Suite plutonique de Mimosa
Étiquette stratigraphique : [mpro]mim 
Symbole cartographique : mPmim 

Première publication :  
Dernière modification :
Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
Aucune
 
Auteur :
Moukhsil et Daoudene, 2019
Âge :
Mésoprotérozoïque 
Stratotype :
Affleurement de référence 18-AM-120 localisé à environ 1,32 km à l’est du lac du Castor
Région type :
Coin NE du feuillet SNRC 32A07
Province géologique :
Subdivision géologique :
Lithologie :Roches intrusives felsiques, intermédiaires et mafiques
Type :
Lithodémique
Rang :
Suite
Statut :Formel
Usage :Actif

Historique

La Suite plutonique de Mimosa a été définie par Moukhsil et Daoudene (2019) dans les feuillets SNRC 32A07 et 32A08 lors des travaux de cartographie du secteur sud-ouest du lac Saint-Jean. L’analyse des cartes aéromagnétiques régionales (Intissar et Benahmed, 2015) semble montrer que la suite plutonique se prolonge vers le nord dans le feuillet 32A10.

Description

La Suite plutonique de Mimosa est un batholite polyphasé dont la composition est très variable d’un affleurement à l’autre. Elle est constituée de syénite quartzifère, de syénite à hypersthène, de mangérite, de granite avec ou sans orthopyroxène, de granite à feldspath alcalin, de granodiorite, de monzodiorite quartzifère et de quantités mineures de jotunite et de gabbronorite. La suite est très magnétique et son étendue est facilement repérable sur les cartes aéromagnétiques (Intissar et Benahmed, 2015).  

La syénite quartzifère et la syénite à hypersthène sont toutes deux de teinte blanchâtre à brunâtre en patine d’altération et verdâtre en surface fraiche. À l’exception de la proportion en hypersthène qui diffère d’une lithologie à l’autre, ces dernières montrent des caractéristiques pétrologiques similaires. En effet, elles sont toutes deux porphyriques à localement mégacristiques à phénocristaux de feldspaths potassique et plagioclases. Les feldspaths représentent au total 40 % de la roche. Les phénocristaux mesurent de 1 à 5 cm de longueur et peuvent atteindre localement 7 cm. En plus de l’hypersthène, la biotite et la hornblende sont les autres phases minérales ferromagnésiennes, et celles-ci se présentent sous la forme d’amas. L’hypersthène est altéré et montre fréquemment une couronne de hornblende. Le feldspath potassique est perthitique et le quartz se présente sous la forme de grandes plages à extinction ondulante. Le quartz est par endroits en contact avec de la myrmékite. Pour les deux types de syénite, les phases minérales accessoires les plus courantes sont l’apatite, le zircon et l’épidote.

La mangérite est quartzifère, magnétique, porphyrique, verdâtre en surface fraiche avec un aspect similaire aux syénites. La différence avec les syénites réside en son contenu plus important en plagioclase, de l’ordre de 25 %. Dans la mangérite, lorsqu’il y a présence d’amas de minéraux ferromagnésiens tels que l’orthopyroxène, la hornblende et la biotite, la foliation développée est visible.

Le granite est à grain fin à moyen, localement à orthopyroxène (charnockite). Il est gris-rose en patine d’altération à gris rosé en surface fraiche. Le granite est composé de feldspath potassique, de plagioclase, de quartz, de biotite, de zircon, d’apatite et de minéraux opaques.

Le granite à feldspath alcalin est rose saumon en surfaces fraiche et altérée, à grain fin et folié. Il contient du microcline, du quartz formant de grandes plages à extinction roulante et environ 1 % de biotite. Les phases minérales accessoires sont l’apatite et le zircon.

La monzodiorite quartzifère, qui est magnétique, montre une teinte gris-blanc en patine d’altération et gris-noir en surface fraiche. Elle a une granulométrie moyenne et possède une structure migmatitique avec la présence de veines de leucosome, dont la composition varie de tonalitique à granitique. Ces veines sont à la fois concordantes et discordantes par rapport à la foliation. La monzodiorite quartzifère est composée de plagioclase en grains légèrement séricitisés, de feldspath potassique localement perthitique, de hornblende, de biotite, d’apatite et de zircon.

La granodiorite est à grain fin à grossier, localement à orthopyroxène (opdalite). Elle est homogène, de teinte beige à gris en surface fraiche et beige-brun à rose en patine d’altération. Elle est foliée et contient du quartz en grandes plages, du feldspath potassique, du plagioclase fracturé et rempli de mica blanc. La granodiorite contient aussi de la biotite, de la hornblende, de la magnétite et les phases minérales accessoires sont le zircon et l’apatite.

La jotunite et la gabbronorite représentent des proportions mineures de cette suite. La jotunite (monzodiorite à hypersthène) est de teinte brunâtre en surface fraiche et gris-brun en surface altérée. Elle montre une taille de grain moyenne et est foliée. La jotunite se compose de plagioclase, de feldspath potassique, de quartz, d’orthopyroxène, de clinopyroxène, de biotite et de phases accessoires comme l’apatite et les minéraux opaques. Les minéraux ferromagnésiens sont soit en amas, soit disséminés dans la roche. 

La gabbronorite est à grain grossier et magnétique. Elle contient du pyroxène, de la hornblende et de la biotite en quantité moindre. La gabbronorite montre localement une structure migmatitique, ce qui permet d’ailleurs de la différencier de la Gabbronorite de Claire.

Des dykes de diorite grise à grain fin et à xénocristaux de feldspath potassique sont injectés dans la syénite quartzifère de la Suite plutonique de Mimosa.

Épaisseur et distribution

Cartographiquement, la Suite plutonique de Mimosa est surtout représentée par un large batholite dont la superficie avoisine les 270 km2. Ce batholite a été initialement cartographié dans le coin NW du feuillet SNRC 32A07 (Moukhsil et Daoudene, 2019), mais l’imagerie aéromagnétique (Intissar et Benahmed, 2015) semble indiquer qu’il se prolonge vers le nord dans le feuillet 32A10. Sur l’ensemble des deux feuillets, le batholite montre une forme grossièrement arquée, avec un grand axe N-S dans la partie nord, qui bifurque selon une orientation NNW-SSE dans la partie sud. Deux autres plutons de la Suite plutonique de Mimosa affleurent au sud du batholite principal (feuillet SNRC 32A07); ils couvrent chacun une superficie de 10 km2 et de 22 km2.

Datation

Aucune.

Relation(s) stratigraphique(s)

La Suite plutonique de Mimosa est injectée dans le Complexe de Barrois. Elle est coupée par la Gabbronorite de Claire et par des dykes centimétriques à métriques de composition granitique, syénitique et dioritique. L’unité contient des enclaves de paragneiss centimétriques à métriques (unité mPboi4 du Complexe de Barrois).

Paléontologie

Ne s’applique pas. 

Références

Publications accessibles dans Sigéom Examine

INTISSAR, R., BENAHMED, S. 2015. LEVE MAGNETIQUE AEROPORTE DANS LE SECTEUR OUEST DU LAC-ST-JEAN, PROVINCE DE GRENVILLE. MERN, GOLDAK AIRBORNE SURVEYS. DP 2015-06, 7 pages et 2 plans.

MOUKHSIL, A., DAOUDENE, Y. 2019. Géologie de la région du lac des Commissaires, Province de Grenville, région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Québec, Canada. MERN. BG 2019-01.
14 juin 2019