié. Il est possible de reconnaître des restites de tonalite et/ou de diorite quartzifère et/ou de paragneiss et des schlierens de biotite et de magnétite. Ces vestiges d’enclaves digérées donnent un aspect rubané et marbré à la roche. La répartition des minéraux ferromagnésiens est irrégulière. Généralement, on observe plus de biotite (3 %) que de hornblende (traces à 1 %). Des cristaux de magnétite millimétriques à centimétriques, de la chlorite et l’épidote sont également présents en proportions mineures.

 

Complexe de Mabille 3 (nAmbi3) : Gabbro et diorite foliés à hornblende et magnétite

Le nombre d’affleurements présents sur les hauts magnétiques attribués à l’unité nAmbi3 est très limité. La description qui suit est basée sur trois points d’observation (affleurements 18-FM-2042, 18-LP-6061 et 18-AH-8066) et sur les affleurements de compilation décrits par Hocq (1985). L’unité nAmbi3 correspond à des gabbros et à des diorites foliées, amphibolitisées et granoblastiques contenant de la hornblende ± magnétite ± biotite. En moindres proportions, l’actinote, le sphène et l’épidote sont aussi documentés. La présence de minces niveaux de leucosomes (<5 %) suggère un faible degré de fusion partielle in situ. Un rubanement est créé par des variations compositionnelles. La proportion de minéraux ferromagnésiens permet de différencier les niveaux mésocrates et mélanocrates en alternance dans la roche.

Complexe de Mabille 4 (nAmbi4) : Péridotite foliée à structure de cumulat

L’unité nAmbi4 comprend des intrusions ultramafiques caractérisées par une forte susceptibilité magnétique. Ces corps sont allongés, lenticulaires et spatialement associés à l’unité de basalte amphibolitisé (nAmbi5). Les affleurements de roches ultrabasiques sont généralement en relief positif et caractérisés par une patine brunâtre à noir verdâtre. Le faciès le plus documenté est une péridotite foliée à structure de cumulats formant des nodules (protubérances) noirâtres ou des creux arrondis plurimillimétriques en surface altérée. Les cumulats d’olivine sont complètement remplacés par de la serpentine et de la magnétite. Sous le microscope, les roches de l’unité nAmbi4 sont majoritairement composées d’amphibole aciculaire de la série actinote-trémolite et de vestiges de pyroxène. L’anthophyllite, lorsque présente, forme des baguettes incolores qui coupent la foliation principale. Les roches enrichies en K2O contiennent de la phlogopite en feuillets. Des veinules de serpentine et de magnétite coupent la roche selon plusieurs orientations. Des traces de chlorite magnésienne et de spinelle (vert et brun) sont présentes. Moins fréquents, les niveaux de pyroxénites se distinguent par leur patine d’altération vert pomme. Ces roches contiennent de l’actinote, du pyroxène et de la phlogopite.
 
Selon les données géochimiques (Beauchamp, 2020), la composition normative des péridotites correspond à des lherzolites dont le MgO varie entre 62,95 et 71,34 %. Les roches sont d’affinité tholéiitique (Irvine et Baragar, 1971). Elles montrent des profils des terres rares rares plats et une faible anomalie négative en P sur le spectre multiéléments.

 

Complexe de Mabille 5 (nAmbi5) : Basalte amphibolitisé, amphibolite à grenat et tuf

L’unité nAmbi5 comprend majoritairement des volcanites mafiques amphibolitisées de composition basaltique. Les roches présentent des structures coussinées (affleurements 18-PG-4126 et 18-WM-3071) ou massives. Des vestiges de cœurs saussuritisés et des bordures de coussins amphibolitisées sont apparents. Des niveaux d’amphibolite à grenat, qui pourraient correspondre à des formations de fer silicatées, et de minces niveaux de tuf sont intercalés dans la séquence basaltique. L’altération affecte cette unité de façon stratiforme sous forme de rubans silicifiés et séricitisés ou d’une altération calcosilicatée (diopside, clinozoïsite et chlorite). En lame mince, le basalte et l’amphibolite contiennent majoritairement de la hornblende, du plagioclase fortement damouritisé et des traces d’épidote, de chlorite et de muscovite. Le grenat, lorsque présent, forme des pœciloblastes arrondis contenant des inclusions de quartz et de hornblende. Les fractures du grenat sont chloritisées. La jonction triple entre les minéraux dénote une forte recristallisation (structure granoblastique). L’unité nAmbi5 est injectée par du granite massif et coupé par des veines et des veinules de quartz-diopside-épidote-calcite-pyrite.
 
