Suite plutonique de Léo
Étiquette stratigraphique : [mpro] leo 
Symbole cartographique : mPleo

Première publication :  
Dernière modification :
 

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
Aucune
 
Auteur :
Moukhsil et Daoudene, 2019
Âge :
Mésoprotérozoïque
Stratotype :
Aucun
Région type :
Coin NNW du feuillet SNRC 32A07
Province géologique :
Subdivision géologique :
Lithologie :Roches intrusives felsiques, intermédiaires et mafiques
Type :
Lithodémique
Rang :
Suite
Statut :Formel
Usage :Actif

 

 

 

 

Historique

La Suite plutonique de Léo est une unité introduite par Moukhsil et Daoudene (2019) lors de la cartographie de la région du lac des Commissaires, au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Elle se présente sous la forme d’un batholite localisé dans le coin NW du feuillet SNRC 32A07. L’interprétation des récentes cartes aéromagnétiques régionales (Intissar et Benahmed, 2015) montre que cette suite est également présente dans les feuillets adjacents 32A06, 32A10 et 32A11, dont la géologie n’a pas été mise à jour depuis les années 2000 (MRNF, 2010).

 

 

Description

La Suite plutonique de Léo constitue un batholite polyphasé formé de roches felsiques, intermédiaires et mafiques. Les différentes lithologies constituant le batholite sont la mangérite, la charnockite, l’opdalite et la gabbronorite. La suite est facile à circonscrire sur les cartes aéromagnétiques étant donné les anomalies magnétiques modérées à hautes qu’elle génère (Intissar et Benahmed, 2015).
 
La mangérite est poivre et sel en patine d’altération et vert-brun en cassure fraiche. Elle est de granulométrie moyenne à grossière, magnétique, foliée et localement porphyrique, majoritairement à phénocristaux de plagioclase. Le feldspath potassique est présent ici et là en affleurement et, au microscope, il apparaît perthitique. Le quartz forme de grandes plages au sein desquelles les joints de sous-grains dessinent une structure polygonale à extinction ondulante. La roche contient localement des myrmékites. Les minéraux ferromagnésiens sont représentés par la hornblende, la biotite et l’orthopyroxène, lesquels sont généralement altérés, notamment en iddingsite. Le zircon, les minéraux opaques et l’apatite forment des phases accessoires.

La charnockite (granite à hypersthène) est généralement gris-rose en patine d’altération et beige-rose en cassure fraiche. Elle est à grain moyen à grossier et fortement déformée. La roche est localement rubanée et montre un litage compositionnel de niveaux plus ou moins riches en minéraux ferromagnésiens. Localement, la charnockite est gneissique et à structure porphyroclastique. La roche est composée de quartz formant de grandes plages à extinction ondulante, de perthite, de magnétite, de hornblende, de biotite et d’orthopyroxène. Ce dernier est également altéré en iddingsite. Le zircon, les minéraux opaques (magnétite, pyrite) et l’apatite représentent des minéraux accessoires. Au microscope, les plagioclases sont fracturés et couramment séricitisés. Quelques affleurements d’opdalite (granodiorite à hypersthène) sont observés dans cette unité (p. ex. 18-MV-1240). L’opdalite montre une patine d’altération et une surface fraiche similaires à celles de la charnockite, ce qui ne permet pas de les distinguer facilement sur le terrain. Au microscope, l’opdalite est de minéralogie similaire à la charnockite, mais elle présente davantage de plagioclase que de feldspath potassique. Elle est aussi foliée et localement plissée.

 

La gabbronorite est gris-noir en patine d’altération et verdâtre à grisâtre en surface fraiche. La granulométrie est principalement grossière. Les minéraux ferromagnésiens (pyroxènes, hornblende et biotite) ainsi que les minéraux opaques y forment des amas millimétriques. La hornblende est verte et se présente en gros cristaux contenant des inclusions d’apatite. À l’affleurement 18-MV-1233, la gabbronorite montre une granulométrie fine à moyenne et apparaît migmatitique, comme semble l’indiquer la présence de veines millimétriques à centimétriques de composition tonalitique (leucosome). Ces veines sont à la fois concordantes et discordantes à la foliation.

Épaisseur et distribution

La Suite plutonique de Léo est cartographiée dans le coin NW du feuillet 32A07, où elle occupe une superficie de 43 km2. Grâce à l’interprétation des cartes aéromagnétiques, on sait que la suite se poursuit vers le nord et l’ouest dans les feuillets adjacents 32A10, 32A11 et 32A06. Elle occupe une superficie de 325 km2.

Datation

Aucune.

Relation(s) stratigraphique(s)

La Suite plutonique de Léo est injectée dans la Suite plutonique de Bardeau. Elle est riche en enclaves et en lambeaux de roches métasédimentaires du Complexe de Barrois. La Suite plutonique de Léo est ceinturée par une zone de déformation qui constitue le contact avec son encaissant. Des dykes et des enclaves de gabbro à grenat et à traces de sulfures sont reconnus dans cette suite.

 

 

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Publications accessibles dans Sigéom Examine

INTISSAR, R., BENAHMED, S. 2015. LEVE MAGNETIQUE AEROPORTE DANS LE SECTEUR OUEST DU LAC-ST-JEAN, PROVINCE DE GRENVILLE. MERN, GOLDAK AIRBORNE SURVEYS. DP 2015-06, 7 pages et 2 plans.

MRNF. 2010. CARTE(S) GÉOLOGIQUE(S) DU SIGEOM – feuillet 32a. CG SIGEOM32A, 16 plans.

MOUKHSIL, A., DAOUDENE, Y. 2019. Géologie de la région du lac des Commissaires, Province de Grenville, région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Québec, Canada. MERN. BG 2019-01.
 

 

 

14 juin 2019