Du point de vue géochimique (Beauchamp, 2020), les roches mafiques du Complexe de Mabille sont des basaltes subalcalins et des basaltes andésitiques d’affinité tholéiitique (Winchester et Floyd, 1977; Pearce, 1996; Ross et Bédard, 2009) qui s’apparentent à des N-MORB. Ces roches, qui se seraient formées dans un environnement analogue aux arcs insulaires (Pearce et Norry, 1979; Meschede, 1986), proviendraient d’une source ayant subi une légère contamination crustale (Pearce, 2008). L’unité nAmbi5 est caractérisée par des profils de terres rares plats et par la présence de faibles anomalies négatives en Ta et P sur les spectres multiéléments.

Épaisseur et distribution

Le Complexe de Mabille apparaît comme une large bande qui traverse le feuillet SNRC 33A02 d’est en ouest sur plus de 40 km, dans le secteur des lacs Mabille et Sorbier. La largeur maximale de ce complexe est de 4,5 km dans la partie centrale du feuillet. Il s’amincit progressivement en biseau vers l’est et vers l’ouest, respectivement dans les feuillets 33A01 et 33A03.

Datation

La datation d’une tonalite homogène à biotite et à magnétite (affleurement 18-FM-2034) affleurant au sein du Complexe de Mabille (nAmbi1) a donné un âge néoarchéen (Davis, 2019).
 
Unité Numéro d’échantillon Système isotopique Minéral Âge de cristallisation (Ma) (+) (-) Référence(s)
nAmbi1 2018-FM-2034A U-Pb Zircon 2705 4 4 Davis, 2019

Relation(s) stratigraphique(s)

Le Complexe de Mabille affleure au sein des roches métasédimentaires du Complexe de Laguiche, dont l’âge maximum de sédimentation dans le secteur du lac Cadieux est estimé à 2695 ±9 Ma (U-Pb sur zircons détritiques; Davis, 2019). Les tonalites du Complexe de Mabille datées à 2705 ±4 Ma (Davis, 2019) s’injectent dans les roches métasédimentaires du Complexe de Laguiche. Comme illustré sur la carte géologique du lac Cadieux et décrit sur certains affleurements (18-FM-2033, 18-AH-8066), les tonalites contiennent des enclaves de paragneiss. La datation des tonalites du Complexe de Mabille fournit donc un âge minimal de la sédimentation dans le secteur du lac Cadieux. Le Complexe de Mabille est coupé par les Dykes du Lac Esprit (pPesp; 2069 ±1 Ma, Hamilton et al., 2001) et par l’Essaim de dykes de Mistassini (nAmib; 2515 ±3Ma, Hamilton, 2009; 2503 ±2 Ma, Davis et al., 2018).

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

 

Publications accessibles dans Sigéom Examine

 

BEAUCHAMP, A M., 2020. Géologie de la région du lac Cadieux, sous-provinces d’Opatica et d’Opinaca, Eeyou Istchee Baie-James, Québec, Canada. MERN; BG 2019-02, 1 plan.

DAVIS, D W. 2019. Rapport sur les datations U-Pb de roches du Québec 2018-2019, projets Lac Cadieux et Lac Watts. UNIVERSITY OF TORONTO. MB 2019-09, 82 pages.

DAVIS, D.W., LAFRANCE, I., GOUTIER, J., BANDYAYERA, D., TALLA TAKAM, F., GIGON, J. 2018. DATATIONS U-PB DANS LES PROVINCES DE CHURCHILL ET DU SUPERIEUR EFFECTUEES AU JSGL EN 2013-2014. MERN. RP 2017-01, 63 pages.

HAMILTON, M.A. 2009. DATATION ISOTOPIQUE (U-PB) D’UN DIABASE DE L’ESSAIM DE DYKES MISTASSINI, QUEBEC – U-PB ISOTOPIC OF A DIABASE DYKE OF THE MISTASSINI SWARM, QUEBEC. UNIVERSITY OF TORONTO, JACK SATTERLY GEOCHRONOLOGY LABORATORY. MB 2009-17, 13 pages.

HOCQ, M. 1985. GEOLOGIE DE LA REGION DES LACS CAMPAN ET CADIEUX, TERRITOIRE-DU-NOUVEAU-QUEBEC. MRN. ET 83-05, 190 pages et 4 plans.

 

Autres publications

FROST, B.R., BARNES, C.G., COLLINS, W.J., ARCULUS, R.J., ELLIS, D.J., FROST, C.D. 2001. A geochemical classification for granitic rocks. Journal of Petrology; volume 12, number 11, pages 2033-2048. doi.org/10.1093/petrology/42.11.2033

HAMILTON, M.A., GOUTIER, J., MATTHEWS, W. 2001. U-Pb baddeleyite age for the Paleoproterozoic Lac Esprit dyke swarm, James Bay region, Quebec; Radiogenic age and isotopic studies: Report 14, Geological Survey of Canada, Current Research (Online) no. 2001-F5, 2001, 10 pages. https://doi.org/10.4095/212672

IRVINE, T.N., BARAGAR, W.R.A. 1971. A guide to the chemical classification of common volcanic rocks. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 8, pages 523-546. doi.org/10.1139/e71-055

MANIAR, P.D., PICCOLI, P.M. 1989. Tectonic discrimination of granitoids. Geological Society of America Bulletin; volume 101, pages 635-643. doi.org/10.1130/0016-7606(1989)101<0635:TDOG>2.3.CO;2

MCDONOUGH, W.F., SUN, S.S. 1995. The composition of the earth. Chemical Geology; volume 120, pages 223-253, doi.org/10.1016/0009-2541(94)00140-4

MESCHEDE, M. 1986. A method of discriminating between different types of mid-ocean ridge basalts and continental tholeiites with the Nb-Zr-Y diagram. Chemical Geology 56, pages 207-218. doi.org/10.1016/0009-2541(86)90004-5

PALME, H., O’NEILL, H.S.C. 2004. Cosmochemical estimates of mantle composition. In Treatise on Geochemistry. (Holland, H.D. and Turrekian, K.K. editors), Elsevier, Amsterdam, The Netherlands; volume 2, pages 1-38. doi.org/10.1016/B978-0-08-095975-7.00201-1

PEARCE, J.A. 1996. A User’s guide to basalt discrimination diagrams. In Trace element geochemistry of volcanic rocks: applications for massive sulphide exploration (Wyman, D.A., editor). Geological Association of Canada, Short Course Notes, volume 12, pages 79-113.

PEARCE, J.A. 2008. Geochemical Fingerprinting of Oceanic Basalts with Applications to Ophiolite Classification and the Search for Archean Oceanic Crust. Lithos, 100, pages 14-48. doi.org/10.1016/j.lithos.2007.06.016

PEARCE, J.A., NORRY, M.J. 1979. Petrogenetic Implications of Ti, Zr, Y, and Nb Variations in Volcanic Rocks. Contributions to Mineralogy and Petrology; volume 69, pages 33-47. doi.org/10.1007/BF00375192

ROSS, P.S., BÉDARD, J.H. 2009. Magmatic affinity of modern and ancient subalkaline volcanic rocks determined from trace-element discriminant diagrams. Canadian Journal of Earth Science; volume 46, pages 823-839. doi.org/10.1139/E09-054

WINCHESTER, J.A., FLOYD, P.A. 1977. Geochemical discrimination of different magma series and their differentiation products using immobile elements. Chemical Geology; volume 20, pages 325-343. doi.org/10.1016/0009-2541(77)90057-2

 

Citation suggérée

Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN). Complexe de Mabille. Lexique stratigraphique du Québec. http://gq.mines.gouv.qc.ca/lexique-stratigraphique/province-du-superieur/complexe-de-mabille [cité le jour mois année].

 

Collaborateurs

Première publication

Anne-Marie Beauchamp, ing., M. Sc. anne-marie.beauchamp@mern.gouv.qc.ca (rédaction)

Mehdi A. Guemache, géo., Ph. D. (coordination); Patrice Roy, géo., M. Sc. (lecture critique); Simon Auclair, géo., M. Sc. (révision linguistique); Céline Dupuis, géo., Ph. D. (version anglaise); Ricardo Escobar Moran (montage HTML). 

 
4 décembre 2020